28 janvier 2014

Inversons la courbe cette année, alors !

Certains la qualifiait d’objectif, l’autre de pari. Toujours est-il que c’est raté : l’inversion de la courbe du chômage n’était pas au rendez-vous en 2013. On a seulement une « diminution de l’augmentation » du chômage. Il faut positiver. Michel Sapin et François Hollande parlent de stabilisation. L’inversion est bien réelle pour les jeunes, depuis 8 mois, et même pour les moins de 50 ans mais reste préoccupante pour les plus de 50 ans.

Au premier trimestre, le nombre de chômeurs augmentait de 33000 par mois. Il augmente maintenant de 2500. Ce n’est pas génial mais c’est une amélioration. On se console comme on peut.

Que lit-on dans la presse ?

TF1 nous sort cette magnifique courbe. Je la recopie ici pour faire joli mais aussi parce que j’ai encore entendu des blogueurs de droite dire que la gauche ne peut plus faire le coup de l’héritage. Je ne vais pourtant pas me privé. Le seul a avoir réussi une inversion de la courbe est bien Nicolas Sarkozy… Le chômage galope en France parce que notre industrie est dans un piteux état et, sans la moindre vergogne, je vais dater cela de 2002. Attention ! Je ne fais pas « que » le coup de l’héritage. La droite pourra me répondre que c’est de la faute aux 35 heures. Je propose de remonter directement jusqu’à la dernière guerre et dire que c’est de la faute aux nazis, histoire de vérifier assez rapidement la loi de Godwin.

Je donne cette date parce que la rumeur a couru, ce matin, qu’un ancien conseiller de Gerhard Schröder allait entrer au service de François Hollande : « Peter Hartz, ancien membre du directoire du constructeur automobile Volkswagen, avait été chargé en 2002 par M. Schröder de présenter une série de réformes du marché du travail allemand. Son fameux « Agenda 2010 » avait profondément remanié l'Etat-providence allemand pour remettre au travail une Allemagne plombée par le chômage. »

Cela a été démenti, ce matin, mais des lascars de gauche, attention la vraie, hein !, on commencé à se foutre de la gueule de Sarkofrance et moi, ce matin, en disant que nous allions devoir ramer pour continuer à faire du blogage du gouvernement (même si Sarkofrance prend plus régulièrement ses distances que moi). L’industrie allemande est pourtant bien un exemple mais pas son marché du travail ! A quoi bon gagner un maximum de pognon si c’est pour battre des records de pauvreté.

Il se trouve que la gauche allemande a fait ses réformes de droite à un moment où la droite était au pouvoir chez nous et n’a rien fait. Du coup, la gauche française est emmerdée maintenant et la droite allemande gagne les élections.

2002 est décidément une date clé dans la politique (d’autant que c’est l’année où nous avons commencé à avoir des euros dans nos poches).

Au secours, la droite revient !

Je retiens quelques propos, ce matin. Jean-François Copé a demandé la démission de Michel Sapin. Ce dernier lui a répondu que c’est le degré zéro de la politique, ce en quoi il a raison. Cela montre surtout que l’UMP n’a strictement rien à proposer…

Tiens ! Une devinette. Qui a dit : « L'augmentation du chômage en décembre met donc fin à ce sketch grossier, rejoué tous les mois depuis un an, d'une hypothétique inversion de la courbe du chômage. Tant que la politique économique de la France restera la même, c'est à dire l'eurostérité couplée à un ultra-libéralisme débridé, ni la croissance ni le chômage ne s'amélioreront. » ?

Non ! Ce n’est pas Jean-Luc Mélenchon. C’est Marine Le Pen. Je le relançais un éternel débat, hier, sur le thème : comment faire baisser le Front National ? Tant que les militants de gauche n’auront pas compris que Marine Le Pen a changé son discours et même si le reste n’a pas changé, le dossier n’avancera pas. Ne vous voilez pas la face. Le Front National sera prochainement le premier parti politique de France : « des médias s'interrogeront sur cette "lepenisation des esprits". Le Front de gauche criera au complot médiatique, la gauche se demandera ce qu'elle a raté. La droite réfléchira à son avenir fusionné. »

Et ça ? « Il est indécent également de se féliciter du recul du chômage des jeunes, car cela veut dire que celui de toutes les autres catégories - en particulier de longue durée - progresse plus fortement que la moyenne. » C’est Robert Rochefort, du Modem… Les jeunes, vous savez pour qui ne pas voter…

