07 décembre 2012

Mais d'où vient le Père Noël ?

Avant-hier, FalconHill abordait cette histoire d’une directrice d’école qui aurait empêché la venue du Père Noël à l’école pour ne pas froisser les musulmans ou parce qu’elle aurait subit des pressions. Je voulais en faire un billet mais il y avait trop de « conditionnels ». Hier, l’information était reprise par Le Plus du Nouvel Obs, sans le conditionnel.

Je vais donner mon avis…

Mais pour ce faire, il faut répondre à un tas de rumeurs qui courent sur le Père Noël, brave personnage inventé vers 1850 en Angleterre à partir de la légende Saint Nicolas qui nous vient tout droit de Turquie et non pas au début du 20ème siècle par Coca Cola…

Pour résumer…

Le personnage du Père Noël et tout ce qui va avec est une invention de romanciers américains au 19ème siècle, notamment un qui n’est pas américain, Dickens, et dont je ne parle pas dans la suite du billet où vous apprendrez plein de choses. 

Tout le folklore autour du personnage du Père Noël est une invention qui s'est répandue dans la seconde moitié du 19ème siècle au rythme de la diffusion de la presse papier qui contenait des contes de Noël, illustrés par des représentations de ce personnage, légèrement relooké par Coca Cola en 1931 (pour une campagne de pub qui fut reprise pendant une trentaine d'année). Le père Noël dérive de Saint Nicolas qui, lui, a bien "existé", mais absolument pas une invention de Coca Cola contrairement à ce qu’on lit souvent.

La date de Noël, donc de la naissance de Jésus a été fixée arbitrairement par un pape, évidemment infaillible, il y a 1600 ans. Aucun texte plus ancien ne précise la date de naissance et il fallait mettre tout le monde d'accord. Le pape en question décida d’en faire une fête pour "concurrencer" les fêtes païennes qui célébraient le solstice d'hiver à cette période depuis la nuit des temps. 

A la même époque que celle de la fixation de cette date mourut, un six décembre,  un évêque qui, bien que jamais canonisé, deviendra Saint Nicolas. Comme il avait fait des miracles à propos de sujets concernant les enfants, la date de sa mort fut choisie comme fête des enfants. 

Ainsi, à peu près à la même époque, deux fêtes des enfants sont nées et sont arrivées jusque à nous au rythme du développement de la Chrétienté

Au 16ème siècle, les protestants voulurent y mettre de l'ordre et décidèrent que la seule fête des enfants serait le 25 décembre. Mais, pas radoxalement mais presque, ce sont des "protestants protestants" qui ont résisté à "cette" réforme et ont voulu garder leur Saint Nicolas avec le personnage associé issu d’une légende : Saint Nicolas himself, modèle de notre Père Noël. 

Ainsi, le Père Noël "descend" d'un Turc dont la légende a été transmise par des protestants, refusant une partie de la réforme, émigrés plus tard aux USA dont des écrivains formalisèrent le personnage qui arriva chez nous à la fin du 19ème siècle. Noël est une fête catholique et protestante (mais pas orthodoxe, ils n'ont pas le même calendrier…) mise en place pour torpiller des rites païens ancestraux qui se tenaient aux alentours du 25 décembre. 

Il y a donc "3 Noëls" :
- la célébration de la naissance de Jésus et la fête des enfants des catholiques et des protestants,
- la fête païenne ancestrale pour le solstice d’hiver (les jours les plus courts et tout ça…),
- la fête autour du personnage du Père Noël popularisé par la littérature américaine. 

Seul ce dernier est le mien.

Et si on résumait l’histoire ?

Nicolas de Myre est né en 270 après Jésus-Christ. Il était très pieux et vertueux. Ses darons sont crevés assez jeunes et il a hérité de tout leur pognon. Il a filé plein de pognon à un type qui voulait prostituer ses filles. Il acquit donc la réputation d’une forte générosité. Un gars de gauche, probablement. Son oncle alla voir l’archevêque et l’incita à ordonner prêtre le pieux neveu. Quand l’évêque de Myre cana, Nicolas le remplaça. En 303, l’empereur imbécile commença a lutter contre les chrétiens et Nicolas fut emprisonné. En 311, le nouvel empereur arrêta ces conneries et libéra Nicolas qui put reprendre son job à Myre.

