16 octobre 2013

Expulsion !

Elle est bizarre cette gauche qui diffusent mes billets de blog quand je défends la version officielle lors d'émeute en banlieue et qui me conchie quand je ne fais que diffuser un communiqué officiel lors de l'expulsion de sans papier. Elle est bizarre cette gauche qui applaudit la justice quand elle contribue à embastiller un ancien président mais qui la critique quand elle décide d'appliquer la loi pour les sans papier.

Je dois reconnaître que je ne suis pas à fond dans l'actualité à cause du boulot depuis quelques jours. Hier soir, quand j'ai diffusé le communiqué officiel, je ne savais pas que cette histoire faisait du bruit. Je me doutais seulement qu'une partie de la gauche allait s'indigner dans connaître les faits, les décisions de justice. Vous auriez vu ma tête, au réveil, ce matin, quand j'ai vu l'information en une de Google News avec ce bordel au PS !

On en voit des cadres du PS et des ministres tenter de se racheter un brevet de gauchitude. Elle est d'ailleurs étrange cette gauche qui fustigeait Nicolas Sarkozy qui virait des préfets et qui exige maintenant l'éviction d'un préfet qu'ils jugent à l'origine du scandale.

Pour autant, ai-je donné mon avis sur cette histoire ? Non. J'ai communiqué une version officielle en ironisant sur le fait que personne ne la lirait. Mon billet a buzzé. Merci. 25 RT pour un billet où je n'ai rien écrit. Pas mal. La plupart pour dénoncer ce que je pourrais représenter de la gauche alors que je ne revendique rien. Mon autre billet a moins marché. C'est ballot. J'y engueulais les abrutis qui font de la politique en 140 caractères.

Je vais donc donner mon avis : je n'aime pas qu'on expulse des braves gens et je n'aime pas non plus que la police aille chercher des jeunes filles dans des cars scolaires. C'est mal. Je n'aime pas non plus quand des bateaux avec des centaines d'immigrés clandestins périssent parce qu'on a laissé croire à des gens qu'ils pourraient vivre chez nous. Elle est étrange cette gauche.

Je vais faire un aveux : je n'ai pas la solution pour résoudre les problèmes d'immigration. Ni le chômage. Ni la fièvre jaune. Ni le prix de la bière.

Elle est étrange cette gauche qui accusait Sarkozy de faire une loi par fait divers et qui fait un scandale à chaque fait divers sous la gauche. Elle est étrange cette gauche qui accusait la droite de faire le lit du FN en médiatisant ce genre d'histoire et qui fait un scandale médiatisant une histoire en accusant Manuel Valls de faire le lit du FN.

Faire le lit du FN et le boire jusqu'à l'hallali (désolé, ça m'est venu en passant). C'est ce que me disait un copain en commentaires. On sort d'une période où on se demandait ce qui faisait monter le FN, où les gens de gauche commençaient à se demander si on n'avait pas tout faux... Et hop ! Au premier fait divers, on s'indigne.

Je ne sais pas à quel point cette gauche qui s'indigne quand la police fait respecter une décision de justice aboutissant à une reconduite à la frontière de personnes en situation illégale fait le lit du FN. Il faudrait se poser la question.

Je sais qu'il y a des gens en grande détresse chez nous et ailleurs. Et je sais que des gens en grande détresse d'ailleurs croient trouver l'eldorado, chez nous, et meurent par centaines en traversant la Méditerranée.

Pendant ce temps, la gauche fulmine dans les réseaux sociaux.

Et sur le HuffPost, tiens ! Guy Birenbaum parle de moi dans un billet. « J'ai lu aussi la gêne, palpable, de certains militants qui comprennent aujourd'hui Manuel Valls et cette expulsion, alors qu'ils n'avaient pas de mots assez durs (les archives seraient implacables), contre un autre ministre de l'Intérieur, devenu président de la République -un certain Nicolas Sarkozy- lorsque ses services agissaient avec aussi peu d'humanité. » Le « certains militants », c’est moi !

