17 décembre 2014

Pitié ! Augmentez pas les salaires !

Michel Sapin n'en rate pas une. Il demande aux patrons de ne pas augmenter les salaires. 

http://mobile.lepoint.fr/economie/sapin-conseille-aux-entreprises-de-ne-pas-trop-augmenter-les-salaires-17-12-2014-1890625_28.php

Cher François,

Je sais que Mimi est ton copain. Il n'empêche que tu pourrais le licencier pour faute grave. Petit 1 : le pouvoir d'achat et donc les salaires est un gros problème en France. L'Etat n'a aucun moyen pour l'augmenter mais si un ministre lutte contre, il mérite des baffes. Petit 2 : ce type explique aux électeurs qu'il ne fait pas que leurs patrons les augmentent, qu'ils doivent s'asseoir sur toute progression. 

Bien cordialement,
Nicolas. 

Zemmour toujours Zemmour

Finalement, j'ai trouvé un intérêt à Éric Zemmour outre le fait que mon iPhone corrige "Zemmour" par "Semoir", c'est qu'il raconte tellement de conneries que très peu de blogueurs de gauche arrivent à pondre des billets pour le féliciter. Ce brave journaliste trouve une bonne solution pour nous soulager de l'islamisation de nos banlieues qui nous pousse sordidement à arrêter de boire, pour résoudre les problèmes de logements, pour venger nos patriotes qui ont été amené la civilisation outre Méditerranée mais se sont fait expulser comme des malpropres et personne ne lui adresse de sincères félicitations. 

La blogosphère de gauche baisse. Celle de droite aussi, d'ailleurs puisque je n'ai trouvé personne pour condamner ses propos odieux et inqualifiables, ce qui est un paradoxe. 

Les journalistes de RTL ont dit : ah mais ce n'est pas nous, hein ! On n'est pas solidaires. 

Alors qu'ils pourraient féliciter celui qui propose de jolies croisières à nos bariolés musulmans qui étaient des milliers qui étaient vingt et cent, nus et maigres tremblants dans ces A380 bondés. 

Le retour de Julien Odoul

Publicité Jean-Louis David
Hé ! Tu as vu le type de la photo ? Je parle de celui de gauche, la vraie. C'est Julien Odoul. Il a déjà eu les honneurs de mon blog vu qu'il était candidat aux législatives dans mon coin en 2012. Je le connais, il distribuait des tracts les jours de marché. Il se faisait reconnaître par sa cravate rose.

De mémoire (ce que semble confirmer Google), il représentait le centre, l'UDI. 

Figurez-vous que ce lascar avait été aussi mannequin pour la magazine Têtu, ce qui scandalise Valeurs Actuelles; vu qu'il vient de se faire recruter pour le cabinet de Marine Le Pen après avoir été assistant parlementaire d'André Santini, ce qui, au fond, est bien rigolo, vu la réputation du monsieur.

J'avais tenté de sympathiser avec lui vu que j'étais un blogueurs zinfluent mais j'avais fini par uriner dans une contrebasse, ce qui faisait plus d'effet. Il me paraissait sympathique. Un petit jeune qui se présente dans un bastion de gauche avec une campagne électorale sympathique. Je n'avais pas voté pour lui, remarque.

Normalement, en France, les types qui fricotent avec l'extrême droite quand ils sont jeunes finissent centristes mais ça, c'était avant. 

Tiens ! Voila une autre photo (merci au Lab d'Europe1). Elle n'était pas sur ses affiches électorales en 2012. Ou alors, j'ai oublié.

14 décembre 2014

KdB du jour

C'est demain et c'est avec Menilmuche. On pourrait en avoir un autre dans la semaine. Une histoire de pâtisserie. 

Vive les 35h !

Cette semaine, un rapport parlementaire est sorti, faisant le bilan des 35 heures qui est largement positif. Il continue à tourner dans Twitter avec cette infographie qui montre l'évolution du temps de travail dans différents pays.

Ce qui saute aux yeux c'est que la baisse est générale sauf en France. D'ailleurs, dès le retour de la droite au pouvoir, en 2002, il a monté.

Dans l'ordre décroissant, parmi les pays, on trouve :
Espagne,
France,
Italie,
Royaume-Uni,
Allemagne,
Pays-Bas.


