28 août 2010

Vaccin contre la grippe A : des effets secondaires ?

Il y a maintenant un an, la bataille faisait rage entre les partisans du vaccin contre la grippe H1N1 et les types qui, comme moi, doutaient de la nécessité de la chose et pensaient à l’impossibilité de faire des tests complets d’un tel produit en si peu de temps.

Il fallait, bien entendu, vacciner les populations fragiles mais le gouvernement poussait à une vaccination massive ce qui m’horripilait ainsi qu’une grande partie du corps médical.

On sait maintenant que l’épidémie a fait « pschitt » mais on ne pouvait pas le savoir, il y a un an. Si l’épidémie avait vraiment été dévastatrice et que le gouvernement n’avait rien fait, on lui serait tombé sur le paletot.

J’ai néanmoins la flemme de chercher sur Internet le coût final de l’opération, que cela soit en termes financiers ou en désorganisation des services de santé. J’espère qu’un de mes collègues nous fera ça (tiens ! Sarkofrance ! C’est un bosseur, lui… Ou Peuples ! Il doit bien avoir fini ses vacances !).

Toujours est-il que des soupçons traînent au sujet d’effets secondaires liés à ce vaccin. Que doit-on en penser ?

Je ne sais pas. Je crois tout simplement que ce gouvernement nous aura tout fait.

10 commentaires:

  1. je viens de comprendre pourquoi j'ai moins d'entrain au boulot... le vaccin bien-sûr !

    RépondreSupprimer
  2. On entendait ça à la radio ces jours derniers... le matin, c'était "trois cas de narcolepsie, pas de quoi s'inquiéter". Le midi, "vingt cas, ça ne veut rien dire" . Le soir "une soixantaine de cas..."
    C'est science-feuilletonnesque. J'imagine le débat à la télé, en direct. "Alors, ce soir, pour dédramatiser et informer, nous avons invité le professeur M...." et là, paf, le présentateur tombe endormi.

    RépondreSupprimer
  3. DPP,

    Ca doit être ça...

    Suzanne,

    J'imagine une polémique toute l'automne sur la nécessité de se faire vacciner contre les méfaits des vaccins.

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas: aux dernières nouvelles, on a découvert une transaminase pouvant lutter contre la narcolepsie dans le houblon. Un seul problème, il faut qu'elle soit associée au malt pour être active. Malheureusement, on ne sait pas pourquoi encore, l'association ne marche que dans une solution alcoolisée. Les pédiatres s'inquiètent, les enseignants et les pilotes d'avion également.

    RépondreSupprimer
  5. Ah ! Enfin ! La bière va être remboursée par la sécu.

    RépondreSupprimer
  6. C'est toujours difficile d'établir un lien de cause à effet entre un effet indésirable (ici la narcolepsie) et son origine suspecte (le vaccin). Donc pas d'affolement, ce d'autant que 23 cas pour 30 millions de vaccinés, sachant que le nombre annuel de cas est de 7 à 8 par millions d'habitants, ce n'est pas énorme.
    Mais la prudence impose une investigation en profondeur et les résultats seront évidemment regardés à la loupe.

    RépondreSupprimer
  7. Certes.

    Cela dit la prudence s'imposait aussi au moment de la vaccination...

    RépondreSupprimer
  8. Moi, merci ! Asclepieia me l'avait déjà signalé par twitter mais j'ai oublié. Corrigé.

    RépondreSupprimer
  9. Plutôt d'accord avec Nicolas lorsqu'il écrit qu'il fallait "vacciner les populations fragiles".

    Mais pas d'accord pour dire "qu'on ne pouvait pas savoir".
    Contrairement à la grippe dite "aviaire", cette grippe qu'on avait d'abord qualifiée de "porcine", avait, dès le départ deux caractéristiques : une très forte contagions, MAIS un très faible taux de mortalité.

    Alors bien sûr, un virus ça peut muter ... mais entre les débuts, au Mexique, et le moment où la vaccination de masse a été décidée en France, le "comportement" du virus n'avait pas changé d'un iota!

    Reste à savoir à qui profitait ... "le crime" !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.