18 septembre 2013

Tirer profit du succès de "la page Facebook"

Les mécanismes qui ont fait le succès de la page Facebook de soutien au bijoutier doivent être étudies par toutes les andouilles comme moi voulant faire de la propagande éhontée sur le net. Pardon. De la communication politique dans les réseaux sociaux. Car le succès, même s'il est déprimant, est bien réel.

Ce que j'ai cru comprendre de l'affaire... Un type monte cette page, il est liké et partagé par des connaissances à lui, certaines étaient proches de l'extrême droite. Effet boule de neige, c'est repris par un tas de gens dont des "normaux". 8 de mes "amis" ont liké : ils ne sont pas proches de l'extrême droite, au contraire. Je ne sais pas pourquoi ils ont liké. J’imagine des raisons : un réflexe moutonnier, de l’empathie pour le mec emmerdé par la justice,…

Imaginons que je fasse une page : "halte aux taxes sur la bière". C'est une cause noble et très populaire. 10 de des amis likent et partagent. 10 de leurs amis (à chacun) font pareil. On est à 100. Fois 10 : 1000. Fois dix 10000 et ainsi de suite. En six coups on est au million. Pourtant ma cause sera jugée complètement crétine par certains (elle va à l'encontre des politiques de santé publique et il n'y a pas de raison de taxer la bière moins que le vin rouge... Et le lait). Elle n'en est pas moins très sympathique.

Ainsi, au risque de décevoir les réacs, une grande partie des clics ne signifie pas une adhésion aux causes diverses mais souligne un comportement moutonnier des internautes mais aussi une empathie pour un mec ayant des ennuis avec la justice alors qu'il est une victime. Et au risque de décevoir des amis gauchistes, tous ceux qui ont cliqué ne sont pas d’affreux réactionnaires. Tiens ! Il y a le responsable de l’UDI de mon secteur. Ca m’étonnerait que son clic soit un clic d’adhésion à une défense des citoyens qui font justice eux-mêmes en en tuant d’autres. Je suppose qu’il a liké en se disant : « ah le pauvre » en pensant qu’il avait tué en état de légitime défense, sans même penser que le fait qu’il soit responsable politique devrait l’inciter à ne jamais cliquer au hasard.

Hier soit, j'errais dans Facebook quand je suis tombé sur une publication du patron de bistro que je fréquente en Bretagne. J'ai commenté : "on en reparle vendredi". Dans mon langage, cela veut dire "Très cher Christophe, je rentre ce week-end après une absence de deux mois, ça me fait bien plaisir de te revoir". Il a répondu "OK". Ce la veut dire : "ah ! Enfin, mon cher Nicolas, nos conversations de début de soirée me manquaient". Je ne plaisante qu'à moitié... Je le connais depuis plus de 20 ou 25 ans. Il en avait une dizaine et c'était son père le patron. Le fait que je sois un très vieux client mais qu'on ne se voit que toutes les 3 semaines (8 en été) fait que nos conversations sortent des conneries habituelles entre un client et un patron.

Toujours est-il qu'une amie à lui que je ne connais pas et qui ne peut pas connaître les relations que je peux avoir avec Christophe a liké la réponse que je lui ai faite. C'est complètement crétin. Les gens cliquent sur n'importe quoi...

Un de nos problèmes vient que les lascars qui glandent autour de la communication politique dans les réseaux sociaux, qu'ils soient professionnels de la communication politique, journalistes ou politiciens ne connaissent pas l'usage qui est fait de Facebook par la population. Je plaide également coupable : parmi mes potes de FB, la plupart sont des gens rencontrés sur je web et ayant les mêmes centres d'intérêt que moi, essentiellement la communication politique dans les réseaux sociaux.

C'est en observant les autres utilisateurs qu'on apprend beaucoup mais encore faut-il avoir des amis en dehors de ces cercles d’observateurs de la politique et observer leur comportement et celui de leurs amis. Quand on est responsable politique, on peut difficilement le faire et quand on est conseiller en communication, on ne sort pas de cercles restreints.