Guy, tu peux fouiller mes archives. C’est une perte de temps. Je ne sais pas si tu trouveras grand-chose. J’ai fait plus de 4000 billets, je crois, pendant le quinquennat précédent et je n’ai pas l’indignation très facile. Je me rappelle avoir fait des billets pour dénoncer un climat, une désorganisation de la police, quelques abus. J’ai critiqué une politique du chiffre, c'est-à-dire une politique où on donne comme objectif non pas une capacité d’insertion d’immigrés mais un nombre précis de pauvre gars à virer. Je n’ai pas critiqué de décision de justice. J’ai peut-être fait part de ma surprise mais je n’ai pas critiqué et je ne crois pas avoir critiqué d’actions de police pour faire appliquer une décision de justice. J’ai critiqué la médiatisation d’actions, la présence du président de la République partout, y compris avant qu’il le soit, d’ailleurs, tant il voulait montrer son efficacité.

Cette fois, le président de la République est au bout du monde et le ministre de l’intérieur à Lorient.

Des twittos mais surtout des élus, bien au chaud dans leurs palais de la République ou dans leurs placards sordides font du foin.

Ils feraient mieux de faire de la politique ce qui ne se résout pas à taper sur Valls pour lui piquer sa place… Mais à gagner les prochaines élections et à résoudre les problèmes liés à l’immigration.

63 commentaires:

  1. Comme toi je ne suis pas en phase avec les expulsions, mais dura lex sed lex, c'est peut être sur les méthodes qu'il faut se pencher.
    Dans cette affaire une enquête a été demandée par Valls pour savoir si le préfet a fait du zèle, attendons et nous verrons.
    Certains témoignages font apparaître des versions tout à fait différentes et même opposées sur le déroulement des faits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les méthodes sont peut être contestables. J'ai bien dit peut-être.

      Supprimer
  2. Nicolas, je crois que je n'ai jamais été aussi d'accord avec vous...

    Il y a une loi, la même pour tous, y compris pour les jeunes kosovardes clandestines.

    Néanmoins, qui est le plus coupable entre celui qui fait respecter la loi de la république et celui qui a accepté qu'un clandestin puisse aller à l'école de cette même république ?

    Je reprendrais la phrase de Rocard : "La France ne peut pas pas accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part " Je pense que sa part, elle l'a prise, et plutôt généreusement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord ! Sauf sur un point : les gamins doivent aller à l'école.

      Supprimer
  3. Je me suis exprimée sur le sujet chez Cyril Mercant. Les infos qui arrivent confirment ce que j'ai dit, connaissant la procédure : la mère était prévenue du jour et de l'heure du vol (un membre de son Comité de soutien était là ! - t'as un Comité toi ?) et de celles de l'escorte. Elle a envoyé délibérément sa fille en voyage scolaire. D'où les coups de téléphone à la fille, dans le car.
    Noter le coût des billets d'avion, de la mobilisation d'une escorte pour aller à Lyon ... toussa et par conséquent, l'intérêt qu'il y a à tout faire pour que la tactique minable qui consiste à envoyer un enfant en classe pour empêcher le départ, n'aboutisse pas.
    Ceux qui hurlent à l'inhumanité et pleurent pareil parce qu'ils vont payer 600 € d'impôts de plus par an : soit 50€ par mois !!! et parlent d'incurie de NOTRE Gvt de Gauche, ils commencent à me saoûler grave !
    Noter l'attitude de la prof' qui tente d'entraver l'exécution de la mesure : qui elle est, pour juger que les décisions de l'OFPRA et de la Cour Nationale du Droit d'Asile rendent des décisions inhumaines ? ça veut dire quoi quand on est fonctionnaire, non seulement d'agir ainsi, mais encore de transmettre un communiqué à RSF (dont elle est peut-être membre), en violation de son devoir de réserve ?
    Alors bien sûr, t'as le PG avec son score électoral de 4% en tirant bien, qui la ramène et demande la démission du Ministre de l'Intérieur ! ...
    Pour moi, c'est le monde à l'envers. Ces dérives gauchistes incessantes commencent à me tapper sur les nerfs.
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil. Ça sent le coup monté de bout en bout. Et les gauchistes en peau de fesse en font trop.

      Supprimer
    2. entièrement de votre avis ! on s'enflamme, on s'enflamme !!

