09 décembre 2013

Un voyage en quatre ailes

Jusqu'à midi, la une de Google News était consacrée au voyage de Nicolas Sarkozy et François Hollande en Afrique du Sud. Ce sujet n'ayant absolument aucune importance, c'est normal de le trouver en une et il serait idiot que je ne revienne pas dessus.

D'ailleurs, c'est le cas copains blogueurs de renom. Bruno Roger-Petit en fait sa chronique du jour et j'y reviendrai, sa version me paraissant fort plausible. L'ami Guy Birenbaum, lui, se lamente sur le Huff. Je le comprends, mais j'aurais tendance à avoir une vision différente. Le fait que deux avions soient utilisés est anecdotique : c'est a priori presque toujours le cas, le Falcon servant de secours en cas de panne.

Que savons-nous ?

1. Jean-Marc Ayrault rentre en urgence de Chine pour mettre l'Airbus à disposition de François Hollande. Cet Airbus ne sera pas utilisé et les Chinois sont fâchés. C'est malin.

2. François Hollande a invité Nicolas Sarkozy ce qui est la moindre des choses, parait-il.

3. Nicolas Sarkozy a accepté ce qui est aussi la moindre des choses. Ça lui permettra de faire partie de la délégation officielle et d'être sur la photo.

4. Le plus grand flou a régné quelques heures mais, finalement, ce seront deux Falcon qui seront utilisés. Le motif officiel est trouvé : ses zincs ne disposent que d'une seule cabine officielle avec lit et douche. Le voyage est très long. Il faut qu'ils puissent se reposer. Les mauvaises langues ajoutent des pierres à ce motif officiel : les deux hommes ne peuvent pas se blairer et ils auraient du manger ensemble. Les Falcon sont trop petits...

L'hypothèse de BRP est que l'ego de Nicolas Sarkozy n'aurait pas supporté de ne pas voyager dans la cabine de son avion mais aurait du dormir sur un fauteuil. Je crois volontiers à un truc du genre. Les braves gens qui bossent dans les cabinets ont donc imaginé cette solution : les deux Falcon... D'ailleurs, on ne sait plus trop où est l'Airbus.

La presse prend un malin plaisir à évoquer des hypothèses. Globalement, les deux personnalités ne peuvent pas se blairer. On cherche a rappeler des petites phrases, des saynètes, comme le départ de Nicolas Sarkozy de l'Elysée, François Hollande ne le raccompagnant pas...

Je ne suis pas persuadé que la République sortira grandie de cette histoire. Les Américains ne prennent qu'un avion, ces grands enfants. Le rêve américain et tout ça.

On voyait des personnalités de droite rappeler que François Hollande avait fait toute sa campagne contre Nicolas Sarkozy. Certes, une partie des électeurs a voté pour le foutre dehors. Il empêche que François Hollande a fait deux ans de campagne et a aussi été élu sur un projet, les fameux 60 engagements. Le sortant n'avait aucun projet, aucun programme. Il a foutu la France dans une merde noire. L'UMP a tort de refaire l'histoire. Nicolas Sarkozy vient de faire une nouvelle connerie. Il a fait un nouveau caprice.

François Hollande n'en a rien à cirer : c'est le lui le président, il aurait eu sa cabine dans l'Airbus.

19 commentaires:

  1. Les sud-africains demandent une délégation réduite de 20 personnes maximum. Pour les deux Falcon, il se trouve que Pépère part en Amérique du Sud juste après, il fait donc le geste de faire ramener Nicolas Sarkozy en France pour ne pas le laisser en rade. C'est plutôt élégant. Donc il n'y a ni caprice ni faute, au vu de ce qu'on m'a dit.

    RépondreSupprimer
  2. Je me fous qu'on utilise deux avions. Je parle d'Histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ! Sarko ne rentrera pas dans l'histoire. Il a cassé la République. Il reste trois ans à Hollande.

      Supprimer
  3. C'est quand même bien des frais pour aller enterrer un nègre…

    (Et, pendant ce temps-là, on ne parle pas des "vrais problèmes", diraient vos amis d'extrême gauche.)

    RépondreSupprimer
  4. Pour moi, Fallait pas l'inviter, point.
    Encore un caprice que le contribuable va payer. Oui, caprice parce que Pépère avait prévu un co-avionnage en faisant revenir de Chine son avion présidentiel (et le pauvre JM Aurault).
    Fallait pas.

    RépondreSupprimer
  5. Ayrault a du renter pour que président et 1er ministre ne soient pas absents en même temps de France

    RépondreSupprimer
  6. Ayrault a dû renter pour que président et 1er ministre ne soient pas absents en même temps de France

    RépondreSupprimer
  7. "C'est quand même bien des frais pour aller enterrer un nègre…"

    Bah oui, le problème, c'est l'auteur de cette phrase....

    RépondreSupprimer
  8. Le monde a bien changé...Quand Giscard était Ministre des Finances, je me suis retrouvé à côté de lui, dans un vol Paris-Genève, en classe touriste...

    RépondreSupprimer
  9. Les motifs de sécurité, on ne te les dit pas à la télé, mais ils existent. En cas de crash, par attentat ou accident technique, il vaut mieux pas les bousiller tous les deux en même temps !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.