11 janvier 2012

Providentiel pavé dans la marre : la suppression du quotient familial

Quand François Hollande est entré en campagne pour la primaire, il y a plus d’un an, je crois, il a sorti un livre avec un programme que j’ai lu avec circonspection et mes yeux mais d’une oreille distraite : à l’époque, tout le monde ne jurait que par Dominique Strauss-Kahn. Celui que j’ai défendu ensuite pendant les primaires n’était qu’un vague outsider. Je n’étais pas d’accord avec tout son bouquin. Notamment, comme pour tous les candidats, je trouve qu’il n’abordait pas suffisamment la question du logement. Heureusement qu’Eric Cantona est là.

Cela dit, il parlait déjà d’une grande réforme fiscale. D’ailleurs tout le monde en parlait puisque Nicolas Sarkozy avait également annoncé une réforme pour l’été 2011. On a vu ce que ça a donné. Pendant la primaire, cette réforme était un thème majeur de la campagne et le reste aujourd’hui.

Tout le monde voit bien qu’une réforme de grande ampleur est nécessaire. Nous avons des dizaines de milliards de déficit ; la droite veut augmenter massivement la TVA, le système fiscal a été « cadré » après la guerre, …

Il est temps de faire quelque chose.

Hier et avant-hier, avec la réforme du quotient familial, nous sommes entrés dans le vif du sujet, sans compter qu’on aurait pu insister sur le fait qu’une politique nataliste qui a été nécessaire par le passé n’est plus franchementjustifiée.

On s’est fait tomber dessus par la droite : normal. Les précisions apportées par le PS et Hollande ont donné un vague sentiment de cafouillage mais aussi l’occasion de tomber sur la droite : normal. Il faudra néanmoins éviter que ça se reproduise mais le truc est sorti dans la presse par hasard suite à un rapport de je ne sais plus quelle direction des impôts.

La routine.

Il n’empêche qu’à gauche, je ne ressens pas spécialement l’allégresse quand on dévoile une partie du programme. Il va être temps que les supporters présumés se retirent les doigts du cul.

Tout d’abord, le quotient familial est un machin pour faire baisser les impôts : c’est donc une niche fiscale. Toute niche fiscale est justifiée en elle-même parce qu’elle défend une politique mais le cumul des niches fiscales rendent l’impôt sur le revenu totalement illisible et injuste puisqu’elles permettent aux plus riches de se soustraire au seul impôt qui pourrait être juste.

Ensuite, on est censés défendre une réforme fiscale nécessaire qui contient, à plus ou moins long terme, le rapprochement des deux impôts touchant sur le revenu : l’impôt sur le revenu lui-même et la CSG. Si on ne réforme pas les niches fiscales, on sera obligés de les appliquer aussi à la CSG, rendant l’imposition encore plus injuste.

On entend des cris d’orfraie à propos de la casse de notre modèle social. Outre le fait que défendre une politique nataliste, alors que la terre dépasse les 7 milliards d’individus et que la France est au top au sein de l’Europe, est totalement crétin et réactionnaire ce qui n’est pas antinomique, loin s’en faut, il faudrait mieux rappeler les casses successives de ce modèle par les gouvernements de droite…

Enfin, il faudrait peut-être se mettre au clair dans nos rapports au pognon. Le salaire médian est entre 1500 et 2000 euros. On ne peut pas plaindre en permanence ceux qui en touchent
3000 et surtout, il faut arrêter de les prendre pour des demeurés, sans compter qu’ils ont déjà pas mal d’avantage, lié à ce revenu ! Tiens ! Essayez d’acquérir un logement quand vous touchez moins que ça…

Nous avons une réforme fiscale à mener : il ne faut pas faire croire à toutes les catégories sociales qu’elles ne trinqueront pas. On ne peut pas gueuler contre l’augmentation de la TVA par la droite en disant qu’elle va toucher les plus démunis…

Sortons les calculatrices. Un ménage à 3500 euros par mois avec deux enfants perdrait, avec la suppression du quotient familial, 1340 euros par an, sans compter le crédit d’impôt contenu de la réforme proposé, soit 3% de ses revenus, soit environ ce qu’ils vont gagner en passant leurs deux abonnements pour mobile chez Free… Et je me répète : c’est sans prendre en compte le crédit d’impôt dont on n’a pas assez parlé dans cette histoire.

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ni de réforme fiscale sans toucher à la fiscalité.

Et, vu de gauche, on ne fera pas de réforme fiscale sans renforcer la progressivité de l’impôt sur le revenu.

C’est aujourd’hui qu’il faut mettre les informations dans le débat, qu’il faut en discuter, pas après le lancement de la campagne.

Mais on trouvera toujours des zouaves qui préfèrent critiquer la forme que parler du fond.

10 commentaires:

  1. Le problème, est que ce sont les snippers sarkozystes qui répondent pas Sarkozy lui-même, il n'y a donc pas de débat entre les candidats, pas de confrontation juste et loyale... normale qu'à gauche on soit encore sur la réserve...

    RépondreSupprimer
  2. " Il va être temps que les supporters présumés se retirent les doigts du cul."
    Je t'avais dit exactement cela et dans les meme termes pour les responsables du PS la mesure etant difficile a expliquer .
    Moi même je le reconnais n'avoir pas etait tres clair .
    Tout le monde admet que les allocs font parti du revenu global de la famille .
    Fiscalisons les allocs
    conséquences
    Reprise d'une partie de ces memes allocs puisque (revenu imposable = salaire + les allocs )

    - Certains deviendrons assugetis a l'impot
    - D'autres se verront rependre une partie de ses allocs au proratat de leurs taux d'imposition .
    Voilà pour la modulation.
    Il ne reste plus qu'a redistribuer
    le produit de cette "reprise par le tresor" (tout ceci se faisant à somme nulle ) a part egale entre tous les enfants par ce que l'on appelera un crédit d'impot en y incluant les enfants dont le foyer demeure non imposable malgre cette modification .
    j'espere avoir etait plus clair et excuses pour la longueur .
    Si oui ... si tu vois Francois glisse lui cela au creux de l'oreille .. ;-)))

    RépondreSupprimer
  3. L'approche de Hollande et cette annonce sont dramatiques pour moi, stygmatisation des uns par rapport aux autres, arrêt du seul truc qui est censé fonctionner, retour arrière en catastrophe, clivage avec l'électorat catholique... C'est pas le bon sujet !

    RépondreSupprimer
  4. Je n'avais encore jamais vu le mot "stigmatisation " écrit avec un Y. (commentaire ci-dessus)

    Qu’est-ce que le quotient familial ? Celui de la Caf ou celui des impôts ? Celui des impôts, sans doute…
    Je ne comprends pas grand-chose aux réactions des uns et des autres, on dirait que les dedroite parlent à gauche, et l’inverse.
    S’il faut discuter du fond : a-t-on besoin d’une politique nataliste ? Faut-il témoigner de la reconnaissance sous forme financière aux familles nombreuses ?
    On pourrait donner des allocations dès le premier enfant, et plafonner à trois le nombre d’enfants ouvrant droit aux allocations. Et, surtout, renforcer les mesures et aménagements pour que les femmes qui travaillent puissent conserver leur emploi.

    RépondreSupprimer
  5. Les gens,

    Je vous réponds dans mon annexe.

    L'un de vous peut il mettre le lien ici ? Merci.

    RépondreSupprimer
  6. http://www.macomete.com/2012/01/reponses-diverses-11012012.html

    RépondreSupprimer
  7. Heureusement qu'on a les reacs pour faire des liens correct. Merci.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.