30 septembre 2013

Je ne veux toujours pas travailler

Le Gouvernement a donné une mission à Jean-Paul Bailly pour qu’il voit ce que l’on peut faire pour améliorer la loi au sujet de travail de nuit ou le dimanche. J’en fait un billet à ce sujet ce week-end mais j’ai entendu ou lu tellement de conneries dans les médias que je vais recommencer.

Petit 1 : les salariés ne sont jamais volontaires pour travailler le week-end. Ils sont volontaires pour gagner plus. Quand un type doit faire vivre une famille avec 1200 euros par mois, il est naturel d’être volontaire pour en toucher 1400. Le problème initial est bien celui des salaires qui sont souvent insuffisants…

Petit 2 : les socialistes ne sont pas responsables du bordel. C’est la droite qui a modifié la loi en 2009 et qui a fait n’importe quoi.

Je rappelle que d’après les croyants, dieu a créé la terre en 6 jours et s’est reposé le 7ème. Il avait bien mérité de trainer un peu au bistro avec les copains. Les chrétiens ont décidé que c’est le dimanche qui marquerait la fin de la semaine à cause de la résurrection de Jésus. En 321, l’empereur Constantin a confirmé ce jour comme étant un jour de repos mais c’était plus pour prier que pour aller au bistro.

Ca fut ainsi en France jusqu’à la révolution mais ces braves gens ont remplacé le calendrier et le dimanche a disparu. Ils avaient des semaines de 10 jours, c’est ânes, alors que s’ils avaient mis des semaines de deux jours, on aurait un jour sur deux pour se reposer.

Le calendrier Grégorien fut rétabli en 1806 mais la révolution industrielle a fait qu’on s’est mis à bosser de plus en plus le dimanche.

Napoléon trois a rendu obligatoire la journée de repos hebdomadaire. C’est bien. Il n’empêche qu’il a mal fait le job et qu’un tas d’employés de magasin bossaient 70 heures par semaines, sur sept jours. Ils ont fait la grève et tout ça.

Il a fallu attendre qu’il y ait 1000 morts dans une catastrophe dans une mine pour qu’on impose un repos dominical en 1906, avec des dérogations. Cette loi reste en vigueur : hop ! Le dimanche : famille et repos.

En 1993 (sous Balladur), une loi fut votée pour autoriser l’ouverture des machins culturel le dimanche. En 2009, la loi Maillé a permis l’ouverture d’autres trucs. C’est donc bien la droite qui a transformé ce machin issu des catholiques mais aussi des luttes sociales pour en faire n’importe quoi.

Les bricoleurs du dimanche

C’est un tout nouveau mouvement lancé par les salariés de Leroy-Merlin et Castorama. Ils veulent travailler le dimanche. Je leur rappellerais que la protection des salariés a été mise en œuvre au terme de lutte sociale.

S’ils veulent lutter contre ça, on peut aussi leur proposer de renoncer à leurs congés payés, au salaire minimum… C’est eux qui voient…

18 commentaires:

  1. Si je ne dis pas de connerie, le repos dominical a été aussi favorisé à l'aube de la 1ère guerre mondiale quand les ouvriers oeuvrant à fabriquer de quoi faire péter l'europe était trop fatigués pour bosser correctement. A vérifier...

