26 décembre 2013

2013, l'année politique

Les copains blogueurs ont commencé à faire le bilan de l'année 2013. Je vais m'y lancer, progressivement, mais je tiens à préciser que j'ai avant tout une pensée pour ceux pour qui l'année a vraiment été mauvaise, comme Didier. Tout le reste me semble de la pure branlette.

2013 a été mauvaise. La courbe du truc n'est pas encore inversée. Ce soir, peut-être. Entre blogueurs, on n'a pas arrêté de s'engueuler. Le contenu des blogs politiques a pris une vraie claque et, parmi les blogueurs dits de gouvernement, on est assez peu à produire du contenu. Il va falloir que je distribue des coups de pied au cul pour remettre tout le monde au travail.

Au boulot, bordel !

Les blogs militants de droite arrivent en dessous de tout. Hier, par exemple, ils ont lancé une polémique sur le thème « ah mon dieu Hollande a tardé à souhaité un joyeux Noël à la population, c'est mal », comme si on en avait quelque chose à cirer, comme si Nicolas Sarkozy et les autres prédécesseurs avaient coutume de souhaiter plus souvent de bonnes fêtes.

Cela vous situe le niveau.

Pour ma part, je me suis pas mal pris le chou, dans l'année, avec des Twittos, notamment de la vraie de gauche. J'ai pris le réflexe. Une copie d'écran, un billet dans mon annexe, je bloque le Twittos et je prends une bière. Mes soirées sont ainsi rythmées : j'élimine les andouilles.

Tiens ! Je vais vous raconter une anecdote. Je papotais avec Sarkofrance quand @Babordages est intervenu pour se foutre, à juste titre de ma gueule. J'illustre le billet avec le tweet et je cite : « @jegoun On réfléchit à un blog pour afficher des tweets et s'en moquer. On sèche sur le nom pour l'instant. @Sarkofrance #bisou ». Ca me gène un peu, je ne sais pas lequel des cinq tient le compte Twitter. Il se trouve que la conversation vient d'un tweet de Juan qui disait que le site babordage le citait. C'est ici que ça se passe. Vous pouvez lire, cliquer et faire tout ce que vous voudrez mais l'origine du billet de Babordages est bien un tweet de Sarkofrance. Cliquez ici et remontez.

Ce vous situe aussi le niveau.

Ca a été l'année 2013. Des braves gens, des dizaines, des centaines, ont brassé de l'air dans Twitter. Moi, j'ai brassé de l'air dans mon annexe pour me foutre de la gueule de Twittos en quelques mots pendant que d'autres préfèrent faire des billets à rallonge pour tomber sur le poil d'un blogueur éminent.

Les brasseurs d'air, on les appelle les ventilateurs.

Une très grande partie de l'année a été consacrée à des échanges cordiaux ou des engueulades avec les blogueurs réactionnaires. Avec la manif pour tous, ils se sont sentis pousser des ailes et ont atteint une sorte de Graal avec ce sentiment jusqu'alors souvent réservé à l'extrême gauche, celui de représenter le peuple. Nous sommes le peuple, nous sommes dans la rue, nous allons renverser le gouvernement et tout ça. Probablement les mêmes qui criaient lors de la précédente législature qu'on ne pouvait pas gouverner dans la rue.

Tiens ! Une autre anecdote, en juillet. Un des blogueurs réactionnaires m'avait à la bonne et me prenait pour (je cite de mémoire) : « un garçon intelligent ». Il était donc persuadé de me rallier à sa cause mais j'ai continué – sans doute par pure bêtise – à ne pas me rallier à sa cause. Je ne sais plus de quoi il parlait, de Brétigny, de Méric,... Toujours est-il qu'il a commencé à trépigner dans les commentaires de manière de plus en plus désagréable comme s'il faisait sous lui. J'ai été obligé de l'envoyer chier et il est parti fâché, a fait un billet incendiaire, m'a supprimé de sa blogroll, geste hautement symbolique...