Il mourut en martyr vers 350 (peut-être en 343), le 6 décembre, tué par les Romains. C’est la légende, hein ! Je n’ai pas vu le direct sur BFMTV. Il a été décapité et une fontaine d’huile a jailli de son cou. Ceci un billet pédagogique. Peu après, l’église décida de canoniser le lascar et de le célébrer le 6 décembre, chaque année. Je me demande pourquoi je n’ai pas fait ce billet hier, moi. Cela étant, ceci un billet documenté et certaines sources sont formelles : il n’a jamais été canonisé mais les cathos ont toléré sa célébration.

En 354, le pape Libère (celui qui a décidé en premier que Rome serait le siège apostolique) décrète que la célébration de la naissance du Christ tombe le 25 décembre. Avant un tas d’andouilles se battaient pour des dates différentes et c’est depuis que nous fêtons Noël… Au fil des siècles, le 25 décembre est devenu la fête de la famille et des enfants, on racontait des histoires au coin du feu, la veille. Surtout, le pape aurait voulu concurrencer les fêtes païennes qui se tenaient à cette époque pour le solstice d’hiver (la veille), notamment la fête romaine de Sol Invictus.

Cela étant, Nicolas de Myre a fait un paquet de miracles ! Comparé à lui, Jésus est un petit joueur. Surtout, parmi les légendes qui lui sont attribuées, beaucoup sont attribuées à Saint Nicolas… Saint Nicolas est donc aussi la fête des enfants…

Myre est un patelin d’Asie Mineure, dans le coin de l’actuelle Turquie. D’ailleurs, les Turcs s’emparèrent de Myre et les moines du patelin montrèrent le tombeau de Saint Nicolas à des soldats ritals. Ou ritaux, originaires de Bari, un trou du sud de l’Italie. Ces zouaves ont ouvert le cercueil et découvert les ossements baignant dans l’huile. Ils ont collé les os dans une boite et ramené le bordel à Bari. On appelle ça un vol, mais c’était des Italiens, aussi… Bref, c’était en 1087 (à vue de nez).

Théophano la nièce de l’empereur Byzantin et femme de l’empereur d’Allemagne, Otton II, introduisit le culte de Saint Nicolas en Allemagne. Son fils créa le patelin de Saint-Nicolas-de-Burtscheid.

Au douzième siècle, un chevalier Lorrain, Charles Aubert, chevalier de Varangéville, qui revenait de croisade en passant par Bari trouva le truc et ramena quelques os et le culte avec lui dans le nord de la France, dans ce qui deviendra la basilique de Saint Nicolas Le Port, dans le coin de Nancy.

C’est probablement anecdotique mais on voit ainsi que la source de « l’introduction » de Saint Nicolas en Allemagne n’est pas la même que celle en France, Belgique et Pays-Bas. Santa Klaus vient directement de Turquie alors que le nôtre est passé par l’Italie avant de s’arrêter vers Nancy pour se propager ensuite. Les Allemands sont fiers et s’imaginent les rois du monde, il n’empêche que le Père Noël vient de notre Saint Nicolas qu’on a refilé aux bataves et pas du leur, comme le montre la suite de récit qui vous tient en halène…

Le fil des siècles fit ce qu’il avait à faire dans le nord de la France, en Belgique et aux Pays-Bas. Dans la nuit du 5 au 6 décembre, Saint Nicolas va chez les gens et demande aux enfants s’ils sont obéissants. Les chiares laissent leurs groles devant la porte avec du sucre, du lait et une carotte pour la mule du qui porte le Saint. Si j’avais été Saint Nicolas, j’aurais immédiatement fait remplacer le lait par de la bière, le sucre par une entrecôte saignante et la carotte par des frites.

Les enfants qui ont été sages reçoivent des cadeaux et les autres des coups de fouet par le Père Fouettard. D’où son nom. J’étais parti pour faire un billet pour défendre la laïcité et je finis en billet pédagogique. Le Père Fouettard vient de Lorraine mais les autres coins ont leur équivalent.

