22 juillet 2011

Chaque jour, l’âme des bistros disparaît

Un nouveau concept arrive d’Irlande en France : des bistros où les clients sont invités à se servir eux-mêmes leurs bières. Quelques tables sont équipées de pompes, commandées à partir du comptoir. Le client paye d’avance pour une certaine quantité et le serveur programme la pompe à la table pour cette quantité. La bière est 10% moins chère qu’au comptoir.

Je voulais crier à l’hérésie mais, en recherchant des arguments, je me suis dit : pourquoi pas ? Je ne crois pas spécialement au succès commercial de ce machin mais les patrons ont raison d’essayer et j’oublie toujours qu’il y a des tordus qui pratiquent un certain snobisme autour de la bière. Polluxe m’a encore fait suivre un lien vers un blog spécialisé dans les bières, ça a toujours tendance à m’énerver.

Je suis un buveur de bières légères au comptoir. J’aime ces moments avec deux ou trois copains. Tiens ! Nous avions, hier soir, un Kremlin des Blogs qui fut fort sympathique, comme toujours. Pourtant, celui qui reste le plus gravé dans ma mémoire fut celui où seuls deux s’étaient pointés, Gularu et Melclalex. Nous avions passé un excellent moment.

La conversation commence par des banalités, on se demande un peu, ensuite, ce qu’on va bien pouvoir se raconter, si la soirée ne va pas être trop chiante, puis, petit à petit, bière après bière, la conversation s’anime et le temps passe comme dans un rêve. « On ferme ! » dit le patron. « Déjà ? » répond-on. « Hé ho ! Les gars, il est 22h30, j’ai encore le ménage et la caisse à faire. » « Une petite dernière, c’est possible ? » « Ah ! Mais vous faites chier ! Bon, la dernière, alors !, et c’est la mienne ! » « Merci patron ! » « Ouais, vous me faites le coup à chaque fois. »

Et le temps continue à passer. « Bon ! Patron, une petite dernière ! » « Hé ho ! Vous abusez ! C’était déjà la dernière ! Stop ! » « Oui, mais on ne part pas sur la tournée du patron. » « Pfff… Bon, d’accord, mais cette fois, c’est vraiment la dernière. »

Comment voulez-vous que ce dialogue soit encore possible s’il faut négocier avec une machine ?

Chaque jour, l’âme des bistros disparaît.

24 commentaires:

  1. J'ai eu la même réaction que toi en apprenant cette news...

    Nous avons un certains conservatisme commun, de certaines valeurs... Celle du comptoir en est une..

    RépondreSupprimer
  2. Et puis c'est toujours sympa de se faire servir une bière par une serveuse

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas, vous n'êtes qu'un sale réactionnaire : il faut que le monde avance, bordel !

    Les bistrots, c'est rien que des remugles pétainistes, de France moisie. De plus, on y sert de l'alcool et vos amis gauchistes vous expliqueront mieux que moi à quel point c'est provocateur et discriminant vis-à-vis de nos frères musulmans.

    Non, vraiment, cette réaction franchouillarde, venant de vous, me déçoit beaucoup.

    RépondreSupprimer
  4. Vlad, Falconhill,

    Merci pour vos coms et tout ça.

    Didier,

    Tiens ! Je vous envoie un mail.

    Les gens,

    Je me suis trompé de blog.

    RépondreSupprimer
  5. Tiens, je l'ai reçu et j'y ai même répondu…

    RépondreSupprimer
  6. C'est comme pour les caisses enregistreuses...

    Je ne pense pas que ça marchera. Il y a quelques années à Bastille, il y avait un bar où chacun devait apporter sa conso en salle ou en terrasse... Ça n'a pas duré longtemps.

    RépondreSupprimer
  7. Didier,

    Merci pour la réponse !

    DPP,

    Pour Bastille, ça aurait pu marcher. C'est ce qui se pratique en Angleterre et c'est ce que je fais, moi aussi, dans les bistros où je suis habitué (ça me permet de profiter du tarif du comptoir).

    Pour les caisses enregistreuses, c'est un autre problème : ça va réellement plus vite. Et ça permet d'éviter un boulot très pénible (dommage que les supermarchés ne répercutent pas les gains de productivité sur les salaires des autres caissières).

