19 décembre 2013

Tout est politique, même la pollution !

Mon copain FalconHill revient sur les décrets qui vont être pris pour mettre en place une circulation alternée lors des pics de pollution. Les voitures dont le dernier chiffre de l'immatriculation est pair ne pourront rouler que les jours pairs comme vient d'ailleurs de l'être El Camino. Je charrie évidemment FalconHill dans les commentaires parce qu'il habite à la campagne. Nous avons discuté et il "m'accuse" de politiser le dossier. Il a bien raison.

Il y a un autre sujet proche dans l'actualité puisque le Boulevard Périphérique devrait être limité à 70.

Je politise, effectivement. À ma connaissance, ce sont des décrets qui vont être pris grâce à une loi votée par Corinne Lepage quand elle était ministre du temps où Alain Juppé était le chef du gouvernement. Finalement, seule la gauche a le courage de les pondre (non sans avoir été près de sept au gouvernement entre temps et sous la pression des autorités européennes mais en l’appliquant une fois, lors d’un pic de pollution à l’ozone).

Travaillant dans une tour à la Défense, il me suffit de regarder par la fenêtre par la fenêtre pour constater la pollution. Pour y venir, je prends le métro qui traverse la Seine sur le Pont de Neuilly. Voir les bouchons sur la route parallèle me confirme que la voiture est un problème. Et le soir, voir les voitures entassées sur la Nationale 7 vers Paris est souvent une source d'hilarité. Je me demande pourquoi ils ne prennent pas les transports en commun mais je suis sûr qu'ils ont tous une bonne raison.

Je le sais. Pendant plus de six mois, j'allais au boulot en voiture. J'avais de bonnes raisons. Jusqu'au jour où j'ai été obligé de prendre les transports en commun et que j’ai constaté que je gagnais une heure par jour...

FalconHill a raison : je politise. Il y a deux raisons à cela. La première est qu'il y a un réel problème avec la pollution (je ne vais pas m'y attarder) et avec l'aménagement du territoire. La deuxième est plus rigolote : la droite est responsable de cet état de fait par une politique inconséquente menée depuis 50 ans.

L'autre jour, j'ai fait un billet de blog pour l'inauguration de la ligne 7 du tramway. C'est quand même incroyable de penser qu'il a fallu cinquante ans pour avoir un moyen de transport collectif efficace et compréhensible entre Paris et Orly, avec son bassin d'activité, Rungis,...

En des années d'aménagement, la droite a construit des routes dans Paris en laissant tomber les transports en commun à un point qu'elle a été elle-même obligée de lancer un plan de grande ampleur de construction de lignes de métro en oubliant de le financer. Voter à droite parce qu’on est à droite est compréhensible mais il faudrait parfois voter avec la raison plutôt qu’avec le cœur.

Je politise parce que je suis fatigué d'entendre la droite critiquer des mesures de réduction de circulation sans même penser que ça ne sert à rien d'avoir un gros tuyau s'il y a qu'un petit robinet au bout. Les propos de ceux qui luttent contre les limitations sur le périphérique (les élus de droite font étrangement discrets...) sont délirants. Ils exigent de pouvoir rejoindre plus rapidement le bouchon suivant.

Je politise parce que le sujet est éminemment politique. Les gens favorables à la voiture en région parisienne le sont au nom de la liberté de chacun sans s'inquiéter de l'intérêt du collectif (des gens ont réellement besoin de voitures ne serait-ce que pour ramener des fûts de bière et la pollution est réellement un problème) et sans même penser à leur propre intérêt. Je ne plaisante pas : je suis de gauche, je vais faire le bonheur des gens malgré eux. Si ces crétins qui "montent" vers Paris, le soir, et restent coincés devant la Comète pendant des heures avaient laissé leur voiture au grand parking de Villejuif et pris le métro, ils auraient gagné plus d'une heure et mon quartier serait paisible. Les gens qui prennent leur voiture parce qu'ils ont des choses à transporter pourraient rouler normalement.

Le traitement de ce problème est digne des plus grands foutages de gueule des libéraux. On fait pondre des normes à Bruxelles puis on ne fait rien pour qu’elles soient respectées. Ensuite, on augmente les impôts de tout le monde pour payer les amendes à Bruxelles. Ubuesque.

Je politise parce qu'il est urgent de faire comprendre aux gens que la seule solution pour avoir moins de problèmes liés à la circulation est d'avoir moins de voitures à rouler. Tout le reste est du pipeau.

J'en reviens au copain FalconHill. Il me dit que la mesure n'est pas applicable. Si. Il suffit de mettre des policiers dans Paris pour vérifier les immatriculations et coller des amendes. Les gens arrêteront rapidement de faire des conneries et ceux qui ont besoin de leurs voitures (commerçants, artisans, autant de brave gens qui votent presque systématiquement à droite) pourront circuler normalement parce qu'il n'y aura plus de pics de pollution. Et s'ils me répondent qu'il n'y a pas assez de transports collectifs, je leur demanderais la cause...

