25 octobre 2013

Abolition de la prostitution ?

J’ai un peu connu une jeune prostituée venant d’un pays de l’est. Elle habitait dans le quartier et passait souvent dans le bistro (je ne vous dirai pas lequel…) vers 20 heures avant d’aller au boulot. Le patron nous disait qu’elle passait aussi à 5h30, en rentrant du boulot, pour boire un coup et lui faire une gâterie. J’ai deux bons copains, maintenant un peu âgés, qui se vantaient d’aller occasionnellement « aux putes ». J’avais un copain de bistro homosexuel qui se prostituait et aimait (il faisait des gâteries aux chauffeurs de taxi, une fois j’ai eu honte puisque quand il a fait sa proposition, j’étais dans la voiture). Il venait au bistro, de temps en temps, pour retrouver une ambiance plus normale que les milieux qu’il fréquentait pour trouver des clients. Quand je faisais mon service militaire, en 88 et 89, j’amenais parfois les jeunes appelés dans les quartiers chauds pour leur prouver que « ça » existait. Je n’ai jamais été client.

Voilà cette introduction à peine graveleuse pour vous dire que je ne connais pas grand-chose au milieu de la prostitution. Il n’empêche que tout m’intéresse, d’autant que mon billet de ce matin portait sur la gauche morale. Il y a des gens essentiellement à gauche qui mènent des combats mais je me demande s’ils ne sont pas contre-productifs.

J’ai reçu un mail pour me prévenir que www.abolition2012.fr lance une campagne : « 30 jours d'actions contre les violences sexuelles et sexistes ! 30 jours d'actions pour abolir le système prostitueur ! »

Je me suis intéressé. J’ai commencé à lire mais j’ai eu une crise de rire en voyant une de leurs exigences : « 3. la mise en place de véritables alternatives à la prostitution. » Je me demandais s’ils pensaient à la masturbation ou à une sorte de trayeuse électrique. C’est mal, je sais. D’autant que la suite du communiqué de presse donne des explications : les alternatives sont pour les prostituées ! Andouille que je suis.

Je n’ai pas trouvé en ligne le communiqué de presse que j’ai reçu aujourd’hui. Je vais en diffuser quelques extraits mais pas pour en faire de la publicité. Je n’ai pas d’avis sur le sujet. François Hollande, au cours de sa campagne, s’était engagé avec eux.

Mon avis en partage

L’abolition de la prostitution, qui revient à la pénalisation du client, nuira aux travailleuses puisqu’elles seront obligées de se cacher encore plus et seront donc plus loin des différentes personnes capables de les aider.

Leur réponse

Ils estiment que ma position est un non sens (en aparté : si vous faites du militantisme politique, n’agressez pas les gens en leur disant qu’ils pensent n’importe quoi. Sacré gauche morale !).

« Chaque jour, des clients prostitueurs tentent d'obtenir par la force ou par la pression financière des actes sexuels sans préservatifs ou des actes sexuels que la personne prostituée refuse. Lorsque ces mêmes clients prostitueurs seront sous le coup de la loi pour le simple fait de solliciter un acte sexuel tarifé, alors pour la première fois, les personnes prostituées pourront soit accepter l'acte sexuel tarifé dans le respect des conditions qu'elles auront fixé et ainsi ne pas dénoncer le client, soit menacer de dénoncer le client prostitueur qui tenterait de déroger à leurs conditions. »

Mon avis sur la réponse ? J’ai beau tourné ça dans ma tête, je trouve cet argument surréaliste. Un type se promène dans la rue. Une fille lui propose une passe avec préservatif. Ils se mettent d’accord sur le tarif. Ils montent dans la chambre. Le type exige un rapport non protégé. Comment va-t-elle le dénoncer ? En outre, un rapport sans consentement mutuel à propos des conditions est d’ores et déjà un viol.

