11 janvier 2014

Comique de répétition : M'Bala M'Bala

Alors que l’annulation du spectacle de Dieudonné à Orléans vient d’être confirmée, je suppose que, comme ces derniers jours, les réactionnaires vont encore gueuler. J’ai bien lu leurs argumentations et tout ça, notamment le fait que les avocats n’avaient pas pu participer à l’audience, ce qui est faux.

Mesdames, Messieurs, vous ne me remercierez jamais assez : j’ai lu pour vous l’ordonnance du Conseil d’Etat au sujet du spectacle à Nantes. Elle est disponible sur leur site web (pdf).

Je vais résumer les trois points qui me semblent essentiels.

Le quatrième : la liberté d’expression est essentielle mais les autorités administratives peuvent prendre des mesures si elles portent atteinte à des libertés fondamentales.

Le cinquième : le spectacle « contient des propos de caractère antisémite, qui incitent à la haine raciale, et font, en méconnaissance de la dignité de la personne humaine, l’apologie des discriminations, persécutions et exterminations perpétrées au cours de la Seconde Guerre mondiale » Dieudonné a fait l’objet de neuf condamnations pénales dont sept définitives pour des propos de même nature. Il y a donc des risques sérieux de troubles à l’ordre public.

Le sixième : les risques sont sérieux et on ne peut pas prendre en compte les allégations machins comme quoi Dieudonné ne dirait pas à nouveaux des conneries, il appartient aux autorités trucs d’empêcher que des infractions pénales soient commises.


Je ne sais pas si la tournée de Dieudonné est prévue pour durer longtemps mais elle va nous fatiguer les juristes et les blogueurs réactionnaires. Ca justifie le titre de ce billet (mais j'ai piqué à Didier Goux).

J'aime bien jouer les juristes en herbe face à d'autres juristes en herbe. Ceux qui traitaient Valls de mauvais juristes et qui juraient que le Conseil d'Etat allait confirmer l'annulation de l'annulation.

29 commentaires:

  1. Comment peut-on encore justifier la moindre incitation à la haine raciale puisque par la seule puissance du verbe républicain les races sont réputées ne pas exister ? Le mot a même été effacé de notre constitution à la manière des antiques pharaons qui effaçaient les noms honnis de tous les bâtiments où ils apparaissaient.

    Est-ce à dire que des spectacles et des livres sont censurés, des gens condamnés au nom d'une fiction ?

    Ceci dit, le juge des référés du CE, M. Bernard Stirn, qui a été saisi aurait mieux fait, s'il avait eu un peu de jugeotte, passer le dossier à un collègue. Grâce à lui les neuneus vont pouvoir aisément inférer qu'il s'agit d'une caballe conduite par les juifs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrêtez de déconner. La constitution n'a pas été modifiée. Juif n'est pas une race. L'incitation à la haine raciale recouvre différents aspects et vous le savez très bien. Quels livres sont interdits dans cette histoire ? Pourquoi mettre spectacles au pluriel (à part le fait que Dieudonné donne plusieurs spectacles) ? Pourquoi faire allusion au fait que Stirn est juif ? Vous en savez quoi ?