Je parle de Paris. FalconHill habite le long du canal Rhodanien où les pics de pollution sont assez fréquents, aussi. Serait-ce le cas si le transport ferroviaire était assez développé ?

Je politise parce que mes copains blogueurs qui luttent tant contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au nom de l'environnement, sont les mêmes qui luttent contre la ligne de train Lyon-Turin, au nom de l'environnement. Je politise parce qu'ils politisent des machins par principe et pas par raison.

Ils vont gueuler parce qu'il n'y a pas de ligne grande vitesse entre Rennes et Nantes (c'est d'ailleurs rigolo de lutter contre un aéroport parce qu'il n’y a pas de ligne grande vitesse entre deux villes si rapprochées que tout le monde prend évidemment sa voiture pour faire le trajet) ET parce qu'on construit des équipements ferroviaires à l'autre bout du pays. Je politise parce qu'avec tous ces débats débiles, on fait reculer la cause de l'environnement.

Le seul moyen de réduire la circulation automobile est de réduire la circulation automobile.

Je politise parce que le débat ne devrait pas être politique mais qu'il l'est. Une opposition d'un côté entre un socialisme et un libéralisme et de l'autre entre un pragmatisme social-démocrate et de l'autre un gauchisme délirant qui ne raisonne que par opposition.

Je politise parce que FalconHill est de droite et moi de gauche mais que nous sommes peut-être les blogueurs les plus proches ! Tout les deux une même vision de ce que doit être l'Etat, au service de l'intérêt commun.

Mais je suis désolé, si la santé publique nécessite de baisser la vitesse de circulation sur le périph. et, certains jours, diviser la circulation par deux, il faut le faire.

De vieux philosophes de comptoir diraient que la liberté s'arrête où commence celle des autres. On est en plein dedans. La vraie liberté n'est pas celle de prendre sa voiture quand on veut.

Elle est de pouvoir respirer.

23 commentaires:

  1. "Les voitures dont le dernier chiffre de l'immatriculation est pair ne pourront rouler que les jours pairs"

    C'est SCAN-DA-LEUX: les années bissextiles, les voitures dont le dernier chiffre de l'immatriculation est impair pourront rouler un jour de plus (le 29 février, puis le 1er mars) que celles dont le dernier chiffre de l'immatriculation est pair !

    Je compte sur Mélenchon pour dénoncer cette nouvelle dérive du PS vers l'inégalitarisme; d'ailleurs, son programme comporte sûrement la suppression des années bissextiles, qu'il saura imposer "d'un coup de poing sur la table" au reste du monde, tout comme la démondialisation..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien un commentaire d'un type du MRC qui ne se rend même pas compte qu'il y a déjà plus de jours impairs que de jours pairs puisqu'il n'y a que quatre mois de trente jours.

      Supprimer
    2. Toute démonstration vaut davantage par sa beauté que par sa réalité.

      Supprimer
  2. Je suis en désaccord avec toi sur le fond et sur la forme. Mais content de t'avoir donné l'occasion d'un long billet.

    Et politise si tu veux. J'en pense ce que j'en pense. Et tu es chez toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu penses effectivement ce que tu veux.

      Supprimer
    2. Oups ! J'ai oublié de mettre un lien vers ton billet.

      Supprimer
  3. L'ami Falconhill t'a t'il dit qu'il habitait près de l'autoroute de's vacances, celle-là même qui est limitée à 110 km/h sur plus de 100 km dès que la circulation devenait trop importante. Avec pour résultat de mettre moins de temps à 110 qu'à 130 ?
    Il est vrai que si nous avons, comme près de chaque grosse zone urbaine, des pics de pollution, nous pouvons aussi remercier le Mistral qui a tendance à diminuer cette gène même s'il n'est pas toujours agréable.

    RépondreSupprimer
  4. excellent billet
    il faut aussi faire payer pour les pollutions nocturnes, 1500€ par passage
    Question: 70 c'est le nombre de mètres parcourus en une minute sur le périf' ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le nombre de minutes pour faire un kilomètre.

      Supprimer
    2. Holala, il faut légiférer pour réduire la longueur du kilometre ou augmenter le temps pour la minute.
      Bon Week end breton , sinon ?

