24 octobre 2013

Touchez pas à mon épargne !

Mon copain Homer n’est pas content. Les députés ont voté un truc qui provoque une augmentation de l’imposition de certains produits d’épargne comme les PEA et les PEL. Il titre : « Où on touche encore à l'épargne... ». Non, Homer ! On ne touche pas à l’épargne. On touche aux revenus de l’épargne. C’est-à-dire aux revenus du capital. Ce n’est pas à lui que j’en ai, sinon je l’engueulerais par mail privé mais aux différents gauchistes hostiles à Hollande – c’est la mode – qui couinent comme des cochons-tirelires dans Twitter.

Les avantages fiscaux accordés aux produits d’épargne (PEA, PEL, assurance vie,…) sont des avantages fiscaux accordés aux revenus du capital. Et ce sont des niches fiscales. On l’oublie un peu trop. On va les évoquer un par un :

Assurance vie : quel est l’argument de vente des banquiers ? Le seul ? Il n’y en a qu’un ! Echapper à l’impôt sur le revenu. Défendre ces avantages fiscaux ne semble pas être un truc de gauche. Sinon, on peut plaindre les pauvres gens qui ont mis des sous de côté pour leur retraite. Mais plaindre les pauvres gens qui ont des sous, ce n’est ni plus ni moins que du sarkozysme.

Plan d’Epargne en Action : imaginons un type qui a une femme et deux enfants. Il va pouvoir ouvrir quatre PEA et placer sur chacun 132 000 euros. Bientôt 150 000 puisque ces andouilles de socialistes ont décidé une augmentation des plafonds. Ce qui nous fait la modeste somme de 600 000 euros. S’il connaît un peu, il va gagner 10% par an, soit 300 000 euros, en 5 ans, uniquement par la spéculation. Vous trouvez normal qu’il échappe à l’impôt ? Sinon, le plan d’épargne en action est aussi proposé par nos chers banquiers à des salariés de nos chères classes moyennes, celles qui se plaignent beaucoup de payer l’impôt pour les autres. Si les banquiers leur conseillent ce type de produit, dites-vous bien que c’est pour les tondre encore plus. Quant aux riches, ils profitent de ces machins pour faire de la spéculation intraday…

Plan d’Epargne Logement : ah ! Ce cher plan d’épargne logement qui va permettre aux sympathiques citoyens contribuables d’acheter son logement, comme si l’accès à la propriété était une des priorités de la gauche ! Comme si toutes les aides à l’accession à la propriété ne partait pas directement dans la spéculation immobilière…

Ils sont amusant, ces gauchistes. Pour une fois que le gouvernement et l’Assemblée prennent une mesure de gauche, ils ronchonnent…

Je vois des twittos de gauche qui ronchonnent : « ah mais ils appliquent de la rétroactivité sur 16 ans ». Je vais répondre : « heu, les gars, la fiscalité et les plus-values s’appliquent au moment de la « vente », vous devriez utiliser d’autres arguments, c’est du n’importe quoi. » Il y a d’autres arguments pour ronchonner aux alentours de ce thème. Des lascars ont fait des projets et ils sont vaguement compromis parce qu’ils ne vont pas toucher des avantages fiscaux. Mais c’est un des arguments qu’utilisaient les pigeons, ces entrepreneurs, pour prétendre à ce qu’on ne touche pas à leur fiscalité.

Je vois des twittos de gauche qui ronchonnent : « ah mais ils feraient de mieux faire la réforme fiscale promise plutôt que ce genre de connerie. » Je vais répondre : « heu, les gars, vous croyiez vraiment qu’on allait faire la réforme fiscale en claquant des doigts ? » Non, on la fait touche par touche, en s’attaquant progressivement à tous les revenus du capital, en supprimant les niches fiscales, en supprimant les avantages qu’ont certains par rapport à d’autres, ça prendra du temps ! Des années de fiscalité foutues en l’air, une imposition sur le revenu torpillée…

Je ne vois pas de twittos de gauche qui ronchonnent sur le fait que ça ne sert à rien. Ils sont donc d’accord sur le fait qu’il faut augmenter l’imposition des revenus du capital pour sauver la sécurité sociale et notre modèle ?