Un des sujets qui m'a le plus occupé, dans ce blog, est Notre-Dame-des-Landes. Mon intime conviction est que les opposants ne le sont que par principe. On réunirait des spécialistes de l'environnement pour un débat, la conclusion serait probablement que construire cet aéroport et arrêter le trafic de passagers sur l'autre serait bénéfique pour l'environnement. Peu importe... Ce qui m'a marqué, c'est qu'on a eu une bataille entre experts (je reprenais les avis « gouvernementaux »). Les opposants traitaient les partisans de menteur mais un ami opposant s'est fâché tout rouge le jour où j'ai traité ses arguments de mensonges. Lui, il avait le droit de me traiter de menteur mais je n'avais pas le droit de le lui renvoyer dans les dents.

Ce vous situe aussi le niveau. Cela m'a d'ailleurs conforté dans ma position : les opposants n'ont aucun argument valable. La nouvelle patronne des Verts en a ajouté une couche dans mes certitudes en disant que le coût de l'aéroport était de 15 milliards alors que les plus farouches opposants l'estimait à 3 milliards (contre 600 millions, il me semble, pour la version officielle).

Le sommet du délire a ainsi été atteint sur la fin de l'année.

On va bientôt formuler les vœux pour 2014. J'aime le faire le 1er au matin, la tête dans le cul après m'être tapé quelques kilomètres à pied, pas toujours bien droit, pour rentrer à la maison. Il n'empêche que je crois que je vais ressasser les mêmes âneries que les années précédentes : quand parlera-t-on du fond ?

En 2013, on a touché le fond. Sans y toucher.

Semaine après semaine, on s'enfonce. L'opposition, plus celle de droite que celle de gauche, s'enfonce.

Les blogueurs ont passé plus de temps à critiquer une blague, par ailleurs bonne, de François Hollande qu'a s'interroger sur la réforme territoriale, la pénalisation de la prostitution,...

Et les taxes sur la bière. C'est mal.

Le dernier point, pour conclure ce premier bilan, est que les blogs politiques sont en chute libre. Ceci explique cela. J'ai peut-être le seul blog politique avec une audience en hausse mais je n'en suis pas fier pour autant, c'est à cause d'une photo rigolote du père Noël que j'ai diffusée l'an dernier, pas du tout grâce au brillant contenu que je peux produire...

46 commentaires:

  1. Saleté d'année ! Vivement qu'on la vire. Un exemple : s'engueuler sur la politique carcérale: l'opposant croit savoir que Taubira vide les prisons alors qu'elles sont archi-pleines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ne disent plus grand chose à ce sujet. En fait, les types de droite n'ont plus de sujet. C'est assez rigolo. Regarde le dernier billet de Corto. Il gueule parce qu'à 19 hier, Hollande n'avait toujours pas dit "joyeux Noël" or il l'a fait vers 16 heures. Ils sont complètement grotesques !

      Supprimer
    2. Si elles sont pleines, trop au vu du nombre de place, ce n'est pas parce qu'on y met de plus en plus de délinquants et criminels avérés, mais parce que le nombre de types qui sont collés en préventive est tout simplement ahurissant et nous place d'ailleurs en queue de classement des politiques pénitentiaires. Ceci dit, les conneries ont commencé nettement avant ce gouvernement. La réduction automatique des peines c'est une connerie signée Perben, mais si, vous savez bien, le ministre de la justice d'un président facho, tellement facho qu'il voulait faire sortir les taulards plus vite. Ce qui en dit long soit sur le fascisme - qui n'est plus ce qu'il était, visiblement - soit sur la notion même de fascisme telle qu'elle est employée aujourd'hui.

      Mais je fonde quand même de grands espoirs en Christine Taubira, je suis certain qu'elle va elle aussi accoucher de monstruosités au moins aussi énormes. Après tout, elle, elle a au moins une réputation à défendre, celle de la gauche humaniste engluée dans ses bons sentiments sirupeux.

      Supprimer
    3. Pas de procès d'intention...