Je n’ai pas cité le début de l’argumentaire. Je vais le résumer (il est trop long pour un billet de blog, ils n’ont qu’à organiser eux-mêmes leur communication…). La répétition d’actes sexuels imposés ne serait-ce que par la précarité est une violence avec des dommages avérés. On est d’accord. Seul le recul de la prostitution peut les limiter. On est d’accord. Et là, ils concluent, juste avant le passage que j’ai cité : « Mais aussi parce qu'en transférant pour la première fois dans l'Histoire française la pression pénale des personnes prostituées vers les clients prostitueurs, l'inversion de la charge pénale s'annonce comme la mesure pragmatiquement la plus protectrice des personnes qui demeureront dans la prostitution. »

Quand quelqu’un utilise le mot « pragmatique », je me méfie toujours. D’ailleurs, il m’arrive de l’utiliser quand je suis sûr de moi… En l’occurrence, ils n’ont rien démontré mais on dit que j’avais « pensé un non-sens ».

Ce que je retiens de tout ça, c’est qu’une prostituée pourra dénoncer les clients qui la violentent. C’est important. Mais disons le clairement : si une femme ne peut pas porter plainte contre un fumier, actuellement, c’est parce que la prostitution est « interdite ». Il faut diminuer les violences faites aux femmes donc supprimer les lois relatives à la prostitution pour que les femmes puissent porter plainte pour viol.

Ce qui ne résoudra pas l’autre violence : celle de devoir subir des rapports sous la contrainte, soit de la précarité, soit d’un proxénète. Mais tout l’argumentaire est introduit par « Stop à la désinformation : la pénalisation des clients est la mesure pragmatiquement la plus protectrice ! Le principal et dernier argument des opposants à la pénalisation des clients prostitueurs consiste à dire que celle-ci accroîtrait la violence à l'encontre des personnes prostituées, et aggraverait l'atteinte à leur santé. C'est un non-sens ! »

Or rien n’a été démontré. La pénalisation des clients fera qu’ils ne pourront plus aller voir s’il y a moyen de tirer un coup. Les prostituées se cacheront et changeront de mode de racolage pour rassurer les clients potentiels.

Les policiers ne pourront plus faire leur travail. S’ils veulent arrêter des clients, ils seront obligés de monter des opérations d’envergure avec des fausses prostituées, le tout avec une énergie et une dépense folles qui serait mieux utilisées à chercher les proxénètes.

Allons plus loin… Avant de revenir.

La première recommandation

« I- L' inversion de la charge pénale : une exigence de justice et de protection des femmes !
1- Abrogation du délit de racolage qui, depuis 1939, pèse injustement sur les personnes prostituées alors que sa rédaction permettrait d'interpeller les clients prostitueurs.
2- Création d'un délit sanctionnant tout achat d'un acte sexuel pour mettre fin aux droits des hommes à imposer un rapport sexuel par l'argent. »

Je suis absolument d’accord avec la première partie du premier point : il faut abroger le délit de racolage. Pas la suite : « pèse injustement sur les personnes prostituées ». Bah ! Je vais le leur laisser. Il n’empêche. Imaginez que le cannabis soit en vente libre mais qu’il soit interdit d’en acheter… « alors que sa rédaction permettrait d'interpeller les clients prostitueurs » ! Non… Les prostituées seront obligées de mieux se cacher pour protéger leurs clients, qu’elles fassent de la prostitution volontairement ou imposée, par la précarité ou des fumiers.

Quant à la deuxième partie, elle est le principal objet de la campagne mais elle est en contradiction avec l’argumentaire précédent, ce que j’ai déjà dit.

J’ai dit aussi que j’étais totalement d’accord avec l’idée d’abroger le délit de racolage. En fait, c’est faux. Je demande l’avis de la police, c’est-à-dire des gens qui sont en charge de lutter contre le proxénétisme, ce qui me parait indispensable pour lutter contre une des sources de violence faites aux femmes. L’abrogation du délit de racolage leur permettra-t-il de continuer à faire leur métier ? J’ai un doute.

Les autres recommandations

La deuxième porte sur l’arsenal législatif contre le proxénétisme. Je suis d’accord.

La troisième porte sur les alternatives à la prostitution. Elle est en deux volets.

« Lancement d'un plan Marshall pour les alternatives à la prostitution et financement d'un accompagnement social global (« exit programmes », formation, reconstruction personnelle, logement, santé, accès à l'emploi...) » Je suis d’accord mais il ne faut pas appeler ça « alternative à la prostitution » mais « programme de sortie ».

