04 octobre 2013

Marine débouchée

La popularité nouvelle de Marine Le Pen fait beaucoup jaser depuis quelques jours. Certains voient le Front National au pouvoir dans les prochaines années. J'en ai fait deux billets hier et j'ai lu plein de trucs ce matin. Tout le monde a la solution miracle pour le faire chuter : il faut répondre aux attentes du peuple et tout ça. Pendant ce temps-là, la popularité du président et du gouvernement baisse. Celles des autres personnalités du PS se cassent la gueule. Tous les dirigeants de droite (sauf Raffarin et Le Maire !) stagnent ou baissent.

Et quand on entend les solutions des copains pour enrayer la montée, on hurle bêtement ! "Il faut continuer à la diaboliser !" "Non ! C'est contreproductif !" Tiens ! Je lisais une interview d'Harlem Désir, dans 20 minutes, ce matin. Il rappelait pourquoi on doit toujours la considérer comme d'extrême droite puis disait qu'il fallait démonter son programme. Je ne suis pas d'accord. D'ailleurs, j'invite souvent mes lecteurs à lire son programme pour comprendre pourquoi elle monte. On aura beau dire que son application, dont la sortie de l'euro, serait une catastrophe, les gens s'en foutent. Ce qu'ils veulent, c'est se débarrasser de la clique actuelle !

La clique actuelle ?

C'est d'abord une UMP et des centristes lamentables. La montée du FN est sans doute imputable dans la plus grande partie à Nicolas Sarkozy, autant par la politique qu'il a menée, les discours qu'il a tenus que par l'état dans lequel il a laissé son parti.

C'est aussi notre camp. Ces couacs, cette impression d'amateurisme,... Ils arrivaient aussi sous la droite mais Sarko tranchait et donnait l'impression d'être le chef. Il n'était chef de rien, sa gestion a été une catastrophe et il n'a pas été réélu. On aura du mal à se débarrasser de ces années de Sarkozysme, toujours à attendre un ordre du chef. Or on n'a pas besoin d'un chef. On a besoin d'une équipe qui bosse, d'un premier ministre qui coordonne et tranche et d'un président qui donne le cap.

Or tous ces couacs, toutes ces polémiques font qu'on ne parle que de ça, pas du travail qui est fait, pas du cap,... Fermez donc tous vos gueules. Ne parlez que de vos projets. Et quand vous vous exprimez à titre personnel, dites-le ! Le problème n'est pas de savoir qui a raison ou tort mais d'assurer une cohérence.

Pour moi, le couac le plus grave a eu lieu entre Montebourg et Ayrault à propos de Mittal. Je ne sais pas ce qu'il fallait faire (j'ai une opinion personnelle : l'Etat ne doit pas soutenir les industries du passé mais celles du futur). Toujours est-il que je me suis toujours demandé pourquoi Nono avait fait des annonces aussi franches alors que rien n'avait été décidé. Ce n'est qu'un exemple, c'est une impression que j'ai.

On pourrait multiplier les exemples. Fleur Pellerin a fait une étrange annonce hier (Google est ton ami, je suis dans le métro et n'ai pas internet). Tous mes copains de gauche ronchonnent. On a l'impression que les ministres n'arrivent pas à discuter entre eux, à consulter les parlementaires,... avant de faire des annonces.

On demande des résultats à l'issue du quinquennat, pas d'éternelles communications. Les années Sarkozy ont fait beaucoup de mal.

Mais on se fait aussi du mal, sans le gouvernement. Avant-hier, il y a eu ce dessin lamentable de Plantu. J’ai dit le soir que c’était surtout le dessin du Monde. J’ai vu un tas de tweet ou de publication Facebook de braves gens qui criaient au scandale. Je l’ai fait aussi, mais j’ai surtout insisté sur le fait que le dessin était nul. Par contre, mon confrère Abadinte rageait hier après un dessin de Wolinski sur une affiche du PCF et du Front de Gauche pour défendre la retraite à 60 ans. La légende est : « la vie commence à 60 ans. » et représente un sexagénaire avec la main aux fesses de deux femmes. On pourra trouver ce dessin lamentable, moi, il me fait rire. Et me donnera une occasion de répliquer aux gens du Front de Gauche qui me trouveront sexiste.

Nos perpétuelles jérémiades ne servent à rien et cette politique de la pensée doit cesser. Par exemple, un groupe de parlementaires a proposé de sanctionner les clients des prostitués. Croient-ils vraiment que la mesure est efficace ? Je veux bien lutter contre la prostitution. Je veux bien imaginer que c’est une priorité pour beaucoup. Mais les parlementaires socialistes ne pourraient-ils pas réfléchir entre eux avant de faire des annonces ?

Ils croient réellement que c’est une priorité pour les électeurs ?

Alors, la popularité baisse. Le public assimile ces quelques parlementaires à la majorité dans son ensemble et la popularité baisse. Alors, les électeurs ils vont se tourner ailleurs. L’UMP est morte.

