03 juillet 2015

Julian Assange et les polémiques de la vraie gauche

Imaginez que vous soyez patron de bistro et que votre comptable déclaré au fisc que vous touchez des revenus occultés en employant des prostituées pour améliorer le plaisir des clients. On sera d'accord sur le fait que votre comptable a "fait le bien" (au niveau fiscal, hein !, je me fous des mœurs). Par contre, vous l'auriez mauvaise contre lui et vous porteriez plainte contre lui parce qu'il a commis une faute professionnelle en violant un secret professionnel auquel il est astreint par contrat. 

D'accord ! Tout se discute ! Le gars il est expert comptable et se porte garant de la sincérité des comptes. Il empêche que... Assange n'était pas garant légalement mais moralement. On juge la morale. Quelle horreur. 

Julian Assange est à peu près dans le même cas. Il a écrit une longue lettre à pépère où il explique tout (de son point de vue) dont le fait qu'il risque la peine de mort. Il demande l'asile. Dans un communiqué bref, l'Elysée explique refuse parce le gars n'est pas en danger immédiat. Il dit aussi qu'Assange a au cul (il explique en d'autres termes) un mandat d'arrêt européen. En gros, si on acceptait sa demande d'asile, on serait obligés de le présenter aux autorités européennes. Je résume grossièrement : on refuse sa demande d'asile pour son bien. 

Mais voilà, l'incorrigible vraie gauche se lance dans une polémique contre François Hollande. 

L'incorrigible vraie gauche, celle qui est la première à se plaindre de l'espionnage sur internet par des États ou des boîtes privées. Un type fout sur internet des informations confidentielles : elle le défend. 

L'incorrigible vraie gauche, qui ne comprend pas grand chose à l'Europe telle qu'elle est. Tiens ! Hollande est le seul en Europe à essayer d'avoir une autre position sur la Grêce mais elle l'accuse d'être aux bottes de Mme Angela qui ne fait que respecter le cadre des institutions européennes choisies démocratiquement. 

La loi, la démocratie,... sont terribles. On les remet en cause parce qu'elles ne vont pas dans notre sens mais elle est faite par des mecs élus. Démocratiquement. Alors on remet en cause la Constitution, la pauvre. On se sent dans son droit. On a raison. Il fait défendre les Grecs qui sont des victimes. Il faut défendre Assange parce que la démocratie n'est possibl'e qu'avec des types comme lui qui dénoncent les conneries des États. 

Mais, à un moment, il faut atterrir. 

La France ne peut pas accueillir Julian Assange. Il est plus en sécurité dans l'ambassade londonienne de la république Équato-Collombo-Corréziéne. 

Soyons sérieux. 

Mais rassurez-vous. S'il se présente à la Comète ce soir et me demande l'hébergement, j'accepte. Sans le dénoncer. Et si un ami est poursuivi pour pédophilie, et me demande l'asile, je l'héberge aussi (d'autant que vue ma carrure, je ne risque rien). 

La morale, la loi, les textes, les accords, l'amitié, la politique sont des mots qui peuvent éventuellement être reliés deux par deux mais pas globalement. 

C'est con. Et heureux. On appelle ça aussi la séparation des pouvoirs. Le législateur a décidé un truc probablement immoral (ce qui se discute, voir mon introduction). Le juridique ne peut s'y opposer. L'exécutif prend la meilleure décision en conséquence. 

Bref, dans les blogs, Twitter et Facebook, vous me fatiguez. 

Et arrêtez de vous baser sur des principes moraux. Quand Sarkozy dit qu'il faut travailler plus pour gagner plus, ce n'est pas immoral, c'est simplement une connerie qui nous pousse à la ruine. 

02 juillet 2015

L'arrêt des Guignols me les casse

Veuillez, chers lecteurs, surtout toi, m'excuser pour la légère grossièreté de ce titre, mais, normalement, une polémique dure au maximum une journée dans Twitter. Là, ça fait deux. Stop !

Parce que les andouilles qui sont surpris que les actionnaires décident ce qu'ils diffusent dans leurs médias m'amusent beaucoup. D'autant que ce sont les mêmes qui gueulent contre le manque d'objectivité du Point, de Valeurs Actuelles, de Humanité, du Figaro, de Libération, du Monde et j'en passe. 