      Supprimer
  5. Les égoismes s'autojustifient toujours sur le même mode : la victimisation. Je me suis accrochée pendant des années avec ma belle-soeur sur ce sujet ! Dans la même région, mon grand-père a toujours circulé à vélo, en "car" = le bus comme on dit aujourd'hui et en train. Les gens faisaient comme lui. Il avait un travail, il a été le 1er édile d'une grande ville et Président de la Chambre de Commerce du département en même tant qu'actif dans plusieurs associations (ancien combattant, patin-couffin).
    Falcon a partiellement raison en ce sens qu'on ne peut pas laisser la voiture du jour au lendemain, désormais dans ces régions : la SNCF s'est désengagée de toutes les petites lignes. Il faut les rétablir, c'est en cours.
    Les villes et villages regroupés en intercom et les départements, doivent réhabiliter routes et chemins vicinaux cyclables et les interdire aux voitures.
    Ces mêmes communes et départements doivent mettre en place des services de minibus comme le STIF commence à les mettre en place à Paris : ex. le minibus du "Petit Charonne" qui dessert (à toute pompe, tu mets deux minutes !) toutes les petites rues dans lesquelles un gros bus ne pourrait pas passer : c'est fou, c'est toujours plein.
    Les entreprises et les Comités d'entreprise collaborer en la mise en place de navettes reliant les points fixes de transport en commun et l'entreprise : ex. Bull Louvecienne va chercher ses salariés aux gares de Versailles le matin entre 7h et 9h30 et les y ramène entre 17h et 19h30.
    Quant au sacro-saint dépôt des BB chez la nourrice : il existe des carioles très confortables qui s'accrochent au vélo et s'en décrochent facilement : j'ai des amis qui ont trimballé leur gamin sur les routes américaines où ils ont fait avoir lui un périple à vélo de 2000 km.
    Mais voilà ... tu vois pas qu'il faille retirer ses petites fesses de son siège de bagnole et se mêler à la populace ! ... :DDD
    Le régime français d'importation du pétrole a néanmoins peu évoluer depuis 50 ans ... Indépendamment de la pollution, ça nous coûte les yeux de la tête l'essence nécessaire aux déplacements en véhicules particuliers !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui il a raison. Mais il faut accepter les solutions et avoir un programme ambitieux de qtransports en commun.

      Supprimer
    2. Je crois qu'un aspect de la question vous échappé, Apolline : c'est la populace qui a les fesses sur le siège de sa bagnole. Pour circuler à vélo comme vous le prônez, il faut avoir les moyens de le faire. Ce n'est le cas ni des précaires, ni des modestes, ni des moyens, et assez souvent pas non plus des aisés...

      Supprimer
  6. Ben moi je suis et reste un salaud. Je prends ma voiture pour me déplacer. Et ça ne risque pas de changer. Lorsque j'étais ado puis jeune adulte (comme on dit) le métro était propre et n'était pas encore le cloaque actuel.

    Payer 6 euros pour me cogner les roms qui font la manche ou tes poches, selon opportunité, les mendigots qui viennent nous gonfler avec leur parcours bidon qui ne change pas d'un iota année après année, les musicos pourris, les bandes de racailles, les connards qui écoutent la musique et en font profiter tout le monde, les connasses qui croient être seules lorsqu'elles causent dans le portable, non merci. Sans parler des rames taguées, etc.

    Bref, pour mes déplacements personnels je ne suis pas pressé. Donc je prends ma caisse, je cale un cd de Bach, je règle la clim et je mets le temps qu'il faut pour me rendre à ma destination, les embouteillages ne me dérangent pas. Arrivé, je ne tourne pas comme un con pour trouver une place, j'avise le parking souterrain le plus proche, c'est plus simple et au final moins cher puisque passée la 3ème heure le tarif est généralement dégressif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "les embouteillages ne me dérangent pas."

      Chacun ses plaisirs.

      Supprimer
    2. 6€ de mémoire c'est le prix de l'aller et retour.

      @ Elie Arié : Ça n'a rien à voir avec le plaisir. Mon boulot peut me conduire à rester 8 heures voire plus en statique. En 20 ans à ce régime j'ai appris à être patient, that's all. Ceci dit, passer le temps avec Bach et Haendel, c'est juste du plaisir. Sans compter que cela m'épargne le bruit et l'odeur. Car le RER c'est bruyant, et ça ne sent pas vraiment très bon, surtout lorsqu'on doit rentrer dans sa banlieue aux heures de sortie de bureau. Du coup, pour éviter tous ces désagréments, j'accepte volontiers le prix à payer.

      Supprimer
    3. Le ticket est à 1,70 par là. Honnêtement je ne sais pas, je suis abonné.

      Supprimer
    4. @ koltchak

      "Mon boulot peut me conduire à rester 8 heures voire plus en statique"

      Ça a l'air d'être un boulot passionnant et très prenant.

      Supprimer
    5. Je pense que sieur Koltchak évoquait le prix du billet de rer, qui est à mon avis dans ces eaux-là.
      Nicolas, vous avez vu la différence du ticket selon que vous le prenez à l'unité ou en carnet. A l'unité il est à 1,70 et 1,30 quand on le prend en carnet. Puis il y a aussi le tarif quand on prend le bus, qui est à 1,80 ou 1,90.
      J'ai tendance à prendre le carnet.

      Supprimer
  7. Beau et long billet. En effet la social démocratie aujourd'hui se définit d'abord par du pragmatisme, utile aussi pour lutter contre la pollution. C'est une évidence, l'utilisation de la voiture va se restreindre de plus en plus dans les centres urbains et périphéries importantes, au moins 500 000 hab. pour l'ensemble de l'agglomération.
    Au fait pour faire appliquer la règle pair impair il conviendra d'utiliser les portique de l'écotaxe. A long terme il faut engager une réflexion sur la décroissance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non ! Pas d'usine à gaz comme l'écotaxe.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.