20 décembre 2013

Les centristes parisiens que la pollution de l'air effraie

« La pollution atteint à Paris et sans doute ailleurs, en raison de l'absence de vent et de la sécheresse de l'air, des seuils stratosphériques au regard de nos normes. » Voila toute la logique du centriste ! La météo (plus exactement le temps qu’il fait) est le responsable de la pollution, dormez tranquille braves gens, ce n’est pas du tout à cause des voitures qu’il y a de la pollution.

Un peu plus, l’Hérétique va ajouter : mais que fait la mairie de Paris, la région et le gouvernement, tous dirigés par les socialistes pour ne pas faire de vent sur la région Parisienne ?

L’Hérétique a répondu à mon billet d’hier à propos de l’environnement et de la pollution à Paris. Quelques jours avant, il avait fait un billet à propos de la limitation à 70 km/h sur le périphérique. Commençons par ce dernier. Je n’invente rien, vous pouvez vérifier.

« Le gain de décibels, l'association 40 millions d'automobilistes l'a fait estimer : de 80 à 70 km/h, le gain est très exactement d'un unique décibel. C'est à dire un gain que ne peut pas discerner l'oreille humaine. » Se baser sur les estimations d’une association d’automobilistes, c’est fort ! Des scientifiques et autres spécialistes sont à peu près tous d’accord sur l’intérêt de la mesure, mais l’auteur préfère se baser sur un groupe de défenseurs des voitures. C’est un peu comme si je me basais sur les publications des associations de brasseur pour lutter contre les taxes sur la bière.

« Quant à la pollution, c'est très simple : elle est importante quand il y a un fort trafic et quand c'est le cas, la vitesse moyenne varie entre 20 et 50 km/h sous l'effet de la congestion. » C’est peut-être vrai. Dans la vraie vie, les gens roulent à 80 km/h puis se retrouvent dans des bouchons près des grosses sorties, comme vers chez moi où il y a l’autoroute du sud… S’ils avaient roulé moins vite avant, ils auraient passé moins de temps dans les bouchons, moins pollué, fait moins de bruit… Les bouchons auraient été moins importants et ils auraient gagné du temps…

« Si vraiment la municipalité voulait améliorer la qualité de l'air et le niveau sonore à cet endroit, il faudrait faire ce que préconise Marielle de Sarnez dans son programme (et qu'a repris NKM) : couvrir le périphérique. » Je me demande si ces braves gens ont calculé le coût de la chose (le pognon serait d’ailleurs mieux placé dans les transports en commun).  Surtout, je me demande si l’Hérétique a souvent fait le tour du périphérique en voiture. S’il veut couvrir le périphérique au nord de Paris, je lui souhaite un bon courage. En outre, il faudra des aérations, la couverture sera efficace pour le bruit mais pas pour la pollution. C’est grotesque.

Je ne vais pas reprendre ses arguments suivants mais je l’invite à regarder qui a fait le plus pour favoriser les véhicules propres entre la droite et la gauche.

« Une large partie de ceux qui passent par le périphérique ne sont pas parisiens mais simplement venus de communes frontalières. Bien à l'abri derrière leur mur périphériques, ce mélange d'assistés et de privilégiés que sont les habitants de Paris, auto-satisfaits et comblés, n'ont que faire de leurs voisins des faubourgs. »

Tout d’abord, quand il me vient une envie pressante, je ne pisse pas sur le mur des voisins… Les Parisiens n’ont pas nécessairement à supporter une pollution qui n’est pas la leur. Cette opposition entre les Parisiens et les banlieusards est grotesque. Néanmoins, comme il accuse les socialistes, je vais lui rappeler qui a construit le périphérique qui fait ce mur…

« Ça, par contre, ce serait un avantage du Grand Paris : la boboïtude parisienne (élus compris) se prendrait enfin dans la face l'exaspération des gueux d'à côté, devenus citoyens de Paris au même titre qu'eux. » Je vais lui rappeler que c’est Bertrand Delanoë qui a lancé Paris Métropole pour permettre à Paris de travailler efficacement avec les communes voisines et c’est un gouvernement Socialiste qui vient de mettre en place (il me semble que cela a été voté hier) la Métropole de Paris dans la loi…

C’est bien de mouliner derrière un blog…

Je passe à l’autre texte, celui contre la situation alternée. Il est très drôle aussi.

