03 novembre 2013

La prostituée [je rentre dedans]

Je dois reconnaître que j'ai eu de la chance. J'ai fait mon billet à propos de l'abolition de la prostitution avant que les autres imbéciles sortent le manifeste des 343 salauds qui fut une provocation totalement inutile ne pouvant qu'aboutir à des débats idiots et à un rejet. Je viens néanmoins de le relire. S'il n'y avait pas le titre et la dernière ligne, j'aurais probablement pu le signer. Dans mon billet, je me basais sur des documents de partisans de la pénalisation du client pour montrer qu'ils n'avaient aucun argument sérieux. La pénalisation de ces clients ne sera en fait qu'un moyen de faire plaisir aux arracheuses de couilles qui se prétendent féministes mais ne connaissent rien aux femmes.

C'est ce qu'on voit en lisant les commentaires au billet d'Elooooody sur le sujet. RosaElle en a fait aussi des billets, dont celui-ci. Tous les trois, nous sommes à peu près d'accord.

Je vais répondre aux connasses qui interviennent chez Elooooody. N'allez pas dire que je suis grossier, je suis moi-même lourdement insulté dans ces commentaires, de même que les copines. Je vais aussi répondre à tous les militants de la pénalisation.

Bonjour les gens,

Vous pouvez considérez les clients comme des enfoirés, comme des salopards, des moins-que-rien et tout ce que vous voudrez, il n'empêche que vous voulez fonder une loi sur des valeurs morales ce qui est à peu près pire que tout. Il est autorisé de payer pour avoir des relations sexuelles, il sera interdit de payer pour avoir des relations sexuelles. Vous voulez inculquer à d'autres des valeurs, vous êtes pires que des moines colonisateurs, des évangélistes,...

Vous êtes totalement déconnectés de la vraie vie. Croyez-vous vraiment que ce texte sera efficace ? Non. Pour deux raisons. La première est que la peine sera forcément légère sinon le texte sera retoqué par le Conseil constitutionnel et heureusement : on ne fait pas n'importe quoi dans ce pays. La deuxième est qu'aucun policier ne pourra arrêter de clients parce les prostituées se cacheront mieux. La seule solution pour les policiers d'intervenir sera de faire des espèces de souricières ! Je crois qu'on a mieux à faire de l'argent public.

Ainsi, avec votre texte de loi, vous mettrez en danger des filles parce qu'elles se cacheront mieux.

Vous êtes totalement déconnectés de la vraie vie, disais-je, et vous voulez imposer vos valeurs morales à d'autres alors que vous ne représentez que 5 ou 10% de la population. Pour se faire, vous utilisez des sondages bidons et c'est lamentable. Et ça donne ce genre de titre : « Prostitution : 73 % des Français pour la responsabilisation des clients ». Le procédé est immonde. On lit dans détail que seuls 22% veulent pénaliser, sans probablement avoir réfléchi au dossier.

Vous êtes totalement déconnectés de la vraie vie, répétais-je. Vous vivez dans un milieu de militants intellectuels très présents sur le net mais vous n'avez absolument aucune idée de ce qui se passe dans certains milieux. Comme je le disais dans mon précédent billet, venez donc dans les bistros de mon quartier, après 20h30 et vous verrez des femmes prêtes à tout pour un verre. C'est le quotidien de milliers, de millions de Français et dans votre lutte, vous oubliez les marginaux... qui sont pourtant plus nombreux que les féministes. Vous êtes ignobles. C'est moi, l'immonde macho, qui va protéger ces filles, ces femmes de la vraie vie, en leur payant leurs derniers verres pour leur éviter de faire des conneries.

La palme des commentaires, chez Elooooody, revient à celui-ci : « Ensuite, on peut parfaitement comprendre qu'elles préfèrent être putes plutôt que caissières de supermarché, elles gagnent en quelques heures 3, 4, 10 fois plus et ce n'est pas plus chiant que d'être harcelée, coincée et pelotée dans les coins tous les jours par un chef de rayon. Mais si on leur offrait un salaire décent dans des conditions de travail correctes, elles ne pratiqueraient pas cette activité "par choix", elles seraient bien contentes de ne pas se trouver à devoir faire un tel choix, justement. »

Outre le fait que je préférerais passer mes journées à baiser qu'à passer des produits devant des lecteurs de code barre, il est évident que le monde irait mieux si les salaires étaient plus élevés. Il faudrait aussi s'occuper de ceux qui n'ont pas la chance de trouver du travail de caissière.

Vous êtes complètement déconnectés de la vraie vie, crois-je avoir déjà dit.

On pourrait dire que ce n'est pas grave. Mais c'est grave : vous donnez aux Français l'impression que la gauche s'occupe de n'importe quoi. Elle fait des taxes et empêche les citoyens d'aller se faire sucer. Vous êtes mortifères.

Bien cordialement,
Nicolas

Chers lecteurs, vous pouvez maintenant relire le texte des 343 qui sont 19 en sautant le titre et la dernière phrase. Vous pouvez signer. Ne le dites à personne, la gauche morale vous tomberait dessus.

