11 octobre 2013

La rentabilité du gaz de schiste

Moi ! Vous me connaissez. Ou pas. Je ne suis pas anti gaz de schiste mais opposé à la fracturation hydraulique. Ca détruit nos sous-sols, nos nappes phréatiques, c'est caca. Il y en a même qui ont montré que l'eau du robinet devenait inflammable ce dont au sujet duquel j'ai du mal à croire. Pourtant, économiquement, il me semble intéressant d'exploiter ce bordel. Ca éviterait de payer du pétrole à des pays qui sont obligés d'investir dans nos équipes de foot et nos hôtels de luxe le pognon qu'on leur file.

La nouvelle est tombée aujourd'hui sans se faire trop mal : la loi interdisant la fracturation hydraulique est bien conforme à la Constitution. C'est le Conseil Constitutionnel qui l'a dit suite à un recours de méchants pétroliers étrangers qui voulaient exploiter chez nous.

C'est bien fait. Nananère.

Néanmoins, des braves gens (Arrêt sur image et Reflets), un peu gauchistes sur les bords, ont mené l'enquête : l'exploitation du gaz de schiste n'est pas rentable. Vous pouvez lire les billets que je mets en lien (le premier, extrait du deuxième, est réservé aux abonnés).

C'est amusant comment on peut être pour ou contre le gaz de schiste. C'est le thème de cet article d'Atlantico. Ou, plutôt, de son début. On se rend compte rapidement, puisqu'ils le disent, que les auteurs sont favorables à l'exploitation du gaz de schiste. D'ailleurs, ce n'est pas un article mais une tribune adressée à l'UMP pour lui demander de se battre contre la loi...

Néanmoins, en conclusion, ils confirment que ce gaz n'est pas rentable. « Le gaz de schiste ne constitue pas la pierre philosophale : pour un certain nombre de raisons que la Boîte à idées a développées dans son rapport sur le sujet, son exploitation ne créera pas de centaines de milliers d’emplois comme aux Etats-Unis, et n’entrainera pas d’effondrement du prix de l’énergie dont pourrait profiter notre industrie (nos coûts d’exploitation seront plus élevés aboutissant à un coût de revient proche des cours actuels en Europe, et le prix de l’électricité, déjà faible grâce à notre parc électronucléaire n’est pas impacté par les prix du gaz en France). » Ils disent simplement que cela serait bon pour notre économie...

Pour résumer les arguments des deux articles que je cite : l'extraction du gaz de schiste coûte plus cher que le gaz normal plus les frais d'importation. On ne connaît pas les réserves. Le nombre de puits a commencé à baisser aux USA où l'Etat commence à envisager d'augmenter les subventions au secteur...

Un des articles souligne qu'il est bizarre que les opposants au gaz de schiste ne prennent pas en compte cet argument de la non rentabilité de l'extraction de ce gaz. Il est étrange que les industriels continuent à vouloir investir, jusqu'à se permettre de saisir notre bon vieux Conseil Constitutionnel. Il serait donc rentable pour eux mais pas pour nous ?

Etrange.

32 commentaires:

  1. La vrai connerie c'est d'interdire les recherches...

    Si les Curie avaient dû subir la bêtise sans nom du principe de précaution et la stupidité crasse de cette loi qui interdit même la recherche, la radiologie (et un tas d'autre trucs) n'existerait pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vraie connerie est celle des libéraux qui racontent n'importe quoi pour discréditer les opposants.

      La recherche de quoi ?

      Le gaz est emprisonné dans la roche. Pour l'extraire, il fait casser la roche. Le seul moyen trouvé est avec de l'eau sous pression. Il n'y en a probablement pas d'autres et les industriels le savent. Ou s'il y en a d'autres, ils seraient extrêmement chers et n'intéressent personne.

      Comme c'est déjà cher, ce n'est pas rentable sauf pour notre commerce extérieur mais pas tant que ça.

      Par ailleurs cette source d'énergie n'est pas propre. Il y a émission de CO2. Personne ne connait nos ressources.

      Mais nos industriels (voir le dernier lien) reconnaissent les limites et disent que les avantage pour l'économie sont peu nombreux.

      Être pour l'exploitation est une posture de libéral abruti, une posture de principe, qui dépasse largement la posture des opposants qui avance des arguments précis et chiffrés.

      Supprimer
    2. Je ne vois pas comment on peut opposer des arguments précis tant qu'on n'a pas fait les explorations permettant de savoir où, à quelle profondeur et dans quelles quantités se trouve le gaz/pétrole de schiste. S'interdire de savoir est juste une ENORME connerie. Je précise que : je ne suis pas a priori pour plus de de CO2 dans l'atmosphère, que j'aime les paysages sans derricks et que je ne vois pas ce que la Constitution française vient faire là-dedans. C'est juste l'aspect "refus de savoir" de la loi qui me rend dingue.

      Supprimer
    3. Tu ne vois pas ce que la Constitution vient faire là dedans ? Elle a été modifiée par les gens qui sont pour l'extraction du gaz de schiste quand ils sont dans l'opposition, la droite, pour y introduire le principe de précaution. Je suis contre ce principe dans la constitution tant il me parait évident qu'on ne doit pas faire d'actions potentiellement suicidaire pour la planète.

