18 janvier 2014

Le tweet de @valtrier et les journalistes politiques



Valérie Trierweiler est sortie de l'hôpital aujourd'hui, ce qui a été confirmé par son fils dans Twitter. Bembelly nous informe qu'elle a envoyé son premier tweet :  "Merci du fond du cœur à tous ceux qui ont envoyé des messages de soutien et de rétablissement via twitter, SMS ou courriels. Très touchée".

Pierre Alain estime que c'est une erreur de communication et il en fait un billet de blog (les différents liens sont ci-dessous). Je me demande bien pourquoi. 

Tout d'abord, au cas où elle me lise, je tiens à lui assurer que je suis de tout cœur avec elle, comme avec toutes les personnes concernées... personnellement par cette affaire. Certes, le président de la République peut difficilement avoir une vie privée. Mais, je suis très fatigué de toutes ces analyses à deux balles que j'ai pu lire en une semaine. Les journalistes politiques sont perdus et vont finir par perdre leur job, surtout. C'était un peu l'objet de mon billet de ce matin. Closer nous parlera de la réforme territoriale. 

Dans les blogs réactionnaires, pas tous, dieu soit loué (je dis ça pour leur faire plaisir, dieu peut bien être vendu, dieu peut être donné, surtout s'il ne vaut rien - je vous épargne "s'il ne vaurien"), on a pu lire un certains nombre de propos abjects que je me ferai un plaisir de ressortir quand de l'eau aura coulé sous les ponts. 

Que répondre à Pierre Alain ?

La communication politique est difficile et Twitter génère progressivement de nouveaux codes. Je me rappelle du jour où j'ai reçu un mail de Twitter : vous êtes suivi par @valtrier. Je suppose qu'un conseiller en communication lui avait dit : "t'as qu'à suivre ce gros con, c'est un blogueur zinfluent à la mort moi le nœud, il sera content."  

Ils sont rigolos ces gens. D'un autre côté, je suis followé par @fhollande. J'exige le vouvoiement dans les commentaires dorénavant. Ça me rappelle la fois où à la fermeture du bistro, je n'arrivais pas à finir les mots fléchés. J'avais pris le journal en photo et appelé à l'aide dans Twitter. @vnataf m'avait répondu et j'avais pu finir la grille. En regardant de plus près, j'avais découvert qu'il s'agissait de LA Valérie Nataf. Je ne sais pas ce qui lui a pris de me suivre. Les journalistes politiques sont perdus. 

Bref, quelques semaines après, je reçois un mail : @valtrier vous a unfollowé. Ça m'avait fait rigoler. Plus récemment, j'ai reçu un mail : @vnataf vous a un followé. Elles avaient cru suivre un important acteur de la vie politique dans Twitter, elles sont tombées sur une andouille qui raconte des conneries au comptoir. 

@valtrier devait-elle tweeter ce soir demande Pierre Alain ? Il ajoute presque : ses conseillers en communication sont-ils cons ? L'avantage du blogueur politique sur le journaliste politique est qu'il peut non seulement faire des analyses à deux balles mais aussi s'en vanter. Après tout, j'ai écrit plus sur la réforme territoriale que eux tous réunis. 

Ce qui me fait marrer, c'est qu'un tas de journalistes politiques vont analyser ce tweet. On devrait avoir un article en une sur le site du Figaro. 

Je vais leur expliquer : elle a reçu un tas de messages de soutien. Elle ne peut pas répondre à tous individuellement car il n'y a pas la wifi, car les asticot grattent, à la Lanterne, les fils téléphoniques. Elle a donc envoyé un tweet global avec son iPhone car elle ne voulait pas torpiller son forfait 3G (ou 4G, la question n'est pas là) ayant une semaine de lecture de blogs politiques en retard. 

Si on pouvait passer aux sujets suivants. J'en vois trois. 
1. La réforme territoriale,
2. Le fait que je sois unfollowé par toutes les Valérie,
3. Qui va m'aider à finir les mots fléchés ?

Les journalistes politiques sont invités à reprendre leur travail, dès demain, dimanche, et à nous expliquer exactement ce qu'a dit François Hollande à Tulle, aujourd'hui. 

Je remercie @valtrier pour des remerciements. Et j'invite toutes ces andouilles de journalistes à arrêter les conneries dans l'analyse de ses tweets. Ils ont déjà assez merdé. 

http://bembelly.wordpress.com/2014/01/18/elle-a-tweete-valtrier-agence-france-tweet/

http://pierrealain1970.blogspot.fr/2014/01/le-tweet-de-valerie-trierweiller-une.html


Envoyé de mon iPhone

30 commentaires:

  1. Je trouve son tweet sympa, enfin, je craignais le tweet LaRochelle.
    Jusqu'ici tout va mal, c'est tant mieux.,,

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui me gêne dans l' histoire, ce n'est pas qu'elle remercie ses soutiens mais pourquoi le rendre public surtout avec le précédent ( Falorni ) .Le mieux n'état-il pas de le faire discrètement. C'est une impression qui m'est venu comme ça. je suis d'accord avec toi, il y a des sujets plus sérieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben ça n'a rien à voir. Ce tweet est parfaitement neutre.