      Supprimer
    3. "Le départ de la famille est décidé pour le 9 octobre. La famille D… n’est pas informée de cette décision, pour éviter qu’elle ne disparaisse et que des soutiens tentent d’y faire obstacle."

      http://www.maitre-eolas.fr/post/2013/10/20/L-affaire-Leonarda

      Supprimer
    4. "Le départ de la famille est décidé pour le 9 octobre. La famille D… n’est pas informée de cette décision, pour éviter qu’elle ne disparaisse et que des soutiens tentent d’y faire obstacle."

      http://www.maitre-eolas.fr/post/2013/10/20/L-affaire-Leonarda

      Supprimer
    5. Facile de commenter après la bataille. La famille n'était pas au courant alors que le père était en rétention. La famille n'était pas au courant mais avait des membres de RESF chez elle.

      Supprimer
  4. On dirait une sorte de combat indirect entre les éléphants et les jeunes loups du parti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non. Bartolone est pas un jeune loup.

      Supprimer
  5. Le vrai courage politique serait de faire évoluer la loi si elle est imparfaite, mais certainement pas sous le coup de la pression de l'instant, ce qu'on a tant reproché à l'"autre".
    Je trouve parfaitement indécent de s'indigner de cette expulsion, 1 parmi 20.000 annuelles, uniquement parce que les parents avaient décidé d'envoyer cette pauvre gamine en sortie scolaire, au moment ou ils devaient être reconduits à la frontière.
    Quid des 19.999 autres personnes, toutes probablement avec une réelle envie de faire son nid chez nous, et donc tous les indignés d'un jour ne se préoccupent à aucun instant, parce qu'ils sont partis en silence, ou pas... mais qu'ils n'ont pas créé le buzz
    A quoi sert le Valls-bashing actuel alors qu'il est précisément un atout pour ce gouvernement en manque de visibilité médiatique ?
    Pourquoi la gauche n'a t-elle de celle de s'auto flageller, alors que l’extrême droite se délecte de la désespérance ?

    RépondreSupprimer
  6. Lis la conclusion de Guy, il est incroyablement violent pour un gars de sa tempérance. Et j'ai bien l'impression que tu es visé, oui, sans aucun doute. Mais je pense qu'il y en a d'autres derrière, Juan, peut-être ? Bref, on ne vous fera pas changer d'avis, et tout le monde s'en branle, mais vous avez perdu pas mal de crédibilité auprès de certains. Je vais parler pour moi : j'ai un peu de peine de vous voir à ce point militants (avec un peu de recul mais sur l'essentiel...). Je pensais que vous étiez des personnes douées d'esprit critique et je me rends compte que votre haine de la droite, que je partage, vous mène à beaucoup accepter de ce gouvernement qui, pour moi, n'a rien changé au sarkozysme, que ce soit en matière économique (le plus déterminant, en bon marxiste que je suis) ou en matière de politique d'immigration. Je m'étouffe de rage et d'indignation en attendant le jour où ces cons se prendront une branlée qu'ils auront largement méritée.

    Et, pendant ce temps, le FN monte, monte, monte... On a tous notre hypothèse à ce sujet. La mienne : le FN monte parce qu'il n'y a plus d'alternative à la politique menée, seulement des alternances. La gauche n'assume pas ce qu'elle est, ses valeurs, elle fait le jeu de la droite (Lordon parle de "droite complexée", il a raison) et désespère ses électeurs. Vous vous en branlez sans doute (et vous aurez raison) mais je ne voterai plus jamais pour le PS hors 2d tour d'une présidentielle. L'ANI, le CICE, les retraites et ces histoires sordides d'expulsion couplées au ton martial et sarkozyste de Manu le malin, c'est trop pour moi. Fini le PS, bye bye.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jules,
      Le problème est que la gauche de la gauche le propose rien. Lis le billet de Dedalus. Que fait-on des gens en situation irrégulière ? Peut-on tolérer une immigration sans rien faire mais en brandissant des enfants ? Je n'apporte pas de réponse.
      Le deuxième problème est que tout cela est une opération particulièrement bien orchestrée par RESF. Du moins je le suppose.
      Le troisième problème est que c'est la gauche qui fait du bruit, réagissant à un fait divers malheureusement banal après avoir conspué la politique du fait divers de la majorité précédente.
      Je suppose que des sondages vont sortir pour désapprouver Valls dans ce truc et vous allez les brandir après avoir cassé les précédents.
      Le quatrième est qu'une partie de la gauche oublié que quand la gauche est au pouvoir elle doit gérer et faire appliquer la loi.
      Le cinquième est que personne ne voit ce qui se passe : Hollande fait les mesures dures en début de mandat alors que tous les prédécesseurs les ont faites en fin.
      Le sixième est que vous voulez juger dans l'instant sans laisser le temps aux décisions de porter leurs fruits.
      Le septième et je vais arrêter là est qu'une frange de la gauche qui représente sans doute moins du quart des électeurs de gauche s'autoattribue le fait d'être la seule gauche.
      Pourtant, être de gauche, ce n'est pas s'occuper de cas particulier mais de traiter les problèmes, en l'occurrence pourquoi ses gens viennent chez nous. Et il faut y répondre. Je n'ai pas la solution mais ce n'est pas en hurlant dans les réseaux sociaux.

