04 mai 2016

La coupe est pleine

Dans son blog, l'ami Marco souligne, disons, le ras-le-bol qu'il ressent avec l'actualité politique et l'ambiance lamentable... Je dois avouer que je suis un peu comme lui. J'ai voté pour François Hollande pour différentes raisons, dont sa ligne politique (et pas le discours du budget !) et aussi dans l'espoir de retrouver une France apaisée après les deux précédentes législatures...

On en est loin. 

Pendant longtemps, j'ai mis cette mauvaise ambiance sur le dos de l'opposition de gauche, probablement à juste titre. L'augmentation de la TVA et la réforme des retraites m'ont dérangé. On ne touche pas à certains trucs. Pas le reste, le CICE, l'ANI,... Je ne vais pas retirer tout le bien que j'ai dit, tous les billets de fond sur la réforme territoriale et autres sujets qui me tiennent à cœur. 

Mais, il faut bien reconnaître que depuis six mois, Pépère a perdu la main. Il y a eu cette histoire de déchéance de la nationalité. J'ai toujours dit que je m'en foutais (le texte ne change rien, je suppose que la nationalité d'un kamikaze après sa mort ne doit pas le déranger) mais pourquoi cette entêtement malgré une large opposition (de principe : voir ma dernière parenthèse) à gauche. Pourquoi aborder le sujet de la nationalité au risque d'oublier de s'occuper de la laïcité (donnée à la droite de la droite par la gauche de la gauche : bravo les gars !) ?

Il y a eu l'épisode du référendum pour Notre-Dame-des-Landes. Je me suis senti dépossédé. Pourquoi ne choisiraient que les électeurs du 44 ? Pourquoi faire un vote pour un truc qui a été fait conformément aux lois de la République sous contrôle de l'Europe (qui pour une fois arrange bien la gauche de la gauche) ?

Il y a enfin cette lamentable loi travail qui ne ressemble à rien, porte tout et son contraire, ce qui la rend peu défendable. Tiens ! S'il faut faciliter les licenciements pour créer de l'emploi, faisons une loi spéciale. Mais ce n'est même vrai. La loi est portée par le Medef mais les patrons de petites boites, les seuls à pouvoir développer de l'activité n'en ont rien à cirer. Ils ne vont pas embaucher parce qu'ils peuvent licencier. C'est une évidence éludée. Ils se foutent des seuils sociaux à peu près autant que moi de la TVA sur l'eau gazeuse. 

J'ai souvent défendu une forme de pragmatisme, un peu propre à l'idée que je me fais de la sociale démocratie (et pas à celle utilisée par les orateurs de droite Sarkozyste), une sorte de bon sens. Tiens ! Le travail coûte trop cher en France. Deux solutions : faisons nous à l'idée de voir baisser l'industrie dans notre pays (après tout, si les Chinois veulent construire des iPhone, qu'ils le fassent), ou à celle de baisser le coût du travail... Lutter contre des moulins à vent ne m'intéresse pas. 

Mais cette gauche, toute la gauche, me semble avoir perdu son bon sens. 

Ce que je reproche à cette gauche, qui était ma gauche, toute la gauche, c'est de passer complètement à côté de sujets qui me paraissent essentiels. Par exemple, la fin programmée du travail salarié, au profit d'autres formes de travail (auto entrepreneur, intermittence,... ) est totalement oubliée par tous. Les uns défendent le droit du travail, d'autres veulent le casser, sans voir au delà. 

Je n'ai plus qu'un espoir. Qu'une motion de censure soit votée à l'occasion du 49.3 sur la loi travail. Que cette majorité soit balayée et que le centre gauche dispose d'un an pour se refaire une santé. La gauche est incapable de gouverner, une partie oubliant les responsabilités devant le pays et l'autre devant ses électeurs. 

C'est bien triste. 

Le billet de Marco :
 http://www.alter-oueb.fr/2016/05/jen-ai-gros/

01 mai 2016

La révolution pète plus haut que son cul


Sarkofrance annonce en fanfare qu'il quitte les leftblogs. On va le regretter. Cela étant, s'il pense avoir fait un geste fort, je vais le décevoir : tout le monde s'en fout. 

Depuis le temps que les rats quittent le pédalo... 

1er mai

« Sa tradition à lui était celle d'un enfant pauvre, fils d'un père émigré, devenu ouvrier d'usine, et d'une mère ouvrière aussi qui tint ensuite un petit commerce dans un quartier populaire. Il a connu la chance irremplaçable d'une famille unie, auprès de ses parents d'abord, dans son propre foyer ensuite où l'on pratiquait la simple vertu d'une vie qui se gagne à force de travail, de constance et d'études, où rien n'est jamais donné. 

Il a suivi l'itinéraire qui va du certificat d'études au CAP d'ajusteur technique, des cours du soir aux examens professionnels, aussi bien à la SNCF qu'à Gaz de France. Il a franchi de degré en degré, en passant par la Résistance, le syndicalisme et l'action politique, les étapes qui l'ont conduit à cette maîtrise du savoir et du style qui lui ont permis d'exercer les plus hautes charges du pays, dont il était justement fier.

Toutes les explications du monde ne justifieront pas que l'on ait pu livrer aux chiens l'honneur d'un homme et finalement sa vie au prix d'un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de notre République, celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d'entre nous.