Du coup, j'ai fait le classement, toujours par ordre décroissant, de ces pays, selon leur taux de chômage (données Eurostat) :
Espagne,
Italie,
France,
Pays-Bas,
Allemagne,
Royaume-Uni.

L'ordre n'est pas le même mais les trois pays où le chômage est en dessous des 8% sont ceux où les gens travaillent le moins. Si on y réfléchit un peu, c'est l'évidence. Je ne vais pas en faire une théorie fumeuse, hein !

A part ça, Manu et Manu, la question n'est pas de savoir si le travail dominical est de gauche ou pas...

13 décembre 2014

Droit de vote des étrangers et connerie de gauche

Le sujet revient sur le tapis. C'est périodique. Un sondage vient de sortir : 60% des français sont contre. 

C'est typique des débats qui animent la société et les andouilles de gauchistes. Les étrangers n'ont pas à voter chez nous. 

La question est mal posée. Un type qui habite ici (paye des impôts, travaille,...) n'a pas à être considéré comme étranger. La gauche de la gauche dit vraiment des conneries. Ça me fait peur. 

Ce qui la rapproche, malgré elle, du Front National et la précipite dans l'extrême droite. 

C'est mal. 

Alerte laïcité ! Alerte écologie !


L'Elysée coupe un sapin (et se vante d'avoir un truc eco responsable) pour fêter Noël au château. Aucun gauchiste laïcard et écologiste ne proteste. 

Je me dévoue. 

Je vais lancer une pétition ou deux (faut-il traiter les sujets différents en même temps ?) et organiser une manifestation. Je vais saisir la préfecture, le Conseil d'Etat, le Conseil Constitutionnel, la Cour des compte (le budget de ce truc), la Commission Européenne), la LICRA, le MRAP, la ligue des droits de l'homme, la Cour de justice internationale et la patron du bistro. Et l'Academie Française. 

12 décembre 2014

L'homo de la FN


L'illustration est généreusement offerte par Elooooody. Pas trop le temps de bloguer depuis deux ou trois jours. Une réflexion néanmoins au sujet de mes confrères blogueurs qui ont fait des billets sur le thème "ah ah ah Philipot s'est fait baiser (heu) par Closer parce qu'il est homosexuel et fait parti ouvertement homophobe", je me pose deux questions. 

La première : ne seraient-ils pas eux-mêmes ouvertement homophobes ? Je m'explique : quand j'ai eu vent de "l'information", je n'en ai pas fait la relation entre son appartenance politique (sauf pour déconner dans Twitter). J'ai eu une vague pitié pour ce type dont la vie privée était donnée en pâture, comme cette de François Hollande par le même torchon n'en déplaise à cet andouille de Pierre Parrillo. Je m'en fous. J'ai eu vent qu'il prenait le vent par derrière. Et alors ?

Où est la gauche tolérante ? Prendre le prétexte qu'un type soit homosexuel pour se foutre de sa gueule. 

Bravo les gars. 

La deuxième : en relayant ce truc par pure méchanceté, ne font-ils pas le jeu du FN ? Visiblement, ce parti accepte mieux les homosexuels que ceux de gauche mme semble-t-il. C'est probablement ce qu'ils tentent de démontrer. Marine Le Pen n'a pas défilé contre le mariage pour tous ou pour le mariage contre tous elle a envoyé sa nièce défiler avec la manif envers et contre tous. 

Moquons-nous donc de Louis Alliot. Il dénonce Closer quand ca l'arrange et l'utilise ses informations quand ca l'amuse. Pendant ce temps, nous ne sommes pas au bistro. 

http://libreaffichage.blogspot.fr/2014/12/lamentable-closer-pauvre-torchon.html

10 décembre 2014

La critique Macron

C'est très amusant de lire les blogs de gauche, ce soir. Je dis "de gauche", c'est une façon de parler : ils défendent le repos le jour de repos écrit dans la bible. Toujours est-il que les critiques sont orientées vers la personne de M. Macron, symbole de la politique de M. Valls (on ne touche pas à M. Hollande, il a été elu par les sympathisants). 

Personne ne parle du fond. Le libéralisme, c'est mal. Pourtant, Mme Aubry a parlé de modèle de société. 