Que reste-t-il ?

18 commentaires:

  1. Le mouvement "abolitionniste" de la Prostitution, structuré au sein d'un Collectif, a le mérite de lancer une offensive, de bousculer un peu les esprits. Mais le vrai travail, pour moi, est celui qui est fait sous l'égide du Ministère de l'Intérieur. Donner des moyens [en budget, donc en hommes et en matériel : locaux, centres d'écoute, moyen de filatures et d'interpellation] à la B.R.P. = Brigade de répression du proxénétisme.
    J'ai levé le pied dans le Collectif - dont je ne nie pas l'utilité du travail de réflexion - parce que finalement, les clients ... ils conduisent la BRP aux filles, aux gars ... et donc aux proxénètes ! Ces derniers, faut vraiment les attraper et qu'ils ne s'en remettent pas : il n'y pas plus violent et pervers : je pense qu'il faudrait passer de la notion de délit à la notion de "crime" : ceci serait, selon moi, une avancée législative très importante.

    Tes autres thèmes : je ne compte pas sur les journaux pour expliciter le travail de fond, qui porte ses fruits, de NOTRE Gvt de Gauche : il n'existe plus depuis longtemps de journaux qui soutiennent une ligne politique social démocrate.
    Il nous reste donc à travailler sur le terrain, en tractant, en parlant aux gens comme tu le fais, comme je le fais. Les politiques doivent travailler sur le terrain : c'est ce que fait Anne Hidalgo à Paris ... Voilà, faut s'y mettre ... et dans bien des villes, je ne vois pas les élus avoir pris conscience que le compte a rebours est mis.
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord sur tout sauf sur la criminalisation. Effet dramatique sur la communication. On va punir des mecs qui vont se faire sucer et passer pour des laxistes pour la petite délinquance. Voilà ce que vont penser les gens.

      Supprimer
  2. J'ai évolué sur la création d'une infraction pour le "prostitueur" = le "client".
    Quand je parle de criminalisation du proxénétisme, j'évoque le fait que le proxénétisme même aggravé reste un simple délit : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=0097027F2368BA27F9DAC1A70DFB24CF.tpdjo12v_2?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006417856&dateTexte=&categorieLien=cid
    Il faudrait décider que ce sera un "crime", comme le viol : d'autant qu'il y a pratiquement toujours viol au départ et même viols en réunion, pour obliger une fille à aller sur le trottoir. Car au départ, surtout les filles de l'Est et les africaines, suivent un type qui se dit amoureux d'elles et leur fait miroiter qu'il leur a trouvé du travail, en Italie ou en France ... ménage dans un hôtel ou autre. Une fois arrivée, la fille est battue et violée pendant des journées entières, jusqu'à ce qu'elle se soumette.
    Bz

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Nicolas.
    A mon humble avis :
    Les attentes des électeurs ont été formatées sous la présidence bling-bling par des annonces spectaculaires en continu.
    Le gouvernement doit donc travailler sur trois axes :
    - mener des actions de fond dont on ne verra les résultats que dans trois à dix ans. (pas spectaculaire mais sous Mitterrand, c'était pareil) - les électeurs s'en foutent a priori
    - mener quelques actions de court-terme (résultats visibles sous trois à douze-quinze mois) et en parler avant - pendant et après. (Sur Mittal, on aurait pu agir pour préserver les brevets que le magnat indien souhaitait rafler et a raflé, car c'était son seul objectif dans l'opération)
    - entamer une campagne pédagogique de communication et d'explications pour montrer en quoi les autres solutions (propositions de l'UMP, projets de lois de la législature bling-bling, propositions du Front National) ne sont pas valides.
    Plutôt que les imprécations, les injures ou les attaques personnelles, le démontage systématique de chaque proposition amènerait l'électeur à comprendre qu'il est toujours face à un choix simple : une solution qui vaut ce qu'elle vaut ou une palettes de solutions toutes pouraves.
    Les électeurs sont intelligents. après désintoxication du bling-bling, ils verront naturellement que les solutions basses du front ou droitières du vendeur de pains aux chocolat sont ineptes ou dangereuses.

    Pas simple, mais à mon humble avis (de sexagénaire) je ne vois pas de solution plus efficace....
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. Mais pour que la communication passe, il faut arrêter les couacs. J'ai pris Mittal en exemple. Mais quand Peillon a parlé de légaliser le cannabis, autre exemple, il aurait dû dire beaucoup plus fort qu'il parlait à titre personnel. Mieux, il aurait dû de rappeler de sa position de ministre de l'EN et fermer sa gueule. Du coup on a parlé beaucoup plus de ça que de ses projets de long terme pour l'école.

      Supprimer
    2. Le cannabis ? Si les circonstances avaient été différentes, ma femme aurait pu en bénéficier, pour soulager plus efficacement la douleur qu'avec une morphine encore plus délicate à manier, et pas aussi efficiente au bout du compte. C'est assez paradoxal, que la morphine "médicale" soit autorisée, le hasch non : elle en était arrivée avant intervention chirurgicale pointue à l'équivalent de 1,3g/jour, ce qui est énorme, avec un résultat très discutable.

