07 novembre 2008

Jean-Luc Mélenchon quitte le PS

Il a l'air fâché. C'est sur son blog. Tiens ! J'aime bien sortir mes vieux billets. Celui-ci aura un an dans une semaine.

20 commentaires:

  1. Yes ! (enfin... le communiqué devait être pret avant !)

    RépondreSupprimer
  2. C'est drole, il perd, il est en colère. Il se taille. Voilà des mecs qui restent dans des partis pour y occuper la tête. Mais c'est pas ça la règle d'un parti. Y a des gens qui ont du mal à se faire une raison quand même !

    Bof. C'est pathétique, tout ça, c'en est même désespérant !

    RépondreSupprimer
  3. Dorham,

    Pas d'accord avec toi. C'est pas une question de tête mais de ligne politique...

    RépondreSupprimer
  4. Une des propositions de la motion Royal est celle d'une alliance avec une partie de la droite.
    On peut sûrement reprocher des trucs à Mélenchon, mais certainement pas de manquer de cohérence politique.

    RépondreSupprimer
  5. Je souhaite bien du courage aux militants socialistes.
    Les billets d'autosatisfaction socialistes fleurissent un peu partout...
    Pourtant, les 3 motions principales sont entre 25 et 30 %. En clair, cela oblige à des alliances pour occuper le siège de premier secrétaire. Alliances que les dirigeants du ps ont été incapablmes de pérenniser depuis 5 ans....
    Ca me rappelle mes cours sur la IV e république.
    La démocratie c'est bien... Mais à un moment, il faut se mettre en position de gouverner.

    Quant à Mélenchon ... Si chacun va bouder dans son coin parce que le parti ne fait pas comme il veut, ça va pas s'arranger.
    Bon sang, ce parti a une histoire, les dirigeants ps seraient bien inspirés de s'en rappeler plutôt que de le snober sous prétexte que son orientation n'est pas la bonne.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai commenté sur l'ancien billet.
    Aujourd'hui, le PS est un quatre-quart (29% c'est plus que 18%, mais en gros c'est ça).
    Le PS a donc explosé comme le prédisait JF Kahn.
    Mais, surtout, les trois candidats principaux incarnent tous les mêmes idées, portées par des gens du passé. Bref, c'est pas folichon!

    RépondreSupprimer
  7. Eric,

    Non, c'est pas la joie.

    Elmone,

    "Les billets d'autosatisfaction socialistes fleurissent un peu partout..." Oui. Ils sont pénibles. Le PS n'a plus d'orientation...

    RépondreSupprimer
  8. Tu nous tiens au courant pour Rocard ?

    RépondreSupprimer
  9. POurquoi n'en aurait-il pas ? Raffarin en a un...

    RépondreSupprimer
  10. David75

    C'est un mauvais perdant mais au moins il est digne et il quitte le PS ...

    RépondreSupprimer
  11. "Mais, surtout, les trois candidats principaux incarnent tous les mêmes idées, portées par des gens du passé."
    Des idées du passé portées par des gens du passé : logique.
    Oui "ce parti a une histoire", c'est tout ce qui lui reste.

    RépondreSupprimer
  12. Tant mieux. Bon débarras. Déjà qu'il faisait campagne, en sous main, contre le PS avec son officine le PRS, Méluche a été obligé de jeter l'éponge et de se démasquer. Quel sens de la démocratie de la part d'un homme qui, il y a quelques jours encore, donnait des leçons d'unité. Pauvre Jean-Luc. La vieillesse est parfois un naufrage.

    RépondreSupprimer
  13. Si Dolez est un socialiste honnête, par contre Mélenchon est une caricature qui n'a de socialiste que le nom...
    L'exemple du Die Linke est particulièrement maladroit : ce parti 1) n'est en fait pas socialiste ; 2) accepte les ex-staliniens (c'est-à-dire l'inverse du socialisme).
    Bref, un groupuscule pas clair qui ne servira à rien.

    C'est pas comme si une organisation socialiste révolutionnaire se formait, hélas...

    On a connu un parti socialiste, le Parti Socialiste Ouvrier et Paysan, qui lui était clairement socialiste, et clairement anti-stalinien. On en est ici très très loin.

    RépondreSupprimer
  14. Décision logique de Mélenchon qui reprend la technique préférée de son ami Oskar Lafontaine : prendre la fuite quand la réalité n'est pas à la hauteur de ses belles paroles.

    Souvenez-vous de ce petit matin du 11 mars 1999, les boursiers et autres monétaristes en rigolent encore.

    http://de.wikipedia.org/wiki/Oskar_Lafontaine#Bundesfinanzminister

    RépondreSupprimer
  15. Je vois que les avis sont partagés. Je crois pourtant qu'il a raison (et moi aussi dans mon billet d'il y a un an).

    RépondreSupprimer
  16. ça fait quand-même pas mal de temps qu'il dit qu'il n'est pas d'accord avec la ligne majoritaire. A un moment, plutôt que d'être ultra-minoritaire, faut peut-être en tirer les conséquences. Il le fait, je trouve ça courageux... et peut-être salutaire pour le PS.

    RépondreSupprimer
  17. Je viens de l'entendre en interview. Il a l'air sincère en tout cas. Et même si je ne suis pas du tout d'accord avec sa vision des choses (il ne se remet pas d'Epinay et il faut bien un jour tourner la page), cette sincérité a quand même, je dois l'avouer, quelque chose de rafraîchissant.

    Comment dire. Il a l'air concerné.

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.