25 mai 2016

L'homme mondial d'État 2016

«Le président Hollande sera reconnu pour son leadership dans la sauvegarde de la démocratie et de la liberté dans un moment d'attaques terroristes et pour sa contribution à la stabilité et la sécurité mondiales»

Ca s'arrose. 

Tiens ! Je ne cite même pas ma source tant cela m'amuse. Et en plus j'ai perdu le lien mais Google est votre ami. 

Ultra libéraux et réactionnaires : les mots ont un sens

"A l'heure où la mobilisation sociale ne cesse de prendre de l'ampleur, je me demande quelle folie a pris Hollande, Valls, Macron et El Khomri, à un an de la présidentielle, en présentant une loi si réactionnaire et ultralibérale (désolé pour le pléonasme) ?" Ainsi commence le billet fortement opposé à la loi connerie de l'apprécié camarade DPP. Voila le lien en vrac :

Je voudrais attirer l'attention de mes lecteurs sur deux ou trois faits notamment parce que les mots (et les maux si je peux me permettre un déplorable jeu de mot). 

Cette loi n'est pas ultralibérale. Les slogans commencent a bien faire. Regardez ma définition de ce mot et revenez. Vous voulez des idées de pseudo ultra libéralisme à dénoncer ? Regardez le programme des candidats de la droite. Par ailleurs tous parfaitement étatistes donc antilibéraux. La fin des 35h, de l'ISF,... 

D'ailleurs, Nicolas Sarkozy l'a bien compris, il commence à se foutre de la gueule de ses concurrents en disant que ces thèmes ne seront pas au centre de l'élection, mais qu'il y aura la nationalité, l'assimilation et tout ça. Je parle bien du Sarkozy qui a gagné en 2007 sur la base d'un programme vraiment libéral (travailler plus pour gagner plus et tout ça). 

Notons bien qu'il reprend ses thèmes de la campagne de 2012, ceux qui l'ont fait perdre. Et il monte dans les sondages au détriment de ses concurrents. Ceci est rigolo. 

Revenons aux propos de DPP. 

Par définition, cette loi n'est pas réactionnaire. Est réactionnaire celui qui s'oppose aux changements. Encore une fois, regardez la définition. Tiens ! Sarkozy est réactionnaire. Dans les propos qu'il tient, il s'oppose aux évolutions de la société. Il pourrait très bien mobiliser la droite pas libérale et il est en train de faire une grosse connerie puisqu'il va gagner la primaire (contrairement à ce que tout le monde disait) en oubliant de défendre les thèses libérales. 

Plus loin, dans son billet, DPP dit (à propos de la loi connerie et du gouvernement) après avoir critiqué la politique de triangulation de François Hollande : "Sauf que depuis avril dernier, un intrus a mis un gros grain de sable dans cette mécanique politicienne : la classe ouvrière."

Outre le fait que l'on pourrait se moquer de ceux qui pensent représenter la classe ouvrière (je résume : l'ouvrier veut bien travailler plus pour gagner plus et défendre son patron qui a du mal à payer les charges), essentiellement salariés de gros groupes, d'étudiants destinés à un avenir splendide et de bobos divers, on pourrait s'interroger sur le vote ouvrier. Où va-t-il ? 

Nous n'oserions pas faire de prédictions politiques si le taulier de ce blog n'était pas parti au bistro. Ce qui est le cas. Lançons-nous. 

Si la gauche de la gauche a un seul vrai candidat, genre Mélenchon, il ne dépassera pas 15% et je suis gentil. S'il y a un lascar comme Montebourg, à eux deux, ils ne feront pas 25%. Le cas de la seule présence de Montebourg serait intéressant à etudier mais peu importe ce n'est pas l'objet de ce billet. 

Imaginons le reste et les candidats des deux gros partis de droite et celui de l'actuelle gauche de gouvernement. Tous ceux de droite représenteront la droite antilibérale. Ils ont la même cible électorale. Qu'ils arrivent tous les deux au second tour paraît aujourd'hui très probable d'autant que les divisions à gauche les aideront mais, dans l'absolu, ils ne représentent pas une majorité des Français mais les seuls réactionnaires et les paumés. 