      Supprimer
  2. Jugement du tribunal de bobigny en novembre 2013, suite à une plainte de la licra qui a interdit la parution ou la censure de 5 livres réédités, dont un de Léon Bloy. Au passage on soulignera la bêtise crasse de la Licra et des juges (ont-ils seulement lu le livre ?) au sujet du bouquin de Bloy, ce dernier étant au contraire un plaidoyer théologique pour la réconciliation des catholiques avec les juifs, qui fut salué à sa parution en ces termes par Franz Kafka qui était loin d'être un goy : « Je connais, de Léon Bloy, un livre contre l’antisémitisme : Le Salut par les Juifs. Un chrétien y défend les Juifs comme on défend des parents pauvres. C’est très intéressant. Et puis, Bloy sait manier l’invective. Ce n’est pas banal. Il possède une flamme qui rappelle l’ardeur des prophètes. Que dis-je, il invective beaucoup mieux. Cela s’explique facilement, car sa flamme est alimentée par tout le fumier de l’époque moderne. » Par ailleurs, le journaliste Bernard Lazare, juif également, défenseur acharné de Dreyfus, et adversaire pugnace de Drumont, publia dans l'événement un article dans lequel il encensait le livre, titrant : "un philosémite". Doutant que la licra compte d'aussi éminents et lettrés personnages que Kafka et Lazare parmi ses membres, j'en suis réduit à croire que ce sont des incultes animés par des réflexes pavloviens, l'éditeur étant Soral. J'en suis également réduit à penser que soit les juges sont des analphabètes incapables de comprendre ce qu'ils lisent, soit qu'ils sont dociles et suivent le sens du vent.

    Quant à Bernard Stirn, arrière-petit neveu du Capitaine Dreyfus, je doute qu'il aille à confesse à St Nicolas du Chardonnet. Stirn par ailleurs est un patronyme ashkénaze comme Blumenthal ou Rosenberg. Si j'y fais allusion, c'est tout simplement qu'à un moment donné les zélés zélateurs de Dieudonné ne manqueront aps de relever le fait que c'est un juif qui a invalidé la décision du TA de Nantes. Dans le cas d'espèce qui nous intéresse c'est justement ce qu'il aurait fallu éviter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et avant que les zélateurs de Dieudonné ne le relèvent, vous le relevez vous-même de façon "préventive". Enfin, en tout cas, vos fiches sont à jour, c'est très bien !

      Supprimer
    2. Pour les livres, j'ai dit "dans cette histoire".

      Pour le reste (Stirn), c'est rigolo. On en parlait dans les groupes de discussion (pro Hollande...). Les reacs sont Partis la dessus sans même se rendre compte de leur propre antisémitisme.

      Supprimer
    3. Les commentaires se croisent.

      Emmanuel, vous avez raison. Cela étant, plutôt que de ficher les juifs il faudrait ficher les antisémites.

      Supprimer
    4. Je crois que vous ne réalisez pas que l'on peut tout à fait être philosémite, défendre Israël (tout en restant critique à son égard), et dans le même temps être attaché à une totale liberté d'expression. Je ne parle pas pour vous, mais dans le petit monde de la gauche dès lors qu'on soutient la liberté d'expression de type réputés penser mal, c'est qu'on est antisémite. Bien entendu personne ne perçoit le ridicule de cette position binaire.

      Si j'ai évoqué l'histoire des livres, c'est que l'interdiction des spectacles de Dieudonné procède exactement de la même logique.

      Le premier gaucho qui me parle des lumières, supposées s'être opposées contre le soi-disant arbitraire du pouvoir, je lui fout mon poing dans sa gueule de dégénéré. Juste histoire de lui apprendre la cohérence. On ne peut pas sans cesse se réclamer d'un système et agir à l'inverse. Soit c'est de la schizophrénie, soit une vaste fumisterie.

      Supprimer
    5. C'est une habitude très républicaine (Cf l'affaire des fiches).

      Supprimer
    6. Merci de dire que c'est pas moi et tout ça. Je ne fais jamais référence aux lumières et à qui que ce soit. Mes potes gauchistes sont parfois un peu cons et ne savent pas ce qu'ils lisent. Je le fous d'Israel à peu près autant que de la Franche Comté (j'espère que je ne vais pas avoir un procès pour stigmatisation d'une région).

      Est-ce que vous pouvez vous rendre compte que l'on puisse ne pas être partisan d'une totale liberté d'expression. Il y a la loi. Elle fixe ce qui peut être dit. Je ne suis pas pour toute la loi et j 'ai même critiqué les lois mémorielles.

      Mais je ne vois par pourquoi la liberté d'expression serait une sorte de droit absolu. Je mets la démocratie avant. Nous ne sommes pas dans un régime totalitaire. Il pourrait être renversé lors des prochaines élections.