Au seizième siècle, c’est la réforme protestante et tout ça, dans de nombreuses régions du nord de l’Europe. En 1535, Martin Luther veut lutter contre le culte des saints, trop proche de l’idolâtrie. Ils ont voulu mettre fin à cette fête ridicule qui était d’origine catholique. Du coup, ça sera l’enfant Jésus qui distribuera les cadeaux aux enfants, le jour de Noël.

Néanmoins, la plupart des protestants résistèrent, un peu en Allemagne et surtout en Hollande. C’est aussi un billet politique, n’oublions pas que je suis un supporter de François Hollande qui gueule contre la résistance de Mme Merkel.

Ces braves protestants ont donc maintenu la fête du Sinter Kaas comme ils disent chez eux.

En 1625, les tauliers de la Compagnie des Indes Occidentales décidèrent de monter une enceinte fortifiée au sud de l’ile de Manhattan qu’ils avaient rachetée pour des poignées de cerises aux indiens : la Nouvelle Amsterdam. Les migrants ont amené Sinter Kaas dans leurs bagages…

1664 est une année importante pas uniquement à cause de la création de Kronenbourg. Les anglais niquèrent les hollandais et rebaptisèrent leur patelin en New York en l’honneur du Duc d’York, frère de Charles II. L’anglicanisme devient donc la religion officielle et les protestants l’eurent dans l’os. D’où l’expression os du jambon d’York ? Non ! Par contre, le « Wall » de Wall Street, vient bien du mur d’enceinte construit par les Hollandais. C’est un billet culturel (la date varie selon les sources, ça pourrait bien être 1667 mais on s’en fout, Kronenbourg vient de 1664).

La coutume de Saint Nicolas se répandit au sein des familles anglaise et il devint le Santa Claus que nous connaissons tous mais avec un K. Au fil des décennies, les rosbifs trouvèrent plus logique d’associer cette fête des enfants à la naissance de Jésus. Santa Claus commença donc à faire sa tournée dans la nuit du 24 au 25 décembre. Nous sommes encore au 17ème siècle. Je n’ai rien à cire du 18ème. Passons directement au 19ème.

En 1821, un pasteur américain, Clément Clarke Moore (je ne sais pas si c’est un ancêtre de Roger Moore, ça donnerait du fil à mon histoire) écrivit le premier conte de Noël en y faisant apparaître Santa Claus, personnage beaucoup plus « sympathique » que l’ancien Saint Nicolas. C’est dans ce conte qu’il devint gros, sa mule fut remplacée par un attelage de rennes (bientôt, il partira de Notre-Dame-des-Landes ?). Le père Fouettard disparut de ce conte.

Un premier « Father Christmas » semble apparaître en Angleterre vers 1850, sous les traits du Santa Claus américain.

En 1863, il remplaça ses habits d’évêque par un costume rouge avec une fourrure blanche avec une large ceinture de cuir en étant représenté ainsi par Thomas Nast, caricaturiste au Harper's Illustrated Weekly. Ce gars-là, Nast, passa la suite de sa vie à dessiner le père Noël, favorisant ainsi l’uniformisation de cette représentation dans le ciboulot des braves gens. En 1885, Nast décida que l’antre de Santa Claus était au pôle Nord. L’année suivante, en 1886, George Webster, un écrivain, inventa l’usine à jouet dans les neiges près du patelin de Santa Claus.

Vers ces années, c’était le bordel, en France. Les revues publiaient à Noël des « contes de Noël » mais on y retrouvait « le petit homme de Noël, le petit Jésus, Saint Nicolas et le bonhomme Janvier ». C’est dans un conte français de 1890, de François Coppée (je vous avais dit que c’est politique…), que les cadeaux dans un sabot près de la cheminée apparaissent au matin.

En 1931, Coca Cola lança une campagne de publicité pour inciter les gens à boire leur truc (quelle idée !) en hiver, basée sur le personnage du Père Noël, assez relooké (en 1922, Coca Cola avait commencé à utiliser le personnage ; par ailleurs, certaines sources indiquent que c’est Santa Claus qui sert de modèle, ce qui semble vaguement logique).