      Maintenant, relis tous les tweets contre moi, hier. Tous ces gens qui se prétendent de gauche mais qui jouent aux petits fachos en voulant m'ôter le droit de parole uniquement parce qu'il ne sont pas contents que je diffuse un truc officiel.

      Ça, ce n'est pas ma gauche. Ma gauche est tolérante.

      Supprimer
    2. Je suis confronté tous les jours à ce problème dans les centres d'hébergement d'urgence : ils sont engorgés parce qu'on y accueille des personnes qui n'ont pas les droits administratifs suffisants pour prétendre à autre chose. En clair : ils sont irréguliers et devraient être expulsés. Mais on ne peut pas dire qu'il n'y a pas d'autre politique, ou que personne ne propose rien d'autre, ce n'est pas vrai. Ce sont ces renoncements qui nous font du mal, on peut assouplir les conditions de régularisation, on peut appliquer la loi avec humanité. Je ne vais pas épiloguer mais j'ai bossé pour le MIOMCT et je peux te dire que la loi est appliquée en fonction du contexte, on ne l'applique pas à la lettre et heureusement, sinon on abouti sur ces situations déplorables qui ne nous font pas honneur.

      Je suis quelqu'un de plutôt optimiste dans le fond, j'ai même donné du temps à Sarko (un an je crois), là j'ai fait pareil avec Hollande mais je ne vois toujours rien. Et une fois qu'on a voté des trucs comme l'ANI, le CICE et la retraite, qu'on fait porter l'effort sur les ménages et non sur les entreprises, que restera-t-il comme marge pour appliquer une politique socialiste (bon sang, ce mot veut dire quelque chose, il a une histoire) ? Aucune. J'ai beau vouloir être optimiste, j'ai aussi suffisamment de recul pour analyser ce fait imparable : on a bouffé toutes nos marges de manoeuvre en filant 20 milliards aux entreprises sans contrepartie, en flexibilisant le marché du travail, en rendant l'emploi encore plus précaire par l'allongement de la durée de cotisation. Et, en plus, vient se greffer la politique migratoire et les coups de menton de Valls. Trop, c'est trop. Si j'ai tort au bout du compte, je le reconnaîtrai, j'espère que vous ferez pareil si cette politique continue à aller à sens unique et ne produit aucun résultat.

      Supprimer
    3. J'espère que tu auras l'occasion de le regretter. Pour ma part je ne pourrais le regretter que le jour où une autre politique aura réussi. Alors, j'ai élu (ou participé à l'élection) un gugusse pour cinq ans en connaissant son orientation politique. Je vais attendre les cinq ans.

      Mais je ne vais pas profiter de faits divers pour faire de la communication.

      Supprimer
  7. "Ségolène Royal refuse de crier avec les loups. Invitée mercredi de l'émission "Questions d'info" sur LCP, en partenariat avec Le Monde, l'AFP et France Info, la présidente de la région Poitou-Charentes s'est désolidarisée des ministres et des responsables de gauche qui ont fait part de leur émotion ou de leur désapprobation après l'expulsion de Leonarda, la collégienne kosovare."(...)

    "Les valeurs de la gauche, c'est aussi le respect de la loi. Et manifestement, l'enquête le montrera, la loi a été respectée, puisque tous les recours que cette famille pouvait adresser à la justice ont été épuisés."

