18 avril 2012

Ralliements comme on respire

Des personnalités proches de la droite ou ayant collaboré avec Nicolas Sarkozy le critiquent sèchement ou apportent leur soutien à François Hollande. J’en fais souvent des billets parce que ça m’amuse… Néanmoins, je vois des commentaires suite à mes billets ou des Tweets que je ne juge pas adaptés. Je ne peux pas répondre à chacun individuellement, je m’y perdrais…

Chaque cas doit être jugé indépendamment.

Je parlais de Azouz Begag, récemment. Il considère globalement que Nicolas Sarkozy ne peut pas faire fonctionner correctement la République et qu’il ne faut absolument pas qu’il soit réélu. Il choisit donc de se prononcer pour quelqu’un du camp d’en face, il n’y a rien à redire. Je n’ai pas vu d’explication de Brigitte Girardin mais je suppose qu’elle est dans le même cas.

Chantal Jouanno reste fidèle à Nicolas Sarkozy. A priori, elle a fait une erreur de communication en disant un truc contre lui : en période électorale, il faudrait savoir rester « droit dans ses bottes »… Il est logique que la presse en parle et, surtout, que les blogueurs politiques de gauche s’en amusent !

Fadéla Amara et Martin Hirsh sont des personnalités de gauche qui affirment leur soutien au candidat qui a le plus de chance de faire gagner la gauche. Rien de plus normal. Ils ont juste commis l’erreur d’entrer dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy à une autre époque. On les a suffisamment critiqués pour ça parce qu’on pensait qu’ils se laissaient embobiner...

Ainsi, la plupart des ralliements à François Hollande (ou soutiens à Nicolas Sarkozy) sont normaux. Les seuls ralliements anormaux sont ceux de hauts cadres du PS ou de l’UMP au candidat du camp d’en face… On peut traiter les gens concernés de traitres, dans sa définition littérale et laissé le côté péjoratif : par le passé, des gens sont passés dans le camp d’en face.

En outre, aucune de ces personnalités de « va à la soupe », l’argument de mes trolls est parfois un peu trop facile. Le « Tous pourris » est beaucoup trop fréquent…Cessons la généralisation.

Aucun de ces machins n’a la moindre importance. Elles donnent juste un sentiment de cafouillage dans l’entourage du proche de l’état qui m’amuse beaucoup.

C'est le fait d'aller voter massivement pour François Hollande qui assurera sa victoire et donc la défaite de Nicolas Sarkozy, pas des propos d'untel ou d'unetelle...

Le changement, c'est maintenant !

(source de l'illustration)

8 commentaires:

  1. Quand un personnage de droite trahit pour venir à gauche, c'est une personne de qualité quand l'inverse se produit, c'est un salaud, un fils de pute, une sous merde et pourtant un traître reste un fils de pute et à gauche, on les compte pas centaines.

    Vous pouvez supprimez mon commentaire les fils de chien resteront des fils de chien.

    RépondreSupprimer
  2. Ben non, connard, je laisser ton commentaire : il prouve que tu ne comprends rien à ce que tu lis. Trop drôle mais le ridicule ne tue pas.

    RépondreSupprimer
  3. Mouarf, connard ! Hollande a déclaré que Besson avait un destin de traître.

    RépondreSupprimer
  4. Grandpas est surtout un grand idiot !!

    Le billet de Jegoun est très pertinent dans la mesure où il montre que Nicolas Sarkozy n'a pas été capable - ou voulu - considérer les ministres de l'ouverture ! Pour lui, c'était des ministres alors qu'il prétendait respecter leur sensibilité ! Aussi, il ne devrait pas être surpris, après qu'il les ait roulé dans la farine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merde ! On va finir par confondre grand idiot et gros con.

      Supprimer
  5. Il faut savoir écouter les raisons très ou moins honorables de chacun et ne refuser aucun ralliement. C'est une élection pas un cours de beauté et chacun use de son droit de vote comme il l'entend. Quant à la distribution de postes après, dites "prises de guerre" dans le langage du sortant, c'est tout à fait autre chose. Le futur président serait bien inspiré de ne pas penché de ce côté là, sauf exception justifiée par une raison programmatique et lisible.

    RépondreSupprimer
  6. Quand je lis ça : Fadéla Amara et Martin Hirsh sont des personnalités de gauche ... Je me dis que décidément nous n'avons pas tous les mêmes repères.
    S'il fallait se proclamer de gauche pour être de gauche c'est vrai que tout serait plus simple. Ce qui compte ce sont les choix, ceux auxquels on adhère et surtout ceux auxquels on met en oeuvre directement ou par solidarité politique ou, dans le cas de ces 2 personnages, par solidarité ministérielles.

    RépondreSupprimer
  7. mon mot de 01:31 AM est du charabia à la fin. Comme quoi il faudrait se relire.
    j'aurais dû bien évidemment écrire : ......et surtout ceux que nous mettons en oeuvre ou bien ceux pour lesquels il y a adhésion par simple solidarité ministérielle.
    dans ces conditions il est difficile d'affirmer que ces personnages sont de gauche.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.