27 novembre 2013

Du vent derrière le voile ?

C’est la nouvelle de la matinée : la cour d’appel de Paris a confirmé le licenciement de la salariée « voilée » de la crèche Baby-Loup. J’avoue : cette information me réjouit. Il n’y aura pas à légiférer et nous n’aurons pas un nouveau débat terrible. Ce matin, je lisais mes tweets. Les discussions sont plus ou moins houleuses.

Un des avocats a déclaré : « Cette décision de résistance marquera l'histoire de la laïcité. » Je ne sais pas si ça a un rapport avec la laïcité. Le Larousse donne deux définitions de ce mot. La première tourne autour de la séparation de l’église et de l’Etat. Nous ne sommes a priori pas dans ce cas même si cela se discute : la crèche assure ce que je vais appeler pompeusement une mission de service public.

La deuxième est : « Caractère de ce qui est laïque, indépendant des conceptions religieuses ou partisanes. » Dans le mille ! On est en plein dedans. Mais je crois que l’on s’en fout un peu. Le débat est politique à au moins deux niveaux.

Le premier fâchera probablement : peut-on laisser progressivement l’islam envahir notre quotidien ? Doit-on se coucher au prétexte de la défense des minorités et tout ça ? Pour ma part, c’est niet.

Le deuxième est plus amusant. Le règlement intérieur d’une entreprise privée peut-il interdire une tenue vestimentaire (en précisant : « neutralité philosophique, politique et confessionnelle »). On se met à imaginer une bataille entre libéraux et gauchistes. Le libéral dira-t-il que l’entreprise peut faire ce qu’elle veut ou que le salarié a le droit de s’habiller comme il veut ? Le gauchiste tapera-t-il sur l’entreprise ou constatera-t-il que le contrat de travail est conforme à la loi ?

Le bon sens doit pourtant vaincre. Je ne vais pas en clientèle avec des tongs et un bermuda, mon patron pourrait mon virer. Ma comparaison est osée : ma tenue n’est pas une revendication religieuse.

On ne s’occupe pas d’enfants en revendiquant une religion si les parents n’ont pas explicitement donné son accord. La crèche Baby-Loup doit garantir la neutralité religieuse aux parents.

Hop ! Un peu de bon sens, bordel !

36 commentaires:

  1. Point final ou recours encore possible (niveau européen ou autre ...). Là est la question .
    vincent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y aura recours mais la question n'est pas là.

      Supprimer
  2. Si, il y aura besoin de légiférer, parce que sinon l'extrême-droite islamique se faufilera dans chaque faille de la législation actuelle.
    C'est ce qu'ils font, et ils luttent avec beaucoup de foi et d'acharnement.

    RépondreSupprimer
  3. Avant que nous nous en réjouissons j'entends .
    vincent

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas si on a le droit de faire des cc des arrêts de cour d'appel, mais on peut le lire ici

    http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr/files/2013/11/CA-Paris-27-novembre-2013-13-02981-c-A-Babyloup.pdf

    Il n'est pas question QUE du port d'un petit voile de rien du tout (comme s'il y avait des voiles qui soient "juste un bout de tissu") mais bien d'attitudes et actes, de la part de cette dame... euh, ben ya qu'à lire, c'est écrit en toutes lettres.

    On ne va pas pleurer comme si une minorité de résistants à ces gros fachos d'islamistes ne rencontrait qu'indifférence ou hostilité. En fait, plus de huit français sur dix sont du côté de Babyloup contre les islamistes. C'est ce que les islamistes, musulmans et gaucho-féministo-islamistes appellent "la libération de la parole raciste", ou "la racialisation du musulman, exécré et stigmatisé en fonction de son origine ethnique".
    C'est le monde à l'envers, et j'espère que ce type d'argumentation, qui fonctionne sur la culpabilisation et le mensonge, se fera démonter de plus en plus vigoureusement. Notez que je n'ai pas ajouté "pour ne pas faire le lit du Front National", parce que depuis le temps qu'on lui fait son lit, au Front National, on aurait pu construire quelques gros barrages si on parle du lit du fleuve, et le laisser s'y coucher et faire un gros dodo si ou parle de la couche douillette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut démonter. Nous sommes là pour ça (à notre niveau).

      Supprimer
    2. Très intéressant cet Arrêté, merci Suzanne.

      Supprimer
  5. Pas terminé ,car il y aura appel, mais soulagement que ce rendu.
    Je me demande comment ça se passe en Alsace-Moselle où l'Eglise n'est toujours pas séparée de l'Etat, je crois.


    RépondreSupprimer
  6. Et que pensez-vous des écoles et collèges privés sous contrat avec l'état, possédés par l'église catholique, dans lesquelles il y a un crucifix dans toutes les classes, où le cours de catéchisme fait parti de l'horaire commun (en milieu de journée!), et auquel, pour avoir la paix, les élèves non pratiquants assistent? çà rentre dans les règles de la laïcité?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel rapport ! Si des non cathos vont dans des écoles cathos c'est leur problème. Tu as bien une argumentation de peine à jouir voire de trou du cul d'extrême gauche française défendant l'extrême droite musulmane.