Les électeurs centristes et libéraux se tourneront vers le candidat de la gauche libérale qui a bien raison de maintenir sa loi, d'autant qu'une majorité d'électeurs socialistes est relativement fidèle et n'a pas oublié 2002, quand Jospin était sûr d'être élu. Et est progressiste et conscient des nécessités de changements que seul nos zozos gouvernementaux semblent envisager pour tourner la France vers le monde et l'avenir. 

Ce qui se traduit pour la classe ouvrière pat continuer à faire le con avec des smartphones produits en Chine. 

Où nous sommes tous arrivés à pied. 


24 mai 2016

Du bon usage du droit de grève

En ces temps de « surchauffe sociale » avec des blocages des machins, on entend beaucoup de conneries mais quand c’est la gauche qui est au gouvernement, cela fait parfois un peu mal. Par exemple, la ministre du travail parle de travailleurs pris en otage et le ministre de l’économie – que j’épinglais dans mon annexe, hier – parlait de la France qui travaille. On croirait entendre n’importe quelle andouille de droite, de Raffarin à Sarkozy en passant par tous les autres…

 

A gauche, on entend beaucoup de bêtises, aussi, comme ces andouilles qui prétendent qu’en intervenant par la force pour faire sauter les blocages, le gouvernement ne respecte pas le droit de grève. C’est lamentable de la part de gens qui sont supposés défendre les acquis sociaux : la grève est le fait de ne pas travailler (et de ne pas recevoir de salaire) pour soutenir une revendication quelconque, pas de « bloquer ». Les « blocages » restent interdits. Il me semble nécessaire de rappeler la loi : « Les grévistes doivent respecter le travail des non-grévistes. Le blocage de l'accès à un site, l'occupation des locaux afin d'empêcher le travail des non-grévistes sont des actes abusifs. Il en va de même de la dégradation des locaux ou des matériels. De telles actions sont illégales et peuvent donc être sanctionnées pénalement, tout comme les actes de violence à l'encontre de la direction ou du personnel de l'entreprise. »

 

L’intervention des forces de l’ordre et la parution devant les tribunaux des responsables sont donc parfaitement justifiés vis-à-vis du droit.

 

Par ailleurs, les grèves fondées uniquement sur des motifs politiques sont illégales. Certaines, enterrer la loi travail est une noble cause mais la motivation est exclusivement politique (faire retirer un texte) même si les syndicats sont assez rusés pour ajouter des motifs qui le sont moins comme le prix de la bière à la cantine.

 

Les actions en cours de la part des opposants sont parfaitement illégales ce dont on s’en fout mais ce qui me fait de la peine – ou presque – c’est que certains feignent de l’ignorer voire, pire, l’ignorent réellement. 

 

Si la grève est un droit – un droit constitutionnel, même – c’est parce qu’elle est parfaitement définie et encadrée. J’ose espérer que personne ne croit que foutre le bordel est un droit octroyé par la Constitution. On a le droit de lutter contre la loi, de manifester, mais on n’a pas tous les droits.

 

Et n’allez pas penser que je défends ici cette loi travail, je n’en ai dit aucun bien sur mon blog, au contraire, même si je me suis posé des questions sur l’immobilisme. J’essaie juste de défendre notre possibilité à nous opposer.


Ce qui ne peut se faire que dans le cadre des lois de la République.


23 mai 2016

Allez les Verts !

Je dois reconnaître que je me fous encore plus que du string de Michel Sapin du président Autrichien. A la limite, l'extrême droite aurait gagné on aurait pu crier (Autriche, on crie) : le fascisme est nos portes ! Dans les réseaux sociaux, les réactions sont mesurées parce qu'il faut être mesurer pour ne pas passer pour un guignol. 

Il n'empêche qu'on voit quelques charlots avancer sur le thème : alors, t'as vu ça, hein ? L'écologie est le dernier rempart contre le fascisme !