    "Qualifiant Manuel Valls de "ministre compétent", la socialiste a défendu le principe des "reconduites à la frontière, lorsqu'elles se font dans le cadre de la loi". A ses yeux, la lutte contre l'immigration clandestine est pleinement "une valeur de gauche" car "la gauche ne peut pas accepter que ce soit les populations les plus défavorisées qui subissent l'immigration clandestine". Donc, dit-elle, "il faut tenir bon"."

    Tout l'article et la vidéo:

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/16/segolene-royal-appelle-la-gauche-a-se-calmer_3496914_823448.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur de coup-là [et d'autres !], oui, elle est parfaite !

      Supprimer
    2. Elle est très souvent parfaite. (Il est de notoriété publique que je ne suis pas un fan, cette fois elle est réellement parfaite).

      Supprimer
    3. Il est de notoriété public qu'à mon sens Marie-Ségolène Royal est l'archétype de la médiocrité intellectuelle et de la nullité des femmes politiques française mais sur ce coup là elle à raison...

      Elle n'a pas toujours été aussi légaliste d'ailleurs.

      Supprimer
    4. C'est toi qui parle de médiocrité ?

      Supprimer
  8. Le plus étrange est que deux réactions différentes amènent une réaction similaire de la part de quelques (estimés) twittos. Jules ci-dessus, tu en es un bel exemple: Nicolas publie le communiqué officiel tel quel, et il se prend une habituelle branlée de commentaires sur Twitter (Je me souviens avoir publié d'autres communiqués, tels quels - pétitions en tous genres, sans que le procédé gêne, mais bon, passons). J'écris que ce fait divers me choque et me révulse, après quelques autres billets anti-Valls (la rafle de juin, etc), et résultat des courses, quelques-uns ne voient même plus ces différences.

    Bah.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. En fait, ils ne prennent plus de recul.

      Supprimer
    2. Bon, soyons honnêtes deux minutes, Nicolas ne se contente pas de publier un communiqué, il l'introduit avec un chapeau qui laisse clairement penser : "au lieu de gueuler comme des chiens de Pavlov, lisez ça et dites vous que, peut-être, il renferme la vérité et qu'il n'y a aucune raison de monter sur ses grands chevaux comme ça". Voilà ce qui nous fait réagir (enfin je pense). Après, Juan, je ne sais pas si Guy pensait aussi à toi ou non, vu sa réponse plus bas, je ne le crois plus. Je pensais seulement qu'il englobait d'autres blogueurs. Je n'ai rien dit te concernant, j'ai lu ton billet. Mais le reproche de ne pas prendre de recul, vous ne pouvez pas me l'adresser. Sur ce point précis, par contre, je te l'adresse Nicolas (c'est mon impression).

      Supprimer
    3. Heu. Je n'écris pas ça. Je dis que les gens qui gueulent ne sa vent pas ce qui s'est passé.

      Supprimer
    4. On dirait du Deschamps "au contraire, je dirais que..." :-))

      Supprimer
    5. Tu dis exactement la même chose que moi avec d'autres mots. C'est tout. Bon, allez, zou, départ pour le taf.

      Supprimer
  9. Bravo Nicolas, je suis totalement d'accord avec toi.
    Et consternée de voir la "gauche" se déliter autant et le Front de Gauche aussi caricatural.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne suis jamais violent. Jamais. Je n'ai pas envie de polémiquer. Je dis ce que je pense et quand je parle des gens je les linke, et je leur dis, avec respect et politesse. J'ai lu des centaines, des milliers de billets dans lesquels Sarkozy fut conchié pour la même chose. Et je ne parle même pas de Twitter. Je réclame la même constance et la même conscience. Rien de plus. Je me l'applique (j'essaie) alors comme je vous aime bien (vous collectif), je serais heureux de vous voir un peu moins "blogueurs de gouvernement" et plus énervés lorsque la cause le vaut, pour reprendre une terminologie que vous connaissez bien et qui nous fut commune.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas dit que tu étais violent. Ce n'est pas un blogueur de gouvernement qui a dit que tu étais violent.