      Supprimer
    2. Le problème, connard, c'est qu'à chaque fois qu'on attaque l'"extrême droite musulmane" comme tu l'appelles, sur des sujets à la con comme le foulard, elle se renforce, à la fois en France mais aussi dans tous les pays musulmans, composés à 90% de modérés qui s'en contrefoutent pour la plupart,mais se sentent obligés de soutenir les extrémistes pour ne pas passer pour des infidèles et rester dans la communauté. C'est toi, qui a des réflexes d'extrème-quelque chose, prêt à tout pour des principes, même si çà va contre le but recherché. Sauf, bien sur, si ton but est de foutre la merde et d'empêcher les gens de vivre ensemble.
      PS: j'ai jouis quand tu me qualifie d'extrême gauche alors que ceux-là me qualifient de social-traitre.

      Supprimer
    3. J'en ai marre des connards qui changent d'argumentation. Je te répondais au sujet des écoles catho. J'en ai marre des connards qui laissent monter l'islam pour des prétextes débiles et en refusant de voir les problème que ça cause.

      Tu es viré de ce blog. Hop.

      Supprimer
    4. Tebruc use d'arguments dépassés.
      Fut un temps où l'on disait : oh, bien sûr, ce n'est pas bien le voile mais il ne faut pas exclure les pauvres collégiennes qu'on force à le porter sinon on les prive des bienfaits de notre éducation républicaine et on les condamne à l'enfermement. C'est ce qu'on pouvait lire sur certains blogs féministes il y a quatre ou cinq ans, à côté de quelques autres naïvetés style : mais ce n'est pas parce qu'une femme a un petit bout de tissu sur la tête qu'elle est musulmane, les catholiques aussi doivent se voiler, c'est St Paul qui l'a dit. (Sans déconner, je peux citer les sources).
      Maintenant, on est passé à un autre type de discours, style "normalisons l'intégrisme, et imposons tranquillement (ou pas tranquillement, c'est selon) notre religion avec les choix politiques qui vont avec...
      Alors, il ne faudrait abdiquer ses valeurs sous peine de renforcer l'intégrisme ou le racisme ou le FN ou je ne sais quoi ? Allons donc. Ne disons rien, surtout, on pourrait faire de la peine aux musulmans modérés. Oh, si on leur faisait tant de peine, ils le diraient, non ? Modérés, ça ne veut pas dire muets. Ils sont pour les extrémistes qui ont initié, noyauté et porté au front, l'affaire Babyloup, les musulmans modérés ? En principe, on espère que non, tout de même. Qui y croit sincèrement, pour de vrai, comme disent les enfants, à part ceux que ça dérange tellement peu de balancer des arguments pareils...

      Supprimer
    5. Oui. C'est bien pour ça que je l'ai viré. Ce n'est pas l'islam qui est en cause mais l'intégrisme et sa montée (et le droit du travail, ne l'oublions pas). Oui, les arguments sont dépassés voire totalement à la ramasse. Des intégristes remettent en cause nos valeurs, il faut que ça cesse. D'autant que ces valeurs sont partagées avec l'immense majorité des musulmans. Je le vois quand un type en costume traditionnel, affirmant ainsi sa religion, passe dans la rue. Mes potes musulmans sont les premiers à dire : c'est quoi ce con ?

      Supprimer
  7. Oui, Tebruc, ça rentre dans les règles de la laïcité. De même que les établissements scolaires, maisons de retraite, musulmans ou juifs sous contrat ou pas entrent dans les règles de la laïcité. Les établissements confessionnels ont tout à fait le droit d'exister, et ils existent. On ne peut pas reprocher à un établissement catholique ou musulman de l'être. Dans les écoles bretonnes bilingues, on enseigne en breton, dans les établissements religieux on dispense catéchèse, on a un endroit où on prie.
    Logique, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrêtez de répondre à un type que j'ai viré : il ne pourra pas vous répondre.

      Arrêtez de répondre à un type qui n'a pas une argumentation rationnelle. Ça ne sert à rien.

      Arrêtez de répondre à un type qui sort des arguments hors sujet. Il y a deux sujets : la crèche avait elle le droit de virer cette femme ? Peut-on tolérer une montée de l'islamisme à coup de procès dans la gueule ?

      Supprimer
    2. la crèche avait elle le droit de virer cette femme ?
      Si l'on s'en tient au droit, strictement au droit actuel, eh bien je n'en suis pas certaine
      Peut-on tolérer une montée de l'islamisme à coup de procès dans la gueule ?
      Il faudra bien. C'est pourquoi on doit légiférer rapidement, et s'appuyer sur des lois simples et irréfragables.

      Supprimer
    3. Pas d'accord sur la loi. Qu'y mettre ? On entre toujours dans le même problème : qu'est-ce qui qualifie un signe ostensiblement religieux que l'on peut interdire ? Le combat doit se mener au niveau des idées.

      Supprimer
    4. ... et ce combat ne pourrait se mener en s'appuyant sur une législation?

