11 décembre 2013

Le retour de Nicolas Sarkozy : à droite toute ?


C'est la une du nouveau numéro de Valeurs Actuelles qui m'amuse. Elle part du retour probable de Nicolas Sarkozy (j'ai lu quelque part qu'il a dit qu'il ne pouvait pas ne pas revenir). J'ai fait un billet, récemment, sur ce retour probable... Il s'est encore bien montré ces derniers jours.

C'est néanmoins le sous-titre qui me fait réagir. Un sondage exclusif confirmerait que la stratégie à adopter est "à droite doute".  

Ce magazine est donc entré à fond dans la campagne de 2017, bien avant les autres. Mais la presse disait qu'il retiendrait la ligne d'Henri Guaino (la droite sociale) et pas celle de Patrick Buisson (à droite toute). Ne me demandez la différence, hein ! Je ne suis pas de droite. VA veut-il influencer la stratégie de l'ex ou faire plaisir à son électorat ?

Ce magazine propose donc d'avoir la même stratégie que celle qui l'a fait perdre en 2012.  C'est bizarre. Ses propos de l'époque ont servi de repoussoir ce qui fait que la droite n'avait plus que deux arguments.

Petit 1 : ouh la la, la gauche va donner le droite de vote aux immigrés. 
Petit 2 : faisez pas les cons, Hollande n'a pas d'expérience, il n'a jamais été à un poste important, il est moi et en plus il a la cravate de travers (ou il se tient les cheveux, nouvelle variante). 

Une grande partie de l'élection de 2017 se fera sur les résultats économiques. La droite ne doit pas exclure que la stratégie de François Holllande pourrait fort bien réussir. Néanmoins, de bons résultats ne sont pas garants d'une élection. C'est Lionel Jospin qui me l'a dit. Par contre, si les résultats ne sont pas là, pépère est à peu près sûr de se faire jeter.

La stratégie de la "droite toute" doit donc être menée par Nicolas Sarkozy s'il ne veut vraiment pas remporter l'élection présidentielle s'il ne veut pas rentre me dans l'histoire en étant le seul président à avoir fait perdre deux fois son camp. Giscard doit espérer...

François Hollande aura de l'expérience. Sa capacité de décision pour les sujets internationaux est saluée par la presse étrangère et si l'économie de redresse, sa capacité de décision sera saluée par la presse française. Ben oui, quoi ! Une partie des décisions prise en matière d'économie aura été imposée à sa majorité réticente (je n'invente rien, ce paragraphe est directement inspiré d'un article que j'ai lu, dans les Échos, je crois). 

François Hollande aura réussi à se débarrasser des arguments de la droite contre "la gauche morale" et cette droite aura perdu une partie de ses arguments. Les seuls qui lui restaient. La gauche aura toujours ses deux arguments. 

Le premier : Nicolas Sarkozy a échoué. 
Le deuxième : Nicolas Sarkozy divise les Français. Mes trolls de droite peuvent toujours dire que c'est le contraire mais devrait se positionner en 2017. Le mariage pour tous sera loin derrière et il n'aura réussi qu'à remonter un ou deux millions (ou même 10) de Français contre les autres.

Si Nicolas Sarkozy va "à droite toute" il ne fera qu'accentuer cet argument et permettra à Marine Le Pen de se mettre en avant. Les Français se diront "on ne nous la fera pas deux fois". 

L'élection se gagne au centre. Si Nicolas Sarkozy chasse trop sur les terres de droite, il risque fort de rebuter les électeurs centristes et les libéraux... 

D'un autre côté, s'il chasse au centre, il pourrait très bien ne pas être au second tour...

À mon avis, on fait une erreur de croire qu'il a déjà pris décision. Il la prendra en 2016. Si la gauche échoue, il ira. Sinon, non. Parce qu'en plus, il risque de se ridiculiser lors d'une primaire si François Fillon remonte la pente. 

Quant aux sondages de Valeurs Actuelles, je suppose qu'il a été fait auprès de son lectorat. 

Note aux trolls de gauche : la dernière fois que j'ai donné des conseils à la droite, on me l'a repproché. Comme si mon blog avait une influence. 

Notes aux trolls de droite : arrêtez de vous baser sur votre intuition pour dire que je raconte n'importe quoi. L'élection se gagne réellement au centre. 

25 commentaires:

  1. Le thème central de Sarkozy en 2017 sera forcément la baisse des impôts (une fois élu, il augmentera la TVA, mais l'élection sera passée).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne pourra pas le faire si Hollande inverse les courbes.

      Supprimer
  2. Pour des raisons qu'on ne va pas chercehr à expliquer, le HuffPouff, commanditaire d'un sondage de popularité, titre sur le fait que Hollande remonte "en trompe l'oeil":
    http://www.huffingtonpost.fr/2013/12/11/popularite-hollande-remonte-ayrault-chute-tops-flops-decembre_n_4419508.html?utm_hp_ref=france

    RépondreSupprimer
  3. Ce patronyme plein de K de Y et de Z fait vendre beaucoup de papier. ça relève des chiffres de vente et de rendements publicitaires non de la politique.