    RépondreSupprimer
  8. En Guyane, pas beaucoup de bars, on achète sa bière à la pièce et on boit quelques tournées avec les potes devant l'épicier chinois. Chez les Kanaks, y a pas de bistros du tout mais il y a des nakamal où tu viens au comptoir te faire servir du kava dans ta demie noix de coco. Où je suis à Tahiti en ce moment, non seulement y a pas un bistro non plus mais, pire, la vente d'alcool est totalement interdite sur toute la commune. Faut faire 10 bornes pour s'acheter un pack. On n'est jamais mieux servi que par soi-même.

    RépondreSupprimer
  9. Bah ! Chaque patelin ses coutumes...

    RépondreSupprimer
  10. Les meilleures conversations sont celles qui démarrent par des banalités ! :-)

    RépondreSupprimer
  11. Oui, il faudrait que je bouge un peu !
    Y'a un kdb de fin d'été prévu ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  12. Peur aussi qu'on économise les serveurs. Moins de travail pour les gens moins de discussions...

    RépondreSupprimer
  13. Romain,

    Quand il n'y aura plus de serveur, il n'y aura plus de bistro... Et c'est déjà le cas, les "points de vente à emporter" se multiplient et le nombre de bistro baisse.

    RépondreSupprimer
  14. À cause de votre titre, me trotte dans la tête depuis hier soir une vieille chanson de Ferré (années cinquante) intitulée L'Âme du rouquin. Je voulais mettre les paroles ici, mais pas moyen de les trouver sur Goux gueule.

    RépondreSupprimer
  15. Didier : ce ne serait pas du Boris Vian à la plume pour l'âme du rouquin ?
    http://closdesvolontaires.blog.lemonde.fr/2010/12/02/lame-du-rouquin/
    :-)

    RépondreSupprimer
  16. Ah merde ! Poireau a fait le boulot.

    A coups d' roulis
    A coups d' rouquin
    Il n'est pas dit
    Qu' ça fass' très bien
    Moi j' m'enlumin' le genre humain
    Du tiers du quart
    Tout m'est égal
    Mais quand l' cafard
    Déball' ses mall's
    Moi j' me débin' jamais trop tard

    L'âme du rouquin
    C'est comm' Chopin
    Ça gueule un peu
    Dégueule en deux
    Ça va ça vient
    Ça fait coup double
    Et l'on s' dédouble
    En deux copains
    Ça fait qu'on n'est jamais tout seul
    Quand on s' technicolor' la gueul'
    L'âme du rouquin
    C'est comm' Chopin
    Suffit d'en jouer
    Pour s'y bercer

    Qu' j'y voye tout blanc
    Ou bien rosé
    Ça m'fait bon vent
    Et bon gosier
    Mais quand j' vois roug' ça fait jaser
    Y'a du canon
    Dans la contrée
    Ah ! nom de nom !
    Quel bien ça fait
    Mais quand ça boug' y'a plus d' question

    L'âme du rouquin
    C'est comm' le pain
    Ça fait pousser
    Les p'tits français
    Ça va ça vient
    Ça fait coup double
    Et l'on s' dédouble
    En moins de rien
    Paraît d'ailleurs qu'on s'rait les seuls
    A s'technicolorer la gueul'
    Nous on s'en fout
    Buvons un coup
    Que chante enfin
    L'âme du rouquin

    RépondreSupprimer
  17. J'aide les personnes âgées sur internet, c'est gentil ! :-))))

    RépondreSupprimer
  18. C'est vrai ce que tu dis ... et si en plus il venait à l'idée d'un " Urlub..Enarque " de greffer sur la poignet de la tireuse une reconnaissance digitale et que la machine te dise " Stop t'as trop bu ".... !!!!

    RépondreSupprimer
  19. Ah, merci !

    Poireau : non, non, le texte est bien de Ferré.

    J'ai toujours adoré l'expression : se technicolorer la gueule

    RépondreSupprimer
  20. En version monde moderne, ça donnerait "si twitterifier l'avatar" ! :-)

    RépondreSupprimer
  21. Ce système, avant d'arriver d'Irlande, a surtout été expérimenté depuis une quinzaine d'années en Allemagne et surtout en République tchèque, deux pays où la consommation de bière est sans commune mesure supérieure à la notre. Ces machines sont surtout adaptées à de "très" gros consommateurs (plusieurs litres par soirée) car cela coûte extrêmement cher et est difficile à rentabiliser si ce ne sont que quelques demis entre pôtes qui sont consommés... Nos bistrots ont encore qques années à vivre !!!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.