« Le Père Noël n'est donc pas une invention moderne, mais est au contraire issu d'une tradition très ancienne, remontant au III° siècle après Jésus Christ. Par contre, que l'on puisse se poser des questions sur la transformation (qui dura environ 16 siècles !) d'un évêque d'Asie mineure en un gros bonhomme rougeaud, ceci est un autre débat... » conclut une de mes sources (j’en ai quatre ou cinq).

Mon avis à propos du Père Noël dans les écoles.

Noël est une fête à la fois religieuse et laïque. C’est la fête des enfants. C’est la fête à l’occasion de laquelle je vais revoir mes neveux et nièces. Nous allons nous retrouver en famille, comme la plupart des familles de France.

Je ne suis pas catholique. Même pas baptisé. Je suis totalement athée. Je vais fêter Noël.

Pour moi, empêcher la Fête de Noël et donc la venue du Père Noël dans les écoles au nom d’une religion est une grave entrave à la laïcité. C’est intolérable. Une question de principe. Je ne jette pas la pierre à la directrice, je ne sais pas quelle pression elle a subie.

Je suis donc relativement d’accord avec l’article du Plus que je cite à un détail près : il y est écrit que c’est une fête païenne. Pour moi, ce n’est pas du tout le cas.

60 commentaires:

  1. https://twitter.com/Jacques_Glory/status/277029510459842560

    RépondreSupprimer
  2. Sinon l'évèque de Rome n'est infaillible que depuis le 19e siècle…

    RépondreSupprimer
  3. Pas mal l'image, il vérifie les niveaux le père noel :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est Jean Francois Copé qu'a écrit?

      Supprimer
    2. Ca pue l'orthodoxie puante ton billet. Poujadiste.

      Supprimer
  4. Si après ça on n'est pas en mesure de clouer le bec à ceux qui sortent des âneries sur papa Noël, c'est qu'on n'a pas bien lu.
    Il est de tradition en Angleterre de mettre à la disposition de Santa un petit verre d'alcool (que le papa ou la maman, suivant celui d'entre eux qui est le plus alcoolique vide pour attester de son passage).
    On y raconte également qu'un dyslexique aurait vendu son âme à Santa.
    J'espère que ces précisions vous seront utiles et que parti comme vous êtes vous rédigerez bientôt un ouvrage définitif sur la question.

    RépondreSupprimer
  5. Il venait d'Irak, il me semble, et son nom était NIKLAS, je crois. Bon, Turquie, Asie Mineure ...
    Mais à part ça, c'est fascinant de te transformer en Alain Decaux.
    Sinon, c'est, je pense une belle manipulation:
    http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/gatinais/montargis/2012/12/04/polemique-autour-de-la-fete-de-noel-a-l-ecole-maternelle-du-grand-clos-de-montargis-1360323.html
    C'est un mail qui a accusé les familles musulmanes, repris par le maire UMP, afin de doper l'audience du truc.
    Mais de toute façon, si cela avait été vrai, cela n'aurait pas été acceptable vis à vis des enfants qui adorent ce personnage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Ce n'est pas une manipulation.

      Supprimer
    2. (à chaque fois que des intégristes, ou ceux qui les soutiennent, sont mis en cause, c'est un complot ou une manipulation. TOUJOURS).

      Supprimer
    3. Pensez ce que vous voulez, moi, j'ai mon nez propre. S'il s'agirait de mère de famille, ce ne sont pas des intégristes.
      Et à propos, je me faisais taper sur les doigts, étant enfant, car c'est le jour de la Nativité, mes grands-parents refusaient le père Noël.
      Pourquoi pensez-vous que des "intégristes" connaîtraient moins notre religion que vous la leur?
      Faut pas sous-estimer les autres, c'est toujours une belle erreur

      Supprimer
    4. Les commentaires se croisent. Je répondais à Suzanne.

      Rosa,

      A partir du moment où tu vis dans un pays, si tu refuses les traditions locales telles que la fête des enfants, ça devient de l'intégrisme. En outre, il y a une différence entre refuser Noël chez soi et le refuser dans les espaces publics.

