04 juillet 2011

Laissez-nous nos 35 heures !

De mémoire, dans leur programme, les socialistes ont prévu de supprimer la défiscalisation des heures supplémentaires, ce qui est la moindre des choses. Il n’y aucune raison valable que, sous prétexte qu’on travaille dans une entreprise qui a besoin de monde, on soit moins imposable que les autres… Une question de justice sociale. Sans compter que quand ça revient à un patron de payer moins cher des heures supplémentaires qu’un nouvel employé, il ne crée pas d’emploi. C’est presque mathématique mais je connais des couillons de libéraux qui pourraient nous expliquer le contraire.

On parlait ce week-end du projet de l’UMP qui se met progressivement en place, on entend parler d’une augmentation de la TVA. C’est inique et c’est comme la mesure ci-dessus : l’impôt perdra de la progressivité. Ce sont donc encore une fois les moins nantis qui vont en prendre plein la gueule (et moi, s’ils augmentent la TVA sur la bière).

L’autre grand volet de ce projet est la suppression des 35 heures. D’ailleurs, je me demande s’ils ne l’avaient pas déjà promis. Je vous laisse aller lire Dagrouik, il parle très bien de ce volet du projet.

Je voudrais juste revenir sur une bricole.

Quand le PS a sorti son programme, je me rappelle que Nicolas Sarkozy avait ironisé à propos du projet, en se demandant comment le PS allait expliquer à ses électeurs qu’ils aller toucher moins de pognon.

Dans la mesure où l’UMP préconise une augmentation de la durée de travail et une négociation par branche ou par entreprise de cette durée maximum, je vais donc lui reposer la question. Avec la suppression des 35 heures, c’est la notion même d’heures supplémentaires qui va disparaître. Je voudrais donc savoir comment il va expliquer à ses électeurs que leurs revenus vont baisser…

Soyons clairs tout de suite : il ne le fera pas. C’est sa cible électorale, celle du « travailler plus pour gagner plus » qui en pâtirait. Ce n’est pas celle du PS, qui a beaucoup de salariés qui bossent dans des grosses entreprises, des administrations, … où les heures supplémentaires sont rares… et les électeurs beaucoup naturellement bien ancrés à gauche.

Nous assistons encore à un processus typique à l’UMP : les cadres du partis lancent des rumeurs, des projets, … pour motiver l’électorat traditionnel, pour rappeler aux libéraux (ou leur faire croire) que le libéralisme est bien de leur côté.

Selon les réactions, les chefs (Jean-François Copé ou François Fillon) contrediront « ah mais non ce n’est pas dans le projet » ou « oui il faut poursuivre les réformes pour moderniser la société » (comme si travailler plus en étant payé moins).

Mais Nicolas Sarkozy n’aura pas le choix. Pendant sa campagne, il sera obligé de dire qu’il conserve les 35 heures, durée légale du travail à partir de laquelle s’applique les heures supplémentaires. Il apparaitra comme un sage qui défend le peuple et pourra à loisir taper sur le PS…

C’est aussi maintenant qu’il faut casser les propositions de l’UMP. Le PS ne doit pas rester avec les yeux rivés sur DSK. Il faut refaire de la politique.

Les 35 heures doivent être maintenues et la gauche doit y montrer son attachement. Surtout aujourd’hui quand on parle encore d’augmenter le nombre d’années de cotisation pour la retraite.

Quand est-ce que je vais trouver le temps d’aller au bistro, moi ?

7 commentaires:

  1. Bien analysé.
    Sinon, la solution ne serait-elle pas d'installer un ordinateur dans la comête ?

    RépondreSupprimer
  2. MHPA,

    Merci.

    Elmone,

    Ah non ! On ne blogue pas au bistro !

    RépondreSupprimer
  3. Je me demande si les syndicats ne devraient pas réaliser une union sacrée pour entreprendre une grande campagne de communication pédagogique visant à accroitre considérablement la syndicalisation des salariés. Avec des syndicats plus forts, tout pouvoir devrait réfléchir à deux fois avant de lancer ce genre d'attaque. C'est enfoncer une porte ouverte, je sais, mais pourquoi les syndicats ne s'y précipitent-ils pas !

    RépondreSupprimer
  4. Ben, des fois, je me demande si les syndicats, en France, travaillent bien pour l'intérêt des salariés...

    RépondreSupprimer
  5. "Quand est-ce que je vais trouver le temps d’aller au bistro, moi ?"

    Euh, j'émets donc une proposition, en partant de l'idée que si le temps de travail augmente, le salaire augmentera en rapport (permis de rêver!). Cela te laissera de quoi payer une bière supplémentaire... il ne reste donc plus qu'à étendre les horaires d'ouverture des bistros!

    RépondreSupprimer
  6. Ce que je ne comprends pas ce qu'a bien faire la droite durant toutes ces années au pouvoir pour être encore aujourd'hui emberlificotée dans les 35h. On se demande s'ils sont bien au courant de ce qu'ils font !
    :-))

    [Dans la réorganisation nécessaire de la république française, il faudrait amener les syndicats à jouer en rôle important. En Belgique, par exemple, ils sont en charge du paiement du chômage, ça permet aux salariés de se syndiquer et d'y rester ! Et ça permet aux syndicats d'avoir voie au chapitre et d'être écoutés ! :-) ].

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.