      Par contre, il y a une moi et on doit la respecter ou la changer.

      Supprimer
    7. "Est-ce que vous pouvez vous rendre compte que l'on puisse ne pas être partisan d'une totale liberté d'expression."

      Oui, mais à ce moment on cesse d'utiliser des mots comme démocratie ou liberté. Or les élus socialistes ne cessent de rabâcher ces mots devenus vides de sens, justement à cause des lois qu'ils suscitent et votent. Il ne fallait pas que la république signe la convention européenne des droits de l'homme puisqu'elle fait exactement le contraire de la définition de la liberté d'expression par cette institution.

      Supprimer
    8. Continuez à invoquer le machin européen des droits de l'homme...

      La démocratie nécessite le respect les lois. Pas des libertés que chacun peut définir comme il veut.

      Supprimer
    9. Attendez, moi tous ces machins européens je m'en branle, justement parce que ce sont des juridictions supra-nationales qui nous dépouillent de notre souveraineté. Si on ne veut pas être tenu à quoi que ce soit, on n'adhère pas à ce genre de truc. Les couillons que vous soutenez font quand même partie des européistes les plus convaincus mais dans le même temps ils pissent sur ce qu'ils promeuvent. Ça s'appelle de l'incohérence. C'est surtout cela que je relève, outre le fait bien entendu que ces lois sont de vraies saloperies liberticides.

      Supprimer
    10. Mais je me fous de cette souveraineté ! Nous n'avons plus de souverain. Cessons cette discussion (je vous envoie un mail).

      Supprimer
  3. http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/05/16/l-assemblee-nationale-supprime-le-mot-race-de-la-legislation_3272514_823448.html

    Cela fait partie des engagements de pépère. Un premier pas a été fait, le mot race est supprimé de la législation française, on attend le prochain pas, constitutionnel. Si on supprime un mot, c'est que la chose n'existe pas. Non ? L'abbé de l'attaignant avait d'ailleurs fort bellement discouru sur le mot et sur la chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé ho ! C'est vous qui parlez de constitution.

      Supprimer
    2. Je savais qu'une connerie avait été votée, du coup j'ai cru que pépère avait rempli un de ses engagements. Mais s'il y a bien différence, l'intention reste la même.

      Supprimer
    3. Mais non ! Il lui fallait faire plaisir à l'électorat.

      Supprimer
    4. Je me demande si vous réalisez tout le cynisme de votre phrase. Et on s'étonne ensuite de la désaffection des électeurs pour les urnes...

      Supprimer
    5. Il n'y a aucun cynisme. C'est la base d'une partie des billets de mon blog : pour appliquer une politique, il faut être élu.

      Supprimer
    6. Frêche n'a rien dit d'autre : "pour être élu, il faut engraner les cons". En d'autres termes ça s'appelle du cynisme.

      Supprimer
  4. Sublime humour du titre : assurément votre meilleur, et de loin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eu la fois où j'avais fait Didier Goux et des douleurs ?

      (Ne me dites pas que vous avez oublié, je ne l'ai jamais faite. Par contre j'ai entendu "Jégou et des douleurs plus d'une fois")

      Supprimer
  5. Qui des 3 est le plus rigolo : M'bala, M'bala, ou Hollande ?
    Je vous laisse méditer, même si j'ai ma petite idée :-))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Médité comme tu veux mais à compte de mauvaises odeurs.

      Supprimer
    2. Ah, parce que tu penses que ça sens bon un président qui se tape une comédienne dans un appart qui appartient à un patrin du CAC 40 ?

      Supprimer
    3. Il l'aurait sautée dans un logement social tu aurais fait un scandale.

      Supprimer
    4. Et le Carlton de Lille, c'est pour les chiens ? :-D

      Supprimer
    5. Je rigolerai qu'un jour on apprenne que Ségo et Valoche y ont dormi.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.