18 novembre 2013

Montée de la violence ?

L’ami Jacques signale un de ces tweets que l’on peut voir aujourd’hui avec des gens qui se lâchent à propos de celui qui est appelé le tireur fou. On m’en a montré plusieurs de ce type. Jean-Luc Mélenchon a diffusé un communiqué de presse qui m’interpelle.

« L'odieuse agression armée dont a dû souffrir Libération après BFM-TV montre la montée d'une violence qui se généralisera contre tout ce qui peut représenter la liberté d'expression. » L’agression est effectivement odieuse mais montrer la violence qui monte avec un seul fait divers ne me parait pas très fin.

« Que cette agression soit l'œuvre d'un déséquilibré ou d'un acte politique, elle révèle une ambiance. » Non, si c’est un déséquilibré, l’agression ne révèle rien (à part la folie de Twitter et des informations en continue, toute la journée).

« Souhaitons que la visibilité de cet acte barbare permette de briser la spirale de l'insensibilité médiatique, autant que celle de la violence. » L’insensibilité médiatique ? On ne parle que de ça dans les médias, de problèmes de sécurité,…

Et s’il réfléchissait aussi à sa propre violence, bien verbale ?

29 commentaires:

  1. Tu nous ponds deux notes sur un fait divers (qui effectivement est sans doute un cas isolé et donc qui ne révèle rien). A quoi bon ?

    RépondreSupprimer
  2. Je ne comprend même pas qu'il puisse y avoir une analyse quelconque avant qu'on ait arrêté ce malade mental !

    Le tuerie de la Mairie de Nanterre était du même acabit (en pire !) et personne n'est venu parler d"'insensibilité politique". Les propos de Mélenchon me révulsent.

    RépondreSupprimer
  3. Il a viré fou Méluche? Mon Dieu...

    RépondreSupprimer
  4. Et- la violence qu'ont les médias contre l'opposition, on en parle ?

    Les journalistes ne sont pas en cause : en revanche, les éditorialistes ont souvent des positions parfaitement inacceptables.

    RépondreSupprimer
  5. Ces incantations politiques sans qu'on connaisse qui est l'auteur et ses motivations s'expliquent ...
    Mais elles n'en sont pas moins très énervantes : je trouve qu'on pourrait être plus mesuré !
    Quant à la "montée" de la violence ...
    L'usage de ce mot "monter" a été parfaitement analysé par KLEMPERER, dans "LTI, la langue du IIIème Reich". Il me semble donc convenable de l'éviter soigneusement.
    Rien ne monte : la violence, comme la délinquance, ne "monte pas" : elle est plus ou moins mise en lumière.Voir à ce sujet les travaux de Laurent Mucchielli (lien sur ma blogroll) qui confirme ce que j'avais étudié à l'Institut de Crimino, il y a bien longtemps : les flux carcéraux peuvent augmenter en raison des politiques criminelles (c'est le cas depuis 2002 où l'on a incarcéré à tour de bras), mais le "ventre carcéral" des longues peines reste stable.
    Ce qui est par contre remarquable, c'est le nombre impressionnant d'armes et notamment d'armes de guerre, en circulation et entre les mains de n'importe qui. Comme quoi, on critique et moi la première, la liberté d'être armé aux USA, mais notre prohibition n'a quand même pas réponse à tout.
    Encore une fois, je suis encore plus énervée par le communiqué de Méluche que par les autres, même si celui de MLP ne manque pas de sel !
    Attendons, en conséquence, la capture de ce criminel pour penser quelque chose de son crime et relire : " Le crime du Caporal Lortie" de Pierre Legendre, au lieu de pousser des cris d'orfraie.
    http://www.amazon.fr/Le-Crime-du-caporal-Lortie/dp/2080814710
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème, avec la prohibition des armes à feu, c'est qu'elle ne désarme que les gens normaux et non portés à la violence. Les autres : voyous, dealers, membres de gangs, braqueurs, déséquilibrés, etc., trouveront toujours comment se les procurer. C'est d'ailleurs pour ça que les forcenés peuvent perpétrer leurs carnages.