      Supprimer
    2. Il est neutre. Mais c'est le fait qu'elle utilise Twitter pour le faire.Bref affaire à suivre ou pas.

      Supprimer
  3. Je ne vois pas pourquoi ce tweet serait une erreur de communication. Elle est sortie de l'hôpital, et c'est tant mieux. Il ne faut pas tomber dans les travers de l'antisarkozysme où tout était prétexte à polémiquer...

    RépondreSupprimer
  4. Je sais que je vais passer pour un ermite ou un type qui revient de plusieurs années passées sur une île déserte, mais bon sang de bois, qui est cette Valérie Nataf qui serait connue si je vous lis correctement ?

    Quand au chef de l'Etat, même difficilement, il ne peut pas avoir une vie privée. Cela fait partie du job comme on dit aux stètses. C'est quand même paradoxal de passer tant d'années pour devenir un personnage public pour ensuite se plaindre de ce que les gens soient attentifs à votre vie. Cela prouve que les politiques, qui à quelques exceptions près ont emboîté le pas de Pépère en gâtouillant sur le droit à la vie privée, sont en décalage du peuple français qui malgré tout à conservé la conception française du pouvoir. Même Mitterrand l'avait compris, il y a une dimension sacrée de la personne du chef de l'Etat qui pour un temps, celui de son mandat, va mettre sa vie personnelle de côté pour se dévouer au service du pays. C'est d'ailleurs là que réside la grandeur de la fonction.

    Je ne suis pas naïf, je sais fort bien que la grande majorité de nos présidents ont cédé aux appels du tendre ou de la libido. Même le général est soupçonné d'avoir trompé tante Yvonne. Il y a quand même une différence, c'est que ces derniers avaient une stature de chef d'Etat, Sarko mis à part, qu'ils étaient habités par la gravité de la fonction ce qui leur valait le respect de la presse. Quand on se présente comme un type normal qui veut rester normal malgré son statut, il ne faut pas s'étonner de ce qu'il soit traité comme n'importe quel type qui trompe se femme et que se fait poisser par un privé, sauf que là ce n'est pas au tribunal que les clichés sont dévoilés.

    Dans le fond, même si je n'ai guère aimé Valoche pour des tas de raisons diverses, je ne peux m'empêcher de ressentir de la compassion pour ce qu'elle a vécu. Il est clair qu'elle devait savoir qu'il y avait un loup, mais entre savoir et voir l'affront étalé dans les pages d'un journal qui va être vendu à des centaines de milliers d'exemplaires, il y a une marge.

    Quand à sa comm', je m'en fiche, c'est un non événement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Nataf, cherchez dans Google. Je lis la suite de votre commentaire et je reviens. Vous me faites de ces tartines !

      Supprimer
    2. Lu. On est d'accord. Le problème n'est pas "eux". Holllande s'est fait baiser comme un adolescent boutonneux et basta.

      Le problème est que les journalistes politiques, les vrais, se sont fait déborder. Ils passent pour des cons.

      Supprimer
  5. Pour les mots fléchés tu me demandes. Pour Valérie Trierweiler, je ne désespère pas de lui faire la bise, elle a une maison dans mon coin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas plus que la bise, hein !

      Supprimer
    2. C'est une jolie femme, si elle pouvait m'inviter à boire un verre pour échanger nos compte Twitter...

      Supprimer
    3. Et elle ne va pas se reposer dans sa maison ?
      1. Le 4 août 1789, on a aboli les privilèges. 2.Je suis bien étonnée que Closer ait publié ses photos sans le consentement de leur consoeur.3. L'humiliation, nous l'avons vécue le 6 mai 2012 lorsque cette personne a exigé que NOTRE Président, l'embrasse sur la bouche lorsqu'il est apparu à la tribune.Puis il y a eu le tweet, le discours enflammé où elle se voyait Danielle Mitterand ... j'en passe. On ne peut faire mieux pour se rendre désagréable. Donc ce qu'on attend, c'est qu'elle s'éclipse discrètement.

      Supprimer
    4. On attend rien. Il font bien ce qu'ils veulent.

      Supprimer
    5. Chaque fois que'ils font ce qu'ils veulent aux frais du contribuable, c'est des voix de gagnées pour Marine Le Pen

      Supprimer
    6. Faut arrêter de dire ça pour tout !