29 commentaires:

  1. Ah les féministes. Je n'ai jamais fréquenté les dames de petite vertu, mais quand j'entend causer la connasse d'Oser le Féminisme, je me dis que ces braves péripatéticiennes valent mille fois mieux qu'elle et ses sbires. Le féminisme militant actuel (déjà que le précédent n'était pas choucard) est très certainement le pire ennemi de la Femme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout qu'elle ne connaissent rien "au milieu", que vous pouvez connaître pour votre job et moi pour mon goût pour les rades pourris. Quant à leur vie personnelle, elles de sont mises dans une bulle.

      Supprimer
  2. 343, pas 345...

    Le problème du texte n'est pas son contenu, mais les symboles qui y sont utilisés:
    1) les 343 salopes de 1971, dont le combat n'avait strictement rien à voir, inutile de revenir là-dessus,
    2) le slogan "touche pas à mon pote", transformé en un "touche pas à ma pute" répugnant

    Isabelle Alonso a écrit un texte sur lequel je suis d'accord à 100%, alors que d'habitude son féminisme extrémiste a tendance à m'insupporter (mais moins qu'Elisabeth Levy, faut pas déconner quand même): http://www.isabelle-alonso.com/salauds-de-pacotille/

    Donc, non, je ne suis pas d'accord avec toi. Le procédé immonde c'est ce texte signé par quelques trous du culs, qui salissent les vrais combats et qui n'ont même pas les couilles de s'affirmer comme de vrais mâles ("Nous attendons de la puissance publique qu’elle mette tout en œuvre pour lutter contre les réseaux et sanctionner les maquereaux" du genre faux cul on fait pas mieux...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'est pas à deux près. Relis le texte et, comme je le dis, enlève les deux références, et tu pourrais être d'accord avec lui.

      Supprimer
    2. Quant au texte d'Isanelle Alonso, bof...

      Supprimer
  3. Je suis ravi de faire partie d'une bande de salauds !

    RépondreSupprimer
  4. Bien énervé ce matin, vous avez oublié quelques mots par ci par là !
    Ce sera un vrai test, de voir si cette loi passe. D'un côté, plein de gens à droite ou à gauche qui la trouvent débile, de l'autre, par la magie des médias, elle est déjà passée dans le politiquement correct : interview à la pelle de personnes favorables à cette loi, Anne Roumanov (que j'apprécie pourtant en général) et autres comiques/chroniqueurs qui traitent les signataires de cette pétition de salopards sexistes.
    Perso, je pense qu'elle va passer : moralisatrice, inutile, contre-productive et coûteuse (même marginalement, si la police décide de l'appliquer) mais "marqueur de gauche" et sans création de taxe, elle ne peut que plaire aux déconnectés qui croient encore gouverner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'oublie souvent des mots.

      Oui le texte pourrait passer. Ce qui serait une erreur...

      Supprimer
    2. Si le texte de loi passe vous pourrez remercier ces 19 (ou 18 ?) crétins.

      Supprimer
    3. Oui, ils sont coupables. !on peut dire 19. Le rétropédalage de Nicolas Bedos n'est pas brillant (à part sur la forme, peut-être, et encore...).

      Supprimer
  5. Grâce à elles, les réseaux vont prospérer, faut dire. Les maquereaux de tout bord vont les remercier!
    En plus, comme tu dis, comment mettre des amendes au client? Dans la pratique, tu soulignes la méthode de la souricière: au tribunal, la police va montrer des flagrants délits? Et comment savoir si la personne a payé ou non?
    Sinon, sans surprise, j'adore ton billet,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le fait de payer qui sera sanctionner mais de solliciter un acte payant je crois.

      Supprimer
    2. En toute logique, oui.

      Ce genre de pratique existe aux USA. On sollicite des agents féminins qui, attifées de manière ad-hoc, jouent à la pute et lorsque le micheton a négocié le tarif, on le saute, et zou direction le commissariat.

      En fait, et ce n'est pas la première fois, je m'aperçois qu'une certaine gauche, bien qu'elle s'en défende, adore singer les ricains dans ce qu'ils ont de plus débile. Ces belles âmes auront ensuite beau jeu de critiquer le retour de l'ordre moral si d'aventure la droite revient au pouvoir. Elles sont mille fois pire.

      Supprimer
    3. On est d'accord. D'ailleurs, l'ordre moral, c'est aussi le puritanisme américain, ce machin abominable réactionnaire. Je préfère les réacs français...

      Supprimer
  6. "C'est moi, l'immonde macho, qui va protéger ces filles"
    qui vais, qui vais...

    RépondreSupprimer
  7. Cette loi sera débile....http://renepaulhenry.blogspot.fr/2013/09/peripathetiques.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. J'ai répondu sur un détail chez toi.

      Supprimer
  8. Bien d'accord, ce manifeste est parfaitement "signable" avec les restrictions signalées par Nicolas.