      Je m'applique cette constance. Je n'ai pas fait de billet contre une expulsion particulière par Sarko. J'ai fait des billets contre sa politique. Les flics ont appliqué une décision de justice. Tu as fait un billet sur le Huff, c'est bien. Maintenant on fait quoi.

      Supprimer
    2. Ah bon ?

      http://www.jegoun.net/2009/10/expulsion-expresse.html?spref=tw

      http://www.jegoun.net/2008/05/hassan-lahiani-vient-de-recevoir-un.html?spref=tw

      Supprimer
    3. L'anonyme qui mène l'enquête en citant deux billets sans contenu de ma part et où je ne parle quasiment pas de Sarko. Bravo mon gars ! Continue ton procès.

      Supprimer
    4. C'est toi qui vois un procès là où il n'y a qu'étonnement de ma part. Étonnement de t'avoir connu (contrairement à ce que tu dis dans la réponse faite à Guy Birenbaum) dénonçant des expulsions toutes particulières et aussi injustes que celle pour laquelle aujourd'hui tu t'en remets à l'application de la loi.

      Supprimer
    5. Oui mais tu restes anonyme. Donc sans intérêt.

      Supprimer
    6. Et à quoi donc mesure-t-on l'intérêt des gens ?
      J'ai besoin pour des raisons qui me sont propres que mon nom n'apparaisse pas (trop) sur internet. Mes positions en auraient-elles moins de valeur ?
      Tu aurais préféré que je prenne un pseudonyme comme le font certains de tes camarades que je lis avec autant d’intérêt que je te lis ?

      Supprimer
    7. Je n'ai pas à préférer. Je n'ai souvent rien à foutre des trous du cul. Mais si tu crois qu'on peut s'intéresser à un avis non signé, c'est ton problème. Alors, tu prends un pseudo, comme beaucoup de gens parce qu'on a tous des raisons de ne pas vouloir dévoiler notre vrai patronyme mais entre temps, si tu ne sais le faire, tu vas chier ailleurs.

      Supprimer
    8. Je suis d'accord avec Guy, mon indignation est exactement la même que pour la petite chinoise sous Sarkozy. C'est dégueulasse.

      Supprimer
    9. On est tous indigné, Pierre.

      Mais je suis aussi indigné par le bruit fait par la gauche qui ne sait pas ce qui s'est passé. D'ailleurs on apprend ce matin que c'est un type lié à RESF qui a "demandé" l'expulsion des enfants alors qu'ils étaient battus par leur père.

      Et je suis indigné par ceux qui s'indignent mais qui ne proposent rien.

      Et je suis indigné par ceux qui disent que la gauche ne fait rien. Des cretins ! Il y a quelques mois, ils louaient la directive de Valls !

      Supprimer
  11. A qui fera t'on croire que le fait de dormir chez une amie alors que le retour était programmé soit innocent et nullement téléguidé ... Il y a des coups de pieds au cul qui se perdent , enfin s'il n'y avait que cela ... Voilà maintenant Peillon qui fait son numéro à la sortie du conseil ?... C'est vrai que c'est un philosophe ....sauf qu' au gouvernement on a besoin de " P"olitique !!!
    vincent axix

    RépondreSupprimer
  12. "A qui fera t'on croire que le fait de dormir chez une amie alors que le retour était programmé soit innocent et nullement téléguidé " bonne question.

    Mais surtout oui, la politique ne fonctionne chez beaucoup qu'à coup de faits divers...

    RépondreSupprimer
  13. Arrive l'affreux gauchiste qui éructe : Plus de frontières pour les humains, mais aussi plus de différences entre leurs chances de vivre. Cela veut dire plus de pauvres, mais aussi plus de riches, plus d'esclaves et plus de Grands Présidents, que ce soit en Angola, en France ou au Mexique. Ah oui, cela peut signifier que nous, affreux privilégiés, n'aurons plus de "belles bagnoles" ni de châteaux - et une maison de simple employé en France est souvent un palais pour une famille somalienne. Cela veut dire que sans solidarité journalière personne ne s'en sortira. Mais aussi que la simple solidarité rendra parfaitement supportable une vie, qui ne l'est pas parce que tout le monde s'ignore. Voilà ce que dira le gauchiste affreux. Et bien entendu, les expulsions n'auront plus aucun sens, sauf à rejeter un humain qui refuse de "jouer le jeu", donc en quelque sorte s'expulse lui-même. C'est ce qui risque d'arriver à ceux qui ne supporteront pas de n'être plus "le chef" vu qu'il n'y aura plus de chefs.