      Supprimer
  2. Je propose que tous les blogueurs politiques se reconvertissent en blogueurs littéraires. Ce serait bien plus intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudrait les compétences.

      Supprimer
    2. Des compétences ? Et puis quoi encore ?

      Supprimer
    3. D'un autre côté, je serais pas été plus avancé si j'aurais lu tous les livres.

      Supprimer
    4. Il fait en lire au moins un ou deux dans sa vie pour savoir de quoi on parle.

      Supprimer
    5. Le problème pour moi, si je dois lire le livre que je possède, c'est qu'il me sert aussi à caler les pieds de l'armoire.

      Supprimer
  3. Joli billet.

    Si tu me permets un commentaire (un peu long), sur deux trois réflexions à la lecture de ton billet... Je pourrais écrire un billet dans ce genre, et si je l'écrivais j'écrirai sans doute des bribes des quelques points de ce commentaire.

    D'abord, si l'année politique sur les blogs a été mauvaise, c'est aussi parce que je crois que cette envie d'échanger et de discuter est partie. Aujourd'hui ne subsiste qu'un esprit "militant de base" (dans ma bouche c'est préjoratif) sur le net et sur nos blogs. Impossible de discuter sans s'engueuler, sans s'insulter.

    Sans doute est ce la faute à tout le monde. Vous (blogueurs de gouvernements) en avez une responsabilité. Les blogueurs d'oppositions ou de la vraie gauche ont aussi une énorme responsabilité (que tu mets bien et justement en avant d'ailleurs). Quand tu écris un billet pour tancer (de manière parfois très limite) un Corto ou un Parillo, et qu'ils te répondent en t'insultant toi et tes copains qui partageaient les mêmes combats politiques, je ne suis pas sur que ça fasse énormément remonter l'ambiance, et le niveau général.

    Moi aussi sans doute je contribue à ce bas niveau et à cette ambiance pas géniale. Je n'arrive plus à discuter sans m'énerver. Peut être parce que l'ambiance est énervante. Pesante. Désagréable, pour ne pas dire détestable par moments.
    Alors je ne discute plus, et blogue beaucoup moins sur la politique. Est ce cette ambiance générale ? Autre chose ? Je ne sais pas. Je n'ai pas l'impression d'être le seul à avoir déserté cette arène. Mais quand on se fait insulter de penser ce que l'on pense, ou de voter ce que l'on vote, autant aller faire autre chose...

    Après, peut être l'ambiance sur les blogs et le net n'est que le reflet de la société. La France me paraissait très divisée sous Sarkozy, avec des gens qui ne se supportaient plus et ne supportaient plus les différences ou divergences. Ça me semble pire sous Hollande... Mais je me dis que celui qui battra Hollande en 2017 aura un pays plus divisé encore...
    Je crois que nos blogs, et en particulier les politiques ou les militants, ne sont que le reflet d'une ambiance générale... On se fait insulter par des cons qui ne sont pas de notre avis. Alors si on veut exposer le notre, on insulte aussi. Et on contribue à une ambiance générale (je trouve) à chier.

    Ce n'est que mon avis. Après, on peut faire autre chose, et laisser les gens se battre entre eux. Surtout quand on a aucun intérêt en la chose, et que le blog ou le net n'est, pour soi, qu'un espace de plaisir...

    Enfin, j'ai beaucoup aimé ton premier paragraphe. C'est chouette de ta part de penser à tes amis (mais ça ne me surprend pas).
    Et c'est peut être le plus important. Plus important que cette scène politique générale, où chacun semble vouloir contribuer à rabaisser le niveau, à cliver, à désintéresser et à écoeurer les gens.

    Désolé de ce long commentaire. Peut être en écrirais je un billet d'ici la fin de l'année.

    Bonne soirée Nicolas (et encore bon billet, agréable à lire et aussi à commenter)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      Du temps de Sarkozy, on était unis contre lui ! Et on parlait de fond. Ce est quasiment plus le cas.

