01 novembre 2013

Envoyé Spécial et inutile

France 2 est en crise. Le début de soirée ne fonctionne pas, il n'y a pas assez de recettes publicitaires,... Je vais me permettre de préciser une des raisons pour lesquelles c'est le bordel : les programmes ne sont pas de qualité. C'est ainsi qu'hier, j'ai regardé Envoyé Spécial sur France 2 puisqu'un des sujets m'intéressaient : les librairies. Le premier portait sur la libération des otages et le deuxième sur les « drive ». Je rappelle qu'il est exceptionnel que je regarde la télévision.

Sujet 1 – la libération des otages

Le reportage avait été monté en urgence pour coller à l'actualité : il n'était pas prévu au programme. Les reporters ne se sont pas rendu compte qu'ils faisaient n'importe quoi. C'est ce premier reportage qui m'a poussé à faire un billet. Il a duré environ 40 minutes avec une demi heure de reportage sur les familles des victimes et les anciens otages.

Je suis désolé mais je n'ai pas besoin de 30 minutes pour savoir que les familles sont contentes. La partie intéressante a duré trois minutes : une jeune fille qui disait qu'ils avaient pris l'habitude d'organiser des trucs sans « lui », qu'ils s'étaient habitués à son absence.

Au début, les caméras sont avec les familles au moment où elles apprennent la nouvelle. Scènes de joie et tout ça mais il était visible, même si ce n'est pas vrai, que les familles jouaient un rôles, avaient répété. Par exemple, il y a un type qui a reçu un appel de son beau-frère, un otage libéré, et on le voyait le saluer avec le téléphone dans une main et un micro dans l'autre...

Ainsi, sur la première partie du reportage, ce dernier a perdu toute crédibilité. Les autres 10 minutes portaient s ur les négociateurs, sur ce qu'avaient fait l'Etat Français, celui du Niger et les employeurs des otages pour avoir la libération. Le volet sur les méthodes était intéressants mais, à la fin de l'émission, on se rend compte qu'on n'en sait pas plus qu'au début.

Ces 40 minutes de reportage étaient inutiles. France 2 a fait une erreur. Je suis resté pour voir le troisième reportage.

Politiquement, ce premier machin m'a gêné. La question de fond est « faut-il payer des rançons ? » Les journalistes ont laissé plus de place à la famille d'un otage expliquant que oui, il fallait que le gouvernement paye (j'aurais tendance à lui répondre « non, on doit la solidarité à nos camarades mais ils n'ont pas à faire les cons dans des pays de terroristes, donc il ne faut pas que le gouvernement paye) qu'aux gens qui voulaient expliquer qu'il ne faut surtout pas payer, c'est-à-dire la position officielle. Je ne demande pas que la télévision publique devienne la Pravda mais elle n'a pas à accorder plus de place à l'opposition. D'autant que c'est notre pognon qui est utilisé.

Ce qui fut d'ailleurs aussi une erreur, on voyait bien qu'ils faisaient du remplisage.

Sujet 2 – les drives

Vous savez, ces hypermarchés qui permettent à leurs clients de commander leurs courses par internet et qui viennent les chercher deux après. Le reportage était travaillé à l'avance et pas monté en urgence, il était donc très intéressant, notamment quand ils montraient le fonctionnement, ces salariés qui reçoivent des listes de courses par internet et qui foncent à travers les rayons. La partie sur la concurrence entre les enseignes était bien, aussi.

Il y avait peut-être un peu trop de temps consacré aux clients et la manière de commander, sans être pédagogique... Et il aurait peut-être fallu interroger les salariés et pas seulement les patrons.

Sujet 3 – les librairies
C'est ainsi le reportage qui m'intéressait, vu que je ai abordé le sujet dans le blog. Il était assez intéressant pour ce qui concerne les librairies qui développaient une activité spécifique pour survivre, comme celle qui était spécialisée en livre de cuisine et qui faisait restaurant !

Par contre, le reportage était clairement orienté pour défendre les libraires (c'était son objet) et a donc totalement occulté les autres volets qui auraient bien nécessiter cinq minutes (plus que la partie sur la vieille andouille qui se vantait de lire heure par jour et d'avoir monté des Algéco dans son jardin pour ranger ses 11 000 livres...). Par exemple, quid des acheteurs par internet ?

Par ailleurs, si j'avais eu à le traiter, j'aurais intégrer un volet plus « politique » dans la mesure où une loi vient d'être passée. Mais ce n'est pas leur rôle. Envoyé Spécial devrait ajouter des courts après ses sujets...

France 2 est mal barrée

Vous avez vu ? Deux sujets sur trois concernent, au fond, les gens qui achètent par internet. Outre le fait que je me demande si ça ne fait pas trop, aucune des deux présentatrices n'a relevé ce fait.

Après l'émission, je suis allé me coucher et j'ai fait le tour des sites web des grands journaux et de leurs articles gratuits. Après 10 minutes de lecture, j'en savais plus sur les otages qu'après le reportage de France 2.

