28 février 2012

Sondage de Pierre, Paul, Jacques, ...

Les sondages se suivent et se ressemblent. Un analyste objectif pourrait en résumer le résultat ainsi : François Hollande et Nicolas Sarkozy serait largement en tête au premier tour et le candidat socialiste mettrait une tripotée impressionnante à Nicolas Sarkozy au second.

Certes, ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir réintroduit dans les Pyrénées ou reconduit dans le Béarn. Il n’empêche qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien et à taper sur les interprétations qui sont faites des sondages.

Deux sondages sont tombés ce matin sans se faire mal. Ipsos donne François Hollande à 31,5 et Nicolas Sarkozy à 27 puis, au second tour, respectivement à 58 et 42%. Ifop prévoit un écart moindre au premier tour : 28,5 contre 27 et le même résultat au second tour.

Que titrent les journaux (vous pouvez vérifier dans Google News) ? « L’écart se resserre ». Tiens ! C’est un peu comme si après la victoire de Brest contre Marseille, samedi, la presse titrait : « Brest se rapproche de la tête de la ligue 1 ».

Cela dit, les experts en sondages des partis politiques sont heureux. A l’UMP : « La seule chose qui compte, c'est la tendance et elle est très nettement au resserrement dans trois sondages sur quatre parus au cours des dix derniers jours. Le baromètre Sofres de samedi dernier sur les dynamiques électorales place Nicolas Sarkozy en tête, alors qu'il n'était que 4e le 9 février. » Je traduis : « certes ! Nicolas Sarkozy va se faire dézinguer mais il a la meilleure dynamique électorale. » Je ne sais pas ce que ça veut dire. On pourrait constater que la dynamique électorale est meilleure depuis que Nicolas Sarkozy est en campagne. Ouf.

Au Modem : « Quant à François Bayrou, cette incertitude sur les sondages le rassure. «Cela les relativise», glisse son expert ès opinions, Robert Rochefort. Il préfère, lui, voir les critères de sympathie qui place son champion dans une situation plus confortable que les intentions de vote. » Je traduis : « certes ! Il est possible que François Bayrou fasse un score qui le rende totalement ridicule. Il n’empêche que c’est le plus sympathique. »

Ils ont raison de relativiser.

Je vais le faire aussi : certes, François Hollande est largement en tête et je pourrais aller à la pêche plutôt que de faire des billets de blog en sa faveur et répandre la bonne parole. Mais j’étais déjà allé à la pêche le 21 avril 2002.

Il est probable que les courbes du premier tour se croisent dans les prochains jours. Nous serons alors peinés. La presse fera des jolis titres et les membres de l’UMP fanfaronneront. Ils auront bien raison. C’est à peu près la seule satisfaction qu’ils pourraient avoir dans les prochains mois.

En 2007, fin février, les sondages donnaient Nicolas Sarkozy gagnant avec 53% des voix. Il a gagné avec 53%. En 1995, les sondages de fin février donnaient Jacques Chirac gagnant avec 52 ou 53% des voix. Il a gagné avec 52,6. En 1988, les sondages de fin février donnaient François Mitterrand gagnant avec 55%. Il a gagné avec 54. En 1981, les sondages n’en savaient strictement rien et donnaient des résultats différents selon les instituts. Mitterrand a gagné avec 51,8%.

Tiens ! J’ai oublié 2002.

Comme quoi, les mauvaises surprises…

7 commentaires:

  1. Il ne faudrait surtout pas que les partisans de Hollande se reposent sur leurs lauriers en voyant les “pronostics” du second tour, lesquels sont aberrants : il est évident, me semble-t-il, que jamais Hollande, s'il doit gagner, n'atteindra un tel score. 51,5 % serait déjà beau…

    RépondreSupprimer
  2. Captain,

    Ne me fâche pas le vieux.

    Didier,

    On est d'accord sur le fait qu'il ne faille pas se reposer sur les lauriers d'autant que je crois que l'abstention pourrait nous jouer des tours. Il n'empêche que le rejet du Président est tel qu'une surprise n'est pas du tout à craindre.


    Nous ne sommes plus en 81 avec les chars Russes aux portes de Paname

    RépondreSupprimer
  3. Dans tous les cas de figure l'ump et son et son guide suprême se prend une claque au 2eme tour et je me demande bien à partir de quel moment les députés vont commencer à se poser sérieusement la question de leur réélection, parce que pour le moment ils y croient encore.

    Les commentateurs parlent de resserrement dès que la droite regagne 0, 5 points., c'est à se demander s'ils sont idiots, naïfs, mythos ou complétement désorientés.

    Ou sont les abstentionnistes !!

    David75

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas : bien sûr qu'il y a ce fameux rejet, et heureusement pour vous : sans lui, Hollande n'aurait aucune chance, la configuration politique du peuple français étant ce qu'elle est.

    Néanmoins, je persiste et prends date : je ne crois pas que Hollande puisse dépasser les 52 %.

    RépondreSupprimer
  5. Captainhaka : la Francd entière sait que je suis socialiste, depuis que Le Monde.fr m'a honteusement “outé” !

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    L'important est de dépasser 50. La victoire deviendra évidente et les gens ne viendront pas voter. Donc le score pourrait en effet ne pas être terrible... Ni même supérieur à 50.

    David,

    Oui. C'est grotesque.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.