11 juillet 2011

La démocratie a besoin d'Internet plus que des éditorialistes

C’est Isabelle qui a raison : nous autres, blogueur, devons probablement laisser tomber ces histoires de rumeurs et nous occuper du reste : présenter le projet du candidat et rappeler quelques vérités sur le bilan de Nicolas Sarkozy et donc le risque à tenir en le maintenant au pouvoir. Internet ne doit pas véhiculer que de la merde mais aussi de la politique...

Du coup, pour illustrer "le bilan", pour mon billet du soir, j’ai pris Google et je suis tombé sur cet article du Monde, datant de début mai (un débat avec une dame, grand reporter dans ce canard). Alors j’ai relu le billet d’Isabelle, puis à nouveau l’interview. Et à nouveau…

Ne cherchez pas à comprendre.

Le billet d’Isabelle est humain et alors que les propos du Monde auraient tendance à nous prouver qu’on ne peut pas perdre l’élection (sans perdre de vue, néanmoins, que Nicolas Sarkozy est un redoutable candidat). Il faudrait qu’on puisse intéresser les gens à la politique, leur mettre la tête dans le bilan de Nicolas Sarkozy, les hôpitaux qui ferment, la délinquance en hausse, le chômage qui grimpe, et toutes les promesses de 2007 qui n’ont pas été tenues.

« Je serai le Président du Pouvoir d’Achat ».

Mais nous ne sommes que des blogueurs…

Pendant ce temps, ce week-end, la réaction de Martine Aubry a été extrêmement forte, menaçant de porter plainte. Du coup, « les rumeurs ont fusé », toute la presse politique ou généraliste les a reprises, avec plus ou moins de pudeur. Je suppose que Mme Aubry sait ce qu’elle fait. Probablement a-t-elle voulu crever un abcès qui n’existait pas encore pour éviter qu’il explose à la sortie de l’été, c'est-à-dire en pleine sortie des primaires.

Et moi, comme un con, je fais mon billet en avouant que mes réticences vis-à-vis de l’aptitude de Martine Aubry sont liées à ces rumeurs et au fait qu’elle pourrait être fragilisée, pendant la campagne, par des saloperies de ce genre. J’aurais mieux fait de taper sur l’éditorial de Laurent Joffrin, dans le Nouvel Obs, où il semble soutenir Martine Aubry dans sa démarche de porter plainte lorsque qu’elle prend dans la tronche de telles attaques. Il a raison.

Mais il ressort de son édito comme un appel à la censure. La critique d’Internet y est virulente, comme si Internet était à l’origine de quoi que ce soit. Il compare la période actuelle à l’occupation : « La législation doit s’appliquer (intelligemment) à tous ceux qui s’expriment publiquement, seraient-ils dissimulés derrière des ordinateurs, à l’abri d’un anonymat qu’on avait pourtant pris l’habitude, depuis l’ancienne expérience de l’Occupation et de son torrent de dénonciations aveugles, de stigmatiser. » Comme s’il cherchait faciliter la loi de Godwin dans les commentaires à cet édito.

« Dans ce domaine comme dans les autres, c’est la loi qui libère et c’est la liberté sans principe qui opprime. Il est donc temps de poser publiquement ce problème, ce que Martine Aubry a le grand mérite d’avoir fait avec justesse et détermination. »

Alors dans le bilan de Nicolas Sarkozy, il faut aussi rappeler un recul des libertés individuelles. Tiens ! La pétition que j’ai vue récemment sur le blog du Coucou : « Chers amis en France, Le gouvernement Sarkozy veut censurer internet par un décret qui pourrait bloquer des sites et pages de recherche que nous utilisons tous les jours. Si nous sommes suffisamment nombreux à exiger que le Président enterre ce projet de censure, nous pourrons faire pencher la balance et empêcher qu'il ne mette la main sur internet. » Vous pouvez toujours signer.

Les libertés individuelles sont maintenant en danger. Cet amalgame entre Internet et les propos qu’il permet de faire véhiculer est dangereux.

