11 décembre 2013

Article 13 - bis

Je reviens rapidement sur « l’article 13 » que j’évoquais hier soir parce qu’il fait beaucoup de bruit, cet article. Tout d’abord, certains lecteurs ont pensé que je défendais cet article. Ce n’est pas le cas. Je ne l’ai pas lu. C’est un machin juridique absolument incompréhensible et, comme le signale Authueil, sans les décrets d’application, il ne veut pas dire grand-chose. L’ami Romain Blachier revient sur le sujet. Il est contre cet article et signale un papier montrant les vrais dangers de cette loi.

Je vais donc refaire mon billet d’hier.

Petit 1 : je voyais encore ce matin des twittos hurler contre les attaques à la vie privée. C’est doublement drôle. Petit 1.1 (je fais un billet structuré) : ces braves gens n’arrêtent pas d’étaler leur vie privée dans Twitter. Petit 1.2 (t’as vu ça, hein !) : ils s’imaginent vraiment que les pouvoirs publics ont quelque chose à cirer de leur vie privée ?

Le problème n’est pas là mais de ne pas savoir ce que pourraient faire les autorités…

Petit 2 : il faudrait interdire à l’Etat français ce que ce permet probablement l’Etat américain et des multinationales privées… Je dois même avouer que je suis plus ou moins surpris que ça ne soit pas déjà autorisé ou qu’ils ne le fassent pas déjà…

On manque un peu de retenu et de recul… J’en voyais un qui se foutait de ma gueule dans Twitter en moins de 140 caractères…

Les militants d’internet oublient souvent de remettre les pieds sur terre. L’ami Politeeks leur donne d’ailleurs un savoureux coup de pelle à un tout autre sujet : la loi est modifiée pour que les sources des journalistes soient protégées et pas celles des blogueurs. Depuis quand les blogueurs ont des sources secrètes ? De quel droit s’érigeraient-ils à un niveau supérieur de celui des autres citoyens.

J’aurais pu le préciser, d’ailleurs, dans mon billet d’hier midi à propos des blogs : je revendique le fait d’être un imbécile normal, certes bedonnant et tapant vite sur un clavier ! Un simple citoyen, comme on dit. Un peu militant. Je ne suis pas un journaliste, un chroniqueur, un éditorialiste mais un type comme les autres.

Il y a des spécialistes du numériques qui couinent et c’est leur job. Il n’empêche que je vais ajouter un « Petit 3 » : je n’ai pas été consulté et je connais probablement mieux les réseaux sociaux que les spécialistes autoproclamés.

Arrêtons donc de mettre la protection de la vie privée à toutes les sauces. Cette loi pose d’autres problèmes car elle ne cadre pas normalement l’utilisation des données et pourrait porter atteinte à l’économie du pays, notamment en faisant baisser la confiance des investisseurs.

D’ailleurs, le MEDEF gueule aussi. C’est peut-être parce que ça va rendre plus difficile de foutre du pognon dans des paradis fiscaux…

J’aime bien quand les gauchistes autoproclamés justicier de Twitter s’associent au MEDEF. Pourtant, pas un seul gauchiste ne gueulerait si la loi était faite pour ajouter « fraude fiscale » à « pédophilie » ou « terrorisme » à une liste de crime.

Etrange…

Dans l'attente, si on pouvait arrêter de prétendre que je soutiens cette loi...

20 commentaires:

  1. C'est ce que je pense aussi, et si les ultra-libéraux râlent, c'est que la loi n'est pas si mauvaise.

    RépondreSupprimer
  2. C'est ce que je pense aussi, et si les ultra-libéraux râlent c'est que cette loi n'est pas si mauvaise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est intellectuellement très fort. Savez-vous qu'ils sont aussi pour l'ouverture intégrale des frontières, comme vous ?

      Supprimer
    2. Le rapport ? Qui a dit qu'on était favorable à l'ouverture des frontières ?

      Supprimer
  3. Merde ! J'ai oublié de citer ton billet. Honte sur moi.

    RépondreSupprimer
  4. Je m'en contrefout, tout le monde connait ma vie privée qui n'a d'ailleurs aucun intérêt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne ne sait que tu vas au bistro.

      Supprimer
    2. ah bon, il va falloir que je le fasse savoir

      Supprimer
  5. Le problème n'est pas tellement qu'on soit fiché, ou que notre privée ne le soit pas tant que ça. Après tout, personne n'a d'intimité dans les petits villages où tout le monde s'espionne. Ce qui pique un peu, c'est le fait que tout cela soit fait sournoisement et avec notre blé.

    A part ça, il est où l'avion?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Z'avez pas vu ça: http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/television/78731/francois-hollande-a-nicolas-sarkozy-il-est-ou-l-avion-.html

      Je vous taquine...

      Supprimer
  6. Ceci dit je suis terrifié par les types qui disent 'touche pas à ma vie privée l'Etat' et qui applaudissent des deux mains quand c'est une entreprise privée qui joue avec la leur pour des intérêts particuliers...

    RépondreSupprimer
  7. Vous posez un peu mal le problème. Que je sache, on étale ce qu'on veut sur Twitter. Ça ne m'étonnerait pas que, mettons avant certaines échéances électorales, quelques infos arrivent de Mediapart sur telle ou telle face cachée de tel ou tel homme politique, comme par magie.

    RépondreSupprimer
  8. @Romain et Nico (dsl je ne pouvais pas repondre direct sous le msg): dans un cas c'est volontaire, parce que l'utilisateur y trouve son interet, recoit qqch en echange. La question est de savoir si la population beneficie reellement du fait de se faire espionner sur internet. Combien d'attentats, de crimes reellement empeches grace a ces systemes? Comment s'assurer que ce ne sera pas utilise par des politiques pour se maintenir au pouvoir, en grillant leurs adversaires en revelant leurs petites entorses aux bonnes moeurs ou autres casseroles? Imaginez un gouvernement un peu trop a droite qui utiliserait ca pour choper du clandestin? D'abord ils sont venus ficher les pedophiles, les nazis, les djihadistes. Puis les fraudeurs fiscaux. Ensuite? A partir de quelle etape vous sentirez-vous concernes et vous realiserez qu'il y avait un principe a defendre depuis 2001 (au moins, Patriot Act etc.) sans attendre Snowden, au lieu de glousser "je n'ai rien a cacher"? D'autres l'expliquent bien mieux que moi, de grace, allez voir la: http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2010/05/21/et-si-on-videosurveillait-les-chambres-a-coucher/ et sur Reflets.info.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ni Romain ni moi n'avons dit qu'on est pour cette loi. C'est juste l'argumentaire utilisé qui ne va pas, du moins celui avancé auprès du grand public.

      Qu'est-ce qui te fait penser qu'on n'est pas déjà espionnés ?

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.