13 avril 2012

La pente solide vers la sortie

Comme François Hollande, Nicolas Sarkozy est interrogé par 20 minutes, ce matin. Avec l’objectivité qui me caractérise et au-delà de tout esprit partisan et tout ça, je dois reconnaître que le candidat entrant est porteur d’espoir contrairement au candidat sortant. Paf ! Cela étant dit, que nous dit le futur ex ?

« Au premier tour, la très grande majorité des sondages me donne premier. » Ils n’ont pas Internet, à l’Elysée ? Ils n’ont pas vu les deux derniers sondages qui donnent le sortant sortir par la petite porte.

« Le rassemblement de la Concorde, c’est la possibilité pour la France silencieuse, mais qui fera l’élection, de se rassembler et dire: «Voilà notre choix.» » La France silencieuse ? La nouvelle expression à la mode pour le candidat du peuple du Fouquet’s… J’ai donc compris que les 150 000 Français qui veulent la réélection de Nicolas Sarkozy seront à la Concorde. Si vous voulez boire un coup, vous remontez les champs Elysées. Un peu avant d’arriver au bout, une avenue, à gauche, s’appelle Georges V (« cinq », pas « vé », abruti). Il y a une charmante brasserie à l’angle.

« Les pays sont attaqués quand ils conduisent une politique qui les met en situation de fragilité, quand ils accumulent des dettes et des déficits qu’ils ne sont pas en situation de rembourser. » Il parle bien de lui, hein !

« Par ailleurs, je me suis engagé sur une pente solide de réduction des déficits. » La pente solide… Que fout Didier Goux ? Enfin… La pente est raide…

A propos de la baisse de salaire du Président et des Ministres promise par François Hollande. « Pourquoi est-ce qu’il ne le fait pas comme président du conseil général de Corrèze, le département le plus endetté de France ? » Je vais répondre à Nicolas Sarkozy. J’aime bien rendre service même s’il est surprenant de voir que la personne en charge de Présider la République ne dispose pas de la réponse à la question… Je réponds.

Prenez des notes au cas où Jean-François Copé pose la même question en 2017.

Le salaire des Président de Conseils Généraux n'est pas fixé par les Conseils Généraux mais par l’état.

J'ai répondu. Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas.

« M. Hollande parle à la gauche, moi, je pense qu’il faut parler au peuple de France. » Bling bling plouf plouf.

« Je n’ai pas changé. » Ah ! Mais faudrait savoir !

« François Bayrou considère que la réduction des déficits, c’est une priorité. Vous me dites : « Est-ce que je suis d’accord ? » Oui. La meilleure preuve, c’est que nous la mettons en œuvre. Pour le reste, chacun peut avoir sa sensibilité et ses différences, c’est autre chose. » Non, vous ne la mettrez pas en œuvre, vous ne serez pas élu, le changement c’est maintenant et tout ça. Et surtout, fallait la mettre en œuvre avant : 600 milliards de dette en plus en 5 ans, et moi et moi et moi…

Tiens ! Il y a un nouveau sondage, après les deux d’hier.

« Le candidat socialiste remporterait l'élection au second tour avec 57% des voix. »

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

10 commentaires:

  1. #la France silencieuse : les gens qui n’osent plus dire qu'ils votent pour Nicolas LE PEN? Ben oui ! on en est là …

    RépondreSupprimer
  2. Si c'est leur vraies têtes , j'hésite ...
    Bon , moi ça me fait peur des cheutrons comme celles là ...
    Jésus aussi il voulait sauver le monde , il a échoué c'est vrai mais lui il était beau . Eux ils sont moches tous les deux ...
    Merde , ça fait peur que nos héros soient aussi moches . A mon avis la fin du monde est proche .

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.