    Il n'est pas soulevé le cas de la prostitution sous couvert de mariage, pratiquée dans certains milieux rigides (ceux qui étaient contre le mariage pour tous ?) : elle n'est pas anodine, sauf plainte explicite pour viol elle n'est pas réprimable, et elle concerne certainement bien plus de personnes qu'on ne l'imagine.

    RépondreSupprimer
  9. Et si on surtaxait les passes du dimanche ? direct aux impôts, la surtaxe, évidemment.
    On l'appellerait Prélèvement Élémentaire National d'Imposition Sexuelle. P.E.N.I.S

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la base d'un taux changeant tous les trois mois calculé par le Bureau des Impôts Trimestriellement Ebalués ?

      Supprimer
  10. Recevoir la palme du chef de rayon des leftblogueurs, quel honneur!
    Et je ne parlais de toi nulle part.
    Je ne pense pas être déconnectée de la réalité, loin de là. Mais si ça t'arrange de le croire, à ton aise.

    RépondreSupprimer
  11. Floréal n'a pas tort: elle dit quelque chose de banal, certes, mais répondre "je préférerais passer mes journées à baiser qu'à passer des produits devant des lecteurs de code barre, " c'est à voir. Et voyons voyons... Facile et tentant d'imaginer qu'on serait payé pour baiser joyeusement avec des blondes expertes aux gros nichons. MAIS cette affirmation tiendrait-elle s'il fallait, quand on est un homme pas porté sur la chose, se faire sodomiser pas mal de fois par jour, en alternant quelques autres plaisirs à dispenser à de grands gaillards bien costauds ou des petits sexagénaires maigrelets qui puent ? Allons....
    De toute façon, dire "il y aurait moins de prostitution et de délinquance si tout le monde avait suffisamment d'argent", ben oui mais ce n'est pas demain la veille.

    Et la prostitution n'est pas un métier comme un autre, non.
    Quels parents seraient heureux d'entendre leur petite fille de six ans dire "je voudrais faire pute quand je serai grande". "On dit prostituée, ma chérie. Prostituée, pas pute. Et nous pensons que c'est un bon métier, tu pourras ouvrir un établissement si tu fais des économies, et même, si tu sais bien gérer tes affaires, avoir une chaîne de night-clubs rien qu'à toi, imagine ! En attendant, nous allons t'aider à prendre bien soin de ton corps et après ton bac pro "métiers du sexe", on te prêtera le camping car si tu veux te lancer tout de suite, ou tu pourras prendre le compte épargne que Papy et Mamy ont lancé pour toi pour te spécialiser avec un BTS plus pointu . Celui qu'on prépare à l'université d'Angers "Pénétrations multiples, bondages et gestion de la prostitution de groupe" me semble au top, surtout avec l'option "self défense, plaisirs sadiques et parties à trois avec l'animal domestique du client".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, c'est tout à fait ça.
      C'est pourquoi je dis aussi que ce n'est pas un "métier" mais une "activité", comme curé ou cartomancienne. Pour les curés on parle de "vocation", on ne peut pas non plus utiliser ce vocable pour la prostitution, aucune femme n'a la "vocation" d'être pute. Elles ne le deviennent que par nécessité. Pour les cartomanciennes, l'activité consiste en une arnaque basée sur un pseudo-chamanisme. Ce sont donc des activités, qui peuvent être plus ou moins rentables, pas des métiers.

      Supprimer
  12. Floreale, Suzanne,

    Tout d'abord, si j'avais voulu montrer du doigt Floreale, je l'aurais fait.

    Mes propos n'était qu'un raccourci : je n'envie pas plus les caissières que les prostituée et il est évident que si j'avais choisir, j'aimerais autant pas que mon enfant soit prostitué. Ce que je voulais dire, c'est que les problèmes de faibles revenus, de précarité,... Ne sont pas spécifique à la prostitution.

    Suzanne, si j'avais une fille voulant devenir caissière (et combien d'enfants jouent à la marchande), je lui dirais : très bien, tu auras un métier fort honorable, tu toucheras 1000 euros par mois toute ta vie (indexé sur le pouvoir d'achat et l'inflation). Tu travailleras cinq jours par semaine dont, très souvent le samedi et le dimanche, ce que tu finiras par apprécier parce que les autres jours tu travailleras de 9h à 14h puis de 18 à 20h. Tu seras assise toute la journée et du devras prendre des produits et les passer devant un code barre. Tu devras être aimable en permanence même devant des clients casse couille mais à 45 ans tu seras licenciée économique parce que drive et les caisses automatiques auront eu la fin de ton métier. Ton patron aura la gentillesse de te payer une formation pour que tu puisses changer de métier. Avec un peu de chances tu ne seras pas licenciée mais sera prise à un autre poste dans le magasin. Il faudra que tu es fini le ménage avant 23 heures pour que les équipes de nuit puissent réassortir les produits. Tu repasseras alors de 6h30 à 8heures relaver les sols.

    RépondreSupprimer
  13. Pourquoi toujours cette alternative "caissière ou pute" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais qu'est-ce que vous avez contre les alternatives ?

      N.b : je reprends l'exemple de Floréale.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.