« Mise en place d'un partenariat de confiance « Etat, association, personne prostituée » pour octroyer un titre de séjour aux personnes étrangères qui ne peuvent pas dénoncer leur proxénète (peur des représailles, menaces sur la famille au pays) mais qui ont effectivement rompu avec le milieu prostitutionnel et s'engagent dans un programme de sortie de la prostitution. » On est d’accord aussi mais je l’aurais formulé autrement. Du genre : si une étrangère sans papier arrive à sortir de la prostitution, lui donner des papiers pour lui éviter des emmerdements supplémentaires ce qui nécessite que l’Etat fasse confiance aux associations.

La quatrième recommandation porte sur la prévention. J’aurais tendance à être d’accord mais j’ai un sérieux doute sur l’efficacité. Si une fille – ou pas, d’ailleurs, on l’oublie un peu – n’a rien d’autre pour assurer sa subsistance (ou payer ses études), je ne suis pas persuadé que la prévention l’aide beaucoup.

Ce que j’en retiens

Qu’il faut dépénaliser la prostitution pour faciliter la défense des prostituées qui se font réellement violer par un client (et aussi pour incarcérer les violeurs). Qu’il faut lutter contre le proxénétisme. Je le savais. Qu’il faut aider les filles à s’en sortir. Qu’il faut lutter contre la précarité. Je suis un blogueur de gauche et tout ça : je sais.

Je n’ai pas un seul argument en faveur de la pénalisation des clients. C’est dommage de lancer une campagne dans ces conditions. Je sors renforcé dans mes positions après l'étude du communiqué.

Faites gaffe...

35 commentaires:

  1. La comparaison des résultats de deux expériences réelles et totalement inverses (Suède et Allemagne) semble assez éclairante, et préférable aux hypothèses:

    http://www.slate.fr/tribune/78774/abolition-prostitution-suede-modele

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un article de presse mais une chronique de militantes qui compare deux trucs opposés dans des contrées qui n'ont rien à voir.

      Supprimer
    2. J'avais lu cet article en le prenant pour argent comptant.
      En voyant votre critique, je me suis dit qu'il me fallait faire aussi preuve d'un peu plus de sens critique.

      La réponse à mes recherches est sans appel :
      "là où la législation contre la prostitution est plus sévère, il y a moins de traite."
      Ce qui est logique : il est plus dur de faire de l'argent, donc c'est moins rentable.

      Voici l'article que j'ai trouvé le plus objectif sur le sujet, avec des liens à foison (en VO suédois souvent) pour pouvoir aller vérifier soi-même.

      http://www.rue89.com/2013/07/25/punir-les-clients-prostitues-modele-suedois-a-bon-dos-244373

      Je ne peux que vous inviter à aller le lire pour reforger votre opinion.

      Supprimer
    3. Je vois dans cet article, qu'à Göteborg, il y a foison de prostituées nigériennes, contraintes par un réseau, et que la violence a augmenté dans la rue, et que l'usage d'internet a diminué les prostituées dans la rue, et au final, il y a tout et son contraire.
      Parce qu'on ne peut pas dire qu'il il a plus de réseaux actifs, et moins de traite, c'est un non-sens.

      Supprimer
  2. Oui pour l'abrogation de la loi sur le racolage.
    Pour le reste ... il vaut mieux en rester aux outils tels qu'ils sont de la lutte contre le proxénétisme en donnant les moyens humains, matériels et financiers qui leur manquent, aux unités de la Brigade de Répression du Proxénétisme :B.R.P.
    Il vaut mieux en rester là, plutôt que d'écrire une mauvaise nouvelle loi.
    Je ne crois pas, en outre, que les débats qui ont eu lieu, aient fait apparaitre une réalité très complexe : tellement battues et isolées par un proxénète qui les mène en bateau en leur soufflant alternativement le chaud et les coups de batte de base ball, les prostituées sont très très souvent liées à leur proxénète par un attachement qui relève du syndrôme de Stockholm. Elles les défendent, elles ne voient pas qu'ils leur prennent tout leur argent et qu'elles ne payeront jamais les dettes qu'elles ont laissées à la maison : entretien de leurs vieux parents à qui elles ont laissé les gosses qu'elles ont dès l'âge de 15/16ans ...Et souvent aussi, leur proxénète les associent dans leur proxénétisme : ils leur demandent de mâter des jeunes ! ... Elles se vantent d'avoir mâté, puis vendue une telle ou une telle ... Ainsi ces prostituées atteignent-elle le degré ultime de leur destruction.
    Pour se sortir de là, il faut une aide exceptionnellement qualifiée et dans la durée. Je ne crois pas que le projet Maud OLIVIER apporte les résultats attendus par les militants de la lutte contre le proxénétisme et la prostitution, surtout dans le cadre de budgets contraints.
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Je crois qu'il faut insister pour les aides. Pour les filles attachées à leur mac, je n'y crois plus trop. C'était vrai dans le temps mais plus maintenant. Et ça n'excuse pas.