Pourtant, Nicolas Sarkozy se veut libéral.

Un apéro saucisson pinard est organisé à l’Assemblée Nationale. Ca fait aussi partie du bilan de Nicolas Sarkozy. Il est organisé par « La Droite Populaire ». Comme je le disais au comptoir, je suis allé consulter leur site web à la recherche des « valeurs » de cette organisation. La seule liberté qu’ils défendent est la liberté économique.

La liberté d’expression n’y est pas mentionnée…

Elle doit être défendue. Ce n’est pas parce que deux ou trois sites proches des extrêmes sortent des saloperies qu’elles sont entendues par des gens. C’est parce que la presse nationale la reprend en une, pour en faire des éditos pour attirer des lecteurs. Dans mon blog, je peux parler des rumeurs, je peux faire une erreur en parlant de Martine Aubry. Mes 700 ou 1000 lecteurs viennent ici parce qu’ils aiment bien (ou détestent) les conneries que je peux dégoiser et le ton que j’emploie, pas pour y chercher de l’information.
Je ne suis pas la presse nationale. Je n’ai pas accès à l’information.

C’est trop facile de faire des unes et de les mettre sur le dos de Twitter ou d’Internet. Sans liberté d’Internet, il n’y a pas de liberté d’expression. Il n’y a plus de liberté. Il n’y a plus de démocratie.

Nos députés élus pour nous représenter organisent un apéritif saucisson-pinard mais cautionnent des décrets de censure de l’Internet.

Alter Oueb fait un bon billet, aujourd’hui (comme souvent), à propos du prix de l’essence. Je vais lui piquer sa conclusion. « Des alternatives existent, mais elles imposent une vision totalement différente de la société, supposant notamment un nouveau mode de partage des ressources et des moyens, impliquant surtout un nouveau mode de gouvernance, une reprise en main du pouvoir par le peuple, ce qu’on appelait jadis la démocratie. »

La presse nationale fera-t-elle un jour la une sur la perte de démocratie impliquée par le régime présidentielle que nous avons, justement à l’heure où l’information va plus vite, grâce, notamment, à Internet, plutôt que de relayer des rumeurs qui vont pourrir la réputation d’un candidat, au détriment de la défense des projets ou des bilans des médias ? (sans compter qu’elle pourrait dénoncer les blogueurs qui font des phrases trop longues).

La presse nationale fera-t-elle une jour sa une sur des opérations de défense de la démocratie, comme celle de « je vote donc je suis » ?

Non. C’est plus facile vendeur de faire la une sur le salaire des cadres et cette saloperie d’Internet qui ne fait que dire des mensonges, le con.

La démocratie ne reviendra pas sans la presse nationale. Isabelle a raison : elle est humaine. La presse nationale doit présenter les projets et le bilan. Tout le reste n’est qu’annexe.

Sinon, c’est bien à Internet de le faire, nous autres, avec nos petits blogs, à notre échelle.

Mais c’est plus facile de comparer les blogueurs à des collabos, sous l’occupation. Pourtant, ce sont bien les blogs qui essaient, tous les jours, de sortir des sujets qui leur semblent importants, qui leur parait métier d’être portés à la connaissance du grand public, qui leur parait mériter débat.

Ce matin, ma radio me parlait des propos du patron de Total qui disait que l’augmentation du prix de l’essence était inéluctable. Alors Alter Oueb, que je citais à l’instant, a fait quelques recherches.

« Le constat est simple : le 16 juillet 2008, le baril de pétrole cotait […]145 $, propulsant le prix du litre de sans-plomb à 1,53€. Ce jour, […] alors que le baril cote 95 $, le litre de sans-plomb se vend 1,50 € […] Où va la différence ? » Le prix du baril a baissé de 30% mais le prix à la pompe est le même.

Est-ce que dans une grande démocratie, ce genre d’information ne mériterait pas de figurer à la une de la presse ? Qu’est-ce que le type qui va partir en vacances avec sa famille en explosant son budget carburant en a quelque chose à cirer des rumeurs à propos de Martine Aubry ?

