28 octobre 2011

C'est pas d'ma faute, m'sieur !

La dernière fois que j’ai joué avec des mômes, c’était à un mariage. Je m’amusais à leur faire faire des bêtises, comme, sur instruction de Cuicui, envoyer des boulettes de purée sur les robes des dames. Il y en avait deux de 8 ou 10 ans, assis à ma gauche, attention, la vraie hein. A un moment, celui qui était le plus éloigné s’assoit à la place de l’autre, mon voisin et nous papotons. Il renverse le verre d’eau. « C’est pas de ma faute, c’est l’autre qui l’a mis là… »

Je n’ai pas vu l’interview du Chef de l’Etat, hier, mais les comptes rendus que je peux lire me laissent à penser que ça ressemblait à ma scène, au mariage.

C’est évidement de la faute aux 35 heures. Mais aussi à un peu de tout. Les 39 heures, Mitterrand et la retraite à 60 ans… Même la crise de la dette Grecque est due à ses prédécesseurs incompétents qui ont laissé entrer la Grèce dans la zone Euro (en 2001, faudra savoir si c’est de la faute à Jospin ou à Chirac)…

Ainsi, le président a lancé sa campagne !

Il ne se bat pas sur son bilan mais sur celui de ses prédécesseurs ! Il ne sera pas inutile de rappeler qu’il était ministre de deux de ses prédécesseurs et surtout de rappeler son propre bilan. Si la dette français aura augmenté de 500 milliards pendant son quinquennat, faudra-t-il mettre en cause des décisions du Général de Gaulle voire des politiciens du 19ème siècle qui font que le tissu industriel français aboutit à une catastrophe financière.

Parce que son autre cheval de bataille est la comparaison avec l’Allemagne.

Pourtant, avant l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir, la dette de l’Allemagne était supérieure à celle de la France. L’Allemagne devrait être prise en exemple, ce magnifique pays aux 20% de travailleurs pauvres. Ce magnifique pays où les salariés travaillent en moyenne 35,7 heures par semaine contre 38 heures en France. Ce magnifique pays où le système d’imposition sur le revenu est tellement compliqué que ça m’a couté une boite d’aspirine pour un billet de blog que j’ai finalement fini par ne pas faire.

La campagne s’annonce amusante :
-         faisons comme l’Allemagne (en 2007, c’était comme les USA, non ?),
-         c’est de la faute à l’Histoire de France si elle est dans cet état.

On avance, on avance, on avance, …





13 commentaires:

  1. C'est pas moi! C'est les autres....

    Je propose aux twittos de lancer un hashtag #cestpasmafaute + #sarkoshow

    Exemple:
    [la crise de l'enseignement? C'est la faute à Charlemagne! #sarkoshow #c'estpasmafaute]

    On va bien rigoler! Vous venez?

    RépondreSupprimer
  2. Et Sarkozy n'a pas évoqué une seconde la situation de l'emploi. Pas une seule seconde.

    L'Allemagne elle, ne s'est pas désindustrialisée, son commerce extérieur est bon alors que le nôtre est merdique. Qu'a fait la droite pendant dix ans pour faire pencher cette balance en notre faveur ? Rien. J'espère que les gens ne se laisseront pas berner.

    Les 35 heures, la retraite à 60 ans, c'est quand même de la rigolade. Sarkozy ministre de l'Économie voulait à une certaine époque vendre les stocks d'or de la Banque de France. On voit quel visionnaire il fait, notre Président.

    RépondreSupprimer
  3. Sarko adore parler, se regarder et s'écouter parler.. Le reste, c'est la faute à ceux qui l'écoutent.. N'ont qu'a changer de chaine ou aller au spectacles.. Les discours n'engagent que ceux qui les écoutent, ça tout le monde le sait.. Pas de sa faute si les Français sont des veaux.. C'est pas lui, c'est de Gaulle qui le disait..

    RépondreSupprimer
  4. Dorham,

    Oui. Il sait friser le sublime.

    Christie,

    Un digne héritier ?

    RépondreSupprimer
  5. On avance pas, on creuse...

    RépondreSupprimer
  6. ... si on creuse assez on trouvera du pétrole ? ...

    RépondreSupprimer
  7. Ce n'est pas de ma faute si ils t'ont placé à la table des enfants lors de ce mariage ! -DDD

    C'est vrai que quand on observe ce président de la république, on découvre un grand gosse qui se la joue grave "sauveur de la planète" devant ses collègues européens hilares et condescendants.

    Si ce n'était autant dramatique pour nous, il y aurait de quoi ricaner comme des hyènes.

    RépondreSupprimer
  8. Ce qui me dérange dans cette comparaison systématique avec l'Allemagne c'est qu'elle passe sous silence certains travers non négligeables de nos amis teutons, notamment le travail des femmes. Bien qu'un peu moins oubliées/exploitées qu'au Japon, les femmes ne sont clairement pas encouragées à avoir une vie professionnelle à l'égal de leurs maris et encore moins une carrière. Ainsi moins d'1/6 des enfants de moins de 3 ans ont une place en crèche. Le résultat est que les femmes ayant des enfants cessent leur activité professionnelle, ou en réduisent la durée. L'autre travers est que l'Allemagne vieillit, car, conscientes qu'avoir des enfants signifie la fin de leur carrière professionnelle, les jeunes allemandes ne s'empressent guère de fonder une famille. Mais ça y'a pas un(e) politique pour le rappeler.

    RépondreSupprimer
  9. casse toi .............

    c encore loin 2012.

    RépondreSupprimer
  10. Est-ce que Giulia, c'est sa faute au moins ?

    RépondreSupprimer
  11. Il y a un axe de communication claire : Sarkozy explique qu'il a sauvé le pays de la Crise grâce à ses efforts et malgré le passif lourd de ses prédécesseurs pendant que l'UMP pilone sur les 250 myards que coûterait le programme du PS défendu par François Hollande.
    Ces contre-vérités répétées par la presse pendant quelques mois feront une vérité dont les électeurs tiendront malheureusement compte en 2012.
    Attention au scrutin !
    :-)

    [Je suis héberlué de voir la presse continuer à reprendre sans recul ni critique ce chiffre de 250 myards annoncé par l'UMP, sans autre expertise qu'un compteur en toc. Je suis inquiet… :-/].

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.