      Supprimer
    5. J'ai pas dit le contraire! Non de nom! je te signale que j'ai dit dans mon premier commentaire que, si cela s'avérait vrai et non pas une manip du style fdesouche, car même le Figaro emploie le conditionnel, je trouverais franchement cela dommage, eu égard aux petits bouchons qui adorent le Père Noël et sa magie! Relis mon premier commentaire! et on serait indulgent avec moi?
      Entre nous, c'est ce que j'aime chez Médiapart, c'est qu'il y a toujours des documents et des preuves qui étaient les accusations. Comme Cahuzac, on est dans le droit de douter,suite à la voix qu'on entend.
      Par contre, sur Mittal, il y a eu beaucoup de rumeurs et j'en ai perso ras-le-bol des rumeurs et des légendes urbaines érigées sans preuves matérielles en fait journalistique, que ce soit pour une histoire de Père Noël ou de démission de Montebourg...

      Supprimer
    6. Dans ton premier commentaire, tu dis "si cela avait été vrai". C'est donc que tu penses que c'est faux.

      Par ailleurs, l'information semble ne plus être au conditionnel. Mediapart par contre n'a pas employé le conditionnel. Par contre les documents qu'ils présentent sont tous foireux mais existent bien donc ils ne sont pas condamnables. Mais je n'appelle pas ça du journalisme.

      Supprimer
    7. Par ailleurs je n'ai aucun doute à part sur les pressions. Il existe des militants laïcards prêts à tout pour emmerder les cathos.

      Supprimer
    8. On appel ça des antigoys.

      Supprimer
  6. Je parie qu'il y a un bon lot de familles musulmanes qui ont carrément honte qu'on les assimile aux intégristes qui ont osé faire pression. Si ça se trouve, d'ailleurs, personne n'a fait pression. Il s'est passé un truc bizarre dans une école que je connais. L'institutrice, pour plaire à des extrémistes avec plein de voiles qui demandaient que ses enfants puissent quitter l'école maternelle avant "l'heure du conte" où il est souvent question de petits cochons, de fées, de magie, a carrément supprimé les livres de contes de sa classe, alors que d'autres familles musulmanes n'avaient rien demandé du tout, ce qui fait que tout le monde a regardé de travers des gens qui n'y étaient pour rien.
    Ce n'est pourtant pas très compliqué de dire non gentiment d'abord et fermement ensuite à ceux qui insistent, s'il y en a, plutôt que de supposer que "toute une communauté " pourrait être choquée. C'est ainsi qu'on a supprimé le sapin de noel à Bruxelles, pour faire plaisir à des cons d'intégristes. Les enseignants qui trempent là dedans sont pire que maladroits, on dirait qu'ils ont vraiment envie de faire plaisir aux plus cons et intolérants des musulmans.
    Cela dit, il y a trois écoles en France qui ont eu un problème cette année avec le sapin de noel et le père noel, et je ne sais combien de centaines qui n'en ont pas eu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne voudrais pas être directeur d'école...

      Supprimer
    2. Moi j'aimerais bien, ils marcheraient au pas, je me laisserai pas ennuyer par une poignée de fanatiques. Ils sont pas contents? Ils se cassent!

      Supprimer
    3. Il serait temps que tu quittes définitivement ce blog. Ton commentaire est hors sujet et intervient dans les réponses que je fais à une amie commentatrice alors que tu as déjà fait un commentaire. Celui est complètement con et n'intéresse pas mes lecteurs qui vont néanmoins recevoir un mail de notification.

      Supprimer
    4. Je vous proposais ma candidature, au cas où vous auriez d'un directeur avec de la poigne.
      Je me casse, t'as raison. Le niveau est bien trop haut pour moi.
      Do you like lollypop?

      Supprimer
    5. je suis d'accord avec ce que vous dites Père Noel, voile ou chapeau juif chacun fait ce qu'il veut du moment qu'il touche à personne. On a pas le droit d'interdire la venue du P.Noel, ni d’empêcher les gens de s'habiller comme ils veulent, ni porter des jugements sur eux du moment qu'il font aucun mal.

      Supprimer
  7. "Saint Nicolas. Comme il avait fait des miracles à propos de sujets concernant les enfants,""
    Canonisons aussi Michael Jackson .
    Et vive la bière de Noel
    Fidel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, Fidel !

