05 juillet 2015

Moins de six minutes pour être bloqué par @quatremer



Je suis en forme. Par contre, je me demande comment ce guignol souhaite garder la moindre crédibilité alors qu'il ne me semble pas être fortement opposé à ses idées. Burp si je puis dire. 

Non

Comme je le disais hier, je n'ai pas d'avis sur ce référendum et je constate que la victoire du non est incontestable. J'ignore les conséquences tout comme ceux qui s'en rejouissent mais, au moins, je le dis. 

Il y a néanmoins un truc qui me réjouit, c'est la manière avec laquelle les types de la vraie gauche balaient les arguments de ceux qui disent qu'ils soutiennent la meme position que le Front National...

04 juillet 2015

La triangulation du FN


Ils sont très forts. Marine dédiabolise. Marion attaque. 

Appelons tous nos enfants Kevin. Hop ! 

Amis grecs : voyez oui !

De toute manière, il est assez peu probable que le résultat du vote change votre vie. Mais j'aimerais beaucoup observer les réseaux sociaux français s'ils ne votent pas comme ils veulent. 

Cet amusant référendum grec

C'est amusant de voir dans les blogs, Twitter et Facebook, les partisans français du vote "non" en Grêce s'exciter.  J'ai fait l'erreur de publier un statut Facebook avec le billet du blog d'un gugusse qui insultait Cohn-Bendit sans dire pourquoi je le publiais. 

Je dois avouer que je me fous totalement du vote en question pour différentes raisons dont le fait que je suis persuadé qu'il ne changera pas grand chose à la merde ambiante dans laquelle nous vivons, le "nous" incluant les Grecs (j'allais dire "le peuple grec", pour vous dire à quel point ambiance des réseaux, la pleine lune et le temps orageux déteignent sur nos esprits). 

Mais la principale raison est que ce n'est pas moi qui vote. Les Grecs sont appelés à voter pour leur avenir. Cela ne me regarde pas. Pire ! Je ne sais quel vote des Grecs serait le meilleur pour les pas Grecs. J'aurais tendance à penser qu'un "oui" serait positif mais je ne suis pas formel. Ce qui est bon pour les Grecs ne me regarde pas même si je souhaite le bonheur des autres mais dans notre magnifique économie mondialisée, j'aurais tendance à penser qu'ils doivent se bouger le cul. 

Ce sont surtout les types de la vraie gauche qui sont virulents dans les réseaux sociaux. Ils veulent le "non" (ou le "oui", je ne sais même plus quelle est la question posée, pour vous dire à quel point je me sens concerné par cette histoire). Alors ils engueulent tous ceux qui ne sont pas d'accord avec eux. 

Et ils font campagne. Comme si l'élection avait lieu en France. Comme s'ils étaient plus intelligents que les Grecs au point de leur dire comment ils doivent voter. 

C'est amusant de voir de lascars qui parlent toujours de la démocratie. Et du peuple. Je suppose d'ailleurs qu'ils vocifèrent sur leurs smartphones construits en Chine. 

C'est aussi amusant de voir ces grands démocrates avoir de l'espoir dans le vote d'étrangers pour déterminer notre avenir alors que ce qu'ils reprochent à l'Europe est que la démocratie y est pas lisible, que nous devons céder aux décisions des autres, que le Parlement n'est pas démocratique et la Commission ma brave dame n'en parlons même pas. 

Toujours est-il que Twitter frôle encore les sommets, aujourd'hui. 

03 juillet 2015

Julian Assange et les polémiques de la vraie gauche

Imaginez que vous soyez patron de bistro et que votre comptable déclaré au fisc que vous touchez des revenus occultés en employant des prostituées pour améliorer le plaisir des clients. On sera d'accord sur le fait que votre comptable a "fait le bien" (au niveau fiscal, hein !, je me fous des mœurs). Par contre, vous l'auriez mauvaise contre lui et vous porteriez plainte contre lui parce qu'il a commis une faute professionnelle en violant un secret professionnel auquel il est astreint par contrat. 

D'accord ! Tout se discute ! Le gars il est expert comptable et se porte garant de la sincérité des comptes. Il empêche que... Assange n'était pas garant légalement mais moralement. On juge la morale. Quelle horreur. 

Julian Assange est à peu près dans le même cas. Il a écrit une longue lettre à pépère où il explique tout (de son point de vue) dont le fait qu'il risque la peine de mort. Il demande l'asile. Dans un communiqué bref, l'Elysée explique refuse parce le gars n'est pas en danger immédiat. Il dit aussi qu'Assange a au cul (il explique en d'autres termes) un mandat d'arrêt européen. En gros, si on acceptait sa demande d'asile, on serait obligés de le présenter aux autorités européennes. Je résume grossièrement : on refuse sa demande d'asile pour son bien. 

Mais voilà, l'incorrigible vraie gauche se lance dans une polémique contre François Hollande. 

L'incorrigible vraie gauche, celle qui est la première à se plaindre de l'espionnage sur internet par des États ou des boîtes privées. Un type fout sur internet des informations confidentielles : elle le défend. 

L'incorrigible vraie gauche, qui ne comprend pas grand chose à l'Europe telle qu'elle est. Tiens ! Hollande est le seul en Europe à essayer d'avoir une autre position sur la Grêce mais elle l'accuse d'être aux bottes de Mme Angela qui ne fait que respecter le cadre des institutions européennes choisies démocratiquement. 