Hervé Morin est interviewé par les Echos : « Je défends l’idée d’un vrai choc de compétitivité, autour d’une politique libérale qui dit aux Français : c’est par l’amélioration des conditions de production que l’on fera la meilleure des politiques sociales, c’est-à-dire le retour au plein-emploi ! » « D’abord, première mesure, il faut le passage à 39 heures payées 35 ! » « Enfin, redonnons plus de souplesse aux entreprises avec la mise en place d’un contrat de travail unique. Pour que les entreprises n’aient plus peur d’embaucher, il faut aussi qu’elles puissent licencier : faisons un contrat dans lequel les conditions de rupture soient connues au moment de l’embauche. »

Je note les propos de Monsieur Morin parce que c’est à peu près le seul à proposer quelque chose même s’il dit trois belles conneries. La première : on sait que le retour au plein-emploi n’est pas possible. La deuxième : le passage au 39 payées 35 est immoral, ridicule et inacceptable. Surtout, il créera un effet d’aubaine pour le patronat qui pourra produire autant pour moins cher avec 10% de salariés en moins. La troisième : une évolution importante du droit du travail a déjà été faite l’an dernier et le CDD ne disparaitra jamais : comment faire face à un congé maternité, par exemple ? Que fera-t-il de l’intérim, de l’autoentreprenariat,… ?

Un sondage est sorti hier à propos des Européennes. Des listes soutenues par l’UDI et le Modem arriveraient en quatrième position (derrière, dans l’ordre, le FN, l’UMP et le PS). Hervé Morin est en campagne. Le ton est donné : libéralisme. Le seul à oser est bien lui. François Fillon, par exemple, donnait une longue interview au Figaro, dimanche. Il ne dit rien, n’annonce rien, ne propose rien, à part une hausse de la TVA et une diminution de la progressivité de l’impôt sur le revenu. Les mêmes recettes appliquées par l’UMP depuis 2002…

Et au gouvernement ?

François Hollande a lancé son pacte de responsabilité. Quatre chantiers sont lancés :
-         la diminution des prélèvements sur les entreprises,
-         la fiscalité des entreprises avec les assises de la fiscalité des entreprises,
-         la simplification,
-         les contreparties nécessaires.

Les élections européennes approchent, donc. Les Français et les Allemands montrent qu’ils veulent continuer à travailler ensemble (l’actualité nationale est trop chaude pour que l’information soit en une de la presse mais il y avait un Conseil économique et financier franco-allemand ; l’amélioration des relations est nette).

Le travail doit continuer, chacun a ses sujets de prédilection (je compte beaucoup, par exemple, sur la réforme territoriale).

Et dans les blogs ?

Ils semblent étrangement muets. Le yakofaucon semble avoir disparu.

Mais au moins, on apprend que Philippe Katerine sortira bientôt un album.

15 commentaires:

  1. Billet clair, illustration ... comment dire ... phallique !
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Finalement la pire nouvelle reste le prochain disque de P. Katerine....

    Pour le reste, tout se passe exactement comme (j'avais) prévu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais prévu que tu serai toujours aussi prétentieux.

      Supprimer
    2. Et alors ? J'ai eu raison, vous avez eu tort, le reste n'est qu'interprétation.

      Supprimer
    3. Non. Tu n'es qu'un trou du cul qui ne fait que vociférer dans les blogs.

      Supprimer
    4. D'ailleurs je t'avais viré pour ça.

      Supprimer
  3. Tu es méchant envers Fillon car il a fait une annonce : sa femme Pénélope se présente dans leur fief de la Sarthe. Alors Môssieu le neumbérouane, si c'est pas du scoop.... !

    RépondreSupprimer
  4. Il serait temps de promettre l'inversion de la courbe pour le second septennat : pourquoi se lier les mains davantage ?

    En tout cas, le feuilleton devient cocasse. On en est, ce mois-ci, à "stabilisation" ; et on se demande quel pourra bien être le mot rigolo du mois prochain, lorsque le chômage continuera son petit bonhomme de chemin ascensionnel. Je suppose qu'on continuera de nous distraire avec le fameux chômage-des-jeunes-qui-baisse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aplatissement de la courbe ?

      Supprimer
    2. En attendant ce qui est cocasse c'est qu'il parle encore de septennat !!!
      vincent

      Supprimer
  5. merci pour la citation. c'est assez triste tout ça.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.