Pourtant, si on avait, en France, Cécile Duflot opposée à Marine Le Pen à un deuxième tour, il est probable que j'aille à la pêche ce jour là. Non pas que je soutienne implicitement l'extrême droite française mais Mme Duflot perdrait même sans mon vote et cela donnerait l'occasion de foutre la merde encore plus. Non pas non plus que je ne soutienne pas les écolos français : pour vous dire, même Placé m'est sympathique. Sauf qu'il veut entrer dans l'armée (je n'ai rien contre mais j'ai du mal à suivre). 

Mais il me semble que les écolos Autrichiens ont démontré à la population qu'ils étaient capables de gouverner. Les écolos franchouillards, par contre, n'ont de cesse de démontrer qu'ils ne sont qu'une bande de branquignoles. C'est dommage. 

A noter que mon copain Falconhill (à lire dans toutes les bonnes bloguerolles) qui est à la droite, heu..., ce que je suis à la gauche a fait un billet pour, comme moi, partager sa béatitude. 

22 mai 2016

Des gouvernements d'incompétents

Depuis hier, des articles tournent sur le web à propos d'une dizaine de ministres virés qui critiquent une gauche pas préparée à revenir au gouvernement en 2012. 

Je vais traduire : des lascars ont fait des pieds et des mains pour devenir ministres et se plaignent maintenant de leur incompétence sous prétexte qu'ils auraient été parachutés à leur poste. 

Certes, on ne peut pas nier des erreurs de François Hollande mais ceux qui ont échoué à leurs postes (au pluriel) feraient mieux de la fermer. Ils auraient dû maîtriser les dossiers plutôt que de fanfaronner. Le plus bel exemple est Benoit Hamon (mais Arnaud Montebourg n'est pas loin) qui a eu le plus beau ministère mais s'est tiré au bout de quelques mois pour des raisons politiciennes. 

Le plus drôle est qu'avec leurs conneries, ils resteront dans l'opposition et fiers de l'être jusqu'à leur retraite. 

Les gars, si vous ne vous jugiez pas compétents pour vos postes, vous auriez pu les refuser. 

20 mai 2016

String moralisateur

Depuis quelques temps, je suis effrayé par une certaine gauche qui nous fait la morale en permanence. Cela a été le cas, par exemple, avec ce chanteur dont le concert a été annulé à Verdun. Que la droite tombe sur ce pauvre Black M est une chose, mais que des types de gauche lui emboîtent le pas est heu à chier. 

Nous avons l'affaire du salaire du patron de Renault. C'est en effet totalement immoral qu'un type gagne 14 millions d'euros par an mais en quoi est-ce notre problème ? Si les actionnaires veulent payer, qu'ils le fassent. Nous, en tant qu'Etat, on taxe les revenus mais le reste n'est pas notre affaire. D'ailleurs les Manu gouvernementaux s'embourbent dans ce dossier. 

Pour ma part, je préfère une boîte qui marche avec un patron bien payé qu'une boîte qui coule avec un patron au SMIC. Je résume (tout n'est pas rose chez Renault). 

Enfin, le dernier exemple qui me vient à l'esprit est ce pauvre Sapin qui a été obligé de présenter ses excuses pour avoir fait claquer la ficelle de l'élastique du string d'une journaliste. Il n'a fait qu'une blague potache et nous n'avons pas à juger même si c'est effectivement lamentable. 

Il n'empêche qu'à parler morale, on oublie ma seule question qui se pose : comment une journaliste peut-elle être devant un ministre de la République avec la ficelle du string apparente ?

Je ne suis pas en train de dire qu'elle l'a bien mérité (et par extension que les femmes qui subissent des violences sexuelles sont des salopes qui aguichent), ne nous méprenons pas. Je dis simplement que le string est un sous-vêtement et que jamais un de mes contacts professionnel n'a vu la couleur de mon caleçon. 

La faute morale ne vient pas Sapin même s'il a eu un réflexe idiot mais d'une journaliste qui n'a pas respecté les "codes vestimentaires". 

Le plus délirant dans cette histoire est que si Mélenchon avait mis la main aux fesses d'une ouvrière, on aurait trouvé des imbéciles pour démontrer qu'il est proche du peuple. 

Laissons cette fausse morale en dehors de la politique. Ou alors, laissons la au législateur. Après tout, si on fait une loi pour punir les ministres qui tirent les ficelles des strings, faisons une loi pour empêcher les gonzesses et autres pouffes de se présenter en mission professionnelle avec le string apparent. 