Je vois des twittos de gauche qui ronchonnent : « ah mais c’est n’importe quoi d’augmenter la fiscalité, les électeurs ne vont pas être contents. »

Ils ont parfaitement raison. Mais pour une fois qu’on a un gouvernement qui a les couilles d’agir pour sauver nos comptes, ils pourraient le noter. Ils pourraient aussi signaler que ce gouvernement qu’ils qualifient de droite mais qui fait une politique de gauche qu’ils critiquent parce qu’ils ont perdu leurs repères a été élu par des électeurs de gauche pour mener une politique de gauche qui vise aussi à taxer progressivement les revenus du capital au même niveau que les revenus du travail.

Ils ont parfaitement raison. Les électeurs ne sont pas contents.

Mais je préfère qu’ils fassent la gueule en 2013 plutôt qu’en 2016. Ce n’est quand même pas compliqué de comprendre qu’il vaut mieux faire avaler les pilules en début de mandat plutôt qu’en fin de mandat. Vous voulez un scénario comme 1986, 1988, 1993, 1997, 2002 ou 2012 en 2017 ?

A part ça, augmenter les impositions sur les revenus du capital, en principe, on appelle ça de la justice sociale.

35 commentaires:

  1. Ah, encore une fois merci Jegoun. Je finissais par croire que c'est moi qui ne comprenais rien (pourtant la fiscalité je connais, et j'ai lu l'article de loi, j'ai lu l'exposé des motifs, j'ai lu les commentaires). Il n'y a aucune rétroactivité. On va faire payer le même taux pour l'impôt sur les revenus des divers comptes épargne concernés par la mesure, quelle que soit l'année de dépôt des sommes sur ces comptes.

    Parce que jusqu'ici, depuis 97, on a augmenté presque chaque année le taux de taxation de ces revenus, mais en n'appliquant le nouveau taux qu'aux sommes déposées après son augmentation. Donc, si tu vides ton compte aujourd'hui, tu paies un taux différent pour chaque année d'épargne (en général par un calcul fictif d'ailleurs, par exemple pour les PEA dont on ne peut pas calculer « pour de vrai » les revenus des capitaux déposés selon l'année du dépôt, ils n'étaient alors que virtuels et dépendent toujours du cours de la bourse le jour de la vente). La loi de finances décide que cette « largesse » prend fin : on appliquera le même taux aux revenus, pour l'année où ils sont perçus, quelle que soit l'année de « rattachement », c'est à dire quelle que soit la date d'ouverture ou de dépôt dans le compte des sommes successivement épargnées. Bref, on supprime une niche qui s'est perpétuée -tout en se rétrécissant au fil des ans- depuis 1997.
    Voili. Je ne sais pas si je suis claire, mais j'espère.
    Les hurlements ne m'étonnent plus, mais parfois me dépriment, juste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je peux rendre service. Et merci pour les précisions.

      Supprimer
  2. "Vous voulez un scénario comme 1986, 1988, 1993, 1997, 2002 ou 2012 en 2017 ?"

    Ben quoi ? C'est pas ce que veulent les français ? On alterne tous les 5 ans, voire même tous les 2 ans. J'en connais même qui souhaitent qu'on change au bout de 6 mois...

    Ho, réveillez-vous les vrauchistes ! La fiscalité 2014 fait hurler les capitalistes, qui trouvaient déjà la pilule de 2013 amère. C'est qu'elle doit aller dans le bon sens, non ?

    RépondreSupprimer
  3. Toucher aux revenus du capital ! Quand j'ai vu cette nouvelle, je m'en suis réjoui. Je suis donc parfaitement d'accord avec toi, n'en déplaise à ceux qui se disent de gauche, mais qui font subrepticement fructifier un petit pactole.

    C'est bien, mais ceux qui ont d'autres moyens de placements plus sophistiqués en raison de sommes bien plus importantes, seront ils touchés aussi fort ? Je ne sais pas. J'ai du mal à me plonger dans les textes juridiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est compliqué ! Les autres sont plus touchés mais c'est compliqué à cause de la possibilité d'investir à l'étranger et pour que des étrangers investissent chez nous.

      Ne me réponds pas ! Je crois connaître ta réponse...