      Quand je tance des blogueurs de droite, ils n'ont pas le non réflexe. Pendant des années, je le suis engueulé avec tout le monde et on rigolait bien. Depuis 2012, je n'ai pas vu une seule réponse de blogueur à un blogueur dépassant celui de l'insulte.

      Supprimer
    2. Finalement, le problème, c'est que la gauche soit au pouvoir. ça met tout le monde de mauvaise humeur. Vivement que nous corrigions cette anomalie, pour pouvoir de nouveau nous chamailler gaiement entre copains !

      Supprimer
    3. Nicolas,
      C'est vrai qu'ils n'ont pas la bonne attitude.

      Maintenant ça m'est arrivé de me prendre des salves purement gratuites de la part de blogueurs de gauche, qui n'avaient que pour seule chose à me reprocher de me définir de droite. Et certains ont écrit des billets à mon sujets, sur cette seule définition, qui m'ont blessé, parce qu'ils ont touché à des choses personnelles qui m'ont fait du mal.
      Je ne sais pas si j'ai bien réagi ou pas. J'ai dit que j'étais blessé, sans doute. Peut être ais je levé la voix. Mais en tous cas je n'ai pas eu beaucoup d'humour ou de recul.
      C'est pas facile de se faire attaquer, parfois méchamment. Et de le prendre avec du recul, de l'humour. Quand j'exprime un avis sur un événement d'actualité ou sur la déclaration d'un Mélenchon ou d'un Dieudonné (pour prendre deux amis qui s'apprécient en ce moment), je n'apprécie pas de me prendre en retour des accusations sur ma personne à moi, qui me qualifient, qui dépassent ma pensée pour attaquer ce que je suis (y compris dans ma vraie vie).

      ON avait lancé en début d'année des billets sur le respect. Truc tout bête, se respecter même si on n'a pas la même France. Ces bonnes intentions ont volé en éclat le flux RSS était encore chaud...
      Ce n'est pas ta faute, ma faute, c'est que l'ambiance est comme ça.

      Après du temps de Sarkozy vous étiez uni contre lui peut être. D'autres comme moi n'étaient pas contre lui. Il y en avait quelques uns. Pas beaucoup mais quelques uns. Et ça tournait. Ca se respectait, à défaut de s'apprécier.

      Enfin, je vais pas passer ma soirée sur ce billet. Au fur et à mesure que je te réponds me viennent pleins d'exemple, et d'arguments pour justifier aussi le fait que je n'ai plus envie de bloguer comme avant.

      Tu as écrit un beau billet, il fait réagir (positivement). 'C'est une réussite

      Supprimer
    4. Justement. Il faut continuer. La bave du crapaud et tout ça !

      Supprimer
  4. Bonsoir, un bilan assez triste que je partage pour l'essentiel.

    Peut-être une partie de cette évolution à la baisse, vient-elle du média et de l'air du temps : la discussion se fait sur twitter (pas toujours sotte et destructrice, pour ce que j'en vois ; j'y ai lu aussi des "oups" et "autant pour moi").

    Mais la démotivation à l'égard du débat politique vient surtout, je crois, de l'état actuel de la vie politique française. Cela fait au moins 7 ans (depuis 2005 disons) qu'on a discuté sur le fond, sur des solutions pour tirer le pays de cette crise de 30 ans ; et le niveau du débat avait été posé par les attentats du 11 septembre 2002, qui avaient brutalement refait de la politique, de la démocratie et tout ça, des sujets centraux, chauds, culturels.

    Et tout ce que ce débat a produit, en France, c'est 5 ans de n'importe quoi sarkozyste (même ses partisans reconnaissent, me semble-t-il, que cela a été un mandat perdu : seulement, ils en incriminent les opposants conservateurs de leur courageux leader) ; suivis de dix-huit mois de surplace hollandien. Et dans l'opinion, qu'est-ce qui a progressé par rapport à 2005 ? Le FN et lui seul. Royal-istes, Démocrates, Ecologistes-pas-seulement-Verts, Libéraux,…, ont eu entre zéro et un quart d'heure de célébrité et ont été éjectés proprement par le système.