      Pour le reste, crois tu vraiment que l'on puisse connaître la quantité sans faire de gigantesques travaux que seuls peuvent faire des industriels gagnant de l'argent avec le gaz de schiste et donc susceptibles de piper les résultats ?

      Enfin, les techniques montrent qu'il est moins cher d'importer du gaz que de le produire nous mêmes.

      Aussi, ça serait une immense connerie d'épuiser nos stocks maintenant alors que l'on peut épuiser celui des autres.

      Enfin, les seuls arguments que "vous" utilisez c'est de dire que c'est une connerie. Vous n'avez aucun argument valable à part l'éternelle fuite en avant libérale.

      Supprimer
    4. Tu me déçois : tu n'as rien compris à ce que j'ai dit. Je suis contre l'économie carbonée (du moins tant qu'on n'aura pas trouvé le moyen de faire revenir le carbone sous sa forme liquide ou solide). Je dis juste qu'on ne doit jamais s'interdire, par principe, la connaissance. Et pour ton information, les prospections se font essentiellement par ondes, ce qui entraîne d'ailleurs des surprises quand on passe à la phase -destructive- d'exploitation.
      Pour la Constitution, j'y ai répondu plus bas.

      Supprimer
    5. Quelle loi empêche les gens de faire des sondages par ondes ? Et tu dis toi même que ce n'est pas fiable !

      Supprimer
    6. Allez, une petite dernière réponse pour la route, après je passe en mode camomille ;) La loi interdit l'exploration, que ce soit par ondes ou autres. Et quand je dis ondes, il ne s'agit évidemment pas d'un smartphone amélioré qu'on balade au-dessus de la terre, il faut quand même creuser un peu. Mais rien d'irréversible, ni de polluant. Et les industriels n'ont aucun intérêt à "piper" les résultats : s'ils investissent et qu'il n'y a rien, ce seront les premiers perdants, ainsi que leurs actionnaires.

      Supprimer
    7. Arrête de te croire plus intelligent que tout le monde. Je dis en fin de billet (presque la dernière phrase) que c'est rentable pour eux. C'est une évidence. Il ne se démèneraient pas sinon.

      Maintenant relis le dernier mot du billet. Et relis les billets que je mets en lien : les américains envisagent de subventionner la filière.

      Supprimer
  2. Pour ou contre ? C'est pareil que ton billet sur le réchauffement climatique, il va y avoir toute une bande de petzouille soi disant spécialistes mais qui ne connaissent rien qui vont avoir un avis tranché la dessus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf qu'ils n'ont aucun argument, sauf un : je n'ai pas de preuve. Voir le commentaire de Skandal.

      Supprimer
    2. Quel rapport ? Je n'ai pas dit que j'étais pour l'extraction,j 'ai dit que j'étais pour la recherche, J'ai juste dit qu'il fallait continuer les recherches et surtout rechercher une autre technique d'extraction. Quel rapport avec le libéralisme ?

      Cette loi, au dela d'interdire l'extraction (ce qui peut se défendre) interdit également la recherche en la matière, ce qui est stupide puisque vous, les écolos et d'autre, critiquez un truc sur lequel la recherche est interdit et sur lequel nous avons finalement très peu de connaissance et tres peu de recul.

      Mais vous avez probablement raison, mieux vaut ne faire aucune recherche et se complaire dans le doux cocon de l’ignorance...

      Supprimer
    3. "Quel rapport avec le libéralisme ?"

      Ton argumentation...

      Supprimer
    4. Skandal, il faudrait quand même que tu te rendes compte à quel point tu es ridicule. Je vais t'expliquer : ça fait des années qu'on fait de la recherche, notamment aux USA et tout le monde sait qu'il n'y a pas d'autres méthodes.

      Supprimer
  3. J'ai seulement appris hier que, dès la seconde année d'exploitation, le débit de gaz, quand çà marche, baisse déjà de moitié environ. Vu la pollution occasionnée par les produits qu'on doit ajouter à l'eau injectée, ce n'est sûrement pas une bonne solution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est même pire. Il fait continuer à forer tous les jours ou presque.

      Supprimer
  4. la rentabilité du gaz de schiste est un sujet épineux, les opposants ont du mal à l'utiliser ou tout du moins pour certains ils le retournent pour faire baisser la consommation énergétique

    RépondreSupprimer
  5. et puis la rentabilité du gaz est dépendant de la raréfaction des autres combustibles fossiles, et là les experts peuvent se montrer très contradictoires, même si le fait que ce soit des pétroliers qui se lancent dans l'affaire pourrait tendre à démontrer que les réserves sont mortes ou presque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont surtout des nouveaux marchés et ne sont plus obligés d'acheter le gaz à l'étranger.