Heureusement qu’on a Internet et nos blogs.

Alors, je vais balancer l’information dans Twitter, celle qu’une multinationale fait des profits extraordinaires sur le dos des vacanciers. On trouvera bien un éditorialiste pour nous dire qu’on ne fait que de la merde.

La démocratie a aussi besoin d’Internet.

27 commentaires:

  1. Excellent billet.
    Il n'y a que ceux qui viennent ici qui peuvent le lire, une minorité ; ce billet mériterait d’être en une des grands journaux.

    RépondreSupprimer
  2. Juste comme ça, en passant, vous êtes quand même au courant qu'environ 60% du prix du litre d'essence est composé de taxes n'est-ce pas? Vous savez aussi qu'il y a toujours un décalage entre la baisse du baril et celui du prix de l'essence parce que l'essence est produite bien avant d'être vendue?

    RépondreSupprimer
  3. Amiral,

    Vous devriez faire des jolies courbes pour analyser les évolution plutôt que d'employer ce ton de prof d'économie dépassé par les événements.

    Lolo, Dorian,

    Merci !

    RépondreSupprimer
  4. Vous voyez comme vous êtes! Moi j'interviens gentiment pour vous rappeler des facteurs que bien sur vous connaissez mais que vous avez omis par étourderie, et vous me traitez de prof! C'est pas fairplay... Après, bien sur que Total se gave, mais le prix de l'essence est quand même plus élevé en France que dans d'autres pays.
    Full disclosure: je travaille dans le gaz et le pétrole...

    RépondreSupprimer
  5. Amiral,

    Désolé, je commente avec l'iPhone, je suis obligé de faire court. Je ne voulais surtout pas etre grossier !

    RépondreSupprimer
  6. Bon, j'ai vu la tête de Joffrin, et j'ai immédiatement vomi. Je reviendrai lire demain matin.

    Laurent Joffrin, n'est-ce pas : c'est exactement le genre de raclure qui fait qu'on ne lit pas.

    RépondreSupprimer
  7. Le Coucou,

    Il est où ton commentaire ? Je viens de recevoir un mail !

    Didier,

    Mon billet n'est pas élogieux.

    RépondreSupprimer
  8. Bon, je suis allé lire. C'est qui, cette greluche, Isabelle, incapable d'écrire une phrase sans faire trois fautes de français ? Qui nous balance à la face ses enfants dont on n'a rien à foutre ? Qui mélange la boue avec le marécage, et l'inverse aussi bien ?

    Je sais bien qu'être N°1 suppose certaines exigences, mais enfin, tout de même, nous obliger à lire des choses aussi stupides, il y a des limites, merde !

    « On est quand même au XXIe siècle, je le rappelle ! » ose écrire cette pitoyable dinde. Ben tiens ! on l'a attendu pour le savoir ! Imaginez un peu Guillaume Budé (laissez tomber, Isa, c'est un type dont vous n'avez jamais entendu parler, pas citoyen pour deux ronds) clamant : « Mais enfin, merde, on est quand même au XVIe siècle ! »

    En fin bref : comment faites-vous pour supporter des connes pareilles ?

    (D'un autre côté, vous supportez déjà des immondes réacs dans mon genre, alors…)

    RépondreSupprimer
  9. Didier,

    Je supporte tout le monde, moi, sauf, heu... Je ne peux pas faire la liste avec l'iPhone.

    Et Joffrin, vous l'avez lu ?

    RépondreSupprimer
  10. LIRE JOFFRIN ??? Vous plaisantez ou quoi ? Cette pitoyable crevure ?

    RépondreSupprimer
  11. Didier,

    Bah ! Il veut juste interdire les sites reacs... Et l'amiral et vous me tombez dessus quand je le critique...