A croire que le modèle de société vu par la gauche est de taper sur Valls. On avance. 

La gauche s'enterre de jour en jour. 

Repos le dimanche, un choix de société !

Vous connaissez la loi du 12 juillet 1879 ? Je pose la question parce que l’ami Jeff nous parle de la loi de 1906, précisément 60 ans avant ma naissance mais cela n’a rien à voir, qui instauré le repos du  dimanche. Il nous livre un document de l’époque qui mentionne la date du 12 juillet 1880 (c’est Wikipedia qui parle de 12 juillet 1879, je ne sais pas qui a raison), date de la loi qui avait supprimé le dimanche comme jour de repos.

Le prétexte avait été que la loi d’avant, celle instaurant le repos dominical, l’avait été pendant la Restauration. Tiens je vais refaire l’histoire de France pour les très nuls. Avant, on avait les rois, les curés et le repos dominical pour aller à la messe. Alors, nous autres, le peuple, on a fait la révolution. Alors, on a supprimé le repos dominical. Après, il y a  eu Napoléon puis la Restauration, je vous passe les 100 jours. La Restauration a rétabli le repos le dimanche. Après la Restauration, on a eu la monarchie de juillet et des bricoles comme ça, un bout de République, un autre Napoléon. Arriva alors la Troisième République. En 1879 ou 1880, ils ont supprimé le repos obligatoire le dimanche. En 1905, ces braves gens ancêtre à nous ont fait la séparation de l’église et de l’Etat. En 1906, il y a eu des émeutes dans des mines. Alors ils ont rétabli le repos le dimanche ce qui a aussi permis de se mettre bien avec les curés.

Depuis, il y a eu quelques adaptations. Notons que le gouvernement Chirac, entre 1986 et 1988, a confirmé le repos dominical pour diminuer la concurrence entre les petits et les gros. Le gouvernement Balladur a fait passer une loi pour permettre l’ouverture des commerces « culturels » le dimanche.

En 2009, la loi Maillé a étendu le travail dominical aux zones touristiques, aux zones où il y a des habitudes anciennes de consommation le dimanche et a permis les commerces alimentaires d’ouvrir jusqu’à 13 heures.

Voila pour l’histoire sortie de Wikipedia…

Aujourd’hui, la loi Macron était présentée.

Vous connaissez ma position. Ou pas. Je la rappelle. Je suis contre le travail. Je suis aussi contre le travail le dimanche hors zones réellement touristiques. Je suis pour quelques ouvertures exceptionnelles le dimanche mais pour un nombre relativement réduit, du genre les trois derniers dimanches de décembre et deux pour des raisons locales. Aussi, la loi actuelle me parait satisfaisante à bien des points de vue sauf que les zones touristiques et les zones de consommation dominicale ne sont pas correctement définies, de même que la notion de commerce alimentaire.

On arrive à des aberrations : par exemple, ma commune, est une zone de tradition de consommation le dimanche vu qu’on a un marché « historique ». Le Leclerc n’est ouvert que le dimanche matin. Je ne vois pas pourquoi il serait considéré comme un commerce alimentaire alors que c’est un supermarché et je ne vois pas pourquoi, malgré le fait que nous soyons en zone machin traditionnelle, il serait ouvert le dimanche. C’est trop compliqué.

Ca aurait du être la « journée Macron » mais Martine Aubry a sorti une tribune dans le monde pour s’y opposer ce qui a torpillé la communication du gouvernement.

Je suis relativement d’accord avec ce texte ce qui la fout mal pour un blogueur de gouvernement, à quelques bricoles près.  Commençons par elles.

« D’ores et déjà, 5 millions de Français travaillent habituellement le dimanche, et 3 millions occasionnellement. Leur fonction est nécessaire à la vie collective : la sécurité, les transports, la santé…, sans oublier les magasins alimentaires… » Elle a oublié un détail : « l’industrie » du loisir qui contient le bistro, évidemment, mais aussi un tas de trucs : des musées, des parcs d’attraction, des cinémas, des salles de spectacles, des zoos, des commerces à vocation culturelle... Ces dérogations paraissent naturelles ou normales. Quitte à avoir une journée pour les loisirs en familles mais si les jardineries et magasins de bricolage étaient inclus dans la dérogation « depuis toujours » tout le monde trouverait cela normal. On a bien l’argument du fait que les gens peuvent faire leurs courses les autres jours. Ils peuvent aussi aller au cinéma les autres jours.

