23 octobre 2013

Avec Pépère !

Dans son billet matinal, Sarkofrance évoque, en plaisantant, une possible dissolution de l'Assemblée National pour mettre fin au psychodrame actuel. La défaite de la gauche serait assurée mais on aurait la paix. Je pourrais enfin taper sur un exécutif qui prêterait - encore plus ! - à rire et défendre un président qui tel un autre Corrézien en son temps prépara de l'Elysée sa réélection. Mais non ! D'une fidélité sans faille, je reste debout pour rédiger mes billets blogs (sauf si un strapontin se libère dans le métro) !

Pourquoi ?

Même si je ne suis pas toujours content de la politique menée, je suis persuadé qu’aucune autre formation politique ne pourrait en mener une qui tienne la route et j’ai élu François Hollande comme président : c’est à lui de diriger le bordel. Surtout, la plupart des critiques qui sont formulées ne sont pas justifiée.

Prenons cet exemple de l’affaire Léonarda…

Tout a commencé par un billet de RESF qui a fini par buzzer et l’aile gauche a commencé à attaquer Manuel Valls, comme s’il avait pris lui-même les décisions. S’en suivent une série de critiques : Manuel Valls ferait la même politique que Nicolas Sarkozy. Or Manuel Valls a relancé les naturalisations (plus 14% en un an), a abrogé la circulaire Guéant à propos des étudiants étrangers, a porté une circulaire interdisant le placement en rétention des familles avec enfant… Il n’a pas fait le discours de Grenoble associant ouvertement l’immigration et la délinquance même s’il a pu dire quelques conneries. Il n’a pas dit que le Front National était compatible avec la République et posait les bonnes questions. Il a abrogé la politique du chiffre dans la police. Il est respecté par l’opposition (ce qui n’était pas franchement le cas de Nicolas Sarkozy…). Il n’a pas les manettes du parti tout en étant ministre. Les deux hommes ne sont pas comparables (même Le Point soutient Valls face à Sarkozy…).

Ainsi, toutes les critiques sont arrivées sans que personne ne sache ce qui s’était réellement passé et avec pour seule motivation de taper sur Valls et le gouvernement.

Ensuite, il y a eu l’intervention de François Hollande, à la télévision. Elle a été beaucoup critiquée, y compris par moi. Il n’empêche que s’il n’était pas intervenu, on le lui aurait retranché. On l’accuse de manque d’autorité mais il a pris une décision forte : il a soutenu les décisions et actions des forces de l’ordre et de la justice. Enfin, il a laissé une porte de sortie à la jeune fille pour faire plaisir à sa gauche.

L’affaire n’est pas finie. Nous avons maintenant un parti composant la majorité qui appelle les lycées à manifester. Ils sont totalement irresponsables, voire grotesques (électoralement, ils vont perdre gros…). Ils sont sur une posture de gauche morale (défendons les opprimés !) mais dans un comportement presque amoral.

On lui reproche son manque d’autorité mais ce n’est pas le rôle du président. Sortons de ces années de Sarkozysme et relisons la Constitution…

Comment ?

Quel est l’andouille qui a posé la question ? Comment continuer à soutenir ? Je vais continuer à faire des billets de blogs qui seront lus par une poignée de citoyens qui applaudiront, s’énerveront ou s’en foutront…

Des conseils ?

On voit beaucoup de gens qui donnent des conseils à François Hollande : changer le gouvernement, changer l’assemblée, changer de politique (plus à droite, plus à gauche,…), changer de cravate,…  Je vais donc donner moi-même des conseils.

Le premier : changer le premier secrétaire du PS.

Le prétexte est tout trouver : il a commis une faute, samedi. De toute manière, son remplacement est inéluctable. Autant le remplacer maintenant. Le principal grief que je lui trouve, c’est d’être inaudible. Ce n’est pas de sa faute. Les médias ne s’intéressent pas à lui.

Le Parti Socialiste doit se trouver un premier secrétaire qui passionne les médias. Il n’y a pas trente six personnes. Et même si l’idée peut passer pour saugrenue, seule Ségolène Royal a la voix nécessaire. Seule elle peut être entendue si elle s’exprime. Tous les autres ou presque sont des pantins. D’ailleurs, ce week-end, elle a soutenu son ex, on l’a entendue.

Vous avez vu ce qui se passe à l’UMP avec le projet de suppression du droit du sol. Vous avez entendu un type du PS critiquer fortement, dénonçant la casse du socle de la République et tout ça. Non. David Assouline a tenu son discours mais il reste inconnu du public.