    Sur-place depuis 2012 ? le "mariage pour tous" a été l'exception qui confirmait la règle, mais il n'a pas permis de débat constructif et je le regrette bien. Le rejet, par le CÉSE, de la pétition qui lui demandait simplement de… donner son avis, résume parfaitement le refus du débat ouvert, qui régnait de part et d'autre, et de haut en bas.

    C'est bien embêtant, mais je ne vois tout simplement pas ce qui redonnerait envie aux Français de s'intéresser au sort du pays et de réfléchir ensemble aux solutions, comme beaucoup l'ont fait, tout de même, de 2005 à 2012. L'opinion me semble cent fois plus disposée à remettre l'Etat à un caudillo quelconque, à qui le "citoyen" demanderait simplement de pouvoir déjeuner en paix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais. Rien de bien réjouissant. Mais de la part de blogueurs qui veulent exprimer une opinion, c'est décevant.

      Supprimer
  5. Et si, en tant que les blogueurs politiques, nous n'avions tout simplement plus rien à dire que nous n'ayons déjà dit cent fois, et qu'il ne nous restait plus qu'à en varier la forme?
    L'exercice "Belle marquise, vos yeux me font mourir d'amour" trouve peut-être ses limites?

    RépondreSupprimer
  6. Histoire de te donner un peu de baume au coeur, ainsi qu'à tous les blogueurs comme Juan, Bembelly ou Elie, sache qu'il y a des gens comme moi qui sont venus vous lire et participer aux débats depuis un an parce qu'ils en avaient marre du Hollande-bashing. Ras le bol de tous ces abrutis de droite qui crachent sur un Président dont ils n'ont pas voulu, et ras le bol de tous ces cons qui estiment représenter à eux-seuls la vraie gauche.

    Avant 2012, je lisais peu les blogs politiques. Aujourd'hui je vous encourage à continuer. Vous êtes salutaires, car vous nous protégez d'un avenir où des benêts rouges revêtus de tee-shirts "la manif pour tous" viendraient nous jeter leurs quenelles à la gueule.

    Continuez comme ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien.

      Par contre, si tu pouvais virer ce truc de ta BR, ça fait tache et Montebourg n'est pas content: Marketing en Chine (http://www.marketing-chine.com/).

      Supprimer
    2. Je mets ce que je veux et ai horreur de ce genre de conseil ce qui fait que tu pourrais très bien dégager.

      Supprimer
    3. Te prend pas cette peine. Je dégage.

      Supprimer
    4. Tu restes calme et tu as le droit de présenter tes excuses. Tu n'as pas à juger ce que fait un blog dans ma blogroll surtout si c'est celui d'un pote.

      Supprimer
  7. si tu commences à citer mes tweets, où va-t-on ? J'plaisante. Effectivement, année de merde. J'ai trois billets "bilans" en préparation. Effectivement, année de merde. Et ce n'est pas fini.
    Tu replaces bien le sujet de fond: on écrit moins (je ne parle pas de toi ou de moi); on lit moins; on réagit sur des broutilles. Quand je relis Sarkofrance, je réalise que je me tapais davantage de textes de lois qu'avant. En 2013, j'ai perdu mon temps à réagir à des attaques futiles, des explications ontologiques sans fin, des procès d'intention divers et variés.
    Bref, année de merde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2014 sera l'année où tout ira mieux ! On va enterrer Twitter...

      Supprimer
  8. Après avoir tout lu (si, si) il me vient une réflexion : avec les andouilles, foin de bière, je préfère un verre de pif (andouilles AAAAA, hein!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu crois que ton commentaire a un intérêt, pauvre con.

      Supprimer
  9. Tout d'abord, merci.

    Nous sommes évidemment flattés de figurer dans ton bilan de l'année qui se termine. Quelque peu étonnés car si j'en crois ce que tu disais ici ( https://twitter.com/jegoun/status/415171904094613504 ) nous ne figurons pas parmi tes lectures, aussi, j'espère que ton billet n'est pas constitué uniquement pas des choses auxquelles tu accorde aussi peu de crédit qu'à nous autres.