    RépondreSupprimer
  12. Hopopop! Moi je parlais juste de l'essence... Pas de Joffrin. La fameuse tarte à la crème de la loi qui rend libre et de la liberté qui oppresse (Lacordaire il me semble) n'a de sens que si on respecte le droit naturel et qu'on limite le droit positif au maximum. Mais que Joffrin soit un gland et de la graine de kapo, ce n'est pas une découverte, mais vous faites très bien de le dire.

    RépondreSupprimer
  13. Et bien, merci Nicolas...
    Ca fera 2 bières !

    RépondreSupprimer
  14. Marco,

    Quand on aime, on ne compte pas.

    Amiral,

    N'en faites pas trop, je vais etre grillé avec mes potes gauchistes.

    RépondreSupprimer
  15. Bravo !
    On se souvient des petits bras musclés de Christine Lagarde menaçant il y a peu les méchants pétroliers pour les prix à la pompe. Ça a fait la une de la presse démocratique ! Et pourtant, aujourd'ui, la presse rapporte simplement les propos de Total sans rappeler les épisodes précédents démontrant ainsi son peu de professionnalisme !
    :-))

    Oui, sinon, internet ce sont surtout et avant tout des citoyens qui s'exprime…
    :-)

    RépondreSupprimer
  16. Poireau,

    Merci !

    Oui, ils ont un peu tendance à cloisonner l'information...

    RépondreSupprimer
  17. Je ne serai pas très original, mais excellent billet (merci sebmusset pour le retweet du faucon)

    RépondreSupprimer
  18. Tu l'as pas loupé avec ta photo le Joffrin !
    +1 les commentaires de Didier Goux qui m'ont bien fait rire.

    RépondreSupprimer
  19. Sauf que sur l'Internet, il n'y a QUE des éditorialistes ... et des commentateurs ... Moi même qui ne m'informe que par le net, j'en viens à préférer l'ère des médias traditionnels : tout cela devient trop fouillis, trop ... n'importe quoi ... Le n'importe quoi mondialisé.

    RépondreSupprimer
  20. Barbichu, une valeur sure chez les éditocrates donneurs de leçon et retourneurs de veste.

    RépondreSupprimer
  21. @Amiral
    L'auteur dit simplement:
    En 2008: baril à 145$ -> litre à 1.53 euros
    En 2011: baril à 95$ -> litre à 1.50 euros

    Et ceci alors que les taxes n'ont pas été réévaluées.

    Même si le taux euro/dollar n'est pas le même, il y a ici une énorme différence qui n'est pas compensée.

    RépondreSupprimer
  22. C'est un excellent billet effectivement.
    Jean Bauberot parlait lui aussi sur son blog de ces infos qui ne sont pas dans la presse alors qu'elles semblent autant importantes, touchent autant de gens, voire plus, que toutes celles qui font la une.

    RépondreSupprimer
  23. Très juste remarque sur ce pitre de Joffrin, Barbichu est à l'ouest .

    ça donne des leçons, ça plante des journaux, et ça nous ressort les années 30 : quel con.

    il est aussi con que l'anonyme de 9H22 qui regrette l'information d'avant, du temps ou un ministre de l'information existait sans doute.

    RépondreSupprimer
  24. Je lis ce blog assez souvent. Je dois dire que je l'approuve assez rarement (masochisme de ma part). Je n'ai jamais posté un commentaire pour manifester mon désaccord, pensant que vous n'en auriez probablement rien à carrer. J'ai en outre la faiblesse de faire partie de ces branquignoles front-de-gauchistes que vous semblez exécrer.

    Pourtant, le ton de cet article, le fond, tout ça me pousse à prendre le clavier. Excellent article, de mon point de vue.

    Je pense continuer à vous lire, à ne pas être d'accord, et à rester silencieux. Bonne continuation.

    Boris

    RépondreSupprimer
  25. Putain ! Je suis vachement en retard pour répondre. Désolé !

    Merci à tous.

    Boris,

    Je n’exècre personne, sauf les branquignoles qui tapent sur le PS pour se faire entendre.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.