Attention, hein ! Je ne suis pas pour l’ouverture de ces trucs, je l’ai déjà dit.

Il n’empêche que la tribune de Martine Aubry manque de précision alors qu’elle pose correctement le problème, dès l’introduction : « Ce n’est pas une réforme subalterne, c’est un moment de vérité autour de la seule question qui vaille : dans quelle société voulons-nous vivre ? »

Elle continue : « Veut-on faire de la consommation –  encore plus qu’aujourd’hui – l’alpha et l’oméga de notre société ? La gauche n’a-t-elle désormais à proposer comme organisation de la vie que la promenade du dimanche au centre commercial et l’accumulation de biens de grande consommation ? » Je suis totalement d’accord avec elle. D’ailleurs, ces propos sont parfaitement réactionnaires vu qu’ils s’opposent aux évolutions de la société qui semblent naturelles. Je déteste les zones commerciales.

Elle poursuit : « Le dimanche doit être un temps réservé pour soi et pour les autres. » Je suis d’accord avec elle mais le « doit » me gêne. Pourquoi le dimanche ? La seule réponse est parce que dans des textes anciens, il est écrit que dieu a créé le monde en 7 jours, dont un pour se branler la nouille. On est loin des impératifs révolutionnaires.

« Les arguments économiques de ceux qui sont favorables à une plus grande libéralisation du travail le dimanche ne résistent pas à l’analyse. Le commerce est affaire de revenu disponible. Celui-ci étant limité, l’élargissement des jours d’ouverture procédera à une simple réaffectation des achats dans la semaine. » Je suis parfaitement d’accord avec elle, toujours. Y compris la suite : « Les zones de tourisme international font seules exception, et méritent une approche particulière, car elles peuvent apporter du pouvoir d’achat supplémentaire, et donc créer des emplois. Encore faut-il que l’approche soit limitée et partagée par les maires concernés. »

Elle est donc, comme moi, pour une refonte ou une redéfinition des exceptions. Pourquoi ne le dit-elle pas clairement ? Pourquoi faire un texte à charge contre le gouvernement ? Pourquoi omettre dans ce texte une partie des exceptions qui existent déjà, celles qui sont là pour notre pour notre loisir ou notre plaisir ?

Je pose des questions. J’ai la réponse. C’est pour se placer comme chef de l’opposition de gauche.

Elle ne devrait pas oublier qu’elle n’a pas gagné la primaire…

Cela étant, grâce à elle « Hollande – Macron – Valls » vont passer pour des remparts contre la folie de la gauche. C’est assez rigolo.

Je vais contribuer au débat et proposer une nouvelle loi.

Article 1er : le travail est interdit le dimanche (sauf dans le transport, la sécurité, le bistro, le spectacle et le cinéma, les machins culturels et tous les trucs destinés à amuser les enfants le week-end, à pratiquer des activités sportives, les commerces alimentaires de petite surface et quelques trucs que j’ai pu oublier).

Article 2 : je verrai plus tard, mais il faut définir la rémunération, le volontariat (qui est du pipeau), le repos compensateur….

Article 3 : les exceptions de l’article 1 sont étendues à tous les commerces qui le souhaitent au cours des trois derniers dimanches de décembre.

Article 4 : les mairies peuvent accorder deux dérogations par an à l’article 1 pour tous les commerces de la commune.

Article 5 : des dérogations complémentaires (dans la limite de 5 par an pour le total des dérogations utilisées par le commerce) peuvent être demandées par des commerces à condition qu’elles soient autorisées par la commune et la préfecture.

Martine Aubry conclut : « Je combattrai cette régression pour notre société au niveau national, comme dans ma ville. » Elle a raison mais comment se fait-il que la gauche ait pu construire un centre commercial de 66000 m2 à Lille (illustration), par exemple, particulièrement laid, en plein centre-ville ?


Il s’agit bien d’un choix de société qui s'inscrit dans une tradition séculaire. Ne nous trompons pas de combat... Le problème aujourd'hui n'est pas la reconquête du Parti Socialiste mais le redressement du pays.