26 janvier 2014

La marche des moisis

C’est encore Valérie Trierweiler qui fait la une de l’actualité, aujourd’hui. La séparation du couple n’aura échappé à personne, occultant la grande messe de l’UMP d’hier et le défilé « Jour de Colère » d’aujourd’hui.

Dans son blog, Lady W recense les mots utilisés par « la gauche » pour qualifier la manifestation de cette après-midi : « Peste brune, racisme, homophobie, rétrogrades, populisme, ignominie, skinhead, violence, crâne rasé, Dieudonné, stigmatisation, intolérance, haine, fascisme, intégrisme, endoctrinement, néo-nazis. » Moi, j’aime bien le mot « ranci » qui qualifie quelque chose qui a mal vieilli.

Corto qui fait aussi un billet à propos de ce rassemblement de rancis dit : « Des promesses d'hollande, une seule avait véritablement attiré mon attention: Une France apaisée. Il y a des promesses que l'on n'a pas le droit de trahir. » Qui va manifester ? Qui a foin du tonnerre à propos du couple présidentiel ?

Lady Waterloo disait l’autre jour que cette histoire intéressait tout le monde. Je vais lui répondre : non, elle ne nous intéresse pas. Ou, plutôt, elle nous intéresse pour ce qu’elle est : une affaire privée qui concerne des gens que l’on connaît, pour qui on a une forme d’affection parce qu’on les a suivis pendant des années.

Sarkofrance fait un billet, ce matin, où presque tout tient dans le titre : Hollande, Trierweiler, une séparation pour sortir de l’horreur médiatique. Alors que l’on imaginait que nos deux personnages allaient pouvoir cohabiter, Madame Trierweiler faisant peinardement le job que les usages de la Cinquième ont confié à la compagne du chef de l’Etat, ce dernier a été obligé de prendre la seule décision qui s’imposait, mettre fin à ce couple, pour faire redescendre la pression des médias, cette folie qui s’est emparée de nos journalistes, des blogueurs réactionnaires, ce qui se sont découverts réac dans les deux dernières années, ceux qui forment la France rancie d’aujourd’hui.

Ils hurlent parce que la gauche détruirait leur famille mais ils n’ont pas hésité à se livrer à une surenchère qui a abouti à la séparation d’un couple. L’affaire était strictement privée et ne nous regardait pas. Ils en sont, aujourd’hui, à commenter la déclaration de François Hollande, comme si elle avait le moindre intérêt.

Mon confrère El Camino a fait un billet sur ce jour de colère, billet repris par Corto et commenté par quelques uns de ces nouveaux réacs, qui aimeraient démontrer à notre confrère qu’il est ridicule.

La question est de savoir qui est ridicule… J’ai bien une idée.

Ils seront là, ce soir, à faire des billets expliquant que la manifestation était une réussi, qu’ils étaient des  dizaines, des centaines de milliers et qu’ils représentaient le peuple, le vrai. Ca me rappelle quelque chose.


Manifestants, regardez bien avec qui vous manifestez…

19 commentaires:

  1. Pauvre Valérie ! infortuné François ! Qui se seraient évidemment réconciliés au son des violons si la méchante presse poubelle ne les avait pas contraints à se séparer ! Quel déchirement, mon Dieu, mais quel déchirement…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben ils auraient vécu comme Mitterrand...

      Supprimer
    2. Impossible : le mariage conférait à la vieille Mitterrand une légitimité incontestable qui lui permettait de s'accommoder de l'autre (plus ou moins, je suppose…). Trierweiler, elle, n'était qu'une maîtresse parmi d'autre, que l'on prend puis que l'on jette. À propos, elle attend quoi, la Belkacem, pour s'indigner de la muflerie présidentielle, qui autorise François H. à répudier sa concubine comme au bon vieux temps ?

      Supprimer
    3. Ah ! Vous vous y mettez aussi !

      Supprimer
    4. Qu'un homme de lettres puisse parler de répudiation qui pour sa gouverne il le sait mais il vaut mieux le redire était; en vertu de dispositions légales dans les; législations antique, de droit musulman ou " Coutumier "; en vient a épousait la prose d'un Eric Zemour toujours aussi fin dans ses analyses et confondant de bêtises dans la France du 21 eme siècle .

      Supprimer
  2. Dis moi qui tu côtoies, je te dirais qui tu es ou tu hais/ Les deux termes peuvent convenir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous hais ! Compris ?

      Avait dit l'autre.

      Supprimer
  3. Les médias "tous les médias" sont lamentables, ils ont en fait des tonnes pour pas grand chose. Les français au départ s'en foutaient complément.

    Le chômage, l'Europe, les municipales et bien d'autres sujets intéressent bien plus les français et ce sont les médias qui à force de tourner en boucle un fait divers ont fait croire le contraire. Mêmes les plus sérieux se sont sentis obligés d'en faire des tonnes de peur de se sentir largués.

    Nous vivons dans une époque de dingos ou les abrutis en tout genre tiennent le haut du pavé.

    David75

    RépondreSupprimer
  4. La manifestation d'aujourd'hui, c'est : "Tout le monde défile, tout le monde s'enfile", tant il s'agit d'une organisation bordélique où tous bords confondus sont déjà prêts à se mettre sur la gueule demain. Une cinquantaine de groupuscules prétendument réunis, alors que tout les oppose.
    Solanden

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me rappelle l'union de la gauche contre Sarko. PS, PCF, EELV, etc. ils se faisaient tous des langues sous la douche durant la campagne, c'était un concours de politesse pour savoir qui serait le premier à turluter l'autre. Ça n'a guère duré. La paille, la poutre, étoussa hein !

      Supprimer
  5. Résumé du billet en 2 mots: Couple ranci.
    J'ai bon??

    RépondreSupprimer
  6. Ranci, j'aime bien parce que ça fait penser à Drancy....mais jour de colique, hum , c'est fort et ça soulage. Merci à El camino et à toi .....

    RépondreSupprimer
  7. "ils n’ont pas hésité à se livrer à une surenchère qui a abouti à la séparation d’un couple."

    Autant je veux bien vous suivre sur le côté voyeur de cette affaire, autant là, je reste sur mes positions. Tout d'abord il ne s'agit pas d'un couple au sens classique du terme, plutôt d'un couple illégitime et qui est fondé sur la tromperie, puisque ce que Valoche vit actuellement, elle l'a fait vivre à Marie-Ségolène auparavant. Les jeux étaient faits dès le début, un tel "couple" ne pouvait guère durer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et non. Ils auraient pu vivre en bonne intelligence, elle s'occupant de conneries caritatives. La routine.

      Supprimer
  8. J'ai eu rugby cet après-midi, j'attends les premiers compte-rendu du jour de prout avec hâte.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.