    RépondreSupprimer
  2. Je suis bien d'accord avec toi

    RépondreSupprimer
  3. Je comprends bien tout ce que tu dis : c'est tout à fait juste.
    Néanmoins, le monde a changé.
    Il me semble que l'enjeu n'est pas tant de travailler le dimanche ou la nuit, que de bénéficier d'un juste salaire et de repos compensateurs.
    Le monde a changé en ce sens qu'on a construit dans les champs, d'immenses villes-dortoir où il n'y a rien de rien à regarder. Les gens en partent à 7h du matin, ils y rentrent à 20 h.
    Désolée, mais heureusement qu'il y a des super-marchés d'ouverts jusqu'à 22h30 avec quelques cinémas dedans.
    Je trouve archi-stupide que les petits commerces soient ouverts de 9h du matin à 19h le soir quand les gens sont absents puisqu'ils sont au taf !
    Pour ma part, je suis :
    1. pour l'ouverture de tous les commerces 7j/7, partout
    2. pour la réduction de l'horaire légal de travail dans les commerces à 32h (4jx8h) ce qui obligera à des embauches et à l'organisation d'un roulement pour l'organisation du travail 7j/7
    3. Pour une chasse aux gaspi afin de réduire les cotisations sociales dont on peut vérifier sur infogreffe et sur societe.com, qu'elles sont très mal recouvrées, engendrant des frais de contentieux incroyables : les organismes sociaux disent clairement qu'ils s'en fichent, considérant que les pénalités de retard sont pour eux une ressource comme une autre. C'est nous et le consommateur qui financent finalement. Nous devons arrêter ça, mettre tout le système à plat : c'est à dire réintégrer le recouvrement des cotisations sociales dans le giron de l'administration centrale : car elle, elle sait recouvrer.
    Le maquis de ces organismes est insupportable à tous et comme personne n'ose y toucher, tous les requins de la terre sont là à prendre les entreprises petites ou grosses pour des vaches à lait ! C'est le salarié et le consommateur qui payent ! Personne d'autre !
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le 1 : non. On ne peut pas vivre dans une société de commerce où tous les commerces sont obligés de travailler en permanence par ce que les concurrents leur prennent des marchés c. Et attention aux dérives quand tous les lieux accessibles devront être ouverts au public le dimanche. Un de ces jours on ouvrira les écoles le dimanche pour optimiser l'utilisation des équipements.

      Pour le 2, j'aurais tendance à dire oui mais dans la mesure où on ne peut pas contraindre les entreprises à verser des salaires décents.

      3. Oui.

      Supprimer
    2. ma petite femme a fermé son commerce il y a 2 ans. Impossible de survivre quand on est seul à tenir la boutique et que l'ouverture se généralise partout. Le fort écrase le faible. Je pensais, naivement, que la gauche avait qqch à dire contre la précarité du travail, m'enfin !

      Supprimer
    3. Tu as raison... Mais la gauche me parait continuer à lutter sauf quelques uns contre qui je me semble parfois seul à lutter. Renforcer le travail le dimanche est renforcer le poids des gros, des déjà gros.

      Supprimer
  4. Pas très convaincu: les types qui gagnent 1 400 € par mois voudront travailler le dimanche pour en gagner 1 600, ceux qui en gagnent 1 600 pour en gagner 1 800, etc.

    Les congés payés ont cette particularité d'être payés bien que non travaillés, alors que les dimanches travaillés sont payés en plus; mais si les congés payés étaient payés mois double, il y aurait certainement des volontaires (en particulier, ceux qui s'emmerdent pendant leurs vacances...).

    RépondreSupprimer
  5. Qu'on demande aux hôtesses de caisse d'hypermarché payées 900 euros si elles sont contentes de bosser des dimanches pour avoir une meilleure paye, quelle fumisterie ce mouvement Yes Week-End !

    RépondreSupprimer
  6. Au final, si tout le monde ouvre le dimanche, il n'y aura plus de prime. Et les employés seront perdants.
    L'argument économique est fallacieux: l'Allemagne chôme le dimanche et beaucoup moins les autres jours de la semaine. Il y a 40 ans en France, idem.
    Le dessin de Plantu est scandaleux en tous points.
    C'était mon jour degôche...

    RépondreSupprimer
  7. Salut,

    J'ai longtemps eu un emploi salarié en France du samedi au mercredi, je ne vois pas en quoi c'est une régression sociale. Pourquoi tes deux jours de repos doivent ils être absolument le weekend?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La famille, les enfants, la vie sociale,...

      Supprimer
    2. Ca ne concerne pas tout le monde, et même pour certains des raisons culturelles ou religieuses font qu'ils préféreraient largement avoir vendredi-samedi ou dimanche-lundi. Du moment qu'on a la bonne durée de travail/repos hebdomadaire, les arguments pour que ce soit forcément samedi-dimanche sont faiblards et hypocrites vu la quantité de services déjà disponibles le weekend. La discrimination entre zones ou entre produits a perdu sa logique.

      Supprimer
  8. Il y a 45 ans environ, en Allemagne non seulement le dimanche était chômé, mais le samedi les magasins (même les grands) étaient fermés (pas le lundi, en revanche). Pas sûr que cela ait beaucoup diminué la vie là-bas (dans un autre contexte, il est vrai).

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.