      Supprimer
    2. Mais si, je te réponds : je suis d'accord avec toi !

      Supprimer
  4. Vous élevez la mauvaise foi au rang des Beaux-Arts !

    Car bien, entendu, ce sont les multimilliardaires et les gros capitalistes internationaux, chers à Bab, qui souscrivent massivement aux PEL et aux PEA…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Didier. Mais ceux qui bénéficient des aides fiscales réellement sont des gens très aisés.

      Prenez un type qui met 100 euros par mois sur son PEL. À la fin du compte, au bout de trois ans, il aura placé 3600 euros. Il aura un cumul d'intérêts dérisoire. Il paiera 5% en plus sur presque rien. Ne pourra pas plus acheter un logement et sera presque obligé de faire un emprunt dans sa banque qui lui aura facturé des frais parce que ses 100 euros d'épargne mensuelle l'auront mis dans le rouge.

      Supprimer
  5. Aux mauvaises langues qui douteraient que #Hollande s'attaque à la finance : les plans d'épargne logement seront taxés à 15 % : rien que du placement de gros capitalistes comme chacun sait.

    Par contre les petits épargnants qui utilisent le trading haute fréquence ne seront pas taxés. Ce gouvernement aime vraiment les petites gens. Sa bonté le perdra...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux t'attaquer comment au trading haute fréquence ?

      Ils seront taxés de 15% sur les revenus, tes petits épargnants.

      Supprimer
    2. L'abandon d'une mesure effacerait donc la mise en oeuvre de toutes les autres ! Voila comment le front de gauche compte expliquer aux électeurs que définitivement, le PS fait une politique de droite ?

      Non, il faut dénoncer cette mystification. Demandez donc aux gens aisés de droite (pas le pauvre petit épargnant avec son PEL que vous aimez tant mettre en exergue, non, mais le couple bourgeois à 8000 € de revenus mensuels, le patron ultra-libéral qui se verse le minimum de rémunération et le maximum de dividendes, le freelance célibataire sans scrupule qui crache sur l'assistanat et roule en Porsche, le footballeur aux revenus indécents, le chef d'entreprise qui est au Bahamas l'été et à Courchevel l'hiver, etc). Demandez-donc à ces gens là s'ils sont ravis des mesures prises par le gouvernement.

      Et venez ici nous décrire la tête qu'ils font lorsque vous leur raconterez votre petite fable sur les gros capitalistes et les petits épargnants.

      Supprimer
  6. En tant que twittos de gauche, non, je ne suis pas d’accord sur le fait qu’il faille augmenter l’imposition des revenus du capital pour sauver la sécurité sociale et notre modèle. Je vais aller plus loin : notre système repose sur un postulat qui devient faux au vue de la démographie de notre pays et j'attendais du courage (ce que je croyais être l'une des caractéristiques de la personne pour qui j'ai voté...), et une volonté de réformer pour proposer un nouveau système : au lieu de cela, on va à la facilité, on prélève encore et toujours plus.

    Si vraiment, la volonté, c'était de taxer la spéculation, il y aurait eu des seuils de déclenchement. On aurait taxé par exemple les PEA au delà de 100 000€, comme cela se faisait par le passé. On préservait alors le petit épargnant, tout en taxant la spéculation, ce qui font de l'argent avec de l'argent et qui ne vivent que de cela, pas les gens qui tentent de se constituer un petit apport pour être à même de ne s'endetter que sur 25 ans au lieu de 30 ans. Mais non, un gouvernement dit de gauche préfère tout taxer.

    Tout ? Non, n'éxagérons pas : le trading haute fréquence échappe lui aux mailles du filet. Cela ce saurait si en plus, c'était une pratique spéculative. Les footballeurs grognent : dès qu'il y a un peu trop de bruit, ce gouvernement fait marche arrière, donc je prends le pari que la taxe des 75% ne s'appliquera pas aux clubs de foot (d'ailleurs, soit dit en passant, j'aimerai bien que ce soit mon employeur qui paie mes impôts..). Au final, qui est taxée ? Comme toujours, la majorité silencieuse, la classe moyenne, toujours elle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord pour le plafond du PEA (et je dis dans le billet que son augmentation est une bêtise). Ben oui, on n'a pas la réforme attendue elle n'aurait été possible qu'au niveau européen.