      Rosaelle, le mot mis dans le carnet de liaison des enfants dit sans ambiguité que le père noel ne viendra pas pour des raisons de laicité.
      Faut pas défendre les indéfendables.

      Supprimer
    2. Le mot n'est pas scanné. Donc il n'y a pas de preuve, à part un oui-dire.
      Je ne défend pas les intégristes mais j'aime bien la vérité des faits.

      Supprimer
  8. Heureux que tu aies ce point de vue.

    RépondreSupprimer
  9. Quand j'étais haute comme trois pommes à genoux, mon Papa a été nommé prof' dans une région où l'on célèbre St Nicolas : mes copines d'école m'ont plainte car je ne connaissais pas St Nicolas, m'ont donné plein de personnages en sucre candy rose, du pain d'épice, du chocolat. Mes parents tous maris ont,l'année suivante, paré au plus pressé : fêter St Nicolas et bourrer un petit sac en tissu vichy fait pour la circonstance, de toutes les friandises locales ... pour mes copines d'école.
    Pour les obsèques de mon grand-père, un ami très proche de notre famille n'a pas voulu rentrer dans le Temple : j'étais plus grande mais encore très jeune. J'en suis restée comme deux ronds de flanc et dans mon coeur, cet homme s'en est allé de ma vie en même temps que mon grand-père.
    Voilà : faut d'abord penser aux gamins avant de penser à son idéologie ou ses croyances.
    Tout ce qui est pour eux - dont la vie hélas peut être si courte, comme celle de ma Fée - un moment de bonheur, l'occasion de s'en mettre plein sa petite lampe, d'avoir plein de cadeaux et de bisous, est la SEULE chose qui compte.
    Dans cette ville que tu dis, ils se sont comportés comme des nuls, crétins !
    Plein de bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. Il faut être conciliant et tolérant.

      Supprimer
    2. Conciliant et tolérant, comme tu le fais avec tes commentateurs. Heureusement que ton esprit est ouvert. Sinon ce serait pas drôle..

      Supprimer
    3. Je t'ai demandé de ne plus venir dans mon espace privé ouvert au public parce que tu t'y tiens mal. Je protège mes commentateurs.

      C'est en faisant comme toi que des types se font exclure des bistros, parce qu'ils s'y croient chez eux et ne tolérent plus les autres.

      Supprimer
  10. On se calme! Mon avis.

    Le Père Noël, tu l'aimes ou tu le quittes!

    Et puis merde! Faites pas chier bordel, Qu'on arrête avec ce racisme anti-vieux! Merde!

    RépondreSupprimer
  11. Le Père Noël est un barbu qui fait semblant d'aimer les enfants pour endormir l'Occident chrétien. en fait, c'est un pseudo-Palestinien, sous-marin du Hamas : fusillez-moi cette vieille raclure !

    RépondreSupprimer
  12. Je propose qu'on supprime les vacances de Noël, c'est trop connoté.

    RépondreSupprimer
  13. Je propose qu'on supprime les vacances de Noël, c'est trop connoté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rosa,

      J'ai vu ton billet.
      http://spartakiste.blogspot.fr/2012/12/desintox-le-pere-noel-de-montargis.html
      Mais je n'arrive pas à commenter avec mon iPhone.

      Tu inverses : elle a donné au départ le prétexte du manque de pognon, c'est après qu'on a découvert la vérité. La plupart des articles de presse le disent.

      Évidemment qu'une majorité de musulmans est favorable à cette fête des enfants. Je ne dis pas que des musulmans sont coupables. Je n'ai aucune preuve d'un quelconque chantage ou d'une pression.
      La directrice a annulé la fête parce qu'elle ne voulait pas déplaire aux musulmans ce qui est contraire à tous les principes de laïcité.

      Nul n'a dit que les musulmans sont coupables. Par contre je crois qu'une personne de gauche a fait une connerie, cette directrice.

      Mais je n'exclus pas, non plus, la thèse. Des pressions. Je ne sais pas.

      Supprimer
  14. Billet très intéressant, sacré boulot, si le gars Noël est en rouge, c'est simple la nuit circulant sur un traîneau tiré par des rennes, tout ne se voit pas beaucoup (rennes de couleur marron, le traîneau de même( avec un conducteur tout habille d'un rouge flamboyant, cela se repère plus facilement(les avions ont bien des feux de position).