L'émotion, la tristesse, la douleur qui vont loin dans la conscience populaire depuis l'annonce de ce qui s'est passé samedi, en fin de journée, près de Nevers, sa ville, notre ville, au bord d'un canal où il était souvent venu goûter la paix et la beauté des choses, lanceront-elles le signal à partir duquel de nouvelles façons de s’affronter tout en se respectant donneront un autre sens à la vie politique ? Je le souhaite, je le demande et je rends juges les Français du grave avertissement que porte en elle la mort voulue de Pierre Bérégovoy. » François Mitterrand

Voila un billet à peu de frais. 

30 avril 2016

Faisons le bilan

L'ami Sarkofrance est sans doute peiné de voir que les informations économiques sont bonnes. Il a fait son billet hebdomadaire habituel pour critiquer tout mais je ne sais pas quoi, j'ai interrompu ma lecture suite à une crise de rire en lisant ceci : "Sur la même période, les chômeurs à temps partiel ont cru de 51.000". 

Ces fainéants de chômeurs ne sont même plus capables de l'être à temps complet... 

10 ans d'opposition font des ravages.
 

Passéiste

Dans une interview à Mariane, Jean-Luc Mélenchon traite Emmanuel Macron de passéiste. C'est tellement à plier de rire que j'en fais un billet sans fond. 

Méluche ne se rend-il pas compte qu'il passe pour le type le plus ringard de la scène politique ? C'est affligeant. 

27 avril 2016

Oui, la France va mieux !

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Il y a toujours beaucoup trop de chômeurs et on se gèle les couilles fin avril, si vous me permettez cette expression. Beaucoup de dépêches sont positives : hier, le "contrat du siècle", aujourd'hui, la véracité de la baisse historique du chômage. Vous trouverez les détails dans la presse et dans le blog Perdre La Raison de mon ami Melclalex et dans l'illustre stopbashing.org. 

François Hollande sera donc réélu dès le premier tour si les types qui se croient de gauche ne remettent pas en cause des chiffres pourtant détaillés pour le seul plaisir de taper sur pépère. Je ne suis pas inquiet. J'admets néanmoins que l'inversion de la courbe est tardive et pas encore avérée. 

Bref. Si je fais ce brillant billet de merde, ce soir, c'est pour répondre à un commentateur qui comme beaucoup d'imbéciles pensait que la situation aurait pu s'améliorer du jour au lendemain. Il faut travailler et laisser, ensuite, le temps agir. 

C'est vrai pour n'importe quelle politique. 

23 avril 2016

Le Figaro en campagne pour Hollande


Ma première découverte depuis que j'ai officiellement franchi le cap de la cinquantaine (c'est même pas vrai, je suis né à 17h20 le 23 avril 1966). 

François Hollande est zinfluent comme moi mais à un autre niveau. Finalement, je retire ma candidature pour la présidentielle. Je vais faire campagne pour lui. Aucune autre andouille moins à droite que lui ne pourrait gagner. L'économie va mieux. C'est souligné par tout le monde. Il est influent sur la scène internationale. Il n'arrête pas de baiser. 

Pour un peu le chômage va baisser. 

20 avril 2016

Mes 50 ans

Je rappelle que la cérémonie aura lieu demain soir et que nous ne discriminerons que les vieux. 

La niqab à Sciences Po

Ces braves gens en apprentissage de la vie politique organisent une journée "tous en niqab" pour montrer que le voile n'est pas mal que ce n'est pas un problème de le porter, que les femmes sont libres de leurs choix. 

C'est beau. Youpi ! Des saines occupations pour nos futures élites. 

Je propose d'organiser une prochaine journée sur le thème de la lapidation. Du genre : c'est fun. Les femmes infidèles le sont au nom de leurs libertés. Elles savent ce qu'elles font. 

Dans un troisième temps, on traitera de la pendaison des homosexuels sur le thème, c'est normal, ils sont croyants et dieu à décidé que c'était mal d'avoir des rapports sexuels contre la nature qu'il a créée. 

Et ensuite ?

Tous au cabanon. On parlera de racisme et d'islamophobie entre fous. 

16 avril 2016

Go Hollande 2017

Je vois beaucoup de commentaires ironiques sur les sondages pour la prochaine presidentielle (de la part de gens qui ont voté pour Ségo à la primaire de 2006 et qui disent qu'ils ne croient pas aux sondages) : Hollande ne sera pas réélu. 

Je vais faire deux objections :

La première est qu'il y a un an et un mois avant la dernière presidentielle, personne ne le donnait gagnant. 

La deuxième est qu'aucun sondage ne montre qu'une autre personnalité de gauche pourrait gagner. À part Macron mais c'est une bulle qui, en plus, ne sera pas candidat. 

Alors, on fait quoi, maintenant ? On vote Juppé, la réincarnation de Balladur, où on regarde objectivement le bilan des quinquennats ?

Parce que si on porte le choix entre un candidat qui va tirer sa grosse en mobylette et un autre qui annonce son mariage dans un parc d'attraction, on ne va pas avancer. 

Il est temps de soutenir Pépère pour 2017. Sinon la droite dure reviendra au pouvoir avec ses projets sébiles pour torpiller la France. 

Il n'y a pas d'alternative ou dites moi laquelle.