      Supprimer
    2. Les filles attachées à leurs macs. C'était encore vrai il y a 15/20 ans, on trouvait encore quelques "julots casse-croûte" qui vivaient du "pain de fesse". Aujourd'hui, le mac, c'est un ukrainien, un bulgare, un rom, un africain, il se fiche complètement des filles, est d'une violence incroyable, et fait partie d'un réseau reliant le pays d'origine à la France.

      Supprimer
    3. C'est ce que je pense aussi.

      Supprimer
  3. Ces gens ne se rend pas compte qu'ils sont les bigotes et les dames patronnesses du XXIe siècle, les chaisières du nouvel ordre moral, qui ressemble d'ailleurs foutrement (je l'ai fait exprès…) à l'ancien. Je suis sûr que ces abrutis confits dans leur rigidité morale (la seule qui leur encore permise, se dit-on) doivent être très fiers de leur petite trouvaille sémantique : prostitueur.

    De toute façon, c'est sans importance : ils échoueront lamentablement, comme tous ceux qui s'y sont risqués avant eux. Simplement parce que la prostitution est constitutive de l'homme et, donc, inéradicable. Mais ça leur aura permis de faire leurs intéressants durant quelques semaines, de faire croire qu'ils existent et de s'admirer dans leur petit miroir personnel.

    Pour finir, je précise que j'ai toujours beaucoup aimé les putes et que j'en ai connu beaucoup, durant mon long célibat pré-marital. Et si c'était à recommencer, je crois bien que je passerais cette période de ma vie en ne fréquentant QUE des putes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que vous avez raison sauf qu'il y a une nouvelle prostitution qui est arrivée : les putes de l'est et les étudiants. Par contre, les deux que j'ai connus et dont je parle en introduction peuvent bien faire ce qu'ils veulent et sucer des taxis ou des patrons de bistro.

      Supprimer
    2. Entièrement d'accord avec Didier Goux, étant honnête, je l'écris donc.

      Supprimer
    3. Oh, mais ce n'est pas la première fois que nous nous trouvons d'accord !

      Supprimer
    4. "La prostitution est constitutive de l'homme"...

      Bravo, celle-là, elle mérite presque une publication. On a rarement lu un truc aussi sot sur le sujet (et même sur tout autre)...

      Supprimer
    5. Ah ! Te revoila toi ! Directement pour chercher des poux sur la tête du vieux.

      Supprimer
    6. Par ailleurs, depuis quand les sociétés conçoivent des lois pour éradiquer quoi que ce soit ? Les lois qui interdisent les assassinats prétendent-elles en éradiquer la pratique ? Puisque les lois interdisant l'assassinat échouent sur ce point, faut-il les abolir ?

      Le refus de la prostitution n'est rien d'autre que le refus de la marchandisation du corps. C'est sans doute le même raisonnement qui peut conduire à refuser de légiférer sur la Gestation pour Autrui. Ce qui m'amuse chez les réacs, c'est que leurs opinions semblent vraiment à géométrie variable. Le principe d'être systématiquement contre conduit vite à dire tout et n'importe quoi ; et son contraire...

      Vous et vos amis, qui vous moquez à loisir des moderneoeuds (pour employer vos dénominations), semblez presque penser que l'intelligence est de votre côté. Une simple et rapide analyse de vos diverses positions discordantes prouvent aisément le contraire.

      Supprimer
    7. Mais tout à fait, Monsieur Goux, ce qui souligne au moins que quand nous sommes opposés, c'est que nous y avons réfléchi vraiment, ce n'est pas un affrontement stupide entre débiles idéologiques endoctrinés.
      Le fait que les dames patronnesses sont de retour, c'est malheureusement vrai. Vouloir faire le bonheur des autres en les empêchant de vivre, comme pour la cigarette, l'alcool etc...l'être humain n'est pas une machine désincarnée

      Supprimer
    8. dorham,

      Didier a mis le mot "inéradicable" entre guillemets et ne parlait pas de la loi mais du projet en général.