Cette chaîne a perdu l'occasion de remonter dans mon estime.

22 commentaires:

  1. Hé bé ! vous découvrez la lune, là ! Il y a belle lurette que France 2 (et en particulier ses journaux et magazines "d'actualité" se vautrent dans le n'importe quoi, la sensiblerie, le compassionnel, l'anecdote insignifiante, le micro-trottoir à tout va, etc,

    Hier, par exemple, au journal, un sujet pour nous expliquer que les jumeaux se ressemblaient et qu'ils étaient mystérieusement reliés l'un à l'autre…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, je découvre, je ne regarde jamais la télé. Là c'est le hasard (je suis à Loudéac et les bistros ne sont pas ouverts en soirée...). Ils sont tarés, je ne vois pas comment ils peuvent encore avoir des spectateurs (pourtant, la semaine dernière, ils ont cartonné). Au JT, j'ai regardé le reportage sur le packaging de la bouffe (je ne sais pas si vous avez lu mon blog bistro, mais le gros consultant en packaging est un copain). Reportage sans intérêt (sauf le chiffre 40% des emballages sont mensongers).

      Supprimer
  2. "on doit la solidarité à nos camarades mais ils n'ont pas à faire les cons dans des pays de terroristes, donc il ne faut pas que le gouvernement paye" c'est vrai que tu souligne un truc intéressant, là-dedans. D'un autre côté, les terroristes y sont aussi à cause des entreprises françaises qui y bossent, et celui qui y va pour garder son job n'a peut-être pas le choix. Quand je dis à cause, c'est souvent le prétexte que les terroristes donnent pour enlever les gens, que la cause soit de bonne foi ou non.
    Doit-on donc arrêter d'envoyer des entreprises françaises dans un pays où il y a des terroristes? j'ai pas la réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "On" n'envoie pas. Qu'elles se démerdent !

      Supprimer
  3. FR2 bizarre ? Ce n'est pas d'hier........ voir ces témoignages d'une copine qui y a fait sa carrière.

    RépondreSupprimer
  4. Cela fait bien longtemps que France2 court après TF1, on nous serve de la soupe avarié, c'est vraiment n'importe quoi, les programmateurs sont des tocards payés à prix d'or ...

    David75

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TF1 n'a pas ce genre d'émission, si ?

      Supprimer
    2. c'est plus après TF1 qu'elle court, c'est après BFN-TV

      Supprimer
    3. il s auraient pu regrouper 2 sujets en un : l'achat des livres en drive , on aurait gagné du temps

      Supprimer
  5. Bon on va relativiser. Envoyé Spécial n'est pas un truc homogène (c'est peut être le problème). Certains reportages sont faits en externe, d'autres sont réalisés sur une longue durée, d'autres à chaud (comme hier, le sujet sur les otages a été réalisé en 48h).

    On peut tout de même questionner le choix de rediffuser en second sujet, un reportage sur les drive, diffusé il y 5 MOIS ! dans la même émission.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas qu'il avait déjà été diffusé. Pour le reste, le truc à chaud en 48 heures, il faudrait qu'ils aient les couilles de ne pas le diffuser.

      Supprimer
  6. C'est vrai que ce reportage n'avait aucun intérêt, essentiellement parce qu'il n'avait pas d'angle assumé : suivi des familles ? Réflexion sur la médiatisation ? Description d'un processus ? C'est un pot-pourri de tout ça n’approfondissant rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lis souvent tes tweets ou tes billets où tu déplores le faible niveau. Je me disais qu'ils avaient un public. Mais après avoir regardé, hier, je me demande quel public ils peuvent avoir.

      Supprimer
  7. J'ai des enfants - tout un programme ! -, un chat-pot-de-colle qui déchire les collants tous neufs en montant sur mes genoux pour suivre attentivement à l'écran de mon ordi, mes commentaires sur les blogs, une carte de bibliothèque, des adhésions à des asso, des abonnements à des salles de spectacles, mais pas de TV, non, pas de TV.
    Aussi, je compatis.
    Bz

    RépondreSupprimer
  8. Ah merde, voulais regarder le truc sur les libraires, j'ai dû zapper avec ma grande lucidité hebdomadaire sur Mega-Shark contre Dinausorus, à tous les coups, comme toujours...
    Y avait un truc sur St-Maur-en-poche et Collard (non, pas Gilbert), je crois, qu'on m'a dit.

    RépondreSupprimer
  9. La semaine d'avant, j'ai exceptionnellement regardé (pareil, je regarde pas trop la télé) Envoyé spécial, et il y avait un reportage fort bien fait et fort intéressant sur le Qatar. J'y ai notamment découvert que l'on était obligé, pour y travailler d'y avoir un "patron" qui avait tous pouvoirs ou presque sur vous, notamment celui de vous interdire de quitter le pays.

    RépondreSupprimer
  10. La télé je la survole mais malgré moi je connais tout les programmes pourris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi pas... Je ne survole rien. Je suis toujours surpris quand je regarde autre chose qu'un film.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.