      Il n'empêche que voir des gens de gauche critiquer cette mesure qui va coûter environ 15 millions à chacun des lascars qui ont un compte épargne m'énerve. La sécu ne peut rester éternellement financée par le travail.

      Supprimer
  7. Un bon petit billet.
    Oui, ces dispositions ne vont pas toucher le petit épargnant, mais le gros qui se donne des airs de petit, habituellement : genre Carli Bruna : nous sommes des gens modestes.
    Et ces gens modestes de tenir les propos "paranoïdes" habituels, genre Arpagon et sa cassette : on me pille, on me tue ! ...Marine Le Pen les adorent ! et avant elle M. Poujade !

    RépondreSupprimer
  8. Le plus gros scandale n'est même pas l'augmentation des prélévements sur les intérets de placement malgré l'assurance de FH de ne plus augmenter les prélévements . C'est la rétroactivité qui est en cause. Ce qui fait que ça se fera retoquer par le Conseil Constitutionnel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a pas de rétroactivité. C'est un mensonge.

      De même que Hollande n'a jamais dit ça. Il y a dit qu'il n'y aurait pas de prélèvement supplémentaire pour le budget de l'Etat mais il a bien précisé qu'il y en aurait peut-être pour la sécu.

      Quand on ne connaît rien à rien on n'évoque pas le Conseil Const. Les plus-values ne sont touchés qu'au moment de la liquidation.

      Supprimer
    2. Trouvé sur les site Lerevenu.com l'analyse de François Pasquier, ingénieur patrimonial chez Herez :
      "Le taux des prélèvements sociaux appliqués est fonction de leur date d’entrée en vigueur, à savoir:

      • 0,5 % sur les gains réalisés entre le 1er février 1996 et le 31 décembre 1996

      • 3,9 % entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 1997

      • 10 % entre le 1er janvier 1998 et le 30 juin 2004

      • 10,3 % entre le 1er juillet 2004 et le 31 décembre 2004

      • 11 % entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2008  12,1 % entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2010

      • 12,3 % entre le 1er janvier 2011 et le 30 septembre 2011

      • 13,5 % entre le 1er octobre 2011 et le 30 juin 2012

      • 15,5% depuis le 1er juillet 2012

      La mesure proposée (*) consiste à appliquer le taux de 15,5% à l’intégralité des gains constitués depuis 1997, année qui correspond à l’assujettissement des produits de placements à la CSG."

      Si tu ne vois pas la rétroactivité...


      "Par ailleurs, certains fiscalistes doutent de la constitutionnalité de cette réforme fiscale. "


      Tu es fiscaliste ?

      Supprimer
  9. Mais oui Monsieur, MERCI ! Tellement de désinformation depuis 2 jours ! Si je peux résumer notre pensée et ton billet en une phrase : "On ne touche pas à l’épargne. On touche aux revenus de l’épargne. C’est-à-dire aux revenus du capital. " Et merde alors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour rappel : autrefois (je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui) les bons du Trésor pouvaient ne pas être déclarés, à condition de supporter un prélèvement libératoire de 45%, soit 9% par an. En revanche, celui qui voulait rester vraiment anonyme était grevé de 55%, plus une taxe annuelle de 5% par an depuis la date de souscription. S'il oubliait de se le faire rembourser dès l'échéance, les 5% continuaient à tomber aux dates anniversaires. Les héritiers pouvaient ainsi se retrouver avec des intérêts négatifs.... vu qu'une succession compliquée court facilement sur deux ou trois ans.

      Supprimer
    2. Bon rappel !

      Mais je vais en faire un autre : les bons du trésor étaient des emprunts d'état.

      Les PEA vont par contre directement engraisser le système financier en encourageant les gens à acheter des actions. Tiens je vais en faire un billet.

      Supprimer
  10. Incroyable de lire ça !
    Les gens mettent de l'argent de côté pour leur retraite et on leur pique ! Tout le monde n'a pas du Préfon, de la garantie de l'emploi et des retraites basés sur les six derniers mois .
    J'hallucine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es fou ou con ? C'est important. Ne serait ce que pour savoir si tu mérites une car été d'électeur.