      Imaginez par exemple un Breivik commencer à tirer sur les adolescents et les enfants q'il a tués. Si la Norvège avait autorisé le port d'arme, il se serait probablement trouver un type honnête pour sortir la sienne et abattre ce malade : de nombreuses victimes auraient été sauvées.

      Supprimer
    2. Ne recommencez pas le débat qu'on a eu l'autre jour chez vous...

      Supprimer
    3. C'est pas moi qu'a commencé, m'sieur, c'est l'Apolline !

      Supprimer
    4. Oui mais elle ne connaît pas Marchenoir, l'heureuse !

      Supprimer
    5. Sur ce point, la véhémence en moins, je suis sur la même ligne que Bob.

      Ce soupçon de débilité qui pèse sur le citoyen à la seule raison qu'il est français est insupportable. Avant 1939 il y avait 100 fois plus d'armes, y compris portées dans les sacs à main, les poches de veste, qu'aujourd'hui. Je ne me rappelle pas d’articles hurlant à la nation en péril, menacée par tous ces assassins potentiels se promenant dans les rues.

      Supprimer
    6. Oui mais j'ai demandé à ce qu'on ne relance pas le débat.

      Supprimer
    7. Ce raisonnement sur Breivik est purement spéculatif et gratuit. Aux USA ou justement les armes circulent librement, on n'entend jamais parler d'un tel cas: les tireurs fous se font toujours coincer/buter par la police et jamais par un brave citoyen avec une arme qui passait par la. Par contre des types qui se font flinguer par erreur et des accidents, ça on en entend parler. Bref, l'expérimentation en vraie grandeur montre que ce raisonnement est faux.

      Supprimer
  6. « Que cette agression soit l'œuvre d'un déséquilibré ou d'un acte politique, elle révèle une ambiance. »

    Donc, d'après votre mélenchonesque furoncle, un acte politique pourrait se livrer à une agression ? En plus d'être malfaisant il serait analphabète, vous croyez ? Ou alors il n'a pas pris le temps de relire ce que l'un de ses tâcherons a gribouillé pour lui ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas mon Mélenchon. Je fais un billet pour taper dessus.

      Supprimer
    2. C'était une façon de parler ! Il est quand même plus de votre bord que du mien : après tout, vous avez voté Hollande tous les deux…

      Supprimer
    3. C'est bas... Et ne ne suis même pas sûr qu'il ait fait.

      Supprimer
    4. C'est ce que je me disais en écrivant mon commentaire !

      Supprimer
  7. Mélenchon vit dans un congélateur...

    RépondreSupprimer
  8. Le cas Breivik est celui d'un criminel politique, indiscutablement. Mais il me semble qu'en France, nous n'aurions pas laissé ce rassemblement de jeunes sans un dispositif de Policiers avec la Protection Civile pour des secours. Les décideurs publics, en Norvège, n'avait pas anticipé d'éventuels passages à l'acte de la part de militants d'extrêmes droites formant des groupes étudiés (Cf. Oyvind Strommen :" La toile brune") et connus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas convaincu. Tu vas aux université d'été du PS. Il n'y a pas un policier. Un type rentre avec une mitraillette il tue la moitié des MJS.

      Supprimer
    2. Ceci dit, sur une île, tout au moins jusqu'à ce cas, on peut penser que point n'est besoin de dispositif puisqu'il n'y a qu'un seul moyen d'arriver et repartir.

      Nicolas, n'écrivez pas des trucs pareils.

      Supprimer
    3. J'écris ce que je veux. En l'occurrence qu'à l'UE du PS, il y a pas de protection.

      Supprimer
    4. C'était juste un conseil, vous pourriez faire saliver quelque taré. Après tout, ce sont vos amis, pas les miens.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.