Avec Léonarda, on a le papy Voise pour les municipales. Soyons prudent : il faut dégommer. Et pour ça, il faut de la voix.

Le deuxième : continuer la politique économique.

J’entends beaucoup de gens réclamer le changement, moins d’austérité et tout ça. Le public ne comprendrait pas un changement de position. Il faut que les déficits passent en dessous des 3% pour que l’on puisse retrouver des marges de manœuvre. Les gens veulent moins de rigueur, moins d’effort, mais pourquoi faire ? Se retrouver à parler de la dette pendant vingt ans ? Donner du pouvoir d’achat aux Français pour qu’ils puissent acheter des iPhone ou d’autres machins importés ?

La priorité doit bien être la réindustrialisation, l’industrie française ayant été laissée en friche.

Par contre, laisser donc tomber un peu les taxes qui portent sur les consommateurs. Ce sont les revenus qui doivent être taxés. Votre politique fiscale doit être mieux visible.

Le troisième : boucler la réforme territoriale au plus vite. Les gens s’en foutent (je le vois au nombre de lecteurs de mes billets…) mais il est temps de passer à la phase suivante et à multiplier les gestes vers les villes de province. Je ne sais pas lesquels mais à lire des analyses et des études, on a l’impression que toute une partie de la population se sent abandonnée.

Le quatrième : mieux communiquer. Facile à dire.

Le cinquième : augmenter le rythme des réformes dans tous les domaines, le numérique, la culture et pourquoi par l’immigration ou des sujets plus « droitiers » (mais à gauche, hein !). On ne résoudra pas les problèmes économiques en claquant des doigts mais il faut montrer que la France change.

Le sixième : donner des baffes. A droite, au centre, à gauche. Des belles baffes.


Au boulot, les gars ! On est avec vous !

38 commentaires:

  1. Bravo ! en un seul paragraphe magistral, vous venez de démontrer la haute toxicité de Manuel Valls !

    Quant à l'intervention de Hollande, elle était du dernier ridicule et profondément dégradante ; pour lui, ce qui est sans importance, et pour la France, ce qui en a davantage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous regardez trop la télé. Et vous avez une idée farfelue de la France...

      Supprimer
  2. Je m'y essaie ?
    -un : le président est sur un siège éjectable, appuyons sur le bouton. C'est le bon moment, avant que la dame blonde ne devienne incontournable.
    - deux : la politique économique ne peut se concevoir que dans un cadre de fâcherie avec Bruxelles, ce qui rend obsolète le "problème" d'une dette où c'en sont les intérêts qui sont devenus capitaux. Cela va de pair, effectivement, avec une réindustrialisation choisie, basée sur la demande au lieu de l'offre, et qui favorise la fin de l'obsolescence programmée.
    - trois : annuler la réforme territoriale, qui ne peut apporter que toujours plus d'éloignement entre le citoyen et le décideur . Au contraire, défaisons les régions qui ont créé une surcouche inutile. Ramenons les prérogatives aux départements, avec les financements, en enlevant aux présidents de CG une aura devenue pesante.
    - quatre : il serra plus facile de communiquer sur des réformes compréhensibles.
    - cinq : réformer pour réformer n'est qu'un leitmotiv inutile. Toute réforme aura pour but de faire réapproprier par les citoyens, et non les entreprises tentaculaires, les éléments essentiels de la vie dans notre pays, les poubelles comme les transports ou l'énergie.
    - six : des baffes, s'attendre à en prendre, quitte à les rendre de bon cœur.

    Bon, c'est d'un seul jet, on verra bien... (des baffes, j'vais en prendre, la la la...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Tu ne prendras pas de baffe. Mais tu as tort sur quasiment tous les points y compris la réforme territoriale. Quant à la reinsustrialisation par la demande, c'est presque rigolo.

      Supprimer
    2. Il y a aussi le fait que mon but ultime doit différer très largement du tien, donc les moyens également.

      Supprimer
    3. faut pas supprimer les régions , faut les rendre plus fortes plus grandes
      Giscard en avait fait 22 pour ne pas être désapprouvé par ses amis qui n'auraient pas eu de poste
      faisons en un dizaine de la taille critique pour être comparable aux landers

      Supprimer
    4. Bab,

      Le but ne diffère pas : une politique et du pognon au service des gens. Seule la méthode diverge.

      Bob,

      Non il ne faut pas calquer le modèle Allemand. Il faut du cas par cas.