      Ton deuxième paragraphe : je suis prêt à parier que les gauchistes qui veulent "éradiquer" la prostitution sont les mêmes que ceux qui militent pour la GPA, pour que des couples homosexuels puissent avoir des enfants.

      En outre, désolé de défendre Didier, mais, cette fois, il n'est pas contre quelque chose, il est contre un contre. Il y a des gens qui sont contre la prostitution, Didier est contre ces gens qui sont contre. Moi aussi, d'ailleurs, pas précisément pour les mêmes raisons, moi c'est plus parce qu'elles courent à l'échec et ont une communication merdique.

      Pour aller plus loin, Didier sera contre la prostitution venant de l'étranger parce qu'ils ne faudrait pas que nos bonnes putes françaises soient mises en concurrence avec des putes bas de gamme d'une autre culture envahissante. Moi je suis contre la prostitution venant de l'étranger parce que c'est de l'esclavagisme.

      Il est facile d'inventer des contradictions aux autres mais il faudrait que la gauche voit les siennes. En exigeant d'Hollande qu'il fasse un geste pour Léonarda (ce qu'il a fait, l'andouille), elle a ouvert le signal : hou hou, les étrangers, vous pouvez venir chez nous. Du coup, les étrangers, ils viennent chez nous où ils trouvent la même misère que chez eux, un Front National qui grandit, et le froid en hivers.

      Rosa Elle, Didier,

      Je vous laisse papoter.

      Supprimer
    9. Merci de ta réponse, Nicolas, mais tu me donnes raison en quelque sorte. Beaucoup de réacs qui sont contre la GPA sont contre tout projet de Loi visant à interdire la prostitution ou à pénaliser le client et l'inverse est vrai, à gauche. Ce qui me fait dire que modernes et réactionnaires sont les deux faces d'une même pièce, chacun pensant que l'intelligence est de son coté...

      ...Léonarda, je ne préfère même pas en parler, parce que franchement...
      D'ailleurs, en intervenant ici, il ne me venait même pas à l'idée, en attaquant Didier, de défendre la gauche. La gauche, la gauche, elle est en-dessous de tout et en quelques mois, elle aura réussi à faire de moi un abstentionniste en puissance... Aussi, la gauche, au risque d'être impoli, je l'emm...

      Supprimer
    10. Dorham sort de six mois de blogo-silence et c'est pour me tomber sur le paletot ! Puisque c'est comme ça, je propose qu'on renvoie chez elles toutes les putes italiennes ! Et même qu'on les expédie au Kosovo, tiens !

      Heureusement encore que Rosaelle est là pour me défendre.

      Supprimer
    11. Dorham, je vous dois néanmoins une confession : la GPA, je m'en tape complètement. En réalité, je ne suis opposé à toutes ces conneries (mariage homo, GPA, PMU, RATP, BMW, etc.) que parce que la frange la plus décervelée de la gauche semble les trouver merveilleuses. Donc, ça ne peut être que mauvais, nuisible, et surtout grotesque. Réaction stupide, dites-vous ? Sans doute, sans doute… mais si reposante ! Et puis, c'est plus fort que moi : je ne pourrai jamais, je crois, me résoudre à être d'accord avec un écolo ou un extrême-gauchiste.

      Voilà.

      Supprimer
    12. Bon, j'ai dû merder, car mon précédent commentaire n'apparaît pas ! Coup de bol, je l'avais sauvegardé, contrairement à mon habitude. Le voici donc :

      « Dorham, je vous dois néanmoins une confession : la GPA, je m'en tape complètement. En réalité, je ne suis opposé à toutes ces conneries (mariage homo, GPA, PMU, RATP, BMW, etc.) que parce que la frange la plus décervelée de la gauche semble les trouver merveilleuses. Donc, ça ne peut être que mauvais, nuisible, et surtout grotesque. Réaction stupide, dites-vous ? Sans doute, sans doute… mais si reposante ! Et puis, c'est plus fort que moi : je ne pourrai jamais, je crois, me résoudre à être d'accord avec un écolo ou un extrême-gauchiste.