« Pour ma part, ce qui me frappe, particulièrement à Paris, c'est que toutes les mesures prises (augmentation des amendes de stationnement, limitation de la vitesse à 70km/h) ou envisagées (Péage urbain), vont toujours dans le même sens : pénalisation et sanction de l'automobiliste. » Il faudrait lui donner des fleurs ou une prime parce qu’il encombre Paris et pollue ? Qui a envisagé le péage urbain ? Par contre, il a oublié le reste. Je cite le Monde : « Entre 2002 et 2012, la modernisation des moteurs et la baisse de la circulation de 25 %, grâce aux aménagements de la voirie, ont permis une diminution de 24 % des émissions de polluants, selon Airparif, l'organisme chargé de mesurer la pollution en Ile-de-France. » Par contre, l’augmentation du nombre de véhicule diésel a amené une forte hausse d’une autre pollution.

Ainsi, les braves gens travaillent sur de nouveaux dispositifs qui pourraient détecter les véhicules les plus polluants pour leur interdire la circulation, à la demande des maires, dans les zones urbaines lors de pics de pollution. Ca me parait intelligent, non ? D’y réfléchir, pas nécessairement de le mettre en place. Je dis ça parce que l’Hérétique parle de mesures envisagées mais il ne sait pas de quoi il s’agit. C’est pourtant facile. Vous prenez Google News. Vous tapez « périphérique » et la première dépêche donne toutes les informations.

Revenons au billet de l’Hérétique

« Je vois d'ailleurs bien, pour la circulation alternée, que Jegoun ne parvient pas à répliquer à l'objection que le Faucon adresse à la mesure gouvernementale : quid de ceux pour lesquels l'automobile est un indispensable moyen de locomotion ? » Je ne parlerai qu’en présence de mon avocat. Plus précisément, j’aurais à répondre à FalconHill le jour où une mesure empêchera une personne pour laquelle l’automobile est un indispensable moyen de locomotion de prendre sa voiture… Il n’empêche que j’y ai répondu. J’ai dit « tant pis » et je n’ai parlé que la région parisienne. J’ai surtout précisé que le jour où les mesures seront prises, les gens qui seront réellement emmerdé foutront sur la gueule des autres. Mon côté libéral : démerdez-vous !

« Jegoun invoque l'intérêt collectif, mais qu'est-ce que c'est que cet intérêt collectif qui néglige chaque intérêt individuel ? » L’Hérétique ne devrait pas s’arrêter à une phrase. L’intérêt individuel est de pouvoir respirer et circuler quand on a besoin, ce que je précise dans le billet. « L'intérêt collectif, c'est une somme d'intérêts individuels : c'est donc une facilité rhétorique, certes, mais surtout un sophisme fallacieux que de renvoyer l'intérêt individuel à l'égoïsme particulier. » Et c’est moi qui fais de la rhétorique ? Cela étant, si un sophisme peut ne pas être fallacieux…

L’hérétique évoque ensuite le plan proposé par Marielle de Sarnez qui vient de s’allier avec NKM pour améliorer l’air à Paris. C’est à pisser de rire. Une partie porte sur l’amélioration des transports en commun, ce que fait la gauche mais oublie le financement. Une petite partie porte sur le développement du vélo. La gauche a fait vélib. Marielle de Sarnez propose : « Création de deux grands axes 100 % vélo traversant Paris d’est en ouest (le long de la Seine par exemple) et du nord au sud. » Qui a libéré les voies sur berge pour permettre aux grands cris des centristes ? Où veut-elle faire passer cet axe nord sur ? Ensuite, elle veut améliorer les conditions de marche à pied. Par exemple, elle veut supprimer des places de stationnement dans les rues étroites. Et paf ! Quand c’est la gauche qui supprime des places, c’est mal, quand c’est la droite (ou le centre), c’est bien !

Dans la partie suivante, elle s’attaque aux voitures. Il faut des voitures propres. Tiens ! La gauche n’a pas mis assez de bornes de rechargement de voitures électriques. Elle oublie qu’elle les a toutes mises. Elle veut faire Scootlib, en plus de Vélib et Autolib. Bien ! Etendre les idées de la gauche.  Ensuite : « Lancer une étude comparative sur les systèmes de limitation de circulation des véhicules les plus émetteurs mis en place dans les villes européennes : politique du Grand Londres pour les véhicules les plus polluants, restriction d’accès pour les poids lourds dans certains axes centraux ou très touristiques à Rome et à Berlin durant des périodes de la journée… » Très bien ! C’est ce qu’a lancé le gouvernement (voir l’article du Monde que je citais, toujours en première position de Google News pour une recherche de « Périphérique »).

« L’auto-partage : partager les flottes d’entreprises ou d’administrations publiques (à titre exemplaire, celle de la Ville) auprès du voisinage résidentiel en dehors des heures d’activité. Cette expérimentation sera proposée à des entreprises volontaires. » Amusant ! Ca revient à faire circuler encore plus les véhicules existants. Après, on trouve un couplet sur le covoiturage, pourtant généralement qualifié de truc de bobos de gauche.