      Supprimer
    7. Apolline tu étais à côté pour savoir qu'elle aurait exigé d'être embrassée ? Toujours scotchée de voir des femmes en juger d'autre sur la base de rumeurs, après on s'étonne que le droit des femmes n'avancent pas alors que des femmes sont leur plus grand ennemi....

      Supprimer
  6. Nouveau titre dès demain dans la presse:

    FRANÇOIS HOLLANDE FAIT-IL PEUR ?

    RépondreSupprimer
  7. Tenez, puisque vous nous incitez à reparler de la réforme territoriale (qui ne se fera évidemment pas), voici un article sur le sujet. Je ne suis pas spécialement d'accord avec ce qu'il préconise, mais bon.

    L'article en question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre lien n'est pas OK.

      Et le réforme se fera, pourquoi ne voudriez-vous pas ? La réforme ne consiste pas à diminuer le nombre de région mais à faciliter le travail des collectivités locales entre elles.

      Supprimer
    2. L'article :

      http://www.atlantico.fr/decryptage/seul-espoir-reussir-simplification-territoriale-est-couper-tete-barons-locaux-eric-verhaeghe-957890.html

      La réforme ne se fera pas parce que les élus n'en voudront pas et feront tout pour la torpiller : c'est à leur gagne-pain que l'on prétend toucher…

      Supprimer
    3. Article intéressant mais il contient trop de petites conneries.

      La réforme se fera parce qu'elle sera invisible pour les élus : rien ne sera supprimé, aucun poste ne disparaitre.

      Elle se fera parce que les trois dernières réformes sont passées (celle de Sarko, annulée partiellement par celle de Valls, puis celle de Taubira).

      Je reviens sur l'article. Le lascar dit "chacun sait que" à propos de plein de truc notamment qu'il y a trop de communes. Non, chacun ne sait pas que...

      A propos des petits hôpitaux, il semble ne pas voir que le secteur ne va pas mieux financièrement depuis qu'on les a fermés. Je me rappelle de la fermeture de la maternité à Loudéac, il fallait aller à une demi heure pour accoucher (à Pontivy qui fait 1,5 fois Loudéac), ce qui n'est pas grave. Mais ça empêche le père d'aller voir la mère tous les jours s'il doit s'occuper d'autres gosses. Peu importe, il n'a qu'à pas faire d'autres gosses.

      Du coup, on avait des maires qui se battaient pour garder les hôpitaux dans les deux communes puis des maires qui se sont battus pour construire un hôpital entre les deux communes, ce qui fait qu'avec la nouvelles 4 voies, on a un hôpital (et une maternité) à moins de 15 minutes, le tout pour un secteur de 60 à 70000 habitants, sur deux départements.

      C'est aussi ça, la réforme territoriale, permettre à des communes voisines de travailler plus facilement ensemble pour faire pression sur l'Etat, dans le sens des avantages des habitants (et ils sont réélus ensuite, ce sont des barons).

      Enfin, regardez bien l'actualité après avoir relu l'article : la suppression des départements est un truc de droite, réaffirmé par Copé, initié par Sarko (il a supprimé les conseils généraux). C'est bien Copé qui parle de gagner 10 milliards en supprimant 2000 élus départementaux ! Il est fou... (ça fait 5 millions par élu local !).

      Supprimer
    4. Si rien ne disparaît, rien supprimé, etc., à quoi bon réformer, si on ne touche pas à l'empilement absurde des compétences ? Si l'on conserve nos trente mille communes aberrantes ? Etc. Donc, en fait, nous sommes d'accord : aucune réforme signifiante ne se fera.

      « la suppression des départements est un truc de droite »

      D'une certaine droite, plutôt. Un Zemmour, par exemple, prône la suppression des régions, au prétexte que, d'après lui, elle conduiront (surtout si on réduit leur nombre et qu'elles prennent de l'importance) à un fédéralisme de fait.

      Il faudrait donc conserver les départements et stopper (voire inverser) la prétendue "décentralisation". Chose que le PS, parti de notables, ne pourra jamais envisager. L'UMP non plus, du reste.

      Supprimer
    5. C'est en procédant par petite touche qu'on avance. Il faut déjà bâtir le cadre permettant aux élus de s'organiser.

      Regardez à Lyon : l'UMP et le PS se sont accordés pour fusionner le déparetement et la communauté urbaine. Ça a été fait par la loi. Avec la prochaine réforme, les élus pourront faire dans le cadre de la loi mais sans modification de celle-ci.

      Et je suis fédéraliste. Comme beaucoup au PS. Et vous appelez ça des notables. C'est con. C'est rigolo, Mélenchon était sur Feance trois ce midi et disait la même chose que Zemmour.

      Mais pour les départements, seule l'UMP et une partie du PS (pas la mienne ni l'aile gauche) ne veut les supprimer.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.