      Je t'explique on ne prend pas l'argent qu'il a épargné mais on taxe les revenus. Par exemple, il place 100000 euros et de retrouve avec 110000 euros à terme. Il a gagné 10000 euros. On lui taxait ça à 11% et on le taxe maintenant à 15,5%. On le taxait donc de 1100 euros. On va le taxer de 1550 euros.

      Il se retrouvait pour sa retraite avec 110000 moins 1100. Il aura maintenant 11000 moins 1550 soit 108450 euros. On n'a pas touché à son capital.

      Soit tu le sais et tu mens : tu fournis donc une argumentation mensongère ce qui est déplorable. Soit tu ne le sais pas et tu es con. Influencé par des menteurs.

      Supprimer
    2. Paniquez pas Jégoun ! Je ne suis ni un con, ni un menteur et encore moins un fou:
      La preuve, je n'ai ni PEA ni Livret A, ni PEL :-)

      Vous oubliez une chose importante: l'inflation.
      Si vous avez fait des affaires médiocres avec votre PEA, ce qui arrive, par exemple un gain égal à l'inflation, et bien vous allez payer tout de même une contribution !!!
      Résultat, la valeur de votre capital, au lieu d'être maintenue, va chuter !
      Ha ha ha; ça va plaire, c'est sûr !!!

      Si vous réflechissez un peu plus loin que les notes que vous ont refilé vos amis du PS, vous ne me traiteriez ni de con, ni de fou, ni de menteur !

      Vous devriez vous apercevoir également que ces placements bénéficiant jusqu'alors d'un taux réduit de prélèvements - par rapport à un onvestissement classique en actions, US ou Jap for example - l'étaient pour la bonne cause socialiste (l'emploi et tout et tout); En effet, un PEA pour ne citer que celui-là est constitué exclusivement d'actions FR ou Européennes.

      Ha ha ha !

      Supprimer
    3. Vraiment fou !

      Je n'ai aucune note pour faire ce genre de billet. Quand j'ai des notes ça se voit.

      Vraiment con !

      Un type qui prétend qu'un PEA ou PEL est un truc socialiste... Grotesque.

      Je n'ai pas fait d'affaire médiocre avec mon PEA. J'ai même fait un fois 10 en cinq ans pour des actions achetées en 2001. Je trouve normal d'être imposé.

      Un type qui prend un PEL faut une bêtise. L'inflation immobilière est largement supérieure aux interets...

      Supprimer
  11. Ce qui est sur, c'est que les efforts ne sont consentis que par les contribuables. L'Etat lui n'en fait aucun alors que la crise, la dette, le chômage et l'insécurité sont de sa responsabilité.

    Si vous pensez vraiment que c'est en taxant des petits produits d'épargnes qui ne rapportent rien que l'on va résoudre quelque chose, c'est que vous êtes bien naïf et bien ignorant.

    L'étape d'après c'est quoi ? Le vole institutionnalisé de l'argent des français comme à Chypre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vision qu'ont le libéraux de l'Etat est surréaliste.

      Supprimer
    2. Et la vision qu'on les socialistes de l'Etat est destructrice.

      Vous allez me dire que l'Etat n'est pas responsable de la dette ? C'est pourtant lui qui dépense plus qu'il ne gagne. Et comme il est responsable de la dette il est aussi responsable de la crise de la dette.

      L'Etat n'est pas responsable de la police et de la justice ? Si, donc il est responsable de l'insécurité.

      L'Etat n'est pas responsable de la fiscalité sur le travail, sur l'investissement, sur les entreprises et sur les salariés ? Il n'est pas responsable de la "politique économique" ? Il n'est pas responsable de Pôle-Emploi ? Il n'est pas responsable de l'assurance chômage ? Bah si, donc il est responsable du chômage aussi.

      Ou alors si effectivement l'Etat n'est responsable de rien il faut arrêter de payer des gens pour le faire fonctionner.

      Supprimer
    3. Évidemment que l'Etat n'est pas responsable. Ce sont les gens qui sont à sa tête et qui accumulent les conneries qui le sont. Le premier étant le plus libéral qu'on aie eu : Giscard, quand il a interdit à l'Etat d'empreinter à la BdF.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.