      Une amie du Net maintenant décédée elle aussi en a bénéficié, avec de très bons résultats pendant longtemps. Mais bien entendu, c'était sous le manteau puisque en posséder est considéré au moins comme un délit. Je peux le dire, parce que j'ignore où elle habitait. N'est-ce pas monstrueux ? Il y a là des lobbies immondes.

      Supprimer
    3. Tout à fait d'accord. Peillon était hors jeu.
      Sur le cannabis, ce serait à Valls de proposer la légalisation, en expliquant que la répression coute à l'électeur X millions d'euros pour un résultat très faible, et qu'une alternative serait une légalisation contrôlée par l'état (Uruguay, Califiornie, etc...) et un redéploiement des X millions cramés en vain sur l'hôpital et l'école par exemple.
      Avec une belle explication chiffrée, les électeurs demanderont la légalisation et auront des services d'urgences mieux dotés. Et je crois que ça diminuerait le nombre de suicides chez les policiers pris entre le marteau et l'enclume.


      Supprimer
    4. Attends ! Je ne veux pas ouvrir le débat. C'était un exemple de couac. Je suis pour aussi pour un tas raisons.

      Supprimer
    5. Les commentaires de croisent.

      Supprimer
    6. Oui. C'est à Valls de proposer.

      Supprimer
  4. Avec le FN, on est devant le problème d'un parti à l'idéologie d'extrême-droite, mais dont la majorité (croissante) des électeurs ne sont pas des gens d'extrême-droite, et qui ne se sentent pas personnellement visés lorsqu'on les traite de fachos, mais, au contraire, injuriés...et injurier quelqu'un n'a jamais été un moyen de le faire changer d'avis.

    Il ne faudrait pas oublier qu'en démocratie, la seule façon de faire reculer un parti, c’est d’amener ses électeurs (qui n’ont pas toujours voté pour lui) à voter pour un autre parti…

    RépondreSupprimer
  5. La gauche a en effet le don de mettre sur la table des sujets sans intérêt genre taxer les clients des prostitués.

    En revanche sur les sujets de sociétés importants ......

    A titre personnel j'ai interpelé des élus de gauche concernant la corruption généralisé des placiers qui sévissent sur les marchés parisiens (environ une centaine) qui pratiquent également le rackette sur les commerçants (environ plus de 1000 commerçants ambulants ) ils m'ont tous dit circulez y'a rien à voir, d'autres m'ont dit on travaille pour le collectif, on ne s'occupe pas des problème personnels j'ai failli éclaté de rage.

    en revanche j'ai expliqué le problème à une élue de droite qui s'est saisie de l'affaire.

    J'enrage de devoir être aidé par la droite alors que je suis de gauche (ps), sans doute pour plus très longtemps, en tout cas ils n'auront plus ma voix aux élections..

    David75015

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que tu m'en as déjà parlé et je crois que j'ai oublié de te répondre, remettant à plus tard.

      C'est un sujet que je connais un peu mais dans l'autre sens (une mairie de droite avec un placier louche). C'était où c'est une pratique courante, des sombres histoires de pots de vin, des commerçants qui trouvent ça normal puisque c'est la seule solution pour pouvoir bosser... Seuls les patrons de bistro (et les gros clients...) pourraient témoigner parce que les gens parle et qu'il est facile d'observer ce qui se passe dans la rue.

      Supprimer
    2. oui c'est exact j'en ai déjà parlé ici en espérant être lu. J'en suis désolé

      les commerçants ont peur de perdre leur travail, c'est l'omerta, la mairie qui est quo-gérance avec les délégataires se défaussent de sa responsabilité sur eux. Les sommes d'argent pour la gestion des marché sont énormes.

      J'ai constitué un dossier complet pour la presse et les médias, j' attends les élections pour mettre la mairie dans la caca ..

      Supprimer
    3. Tu n'as pas être désolé. Surtout que j'ai sans doute oublié de répondre (désolé mais je reçois un commentaire pendant que je suis au boulot, il m'arrive de noter que je dois répondre). Tu me donneras les infos (après les municipales).

      Supprimer
  6. Il me semble que l'élection de François Hollande n'est pas réellement due à une adhésion de l'ensemble des français aux valeurs de gauche mais plutôt à un rejet du Nicolas Sarkozy et de l'UMP.
    De ce fait il ne faut pas s'étonner qu'étant maintenant déçus par le gouvernement en place ils s'orientent sur une autre force qui a l'avantage de n'avoir jamais été en position de gouverner, donc de décevoir.
    Après avoir essayé sans succès la droite, puis la gauche, les français semblent vouloir se tourner vers le Front National, espérant qu'il leur apportera les solutions à leurs difficultés actuelles (insécurité et incivilités, chômage, impôts et taxes trop importants...).

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.