14 novembre 2013

La réussite d'une politique de gauche

Tant que je suis dans ma journée de blogueur de gouvernement, voilà une excellente nouvelle qui me vient de chez Bembelly (lien ci-après), reprise par Le Figaro en personne morale (ou pas). François Hollande et le gouvernement sont en train de réussir, peut-être pas à sortir la France de la merde, mais à réduire réellement les inégalités. 

"Like it or not, la réduction des inégalités de revenus est une promesse fondamentale de la gauche. Or, c'est l'Insee qui le dit : en nivelant par le bas le revenu des plus aisés, en 2012, les hausses d'impôts ont réduit les inégalités en France.
En faisant porter l'effort fiscal à 60% par les 20% des ménages les plus aisés (les classes moyennes en assumant 30%), le gouvernement a augmenté le rôle redistributif des impôts ou, comme le dit l'Insee, a fait progresser "la contribution des prélèvements à la réduction des écarts de revenus de 2 points".
Au total, en France, en 2012, sous l'effet conjugué des impôts et des prestations sociales, les revenus des 20% les plus modestes ont augmenté en moyenne de 55%, et ceux des 20% les plus aisés ont diminué de 18,8%. Like it or not, c'est un succès de gauche.
En France, les 20% les plus aisés ont un revenu 7,6 fois plus élevé que les 20% les plus modestes. Après redistribution par l'Etat (impôts & prestations sociales), ce rapport tombe à 4." 

C'est un peu parce qu'on ne voit pas assez ce genre d'information (vraie ou fausse, je n'ai pas vérifié) et le travail de fond qui est mené qu'il m'arrive de ronchonner comme aujourd'hui dans mon blog. 

L'information n'étant pas vérifiée (j'ai un peu de mal à croire aux 55%), les seuls commentaires tolérés pour ce billet seront "ça s'arrose". 


http://bembelly.wordpress.com/2013/11/14/et-si-hollande-etait-en-train-de-reussir-desintox/

http://timetosignoff.fr/archives/?today=2013-11-14

38 commentaires:

  1. Vous êtes sérieux ? "en nivelant par le bas le revenu des plus aisés, en 2012, les hausses d'impôts ont réduit les inégalités en France." par le BAS !!! Les pauvres ne se sont pas enrichis mais les riches se sont appauvris, belle réussite ! Comme le disait Churchill, le socialisme c'est l'égale répartition de la misère, on y est !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es vraiment très con. Enfin... Si tu crois que tout le monde peut devenir milliardaire et qu'on le sera tous...

      Réduire les inégalités, ce n'est pas vers le bas mais vers le milieu...

      Supprimer
    2. Putain mais là c'est toi qui es très con et de façon indiscutable : l'article dit que les riches se sont appauvris et que rien n'a changé pour les pauvres. Rien à foutre d'être milliardaire, mais je vois pas l'intérêt de prendre aux riches si ce n'est pas pour améliorer le sort des pauvres !!! Pas la peine de me publier ou de répondre, je pensais que t'avais un cerveau mais manifestement par intermittences.

      Supprimer
    3. Vas chier. L'article dit que les revenus des plus pauvres ont augmenté.

      Supprimer
    4. Perso, je dis ça s'arrose! Et, je refuse d'argumenter face à des gens qui n'ont pas compris que la Gauche a apporté dans le bilan 2012 sa loi de finances rectificative votée le 31 juillet à l'assemblée, pour corriger les inégalités entre riches et pauvres.

      Quand Pépère est en difficulté avec une intox sans limite, ces contradicteurs du dimanche sont absents, personne pour dire "c'est faux. Ils le savent et se taisent. Mais pour casser ce qui peut être une bonne nouvelle, on les voit partout! (Les cons).

      Je répète, ça s'arrose!...
      (@bembelly)

      Supprimer
    5. Oui. Mais le vrai défaut de communication est là.

      Supprimer
  2. Quel intérêt de réduire les inégalités si les plus pauvres ne sont pas plus riches qu'avant (va dire aux pauvres que leurs revenus ont augmenté de 55% en 2012, ils vont te rire au nez) ? Réduire les inégalités pour réduire les inégalités, ça ne sert à rien...si encore ça permettait de réduire la dette publique, mais même pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dis mes propres doutes dans le billet.

      Supprimer
  3. zut, je viens juste de voir que le mec plus haut disait la même chose que moi, à peu près, pardon pour la répétition...mais bon,t'es très fort quand même. Il faut quand même oser écrire ça : 'en 2012, les revenus des 20% les plus modestes ont augmenté en moyenne de 55%'.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Stop ! Je dis moi même dans le billet que j'ai du mal à y croire.

      Supprimer
  4. Pour être complet, l'article dit aussi : " En 2012, ils se sont élevés à 1406 euros pour les 20% des ménages les plus modestes, contre 1338 euros l'année d'avant et 920 euros en 2008. Ceci s'explique par les revalorisations, supérieures à l'inflation, du minimum vieillesse et de l'allocation adulte handicapé décidées par Nicolas Sarkozy avant qu'il ne quitte le pouvoir."

    Rien n'est simple...

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas, pourquoi tu nous avais par cité cette partie de l'article (qui change évidemment tout) ? Et es-tu prêt à reconnaître que les inégalités ont diminué même sous Sarkozy?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle partie de quel article ? Je cite deux billets. C'est tout.

      Supprimer
  6. Peu importe.
    Mais es-tu prêt à reconnaître que les inégalités ont diminué même sous Sarkozy (et je pense que c'est aussi dû à la baisse de la bourse )?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. C'est complément con. Sous Sarko les impôts ont baissé pour les plus riches et leur part de revenus dans le PIB augmentés. Tu n'as pas changé : tu baisse toujours ta culotte devant les plus riches.