      Voilà. »

      Sinon, mon cher Dorham, nous pouvons nous rejoindre sur un point, même si c'est "en miroir" : la gauche vous consterne et vous l'emmerdez ? La droite m'accable et je lui pisse à la raie en zigzag ! Le gars Copé, notamment, est en dessous de tout. Et c'est pour ne rien dire des “Embrassons-nous Folleville” de Bayrou et Borloo…

      Supprimer
    13. C'est vrai, ça ! Il pourrait répondre, le vieux !

      Pour les deux faces, on est assez d'accord. Sauf que à gauche, tu leurs dis "La GPA c'est mal, c'est l'exploitation" ils vont répondre "ah oui, c'est vrai, non à la GPA". Après tu leurs dis : "Oui, mais les hommes homos n'ont pas d'autre solution pour avoir des enfants à eux et les élever patati patata" Ils vont répondre "ah oui, tiens ! Il faut autoriser la GPA". Par contre, Didier, je ne sais même pas s'il est contre. Tout au plus, il s'en fout, probablement (il n'est pas croyant). Alors qu'une bonne femme se fasse engrosser puis donne le môme au père qui ira vivre avec son amant, il trouvera cela stupéfiant (moi aussi, et toi aussi, probablement) voire surréaliste mais après tout, ces braves gens, ils font bien ce qu'ils veulent.

      Si je suis contre, c'est bien parce qu'il y aura nécessairement une marchandisation du corps de la femme.

      Pour ton deuxième paragraphe, j'en ai fait un billet hier. Elle est au dessous de tout. On a une "gauche morale" qui raconte n'importe quoi (pas de toute moralité, d'ailleurs...) et une "gauche de gouvernement" qui fait n'importe quoi, y compris pour faire plaisir à la "gauche morale".

      Je continuerai à voter mais je suis en pétard contre cette gauche qui ne comprend rien (par exemple, j'ai défendu le mariage homo pour des raisons personnelles sur lesquelles on ne va pas revenir mais j'ai très bien compris ta position. Donc le mariage homo n'aurait jamais du être au programme de Hollande, il aurait du laisser le mariage aux croyants et faire un autre contrat civil) (je ne rouvre pas le débat, je dis pourquoi la gauche morale m'énerve avec ses erreurs politiques qui lui font mettre à dos une partie de la population).

      Supprimer
    14. Du coup, il s'intercale dans la discussion, on ne va pas pouvoir suivre.

      Et en plus, ils vont finir d'accord, ça va tuer mon blog.

      Supprimer
    15. Ton blog est "inéradicable", Nicolas... Je ne sais pas encore, cela dit, s'il est constitutif de l'homme. Là, je me tâte ; pas trop quand même, ça ferait mauvais genre.

      Didier,

      On sera au moins d'accord sur un point. On n'est pas bien barré...

      Supprimer
  4. Mais si on abolit la prostitution, comment fera-t-on pour continuer à aller aux putes?
    Ces technocrates ne pensent jamais aux conséquences concrètes de leurs décisions!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous bandez encore, vous ! A votre âge, aller aux putes, c'est un peu foutre du pognon en l'air. Ou alors faites vous branler par une infirmière.

      Supprimer
  5. Qu'ajouter sinon que je suis d'accord sur chacune de tes lignes Nicolas!

    RépondreSupprimer
  6. J'ai fait une erreur de manip Petit Louis a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Abolition de la prostitution ?" :

    Bon je ne suis qu'un vieux pirate. Mais qui était la en premier ?
    La fille de mauvaise vie ou l'homme politique ?
    Éternelle question.
    Je suis sorti acheter un livre l'autre semaine chez Gibert. quand j'ai vu toutes ces jeunes femmes asiatiques en sortant du métro j'ai été sidéré.
    La prohibition ne fera qu'augmenter la valeur du trafic.
    Voilà mon avis.
    Il faut plus protéger les filles et arrêter de croire que le coté obscur peut être contraint par des lois.
    Voilà voilà.


    Publier
    Supprimer
    Marquer comme spam

    Modérer les commentaires relatifs à ce blog.

    Envoyé par Petit Louis à Partageons mon avis le 26 octobre, 2013 22:53

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.