    Si nous voulons continuer à vivre ensemble sur cette Terre, il faudra bien en arriver là : espérons-le, de bon gré. Mais pour certains, ce sera pire qu'un déchirement, car ils y perdront simplement ce qu'ils considèrent comme leur raison d'exister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'as déjà vu défendre une frontière ?

      Supprimer
  14. Arrive l'affreux gauchiste qui éructe : Plus de frontières pour les humains, mais aussi plus de différences entre leurs chances de vivre. Cela veut dire plus de pauvres, mais aussi plus de riches, plus d'esclaves et plus de Grands Présidents, que ce soit en Angola, en France ou au Mexique. Ah oui, cela peut signifier que nous, affreux privilégiés, n'aurons plus de "belles bagnoles" ni de châteaux - et une maison de simple employé en France est souvent un palais pour une famille somalienne. Cela veut dire que sans solidarité journalière personne ne s'en sortira. Mais aussi que la simple solidarité rendra parfaitement supportable une vie, qui ne l'est pas parce que tout le monde s'ignore. Voilà ce que dira le gauchiste affreux. Et bien entendu, les expulsions n'auront plus aucun sens, sauf à rejeter un humain qui refuse de "jouer le jeu", donc en quelque sorte s'expulse lui-même. C'est ce qui risque d'arriver à ceux qui ne supporteront pas de n'être plus "le chef" vu qu'il n'y aura plus de chefs.

    Si nous voulons continuer à vivre ensemble sur cette Terre, il faudra bien en arriver là : espérons-le, de bon gré. Mais pour certains, ce sera pire qu'un déchirement, car ils y perdront simplement ce qu'ils considèrent comme leur raison d'exister.

    RépondreSupprimer
  15. Réponses
    1. Quatre fois. Avec ce que j'ai picolé ce soir, je vois double.

      Supprimer
  16. Cueillir une gamine sur le parking du Collège Lucie Aubrac, tout un symbole..
    Valls fait son boulot, la loi toussa, mais il y a là une dimension symbolique qui froisse les consciences...

    Sans moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reprends les symboles si tu veux. RESF qui fait un coup montéc'est avec ou sans toi ?

      Supprimer
    2. RESF fait son boulot. Ne reste plus qu'à changer la loi, sans traîner, mais sans précipitation.

      Supprimer
    3. Que veux tu changer dans la loi ? Précisément.

      Supprimer
    4. Quand dans une famille, des enfants sont nés, n'ont plus que la langue du pays hôte et n'ont aucune notion du pays "originel", "renvoyer" cette famille "là d'où elle vient" n'a aucun sens : je pense que cette notion manque dans les lois.

      Quant au concept de demande d'asile, sans doute faut-il en assouplir certaines faces, mais je ne saurais détailler, n'étant pas juriste.

      Supprimer
    5. Oui mais il y aurait des abus. Voir ce qui se passe à Mayotte.

      Supprimer
  17. La politique ne fonctionne souvent qu'à coup de divers et c'est d'ailleurs bien malheureux. Il est vrai que la demande d'asile devrait sans doute être assouplie !

    RépondreSupprimer
  18. Tu as tout dit en disant : je n'aime pas qu'on expulse des braves gens et je n'aime pas non plus que la police aille chercher des jeunes filles dans des cars scolaires.

    RépondreSupprimer
  19. "Karcher - Racaille" depuis 2007 , cela me révulse ... (je suis de gauche)
    Et je pars au quart de tour, comme ceux que tu as bloqué sur twiiter, et insulté sur ton blog. Apparemment , c'est pas automatique pour tout le monde : TRÈS TRISTE
    Faire de la politique comme un supporter de match de foot .... pourquoi pas.
    Bon en tant qu'anonyme , tu va me traiter de .... (a suivre) ... Allez les verts !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je ne vais pas te traiter de quoi que ce soit à par d'abruti qui pourrait au moins signer de son prénom.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.