Après, elle s’occupe du transport de marchandises. « Création de plates-formes logistiques en approche de Paris. » Elle veut déplacer Rungis ? Virer les habitants des villes proches de Paris pour y mettre des entrepôts ? Au prix où est le foncier ?

Pour terminer (enfin, j’espère, mon billet est assez long et Olympe va gueuler), elle s’attaque à l’informatique. Elle veut mettre des bornes tactiles pour que les gens améliorent leurs déplacements, développer des applications smartphone,… Ne sait-elle pas qu’une bonne partie des Franciliens ont déjà des smartphones avec ces applications ?

En fait, ce n’était la fin. Mais je vous conseille de lire tout le document. Crise de rire assurée en constatant trois points :
-          le financement n’est pas évoqué malgré tout ce qu’elle veut faire, notamment pour les transports en commun,
-          une grande partie des mesures sont des trucs déjà faits ou engagés par la gauche,
-          ces mesures sont pour la plupart décriées par la droite et les centristes quand c’est la gauche qui les met en place.

Revenons au billet de l’Hérétique

(non sans avoir oublié de citer son passage sur les voitures propres vu que personne n’est opposé aux voitures propres…)

Il commence la conclusion de son billet en disant que ma conclusion de le satisfait pas mais qu’il est d’accord avec.

« Parce que, comme l'écrit si bien le Faucon,  pratiquement, on fait comment ? Quand on est un salarié moyen qui est obligé de prendre sa voiture non pas pour aller au musée, au théâtre ou au cinéma, mais pour aller simplement travailler ? Que nous n’avons pas forcément de transport en commun, ou de Vélib’ à disposition ? Que nous sommes simplement un français moyen qui travaille. A son compte ou en étant salarié. Avec des enfants à charge. »

Qu’on me dise qui, en région Parisienne, a réellement besoin d’utiliser une voiture au quotidien, à part pour rejoindre la gare et pour autre chose que le travail ? Je vais répondre : il y a quelques andouilles qui ont choisi d’habiter très loin de Paris comme au Plessis Hébert et qui bossent dans en banlieue : atteindre un train de banlieue ou un train régulier est très chiant quand il faut prendre ensuite un autre transport en commun. Mais c’est un choix…

Et il y a les salariés des entreprises qui ont fait le choix de s’implanter dans des coins sans transport en commun efficace. L’autre jour, j’étais à Vélizy, en réunion : une galère. Ca ne concerne pas une majorité de salariés, heureusement (mais une grande proportion dans mon secteur d’activité) et c’est une question d’aménagement du territoire. Et les problèmes d’aménagement du territoire sont majoritairement du fait de la droite. Qui a créé la Défense, par exemple, sans penser qu’il serait plus efficace de mettre des entreprises tout le long du RER, en banlieue…

« Je lui ajouterai autre chose : à Paris, les transports en commun, c'est souvent synonyme de doublement du temps de transport, de saleté, d'insécurité et d'irrégularité. » C’est presque un mensonge. A part certains trajets de banlieue à banlieue (et quand on reste dans la même banlieue, comme moi quand je vais de Bicêtre à Vélizy), les transports en commun sont toujours plus rapide, surtout s’ils sont ferrés ou en zone protégée. Les transports en commun sont beaucoup moins irréguliers que les trajets en voiture. Quant à l’insécurité, on pourrait en débattre… L’insécurité à laquelle il pense : la petite délinquance ? Il y aurait matière à discussion. Par contre, il restera toujours plus de morts et de blessés sur les routes que dans les transports en commun…

« Un Velib ne tient pas la route sur des distances longues (trop de temps aussi) et l'autolib coûte cher pour une utilisation régulière... » Pourquoi la chef de file de son parti à Paris veut les développer ?

L’Hérétique est sympa de donner l’occasion de rappeler une nouvelle fois l’insuffisance de la droite et du centre, son allié, pour tout ce qui touche ces sujets.


Mais comme pour lui c’est la météo qui est fautive…

12 commentaires:

  1. La réponse à l'Hérétique m'a fait pensé au film la zizanie, ou l'on voit De Funès créer des aspirateurs géants à fumée. Les centristes parisiens sont un peu des De Funès mais en moins drôles (quoique ...)
    Souvenir : Comment ça marche?

    RépondreSupprimer
  2. Je sais que c'est ton style habituel, Nicolas, mais quand on prend la peine de te répondre (ce que fait l'Hérétique), tu devrais peut-être éviter de troller, non ? Après, on vient se plaindre de ce que la blogosphère tourne en rond (au mieux) ou tombe en décrépitude.

    Enfin, je dis ça, mais je dis rien, surtout que je ne suis qu'un simple lecteur et rare commentateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca faisait au moins deux ans qu'il n'avait pas pris une charge.