    RépondreSupprimer
  4. Sarkozy devient un fantasme de droite.

    RépondreSupprimer
  5. "L'élection se gagne réellement au centre. "
    J'ai entendu Raffarin dire exactement la même chose la semaine dernière. Vous tournez Raffarin-fa. C'est triste.

    RépondreSupprimer
  6. Entendu ce matin à la radio, Sarkozy profite du Carla-Tour pour montrer aux cadors de l'UMP sa pseudo-popularité. Sauf qu'il ne leur fait plus peur, il a perdu tout seul en 2012.

    RépondreSupprimer
  7. Il n'a jamais décoléré, il a toujours eu envie du pouvoir, il fera tout pour le reprendre, y compris en étant sous-marin dans des mouvements de rue (ex. les fraises tagada, les bonnets rouges). Il se prend pour De Gaulle : il croit qu'en faisant monter la chienlit, on va l'appeler à bras ouverts.

    RépondreSupprimer
  8. Je trouve leur sous-titre étrange (mais j'en saurai plus en lisant l'article, je suppose, lorsque l'aimable factrice aura déposé le numéro dans ma boîte à lettres…) : en quoi un simple sondage pourrait-il constituer une explication, une clé ? Ce n'est pas parce que les sondés disent que Sarkozy doit foncer sur sa droite que c'est en effet la bonne tactique !

    De toute façon, on est encore en 2013 : il va se passer tant de choses durant les deux années qui viennent, que même Sarkozy ne doit pas encore savoir quelle angle d'attaque sera le meilleur. alors, leur sondage, hein…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. De l'eau va couler (pas dans mon verre).

      Supprimer
  9. Il ne faut pas oublier que ce qui attend Hollande, après la période de la hausse de la fiscalité, c'est celle de la baisse des dépenses publiques (pour atteindre les fameux 3 % du PIB de déficit en 2017): pas très "porteur", pour préparer une réélection...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'élection se joue au centre. Les centristes aiment bien les diminutions des déficits...

      Supprimer
    2. Je ne crois pas du tout à cette formule "l'élection se joue au centre": la gauche ne l'a emporté que lorsqu'elle a tenu un discours très "de gauche" ( Front Popu, Mitterrand en 1981, Jospin anti-plan Juppé en 1997, Hollande "ennemi de la finance" et "taxation à 75 %" en 2012), elle a toujours perdu lorsqu'elle a tenu un discours "centriste" ( Jospin en 2002 et son "mon programme qui n'est pas socialiste, l' Etat ne peut pas tout"; Royal inclassable en 2007, etc.)

      Supprimer
    3. L'œuf ou la poule ? Hollande a gagné en persuadant les centristes de voter pour lui en mettant en avant la réduction des déficits dans la dernière droite. En 2007, Sarkozy a gagné en mettant en avant une volonté de réformer plaisant aux apolitiques donc centristes. 2002 est ridicule. Vous êtes MRC, je vais vous épargner. En 1995, Chirac a gagné avec la fracture sociale.

      Bref, le seul contre exemple est peut être 81, Giscard faisant fuir la droite.

      Hollande a parfaitement joué le coup. Avec le Bourget, il a persuadé le monde qu'il était bien de gauche pour assurer le premier tour. Ensuite, il a joué le second. Sarkozy n'a fait que jouer le premier tant il avait peut de ne pas être qualifié.

      Supprimer
    4. Me voilà à peu près d'accord avec M. Arié, à c't'heure ! Je trouve un peu superficiel et vain de continuer à seriner cette antienne :« L'élection se gagne au centre », comme s'il s'agissait d'un invariant gravé dans le marbre et ne dépendant nullement des circonstances. Or, les circonstances sont tout. Et puis, en 2007, Sarkozy a bel et bien gagné en raflant les voix du FN. Et s'il est remonté et est passé pas loin de la victoire cinq ans plus tard, ce fut de nouveau en "droitisant" son discours.

      Supprimer
    5. Passé pas loin de la victoire lui fait une belle jambe. On parle de gagner.

      En 2007, ça lui a assuré un score historique au premier tour mais il avait un discours plus libéral que de "vraie droite". Et il a gagné au second, parce que la candidate de gauche était bip bip je rentre dans un tunnel ça va couper.

      Supprimer
  10. Parler du retour de sarkozy pour 2017 et ce depuis le soir même de sa défaite n'est que pure spéculation, c'est le café du commerce des médias, tout cela n'est pas raisonnable, 2017 une pause d'un an ou 2 sans parler du retour de Sarkozy ferait du bien à toute la France, l'opposition pourra se consacrer à préparer un programme pour 2017 au lieu de passer son temps à critiquer gratuitement parfois sans vrai raison tout et n'importe quoi.

    David75

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une pause de Sarkozy ferait surtout du bien à lui. Il est fou de s'exposer ainsi.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.