S’il y avait quelque chose à faire, c’est commencer
-         par observer ce que font les marques commerciales et certaines stars (au fond, c’est pareil, il faut faire de la publicité) pour jouer avec Facebook
-         ne pas utiliser Facebook pour de la communication officielle. Un type qui n’est pas politisé n’ira pas suivre un élu, un candidat, un parti,…

Mais je m’en fous. Je suis blogueur.

J’entends par là que je n’utilise Facebook que pour rigoler avec les copains, pas pour faire de la politique et que ce sont les blogs qui occupent mes loisirs.

Or, nous sommes concentrés entre nous, entre blogueurs politiques et autres observateurs, Twittos, journalistes, professionnels de la communication, politiciens, … Et qu’on ne sort pas de notre monde. L’ami Romain faisait un billet, hier, à propos de la communication numérique qui n’était pas pris au sérieux par les dirigeants. Il y citait une étude qui parlait de la cartographie de la blogosphère politique… Mais on oublie souvent qu’il n’y a pas que la blogosphère politique.

Reprenons mon exemple de la taxe sur la bière. Elle a été augmentée par la gauche que je soutiens… Mais c’est une taxe qui finit par être payée par le consommateur final. J’y suis donc opposé en tant que blogueur de gauche. Je peux donc faire un billet très sérieux qui sera apprécié par beaucoup (sauf par le gouvernement qui cherche du pognon partout), à droite (par volonté de nuire au gouvernement et de gueuler contre des taxes) comme à gauche. Mon billet aura peut-être du succès mais restera dans un domaine assez restreint. Pire, mes lecteurs habituels fatigués de mes conneries, pourraient ne pas le prendre à sa juste valeur et oublier de le RT.

Par contre, s’il est repris par des blogueurs ou des utilisateurs de Facebook et de Twitter, ne serait-ce qu’en obtenant un petit millier de lecteurs extérieurs à notre cercle, il aura été utile. C’est ce prodige qui est arrivé à la page Facebook de soutien…

Il faut donc que les blogueurs politiques sortent de leur monde de blogueurs politiques. Mon billet à propos des taxes sur la bière aura très certainement plus d’impact dans les blogs de motards, d’automobilistes, de fêtards, de musique, de blogueurs normands,… (sans vouloir stigmatiser personne, hein !).

La communication en 140 caractères

La page Facebook a marché parce que son objet était implicite : « soutenez un gars ennuyé parce qu’il a tué son voleur ». C’est un peu l’effet Twitter. Le mec lit une ligne, s’indigne, s’amuse, adhère,… il RT, il like,…

Le phénomène n’est pas nouveau. Combien de fois ai-je vu mes camarades de comptoir s’indigner sur un simple titre lu dans le Parisien, sans avoir pris connaissance de l’article ? Tiens ! L’article de une de Google News a pour titre : « Ayrault annonce une pause fiscale en 2015, pas en 2014 ». J’imagine le vieux Joël : « Ah tu te rends compte, ils avaient promis d’arrêter les hausses d’impôt mais ils continuent encore un an et ça sera encore pareil l’an prochain. » J’aurais beau lui expliquer : « Hé ho connard ! La hausse de la TVA est prévue depuis plus d’un an, j’ai assez gueulé à l’époque. » C’est probablement précisé dans l’article, il continuera dans sa truc, sa colère…

L’intérêt de Facebook, c’est qu’on fait nous même les titres, on détermine nous-mêmes comment l’information arrive aux yeux des gens. La hausse de la taxe sur la bière : « Les brasseurs font du bénéfice sur le dos des contribuables. » Véridique ou presque. La taxe porte sur le produit brut. Quand il arrive dans votre verre, le prix a été multiplié par quatre. Par exemple, si la taxe augmente de 10 centimes pour un demi, l’augmentation fera 40 centimes… Les brasseurs, bistrotiers, intermédiaires,… payent 10 centimes mais en récupèrent 40. Je m’égare.