      Supprimer
    5. Oui mais laquelle ? C'est le débat que j'ai avec Suzanne ci-dessous mais elle ne commente jamais où il faut.

      Supprimer
  8. On pourrait donner le droit à tout employeur d'établir un règlement intérieur interdisant le port de signes religieux ostentatoires. Déjà, que ceux qui travaillent auprès des mineurs aient ce droit, puisque les religieux, eux, ont le droit de discriminer sur des motifs confessionnels. Dans la mesure où l'on ne touche pas à la liberté d'ouvrir un établissement confessionnel, ça limiterait l'entrisme islamiste.
    Et un employeur, ce peut être n'importe qui... Un parent qui emploie une assistante maternelle, un établissement de santé, une association.
    Après, il y a la Cour Européenne des Droits de l'Homme, et c'est un autre morceau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Cour européenne mais aussi la Cobstitution. Je ne suis pas en contact (ou très rarement) avec les clients. Je ne vois pas pourquoi mon employeur aurait le droit de l'interdire quelque chose à propos de la religion s'il n'y a pas d'impact sur mon travail.

      Supprimer
  9. Yeeesss !
    La CEDH a déjà statué sur le sujet les 29 juin 2004 e 10 novembre 2005 : aff. Leila Sahin contre Turquie. Elle a donné tort à Leila Sahin qui disait contraires à la liberté religieuse, les lois turques interdisant le port du voile islamique en divers endroits et notamment à l'Université.
    La Cour a répondu qu'un Etat était fondé, au travers de l'outil qu'est la laïcité, à borner la liberté religieuse par des règles d'ordre public, dès lors que celles-ci avaient pour but d'empecher qu'une pratique religieuse porte atteinte à l'égalité entre les hommes et les femmes.
    On sait qu'Erdogan qui fait - sous la pression ou pas - une large place aux islamistes et grignote la laïcité turque si chèrement conquise, en a été furieux.
    Le sens politique du voile islamique est d'être la clôture des femmes : il symbolise leur enfermement : il dit qu'elles sont DEDANS, même quand elles sont dehors. Il dit aux autres femmes qu'elles sont IMPUDIQUES et aux autres musulmanes, qu'elles sont de mauvaises musulmanes : je ne me laisserai pas dire que je suis une salope que les hommes peuvent battre et violer, car j'ai les cheveux libres. Je ne laisserai pas dire pareil de mes soeurs musulmanes qui en font autant, ni non plus les exposer au mépris et à la violence au motifs qu'elles seraient coupables d'apostasie.
    Hors de question de laisser passer ça. La CEDH l'a bien compris.
    A deux reprises, sans que je leur dise jamais rien, ce qui aurait été une faute de ma part, juste par le contenu de mes cours et l'enthousiasme dans mes groupes, deux jeunes filles voilées au début de l'année, ne l'ont plus porté ce machin ... J'étais contente, pour elles. Etre croyant, oui pourquoi pas, c'est l'affaire INTIME de chacun. Faire suer les autres avec ça, NON.

    RépondreSupprimer
  10. Quant au droit interne : L’article L1121-1 du Code du Travail dispose : " Nul
    ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives
    de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni
    proportionnées au but recherché"
    Combinons la décision de la Cour d'Appel sur renvoi après cassation, dans l'affaire Babyloup, avec ce texte du CT ...
    A mon sens, la salariée devrait échouer dans son procès.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas certain. Si on s'en tient à l'application stricte de la loi, ce n'est pas certain.
      "Etre croyant, oui pourquoi pas, c'est l'affaire INTIME de chacun."
      Non. C'est votre avis, pas la loi. Aucune loi française n'exige que votre religion se cantonne dans le domaine de l'intime en toutes circonstances.
      La Convention Européenne des Droits de l'Homme dit "liberté de pensée, de conscience, de religion" dans l'ordre. Les juges ont considéré que la liberté de conscience des enfants était menacée par la liberté de religion de la puéricultrice dans ce cas là, mais si vous voulez qu'en toutes circonstances les croyants n'exhibent rien de leur religion, il va falloir modifier les lois, et très sérieusement !
      à titre individuel, je me réjouis que les militants nuisibles en pleine dérive sectaire visant à invoquer la pudeur pour se voiler devant des bébés se prennent un bon camouflet.

      Supprimer
  11. Je l'ai dit dans twitter. Ton billet est rrappé d'un bon sens qui fait plaisir a lire...

    Tes réponses aux commentaires de personnes qui défendent l'indéfendable le sont aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Il faut envoyer chier les cons.

      Supprimer
  12. Précision : j'ai lu la délibération du tribunal. Le motif de licenciement est la violence et l'agressivité de la personne quand on lui a demandé d'enlever son voile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'allais écrire. Bref, c'est une emmerdeuse de première.

      Supprimer
    2. D'un autre côté, c'est une gonzesse.

      Supprimer
  13. "j'ai lu la délibération du tribunal."
    où peut-on la trouver svp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas. Je suis tombé par hasard dessus dans Facebook.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.