Les Guignols ne sont pas un service public. 

M. Bolloré fait bien ce qu'il veut. Prêter son bateau à Sarko. Arrêter les Guignols. Arrêter le Grand Journal, le petit et tout ce qu'il veut. Remettre une émission satyrique pour attirer les gauchistes. 

DSK est bien de retour !

Le texte de Dominique Strauss-Kahn dont il a tweeté l'URL a été lu près de trois millions de fois (dont deux par moi...). 

Belle leçon donnée aux dirigeants européens... 

Ou la préparation de l'élection de 2017 ?

01 juillet 2015

Grèce pondérale

Je dois avouer que je n'ai pas d'avis sur les événements en Grêce. Je ne sais pas ce qu'il faut faire. Par contre, j'ai un avis sur les arguments...

Ces braves gens sont entrés dans la zone euro suite à je ne sais quels événements démocratiques. Ils ont ont voté pour des gens qui ont voté patati patata. 

Ils n'ont pas respecté leurs engagements (ce que je ne critique pas, ils se font entuber et tout çà).  Par contre, ils font un référendum pour savoir, en gros, s'ils peuvent ne pas respecter les engagements en question. 

Changer les termes du contrat après la signature n'est pas honnête. Et je me répète, je n'ai pas d'avis sur ce qui doit être fait. Mais les glandus qui parlent au nom du peuple pour défendre le peuple en se foutant des autres peuple. D'ailleurs je me demande s'ils ecoutent réellement le peuple. 

Après tout, Marine Le Pen recueille beaucoup de voix dans notre démocratie. 

Toijours est-il qu'il serait temps d'arrêter de mettre la démocratie en avant. 10, 15, 30 millions de Grecs ont choisi de rentrer dans l'Europe de 450 millions de types. 

Dire que leur parole est démocratique revient à oublier ce détail. 

Je suis opposé aux décisions de Europe mais j'évite de prendre les gens pour des cons.  Qu'ils respectent leurs engagements et après on pourra les aider. Ce qui ne nous empêche pas d'envoyer chier le FMI, par exemple qui n'a pas à se mêler de nos histoires. 

Un peu de sérieux bordel. Je sais, le capitalisme, c'est mal, mais ce est pas en son nom que les Grecs ont accepté de rentrer dans la zone euro. Ils ont voté pour. 

La fin des Guignols : une décision politique


Tout est dans le titre. A titre personnel, je m'en fous totalement comme de la situation en Grêce. 

1. Pour la télé, je ne la regarde jamais.
2. Pour la Grêce, je suis fatigué de voir des Guignols donner des leçons de démocratie et d'économie, sujets auxquels ils ne comprennent pas grand chose. 

Mais si ma tante en avait...

Toujours est-il que je me demande si Bolloré n'est pas un copain de Sarko. 

Cela étant, une émission de télé qui a près de 30 ans, je me demande... C'est un peu comme si Juppé faisait encore de la politique. 

Victime de la canicule, Nicolas Sarkozy refait l'histoire


Il a meme oublié la date de son départ.. 

Le numérique français à la ramasse (bis)

Mon précédent billet fait un peu de bruit tant il y a de gens qui ne sont pas d'accord, notamment quand je critique les membres du CNN alors une précision s'imposer : pourquoi, dans ce Conseil, n'y a-t-il pas des directeurs financiers et des directeurs marketings de banques françaises qui vont perdre une fortune quand ils seront concurrencés par Google ? On me dit "ah oui, mais il y a le patron de Critéo" qui est un exemple de réussite. Ben oui, mais selon Wikipedia, Critéo a 1500 employés. Combien vont en perdre les banques françaises ? Et la distribution ? Elle est représentée au CNM, que cela soit la FNAC, Carrefour ou d'autres ?

A la suite d'un conseil, j'ai étudié le CV de chacun, jusqu'à ce que je tombe sur le CV d'une petite dame qui est "designer". Que vient-elle foutre au CNM ?