Toujours est-il que maitriser les titres est intéressant !

11 commentaires:

  1. La page Facebook a marché parce que son objet était implicite : « soutenez un gars ennuyé parce qu’il a tué son voleur ».
    Ce n'est peut-être QUE cela. Ou surtout QUE cela.

    Ne négligez pas le fait que chaque fois qu'un élu, qu'un membre du gouvernement, émet un bémol sur l'efficacité de la prison, il se heurte à une vigoureuse protestation populaire. On peut prendre ce phénomène comme une protestation contre la politique de Taubira en matière de répression de la délinquance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas insisté sur le fait qu'on ne peut pas savoir. Je vais le formuler autrement. Si j'étais tombé sur la page likée par un pote, j'aurais pu liker à mon tour sans vraiment réfléchir et par pur gauchisme : j'aime bien soutenir les gens ennuyés par la justice.

      Vous avez un compte Facebook ?

      Supprimer
    2. Je me rappelle d'un billet où vous parliez de trois jeunes filles vous vendant des tickets pour une tombola. Imaginez les dans Facebook.

      Supprimer
    3. Bah oui. Vous soutenez bien vos potes même quand ils font des trucs que vous ne soutenez pas. Sinon, à quoi ça sert d'être un pote ?
      Kipling a dit : si tu veux avoir des potes, sois un pote pour les autres. En fait, il avait dit "ami", pas "pote" mais c'est pareil.

      Est-ce plus important de liker quelque chose que de dire une bêtise à un comptoir, à un repas de famille ? Oui, parce que ça reste, qu'on en fait des analyses, des statistiques, qu'on en cause sur les blogs et un peu partout ? Facebook = Cahier de doléances du Quart-Etat ?

      Supprimer
    4. 1er paragraphe : oui et non. J'aurais facilement viré les potes qui linkent que je ne connais pas mais pas ceux que je connais. Qui sont donc des vrais potes. Je ne me fâche pas avec des amis pour des raisons politiques.

      Dernier paragraphe : c'est un vaste débat. La protection des données personnelles dans Facebook.

      Supprimer
  2. "Liker" ou réfléchir, il faut choisir.

    RépondreSupprimer
  3. C'est l'inconscient collectif qui "like".... Le Français moyen , normal de chez normal , tellement normal que ça en devient du mimétisme , et bien il "like" parce qu'au fond de lui il y a quelque chose d' inavouable , de monstrueux , mais de très fort , comme une pulsion de mort qui fait peur , qui lui fait peur à lui aussi .....
    Mais Là ! il lui suffit d'appuyer sur un petit bouton innocent pour se soulager un peu de cette pulsion de mort .... Alors il "like" .... Et puis il passe à autre chose pour ne plus y penser ......

    RépondreSupprimer
  4. Réflexion intéressante, qui me parle d'un monde qui m'est étranger faut dire ! Mais c'est d'ailleurs pour ça que je trouve souvent intéressant de vous lire.
    Une remarque que j'ai eu en lisant. Quand vous écrivez "Il faut donc que les blogueurs politiques sortent de leur monde de blogueurs politiques", ça m'a semblé un peu paradoxal par rapport au fait que par ailleurs je vous ai lu écrivant (c'était une histoire de gestion des commentaires sur les blogs ou un truc comme ça) que les commentaires de "non-blogueurs" étaient souvent très cons, et que vous ne voyiez pas pourquoi il faudrait les supporter
    (je ne garantis pas les termes mais je crois être fidèle à l'esprit)
    Une autre réflexion que je me suis faite : c'est que nous sommes mal barrés pour augmenter l'audience de notre forum, malgré tout l'intérêt des échanges qui s'y déroulent !!! .... déprimant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je précise donc : il faut sortir du monde des blogueurs politiques pour aller vers des blogueurs non politiques.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.