La République ne s'en portera pas plus mal. Et elle sera peut-être respectée. 

Le plus logique est néanmoins de rigoler de cette histoire et de légiférer sur des sujets plus importants, comme les taxes sur la bière. 

Qui, elles, sont réellement immorales. 

17 mai 2016

Journée mondiale contre l'homophobie

C'est aujourd'hui, paraît-il. Je soutiens. Néanmoins, je voudrais m'adresser à tous les soutiens du combat tout en étant homophobes eux-mêmes, sans le savoir. 

Je me rappelle d'un couple de jeunes lesbiennes, qui fréquentait la Comète. Plus que lesbiennes, elles représentaient la jeunesse, ces années d'insouciance, vers 20 ans, quand l'avenir est devant nous. Elles étaient particulièrement sympathiques qu'elles étaient devenues dès client du bistro comme les autres habitués. Je ne dis pas cela par rapport à leur homosexualité dont nous n'avions que faire mais par rapport à leur âge, la Comète étant essentiellement fréquentée par des vieux. 

Notre cure de jouvence. 

Mais un jour, le patron de l'époque a été obligé de leur demander de ne plus se bécoter en terrasse parce que cela choquait les passants potentiellement clients. Et nous n'avons rien dit. Nous n'avions pas à nous mêler de la gestion du bistro et on a été lâches. On n'a pas honte. C'est la vie. 

Et toi, là, hétéro convaincu, voire légèrement bi sur les bords parce qu'il faut bien rigoler, tu en penses quoi ? Tu n'as jamais vu un couple d'homosexuels en remarquant qu'ils étaient homosexuels ? Ce n'est pas un premier pas vers l'homophobie dans la mesure où tu essaies de persuader sans l'être que c'est normal ?

Je me rappelle d'un couple de jeunes garçons qui se tenaient par la main que je suivais dans les couloirs du métro à Chatelet. D'ailleurs, on ferait mieux s'organiser une journée mondiale contre les couloirs à Chatelet, que contre l'homophobie. J'étais presque jaloux de leur bonheur, de leur insouciance. A la limite, je les aurais bien embourbés tous les deux, avec mes deux lesbiennes. 

Penses-tu qu'un jour, que tu sois homo ou pas, tu pourras regarder un couple différent du tien sans penser à la différence ? 

Je me rappelle d'une époque. Vers 1996, on avait un type qui se mêlait à la bande et qui se revendiquait homosexuels. On l'appelait "Tantine". Il était capable de faire la folle (je me rappelle qu'il suçait les chauffeurs de taxi qui le ramenaient chez lui pour payer les courses) comme de nous rejoindre au comptoir pour avoir des copains "virils" bien masculins, des hommes qui buvaient des tournées sans se poser de question. Pas de gonzesses dans le groupe. Ou alors des salopes.  

La journée contre l'homophobie ne sert pas à grand chose tant que tu n'arrives pas à comprendre que la part d'homophobie que tu as en toi et que tu renies, n'es reniée que parce que tu dois penser bien. Tu es de gauche. Bien. 

Elle sert, et je la soutiens pour cela, si elle peut aider des jeunes homos. 

16 mai 2016

Interdisons le voile dans la commune

On a déjà fait mieux. 


Loudéac : une gare au centre des municipales ?

Ainsi, la gare de Loudéac va fermer. On va évidemment regretter Jacky et déplorer la fermeture d'un service public important pour l'aménagement du territoire et le désenclavement du Centre Bretagne. On peut néanmoins comprendre la décision de la SNCF et on ne politisera pas à outrance ce billet. 

Comme il y aura des municipales anticipées en juin, la compagnie nationale ne peut pas négocier avec les collectivités territoriales (municipalité et intercommunalité) pour reprendre le service de vente de billets (dans d'autres communes, c'est l'office du tourisme qui a repris le job - pourquoi pas ?). 