Le numérique français à la ramasse

Tu vois, quand on va sur le site d’Amazon et qu’on cherche un produit, il nous le trouve en moins d’un tiers de seconde. C’est fabuleux. Tu vas sur le site de la SNCF, il faut plusieurs secondes ce qui fait que notre honorable voyagiste a le temps de nous refiler une publicité. Le numérique français est à la ramasse et c’est grave. Ces braves gens d’Amazon ont fait des études : quand un client fait une recherche sur internet, il faut lui donner la réponse en moins de 350 ms.

Un de ces jours, Amazon vendra des billets de train et on restera comme des imbéciles.

Tu vois l’illustration de ce billet : c’est une copie d’écran d’un tweet du Conseil National du Numérique, de cette après-midi, qui nous dit de faire des choix stratégiques. Je vais lui répondre : l’heure n’est plus au choix stratégiques, l’heure est à se retirer les doigts du cul. Arrêtons la politique immédiatement et foutons-nous au boulot.

Tiens ! Lis cette dépêche. Ca commence fort : « La technologie détruit désormais plus d'emplois qu'elle n'en crée ». Mon dieu ! « Alors que la création de richesses augmente, le nombre d'emplois chute. De quoi créer d'importants troubles sociaux à l'avenir. » Ben oui, mais ce n’est pas le sujet de mon billet. Un de ces jours, on n’aura plus de pognon pour acheter des conneries et on fera la révolution et ça sera pire. Je répète : le numérique détruit plus d’emplois qu’il n’en crée. J’ai rigolé (jaune) en voyant cela car c’est à peu près ce que je prédis depuis que je tiens mon blog. Et il y a toujours des abrutis qui disent : mais non, avec les nanotechnologies et tout ça, on va créer de l’emploi. Ben non. Le numérique est aussi là pour baisser les coûts et une baisse des coûts ne peut se faire qu’avec une baisse des effectifs, chez nous.

Malheureusement, cela est probablement inéluctable et il nous faudra inventer un autre mode de répartition des richesses mais occupons-nous aujourd’hui du numérique. Croyez-vous qu’un des membres du CNN a déjà eu l’occasion de mettre réellement en œuvre un vrai projet numérique, en France ? Etudiez la liste des membres. Croyez-vous qu’un seul de ces braves gens ait eu à négocier avec un DSI ou un PDG des vrais projets numériques dans une boite, autrement que comme consultant ou pour mener une expérimentation pour se donner un verni moderne ?

Je n’en connais aucun. Je pense néanmoins avoir la réponse. C’est : non, aucun. Ils sont tous consultants ou patrons de SSII, de cabinets machins inutiles, d’agences de communication, de départements « montre nous que tu innoves bien »… Pas un seul n’a eu à mettre en œuvre un vrai projet numérique avec dégagement de valeur ajoutée.

Des coups de pied au cul se perdent. On va se faire bouffer par les « GAFA » (les gagas contre le gafas ?) et tout ce que le CNN trouve à dire, en juillet 2015, est qu’il nous faut faire des choix stratégiques…


Bravo.


Edit : mes attaques contre le CNN et ses membres ne sont pas personnelles, relisez ce que j'ai écrit, à savoir qu'ils n'ont pas mené un vrai projet de transformation numérique dans une entreprise, ce qui ne veut pas dire qu'ils ne sont pas compétents dans le domaine.

30 juin 2015

Gloire à @elysee !

Depuis hier, je suis en formation. Compte tenu de la nécessité de me lever aux aurores 8h15 et celle de fêter la naissance du fils des patrons de la Comète, je n'ai pas le temps de suivre l'actualité. Le bistro est néanmoins unanime : il faut annuler ses vacances en Tunisie et aller en Grêce. 

Le thème de cette formation est : la DSI face au Cloud, au BYOD et au big data. Google est ton ami. Allez ! Je t'explique le BOYD vu que cela n'a rien à voir avec ce billet. C'est le fait que les salariés veulent utiliser leur propre matériel pour le boulot. La génération Y refuse les emplois où cela n'est pas utile. 

Cette après-midi, nous parlions open data, big data,... Et le formateur à cité le site web de l'Elysée en exemple meme si la position du scooter géolocalisé n'y figure pas. 

Comme quoi, on arrête pas de gueuler...la bise aux copains qui bossent ou ont bossé pour cela.