      L'Hérétique ne me répond pas. Il rentre dans un délire personnel sur les voitures qu'il pourrait utiliser. Le vrai sujet est : a-t-on besoin d'une voiture à Paris ?

      L'autre sujet est : qu'ont les centristes et la droite à proposer pour Paris ? La réponse est rien si ce n'est de poursuivre les travaux de la gauche mais sans le dire. Ce n'est pas ma manière de faire de la politique, c'est de répondre point par point à l'adversaire quand il me cherche.

      Il ne me répond pas parce que je ne lui ai pas posé de question. Il se contente de me chercher.

      Supprimer
    2. La question de savoir si on a besoin d'une voiture à Paris ou non est un choix personnel. Ce n'est donc pas la question essentielle.
      La vraie question, c'est quels sont les impacts de son usage en ville, à comparer, évidemment, avec les avantages et les inconvénients des transports en commun.
      Il ne s'agit de toutes façons pas de les opposer (ils sont complémentaires) mais de ne pas s'aveugler sur les vertus des transports en commun (réputés à tort non polluants alors que l'air des stations des métro (non aériennes) est entre deux et quatre fois plus pollué en particules que l'air du périphérique. Le savais-tu ?

      Supprimer
    3. Je le sais. Entre guillemets. Tu l'affirmes dans tes billets. (Mais je l'avais déjà lu).

      Les impacts sont importants mais ne se limitent pas à la pollution. La vie des gens, la circulation pour ceux qui ont besoin de leur voiture,...

      Supprimer
  3. Ce n'est pas un choix d'habiter loin des transports vu les prix de l'immobilier. (Et ca ne changera jamais on pourrait construire 30 millions de logements dans le 77 l'immobilier sera toujours eleve dans paris). Et les gens changent de boulot, sont au chōmage, on ne peut pas demenager tous les 4 matins.
    Mais bon vu le nombre de parisiens qui prennent leur voiture pour travailler dans paris... Limiter la circulation arrangerait au final ceux qui ont vraiment besoin de leurs voitures. Si les boîtes arretaient de payer des places de parking à leurs cadres sup qui eux-mêmes arrêteraient de critiquer leurs employes qui stressent pour prendre leurs trains et qui accepteraient de travailler à st-denis ou neuilly-plaisance....(sans rire il y a eu le projet de deplacer le tribunal administratif de l'ile vers le 15 ieme ca a fait scandale quitter les beaux quartiers et se melanger à la populace du 15ième!).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir mon dernier billet : faire baisser le prix de l'immobilier est l'urgence.

      Plus sérieusement les gens peuvent prendre la voiture jusqu'au RER. C'est d'ailleurs ce qu'ils font.

      Supprimer
  4. C'est un fort bon billet que voilà, très argumenté et parlant, je connais un hérétique qui va s'immoler tout seul par le feu au gas-oil (syndrome Jean d'arc) à le lire.
    Je caricature sans doute (parce que j'y connais que couic), mais couvrir le périphérique ça l'apparenterait à une sorte de tunnel, non ? Quid de la respiration du francilien de base qui tous les jours roule au ralenti, là-dedans ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Tu as raison. D'ailleurs tous les tunnels sont ventilés. La végétation est très belle à la sortie.

      Supprimer
  5. Plusieurs remarqques :
    Pour le financement de la couverture du Périphérique, c'est assez simple : il ne faut pas en confier les travaux à la ville mais considérer que c'est un terrain à bâtir à vendre à des institutionnels. C'est en effet horriblement cher, de l''ordre de 4000 euros par mètres carrés, me semble-t-il, mais si tu considères ensuite le profit que l'on peut en tirer, je pense qu'on doit pouvoir trouver quelques candidats et même leur imposer un cahier des charges minimal (quelques espaces verts, des logements intermédiaires, par exemple).

    Plus généralement, en ce qui concerne le financement des programmes, c'est un sport national que de ne pas s'en soucier : Anne Hidalgo ne fait pas mieux que NKM ou Marielle de Sarnez sur le sujet. Le seul qui semble s'en être un peu soucié, c'est Christian Saint-Étienne (UDI).

    Pour le reste du programme de Marielle de Sarnez sur la pollution, je n'ai pas écrit que j'étais d'accord avec tout, loin de là, d'ailleurs. Il est en effet souvent proche des propositions d'Anne Hidalgo, c'est bien ce que je lui reproche d'ailleurs.

    L'étude que cite 40 millions d'automobilistes n'est pas de son fait mais d'un organisme indépendant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo !

      Le coup de l'organisme indépendant cité par un lobby.

      Bravo.

      Le coup de construire des machins privés au dessus du periph. Les conséquences de la coupure de la circulation pendant les travaux.

      Et le financement ne s'arrête pas là.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.