    De mon côté, je continue de te lire quotidiennement, les désaccords n'empêchent pas l'intérêt. Je crois.

    Pour répondre à ta question, c'est moi qui en général tient le compte twitter et, pour être tout à fait exact, je n'intervenais pas dans votre conversation, je répondais (ironiquement) à une mention ( https://twitter.com/jegoun/status/415162224781848577 ).

    Pour revenir plus précisément sur l'anecdote. Loin de nous l'idée d'épingler, de tomber sur le poil de Juan. Nous conservons avec ce dernier des rapports tout à fait cordiaux. (Si ça se trouve il nous insulte dès que nous avons le dos tourné, si ça se trouve... ) Il avait d'ailleurs été l'un des seuls, en juillet dernier, à comprendre ce billet qui se voulait (entre autres) une main tendue et qui a été si mal compris. Sans doute pas suffisamment clair. Tant pis, le sujet est clos.

    Donc, une discussion sur twitter avec Juan se termine par "Y répondre en 140 est impossible et inutile", c'est le tweet que tu linkes plus haut. Comme je n'aime pas laisser les choses en plan, je bricole un billet sur le sujet afin qu'il prenne, s'il le souhaite, le temps de répondre plus sereinement. Il décide, c'est son choix, de me (nous) répondre par un autre billet ( http://sarkofrance.wordpress.com/2013/12/24/deux-poids-deux-mesures-et-lerreur-de-la-gauche ) en dessous duquel Sknob et Clumsy ont largement poursuivi la discussion.

    Et tu trouves que les blogs sont en chute libre ?

    Je trouve que ce genre d'échange est bien la preuve qu'ils sont vivants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout d'abord de rien.

      Désolé de ne pas vous lire mais on ne peut pas être partout. L'un d'entre vous ayant essayé de me faire passer pour un affreux raciste, je n'ai pas envie de vous suivre mais quand je tombe dessus dans Twitter, je lis... En outre, je n'aime pas les blogs collectifs, j'aime bien les individus.

      Je n'ai jamais vu Juan insulter qui que ce soit... Je me rappelle vaguement de votre billet mal compris. Je fais souvent des billets mal compris mais je n'en veux qu'à moi...

      Les blogs sont en chute libre : quel intérêt a cette discussion... ?

      Vois mon dernier billet sur mon blog geek (dans ma blogroll, ici). Je suis exaspéré par l'importance que se donnent certains dans Twitter, c'est tout, et par Twitter en général. Par exemple, je crois bien qu'il ne me serait jamais venu d'aller chercher des tweets pour les citer dans un commentaires (d'ailleurs, je m'en fous à un tel point que je me suis trompé de tweet pour illustrer mon billet).

      "Loin de nous l'idée d'épingler, de tomber sur le poil de Juan. Nous conservons avec ce dernier des rapports tout à fait cordiaux. "

      Z'avez raison. Pour ma part, je me suis assez fait tomber sur le poil pour ignorer, dorénavant. Pas par toi.

      Supprimer
    2. Non seulement les blogueurs politiques ont une fâcheuse tendance à se recroqueviller sur eux-mêmes, à discuter de plus en plus entre eux, et à se constituer en un monde clos (Nicolas répond à Juan qui répond à Elie qui répond à Nicolas...), mais il me semble, à vous lire tous, qu'ils ont tendance à se translater sur Twitter, qu'ils ne cessent pourtant d'accabler de tous les maux (à juste titre, d'après l'idée que je m'en fais): et, là, ce sera la fin des blogs.

      Je veux bien croire que Twitter vous apporte des lecteurs supplémentaires à vos blogs: mais si les articles des blogs sont appelés à se transformer en tweets, c'est du suicide...