    Me mère très croyante ,de nos jours elle serait cataloguée d' intégriste, refusait que nous fêtions Noël qui était pour elle une fête païenne.

    La seule que j'aime dans Noël, c'est la bière mais avec les buveurs qui veulent la taxer et aussi le gâteau de Noël allemand avec des raisins et de la pâte d' amande, lourd mais délicieux.

    Pourquoi tous les mecs qui donnent du pognon, seraient de gauche, je sais il y a DSK qui va donnait plusieurs millions de dollars à une pauvre femme de chambre, c'est beau l'amour de l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      Je crois que ta mère se plantait : Noël est aussi une fête catholique, décidée par le pape il y a 1600 ans.

      Pour le "don de gauche", c'est évidemment une plaisanterie.

      Supprimer
  15. Merci Nicolas pour cette délicieuse page d'Histoire.
    je vous soupçonne de nous avoir ainsi instruits juste pour rappeler que nous avons oublié de vous souhaiter une bonne fête puisque vous avez le privilège de porter le même prénom que l'ancêtre du Père Noël.

    Bonne fête Nicolas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et de rien. Pour le reste non. La Saint Nicolas n'est pas une tradition bretonne.

      Supprimer
  16. Je m'incline devant tant de science !
    Née en Lorraine et "pratiquante" du culte de St Nicolas -c'était chouette on avait deux Noëls- j'ai beaucoup aimé ton billet documenté et argumenté ... juste pour compléter, nous vénérions Nicolas parce qu'il avait ressuscité des petits enfants qu'un vieux boucher véreux avait mis au saloir sans autre forme de procès et sans respecter les normes européennes d'hygiène, ce qui ne se fait pas.
    Voilà, tu es maintenant un Breton digne d'être Lorrain.
    Evite seulement Florange il n'y fait pas trop bon en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Je dois reconnaître que jamais un billet ne m'avait demandé autant de temps "sérieux" (j'ai déjà passé des heures à chercher des informations en sachant ce que je voulais démontrer, là je suis parti au hasard, ce que j'adore).

      Supprimer
  17. 1664, c'est surtout l'année de l'apparition de la Vierge à Benoite Rencurel (à Saint-Etienne le Laus), Nicolas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais j'enfile plus souvent une 1664 qu'une vierge.

      Supprimer
    2. Vous connaissez la différence entre une vierge et Paris, vous...

      Supprimer
    3. Paris sera toujours Paris... (mais la devinette initiale portait sur une "petite fille" vierge, qu'une politique correction m'a imposé d'ôter)

      Fluctuat nec mergitur.

      Supprimer
  18. Pour fêter ça, un petit conte :
    http://www.youtube.com/watch?v=TPzJx1txiY8

    RépondreSupprimer
  19. Intéressant, parfois un peu grivois. Néanmoins très instructif.
    Quand à la connerie humaine, on aura beau en parler, il n'y a malheureusemnt à ce jour aucun traitement efficace, à par le silence.
    Audiard disait parler à un con c'est l'instruire.

    RépondreSupprimer
  20. Pour finir et préciser le fond de ma penser au post précèdent, le respect de la fête de noël, est qu'avec le fil du temps elle est redevenu une fête païenne, et surtout une belle affaire financière pour le commerce, dont je participe activement comme bon de français.
    Quand aux soit disant intégriste, ce sont des gens d'un niveau intellectuel pauvre qui ont besoin qu'on leur explique les choses, et le problème des extrémistes et qu'ils sont en règle générale très CONservateur de leur pensée, comme tout extrémiste qui se repectent religieux de gauche ou de droite.
    Voilà je suis un peu croyant, mais surtout je crois en la magie de Noël, sans adhéré à 100% au côté religieux, et je n'enquiquine pas un juif avec annouka ou un musulman avec l'aïd (pas sur de ça).
    Si chacun respecte l'autre, le monde n'en sera que meilleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui chacun doit respecter. Ce billet est vieux ; je ne fais pas une longue réponse.

      Juste un truc : ne confonds pas païen et laïque ou athée. Je ne vénère aucune idole.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.