      Supprimer
  3. J'avoue que je ne comprend pas le buzz autour de l'"affaire Leonarda"... Et tous ces éditocrates à deux balles qui se gargarise d'une faute supposée du gouvernement ... J'ai du mal à comprendre ce qu'on reproche à hollande et à Valls concrètement... J'entendais lemaire dire que hollande à commis une faute "inexcusable"!!! Lepen qui réclame sa démission ? Franchement de quoi parlent t'ils ? La loi a été appliquée qu'on le veuille ou non ... Que reproche t'on à Hollande ? Trop de laxisme ou trop de fermeté ?
    C'est toujours le même genre de procès contradictoires qu'on lui fait depuis le début de son mandat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec Alexis, cet acharnement est à n'y rien comprendre.

      Supprimer
  4. Nous noterons que "Mémère", son équivalent allemand, a été réélue 2X.

    RépondreSupprimer
  5. Quitte à changer, je suggère de prendre un porte-parole moins ridicule que Najat V.B.

    (Pour rappel, elle a annoncé, entre autres, que les mariages forcés chez les catholiques étaient un problème en France, actuellement)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle dit quelques bêtises mais je trouve qu'elle se sort pas mal de cette mission de porte parole. C'est plus en tant que "ministre des femmes" qu'elle dit parfois des bêtises.

      Supprimer
  6. Juste un test (j'ai fait des modifications sur Google + que je n'utilise pas). Et autant le faire chez des copains.

    Pas d'avis sur ton billet (et pas envie d'avoir d'avis sur l'actualité politique en ce moment). Sinon que mettre des baffes pour faire plaisir aux militants, ça défoule et ça fait du bien. Maintenant, l'utilité de la chose sur l'opinion (qui vote derrière) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait donner les bonnes baffes. Par exemple, on voit des élus de droite gueuler contre l'écotaxe alors que c'est eux qui l'ont décidée. Ça mérite des baffes et qu'on le rappelle aux électeurs.

      Supprimer
  7. c'est pas bien de linker les nauséabonds... clin d'oeil toussa.

    RépondreSupprimer
  8. Voilà. Tout ce que j'aurais aimé dire moi même si j'avais eu un blog (quoique Ségolène, chuis pas trop sûre, mais je n'ai pas mieux à proposer)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y en a que deux qui ont de la voix. L'autre étant DSK...

      Supprimer
  9. Mettre Ségolène à Solférino est l'idée politique la plus brillante que j'ai entendue depuis très longtemps! Puisse le PS t'écouter!

    RépondreSupprimer
  10. Réponses
    1. Je me doute. D'ailleurs je pensais à qui en l'écrivant ?

      Supprimer
    2. Ouf, tant que tu ne penses pas trop à moi sous la douche.

      Supprimer
    3. Pas:3 pas de place. Pardon

      Supprimer
  11. Mis à part que le désastreux cadrage télévisuel du président, plus le décor, la mise en scène, l'élocution et le regard face caméra qui laissent vraiment à désirer, le fond du discours sur Léonarda était le seul possible et un sans faute politique, juridique et humain. Politique parce que le PR mettait fin à une séquence absurde au bout de laquelle il se devait d'intervenir, sans quoi on en serait encore à parler de cette affaire en attendant son intervention. Juridique parce que contrairement à ce qu'on raconté les ambulanciers de l'UMP Dati et Copé il n'y avait aucun souci de cet ordre ( http://goo.gl/014oEG ). Humain parce que le PR s'est adressé à l'intelligence et à l'autonomie d'une jeune fille de 15 ans qu'il a considéré comme capable de prendre sa destinée en mains, ce que font chaque jour des dizaines de milliers de jeunes de cet âge. J'aime bien diffuser le début de Kiki la petite sorcière, pour montrer que même dans les dessins animés ça se passe comme ça, on quitte ses parents pour aller apprendre, et que l'on n'entend pas la vrauche hurler que c'est inhumain, au contraire elle prétend même que c'est très beau... Pour en revenir à la forme, quel que soit le discours du PR il aura du mal à passer tant qu'il restera si mal mis en scène et mis en image, c'est catastrophique. Salut et bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  12. J'aime beaucoup le sixième point moi aussi !!!

    RépondreSupprimer
  13. Excellent billet ! Sauf le 6ème point, il est trop gauchiste ! :DDD

    RépondreSupprimer
  14. Retest (mes excuses aux abonnés)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.