      Supprimer
    3. Outre le fait que je me tué à dire que Twitter n'apporte pas de visites, c'est n'importe quoi... Les blogs ont toujours formé un réseau social où les blogueurs rebondissent de blog en blog. Vous avez choisi de ne parler que de Mélenchon, sur votre blog qui n'en est pas un : voilà la mort des blogs.

      Supprimer
    4. Mais non, c'est la source d'inspiration du moment: j'ai fait trois articles sur Mélenchon en quelques jours (dont un qui était une blague plus qu'un article), c'est vrai, mais ce sont les trois seuls, autant qu'il m'en souvienne; j'ai consacré beaucoup plus d'articles à Hollande, à Chevènement, et même à Marine Le Pen.

      D'autre part, je ne vois pas pourquoi vous dites que mon blog n'en est pas un; ce n'est parce qu'il ne parle pas que de politique que ce n'est pas un blog; il arrive à Rosaelle de ne pas parler politique, Didier Goux n'en parle presque jamais, et ce sont quand même des blogs.

      Un blog, pour moi, est un espace où quelqu'un expose librement, sans devoir les soumettre préalablement à qui que ce soit, ses idées personnelles sur les sujets de son choix: je n'en vois pas d'autre définition.

      Supprimer
    5. Un blog sans blogroll, sans personnalisation, dont les billets sont en une d'un site de presse qui gagne de l'argent avec...

      Supprimer
    6. Qu'entendez-vous par "personnalisation"? Je rédige seul les textes, je ne dois les soumettre à l'approbation de personne avant publication, je choisis le titre et la photo de chaque article, et je gère les commentaires d'après les règles que j'ai instituées mi-même. Je ne vais quand même pas y mettre mes photos de famille...

      Supprimer
    7. Pourquoi pas des photos de famille ? Vous pouvez modifier les couleurs de votre blog ? Y ajouter des liens dans la colonne de droite ? Y mettre un système de commentaires où l'on puisse commenter normalement avec un smartphone ?

      Supprimer
    8. Je suppose que Marianne pourrait le faire si je le lui demandais, mais je n'en vois pas l'intérêt: pour moi, ce qui compte, c'est l'article (je me pose régulièrement la question de la suppression des commentaires, qui ne sont pas indispensables à tout blog), je ne veux pas m'enferrer dans le multi-gadget: ça aussi, c'est la "personnalisation"...

      Supprimer
    9. Bon. Cela confirme donc : vous avez une chronique, pas un blog.

      Supprimer
    10. Différence entre une chronique et un blog:


      "Un blog est un type de site web – ou une partie d'un site web – utilisé pour la publication périodique et régulière de nouveaux articles​, généralement succincts, et rendant compte d'une actualité autour d'un sujet donné ou d'une profession. À la manière d'un journal de bord, ces articles ou « billets » sont typiquement datés, signés et se succèdent dans un ordre antéchronologique, c'est-à-dire du plus récent au plus ancien (...) Un blogueur ou une blogueuse est l'individu qui a l'habitude de bloguer : il écrit et publie les billets, sans entrer dans la composition de tous les commentaires qui y sont associés."

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Blog

      Supprimer
    11. Oui. www.lemonde.fr rentre dans la définition.

      Supprimer
    12. Mais non: vous ne pouvez pas, sur le monde.fr, suivre dans l'ordre chronologique inversé, les articles d'un (e) journaliste donné(e), sauf ceux des journalistes qui , tout en y écrivant des articles, y tiennent aussi un blog personnel - comme Françoise Fressoz...sans blogroll, changements de couleurs, etc.; et, là, ce sont bien des blogs.

      Supprimer
    13. Et ne discutons pas de ça, on s'en fout. Un type qui commence un blog devra aller chercher ses lecteurs un par un. Vous n'avez jamais eu ce problème. 90% de vos lecteurs viennent de Marianne. Quand les gens viennent chez moi, c'est pour voir ce que j'ai écrit. Mais ça ne change pas grand chose.

      Supprimer
    14. Votre dernier commentaire ne tient pas pour un blog collectif.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.