      Supprimer
  7. tous pauvre...mais tous égaux ; la gôche, c'est le nivellement par le bas et la médiocrité au pouvoir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais si on pouvait museler les connards...

      Supprimer
  8. Pourtant c'est ce que dit cet article. Moi, j'ai changé mais pas toi. Vraiment 'blogueur de gouvernement' ça te va bien comme fonction..n'empêche que ça me navre, jadis, en 2006,2007, tu étais plus libre, de gauche certes mais inféodé. là, tu es pieds et poings liés, tu critiques gentiment parfois mais juste histoire de...dommage. bonne nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu ne me dis pas quel article. Tu es toujours aussi con. Ne me fais plus chier. Je ne dis pas ça par défensive mais tu n'as toujours aucun argument et tu continues à vanter une politique qui nuit à ceux que tu voudrais représenter : les ouvriers.

      Supprimer
  9. tous égaux....mais tous pauvres
    égalitarisme et nivellement par le bas
    La gôche, c'est vraiment la médiocrité comme mode de "gouvernance"
    ils en sont fiers en plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais connard, on est d'accord. Je préfèrerais tous riches.

      Supprimer
  10. Je me disais peut-être que les 55% ne voulaient pas dire ce qu'on peut penser à première lecture. Une fois remis dans le contexte de l'article du Figaro, je les ai compris comme "Le tandem redistribution+impôts fait augmenter les revenus des pauvres de 55% par rapport à ce qu'ils auraient été sans, et diminuer ceux des riches de 18%".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Il faut interpréter. C'est bon pour le moral.

      Supprimer
  11. C'est vrai que taper sur les hauts revenus c'est plus facile que de chercher à augmenter les revenus des salaires les plus modestes. Ce n'est pas de la justice sociale, mais une illusion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous le dites. Cependant, ceux qui ont foi dans la redistribution oublie que la machine Etat lorsqu'elle prélève 100€ ne redistribue, au mieux, que 50€. A une époque on gueulait contre les ONG qui avaient des frais de fonctionnement monstrueux. On se garde bien, encore aujourd'hui de gueuler contre la machine étatique. Pire, il y en a qui ne cesse de crier qu'il n'y a pas assez de fonctionnaires.

      Supprimer
    2. C'est quoi ce calcul débile ? Et les dépenses pour la santé, l'éducation, les retraites, la sécurité, les routes, le ramassage des ordures,... La redistribution ne veut pas dire faire des chèques.

      Supprimer
    3. Je n'ai pas dit cela, je dis juste qu'une masse importante de pognon fout le camp dans la machine.
      Comment expliquer que l'assurance maladie d'Etat rembourse moins bien qu'une assurance maladie privée agréée par l'UE qui de surcroît coûtera moins cher à l'année que ce que l'on cotise pour la sécu ? Comment l'expliquer sinon, pour partie, par une maîtrise des frais de fonctionnement ?

      Supprimer
    4. Vous avez dit que 50% passait dans la machine ce qui revient au même...

      Supprimer
    5. Fact checking : les frais de gestion de la Sécu tournent autour de 5%, contre 15 à 20% pour les assurances privées (rapport sénatorial de 2009 je crois). Et les frais de collecte de l'impôt sont globalement de 2%.

      Sachant également que l'Etat dépense plus qu'il ne gagne (= le déficit budgétaire de 4% du PIB environ) ça veut dire que l'Etat redistribue plus de 100% de ce qu'il prélève (environ 108€ pour 100 € prélevés). Pour ce qui est de la Sécu, elle est elle aussi en déficit, donc le raisonnement s'y applique tout autant.

      Conclusion : connerie libérale :)

      Supprimer
  12. Ah ces libéraux ! Toujours à réclamer des subventions et des aides de l'état lorsqu'ils échouent dans leurs entreprises sans remettre en question leur compétence professionnelle. les seuls vrais libéraux sont les héritiers... au moins ils n'y sont pour rien.

    RépondreSupprimer
  13. Il y a un bug. Le commentaire de Captainhaka n'est pas passé. Le voilà :

    Ah ces libéraux ! Toujours à réclamer des subventions et des aides de l'état lorsqu'ils échouent dans leurs entreprises sans remettre en question leur compétence professionnelle. les seuls vrais libéraux sont les héritiers... au moins ils n'y sont pour rien.

    RépondreSupprimer
  14. Ah ces libéraux ! Toujours à réclamer des subventions et des aides de l'état lorsqu'ils échouent dans leurs entreprises sans remettre en question leur compétence professionnelle. les seuls vrais libéraux sont les héritiers... au moins ils n'y sont pour rien.

    RépondreSupprimer
  15. Tellement prévisible, les libéraux du dimanche à pleurer que les socialos veulent transformer la France en Corée du Nord, et les gauchistes envieux à se réjouir du malheur des riches. Les autres ont mieux à faire que troller les commentaires de blogs; et c'est tant mieux ;)

    RépondreSupprimer
  16. 1) Je ne prend pas pour argent comptant l'article ?
    2) Aux ronchons de tout poils que dit il ?
    Que l'écart du niveau de vie entre les 20% plus aisés et les 20% des plus modestes est passé de 7.6 à 4 une division de presque 2 exactement 1,9 . On devrait s'en réjouir n'est ce pas ce que la vrauche réclame à cors et à cris ?
    Comment on y arrive ?
    C'est expliqué dans l'article
    Une baisse de 18.8% sur le revenu de 55300 d'un aisé (revenu moins les impôts etc )
    Une hausse de 55% sur le revenu de 7300 d'un modeste (revenu+ aides diverses
    etc )
    Toujours septique ?.. Refaites le calcul et ne vous en déplaise l'écart tombe pratiquement à 4 et oui les mathématiques sont implacables !!! .
    vincent

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.