La loi, la démocratie,... sont terribles. On les remet en cause parce qu'elles ne vont pas dans notre sens mais elle est faite par des mecs élus. Démocratiquement. Alors on remet en cause la Constitution, la pauvre. On se sent dans son droit. On a raison. Il fait défendre les Grecs qui sont des victimes. Il faut défendre Assange parce que la démocratie n'est possibl'e qu'avec des types comme lui qui dénoncent les conneries des États. 

Mais, à un moment, il faut atterrir. 

La France ne peut pas accueillir Julian Assange. Il est plus en sécurité dans l'ambassade londonienne de la république Équato-Collombo-Corréziéne. 

Soyons sérieux. 

Mais rassurez-vous. S'il se présente à la Comète ce soir et me demande l'hébergement, j'accepte. Sans le dénoncer. Et si un ami est poursuivi pour pédophilie, et me demande l'asile, je l'héberge aussi (d'autant que vue ma carrure, je ne risque rien). 

La morale, la loi, les textes, les accords, l'amitié, la politique sont des mots qui peuvent éventuellement être reliés deux par deux mais pas globalement. 

C'est con. Et heureux. On appelle ça aussi la séparation des pouvoirs. Le législateur a décidé un truc probablement immoral (ce qui se discute, voir mon introduction). Le juridique ne peut s'y opposer. L'exécutif prend la meilleure décision en conséquence. 

Bref, dans les blogs, Twitter et Facebook, vous me fatiguez. 

Et arrêtez de vous baser sur des principes moraux. Quand Sarkozy dit qu'il faut travailler plus pour gagner plus, ce n'est pas immoral, c'est simplement une connerie qui nous pousse à la ruine. 

02 juillet 2015

L'arrêt des Guignols me les casse

Veuillez, chers lecteurs, surtout toi, m'excuser pour la légère grossièreté de ce titre, mais, normalement, une polémique dure au maximum une journée dans Twitter. Là, ça fait deux. Stop !

Parce que les andouilles qui sont surpris que les actionnaires décident ce qu'ils diffusent dans leurs médias m'amusent beaucoup. D'autant que ce sont les mêmes qui gueulent contre le manque d'objectivité du Point, de Valeurs Actuelles, de Humanité, du Figaro, de Libération, du Monde et j'en passe. 

Les Guignols ne sont pas un service public. 

M. Bolloré fait bien ce qu'il veut. Prêter son bateau à Sarko. Arrêter les Guignols. Arrêter le Grand Journal, le petit et tout ce qu'il veut. Remettre une émission satyrique pour attirer les gauchistes. 

DSK est bien de retour !

Le texte de Dominique Strauss-Kahn dont il a tweeté l'URL a été lu près de trois millions de fois (dont deux par moi...). 

Belle leçon donnée aux dirigeants européens... 

Ou la préparation de l'élection de 2017 ?

01 juillet 2015

Grèce pondérale

Je dois avouer que je n'ai pas d'avis sur les événements en Grêce. Je ne sais pas ce qu'il faut faire. Par contre, j'ai un avis sur les arguments...

Ces braves gens sont entrés dans la zone euro suite à je ne sais quels événements démocratiques. Ils ont ont voté pour des gens qui ont voté patati patata. 

Ils n'ont pas respecté leurs engagements (ce que je ne critique pas, ils se font entuber et tout çà).  Par contre, ils font un référendum pour savoir, en gros, s'ils peuvent ne pas respecter les engagements en question. 

Changer les termes du contrat après la signature n'est pas honnête. Et je me répète, je n'ai pas d'avis sur ce qui doit être fait. Mais les glandus qui parlent au nom du peuple pour défendre le peuple en se foutant des autres peuple. D'ailleurs je me demande s'ils ecoutent réellement le peuple. 

Après tout, Marine Le Pen recueille beaucoup de voix dans notre démocratie. 

Toijours est-il qu'il serait temps d'arrêter de mettre la démocratie en avant. 10, 15, 30 millions de Grecs ont choisi de rentrer dans l'Europe de 450 millions de types. 

Dire que leur parole est démocratique revient à oublier ce détail. 

Je suis opposé aux décisions de Europe mais j'évite de prendre les gens pour des cons.  Qu'ils respectent leurs engagements et après on pourra les aider. Ce qui ne nous empêche pas d'envoyer chier le FMI, par exemple qui n'a pas à se mêler de nos histoires. 

Un peu de sérieux bordel. Je sais, le capitalisme, c'est mal, mais ce est pas en son nom que les Grecs ont accepté de rentrer dans la zone euro. Ils ont voté pour. 

La fin des Guignols : une décision politique


Tout est dans le titre. A titre personnel, je m'en fous totalement comme de la situation en Grêce. 

1. Pour la télé, je ne la regarde jamais.
2. Pour la Grêce, je suis fatigué de voir des Guignols donner des leçons de démocratie et d'économie, sujets auxquels ils ne comprennent pas grand chose. 

Mais si ma tante en avait...

Toujours est-il que je me demande si Bolloré n'est pas un copain de Sarko. 

Cela étant, une émission de télé qui a près de 30 ans, je me demande... C'est un peu comme si Juppé faisait encore de la politique.