De même, se pose la question du bâtiment : que deviendra-t'il ? Logiquement, il devrait être mis en vente et je ne vois pas qui d'autre qu'une collectivité territoriale pourrait l'acheter... Il a deux atouts : un grand parking et la proximité de chez moi (pour un bistro, c'est l'idéal). Il a un défaut : les travaux de rénovation me paraissent importants (je me trompe peut-être). Notons qu'il pourrait également être utilisé pour n'importe quel espèce de commerce mais est peut-être éloigné des autres commerces de la ville. 

Ce qui m'amuse c'est que les deux dossiers (la commercialisation des titres de transport et la reconversion du bâtiment) seront probablement au centre de la campagne pour les municipales et que les candidats vont devoir improviser tout en sachant ne pas avoir de pognon (le budget 2016 a été voté). 

Je vais donc les aider à bâtir un projet. 

Petit 1 : vous réaffirmez le lieu (le parking...) comme plaque tournante des transports en commun à Loudéac. Cela paraît évident mais encore faut-il le dire. 

Petit 2 : vous utilisez le bâtiment pour en faire une "maison du tourisme et des voyages" (en remplacement de l'office du tourisme). Le mieux serait de confier cela à la Cidéral (l'interco, dont le siège n'est pas très loin). Vous avez même potentiellement un loueur de vélos en face... 

Petit 3 : vous rénovez progressivement et vous y transférer petit à petit tout ce qui a un rapport avec le tourisme dans la nouvelle intercommunalité, quitte à agrandir (il y a de place). 

Petit 3 : vous vous engagez à bâtir un projet pour l'arrière de la gare (l'emplacement des voies) qui ne pourra pas éternellement rester en friche jusqu'au pont des Noelles, utilisé unique par l'association qui continue à faire circuler des trains. 

Petit 4 : vous associez naturellement cette dernière à vos projet (de même que le machin qui remplace RFF). 

Ne me remerciez pas. 

Si je fais cette proposition, c'est parce qu'en attendant mon car, ce matin, je regardais ce bâtiment et j'ai eu d'autres idées. Et elles sont toutes mauvaises... 

15 mai 2016

L'autre gauche moi, elle et l'ultralibéralisme

Un de mes commentateurs (de droite) me faisait récemment remarquer que je passais plus de temps à taper sur la gauche que sur la droite. J'ai vérifié. Non seulement il a raison mais, en plus, tous les blogueurs de gauche font pareil : ils tapent sur la « gauche qui n'est pas la leur ». Alors peut-être est-il temps de faire le point de mon côté.

D'un point de vue politique, je « leur » reproche d'être complètement déconnectés de l'électorat en étant persuadés du contraire. De fait, il lui montre que la gauche est incapable de gouverner.

D'un point de vue sociétal, c'est un peu la même chose, ils sont intéressés par des sujets dont tout le monde se fout en ayant ce don pour irriter. Le plus drôle est quand ils racontent n'importe quoi (pour taper sur le gouvernement, essentiellement). Regardez cette histoire de Black M. Le vendredi, tout le monde tape dessus et le samedi, c'est rétropédalage.

Mais ce qui m'énerve le plus est le volet économique et leur rapport au libéralisme. Ils qualifient fréquemment la politique de François Hollande d'ultralibérale ce qui est une connerie sans nom : la France est le pays d'Europe (ou le deuxième) à plus fort taux de prélèvements obligatoires et donc qui a le plus haut niveau de redistribution, presque par définition.

François Hollande a-t-il imposé des baisses de fonctionnaires, de dépenses publiques, de retraites... comme une partie des pays du sud de l'Europe ?

Avant de traiter la gauche de gouvernement « d'ultralibérale », regardez-donc le programme que nous préparent les différents candidats à la primaire de la droite...

Une chose est sûre, c'est que nous sommes plus proches de la dictature socialiste dénoncée par la droite que de l'ultralibéralisme dénoncé par la gauche.

Ce que j'aimerais, c'est qu'on se plaise à être dans un social libéralisme et qu'on arrête de se poser les mauvaises questions mais que l'on se tourne vers l'avenir, que l'on anticipe les évolutions de la société. Qu'on ne reste pas figé en regardant ce qui a été acquis au cours de l'histoire mais en imaginant ce qui reste à acquérir dans cette société mondialisée.

Au boulot !