      Supprimer
  6. C'est curieux de voir un gauchiste ne raisonner qu'en termes de rentabilité. Il me semble, moi, que même si le gaz de schiste revenait plus cher que le pétrole et le gaz importé, il faudrait l'utiliser tout de même, à fin de tendre vers l'indépendance énergétique. En clair, ne plus dépendre de barbus rétrogrades.

    De toute façon, à partir du moment où les soi-disant écologistes sont contre, c'est qu'il s'agit sûrement d'une chose bénéfique pour la France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est terrible, je suis écolo tendance décroissance dans l'âme, mais j'en viendrais à penser comme vous : si les pseudos écolos sont contre, il y a sans doute du bénéfique à en tirer

      Supprimer
  7. Je suis sûre qu'on peut se passer du gaz de schiste ... on a toutes les mines de charbon à gazéifier si on le souhaite.
    Il est vrai que certains puits ont été volontairement inondés ... et aussi qu'il va falloir que les communes minières qui ont accepté qu'on déverse dans les anciennes galeries des déchets nucléaires finissent par l'avouer ... vu qu'en plus autour, les gens en crèvent.
    Le Conseil Constitutionnel a été d'une grande sagesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. petite précision : son job, c'est pas d'être sage, c'est juste de dire si la loi est conforme à la Constitution. Ceux qui ont écrit la Constitution de 1958 pensaient juste faire un texte sur l'équilibre des pouvoirs et le fonctionnement des institutions, pas sur des lois en-dehors de ces domaines. En l’occurrence, le CC est resté dans son rôle : cette loi crétine ne concerne ni les domaines précités ni même les principes généraux que le CC s'est approprié et qui lui permettent de faire des jugements d'opportunité sur les lois.

      Supprimer
    2. Le CC ne s'est approprié aucune fonction supplémentaire. C'est la droite, celle pour qui votent majoritairement, qui a modifié ses attributions en ajoutant d'abord le principe de précaution puis les machins de Sarko (de mémoire : les questions préliminaires de constitutionnalité).

      Supprimer
    3. On rentre dans un tout autre débat. Je ne développerai pas ici, mais si, le CC s'est attribué tout seul - avec l'approbation tacite du pouvoir politique de l'époque - le pouvoir de juger de toutes les lois sur la base de principes si généraux qu'on peut leur faire dire ce qu'on veut. Extrait de Wiki : À sa création en 1958, le Conseil constitutionnel ne contrôlait la conformité des lois qu’à la Constitution dans son sens strict.
      Mais, avec sa décision fondatrice Liberté d'association du 16 juillet 1971, le Conseil constitutionnel a consacré la valeur constitutionnelle du préambule de la Constitution du 4 octobre 1958 qui renvoie au préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 et à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789.

      Supprimer
    4. Tu n'as plus que ça pour défendre l'extraction du gaz machin ? En 1971, le CC ne s'est pas saisi tout seul du dossier. La Constitution a été modifiée plusieurs fois depuis dont en 74, en 2005 et en 2008 (de mémoire pour ce qui nous concerne). Ton argument est cretin : il y a une loi qui dit qu'il est interdit d'extraire du gaz de schiste et le CC a dit que la loi est constitutionnelle. Principe de précaution ou pas. Préambule de la constitution ou pas.

      Supprimer
    5. je ne défends pas le gaz machin (il me semble même avoir précisé plus haut que j'étais contre toute énergie à base de carbone) et je dis que sur cette loi la CC a eu raison...
      je ne sais pas comment faire plus explicite, désolé
      bonne nuit

      Supprimer
    6. Ben si tu es d'accord avec tout le monde pourquoi viens tu apporter la contradiction. Sois cohérent v

      Supprimer
  8. Je parle plus souvent de pognon que de rentabilité, non ?

    Sinon, il y a des pistes plus intéressantes pour la recherche.

    http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/cotesarmor/parc-hydrolien-de-paimpol-un-copieux-defi-technologique-11-10-2013-2263976.php

    Ce n'est pas un truc non renouvelable qui donnera de l'indépendance énergétique.

    RépondreSupprimer
  9. Ah merde. Ma réponse au vieux n'est pas où il faut.

    RépondreSupprimer
  10. Je rebondis tardivement sur le sujet, mais il y a une hypothèse de travail sur ce dit sujet qui mérite d'être entendue. Elle consiste à faire comme les saoudiens avec le pétrole en leur temps. C'est à dire, on laisse les américains pomper toutes leurs ressources, développer les méthodes d'explorations et de pompages (les plus propres possibles) donc et ensuite seulement on commence à voir ce qu'il y a en France.
    Principaux avantages de la démarches :
    - on connaît vraiment les meilleures méthodes d'explorations et de recherches (on ne joue pas aux apprentis sorciers).
    - la ressource s'étant tarie, elle se renchérie.
    En gros, on ne dilapide pas tout de suite le potentiel matelas d'argent sur lequel nous serions assis, nous attendons de voir si cela est vraiment rentable. Pour le moment, nous sommes quand même loin d'être à sec en pétrole et énergie non ?
    Cette hypothèse me séduit plutôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je dis au travers de certaines réponses (notamment le 11 à 21h05) : pas de raison de se presser.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.