07 janvier 2014

Le virage à 360 degrés

L’ami Marc Vasseur reprend son blog après plus de six mois de pause pour un billet où il nous dit à quel point les analystes politiques (les vrais ou les guignols comme nous autres, blogueurs ou twittos) le dépriment. « Dans le même temps, nos analystes patentés estiment que François Hollande a changé de cap lors de ses vœux présidentielles… je n’ose vous recommander la lecture de ces mêmes analystes lors de l’adoption de l’ANI ou du pacte compétitivité/emploi… ils nous expliquaient déjà la même chose. Comme nous sommes entre nous, je persiste à penser que le changement de cap s’est opéré bien plus tôt dans ce quinquennat. »

Je suis d’accord avec lui-même s’il a oublié de ce que ces andouilles disaient lors de la réforme des retraites, de l’augmentation de la TVA,… Par contre, il se trompe peut-être vers la fin de cet extrait : le changement de cap a eu lieu avant le quinquennat. En fait, il n’a jamais changé d’avis, je suppose. Je vous conseille de chercher sur Google le livre qu’il a sorti lors du lancement de la campagne des primaires « Le rêve français ». Tiens ! Je vous cite un extrait d’un discours qu’il a prononcé à Paris en janvier 2010 : « Le problème de l’économie française est donc double : les gains de productivité se font au détriment de l’emploi sans que les salaires y trouvent leur compte, les entreprises souffrent d’un défaut de compétitivité structurelle et les parts de marché se rétractent ; ainsi, le rang de la France dans la mondialisation recule. » Je suppose que Marc qui est, contrairement à moi, un vieux militant du PS, connaît la position politique de François Hollande, qu’il ne partage pas, contrairement à moi…

Il n’y a pas eu de changement de cap. François Hollande parlait déjà « d’un contrat de l’après-crise qui puisse porter à la fois sur la redistribution, l’éducation et la production. » Ce qui implique une sortie de la crise.

Certains ont entendu « mon ennemi c’est la finance », en janvier 2012. Moi aussi, j’étais dans la salle. On va donc laisser François Hollande se débrouiller avec son électorat et le sujet du billet n’est pas les loustics qui vont dire : « il n’est pas à gauche, nanère », d’autant que je vais apporter de l’eau à leur moulin, mais qu’on arrête de dire qu’il change de cap. On dira juste qu’il ne présente pas toujours très bien la boussole.

De l’eau à leur moulin ?

Un article du Monde vient de sortir : « L’UMP embarrassée par le virage de M. Hollande. » Allons bon ! Même l’UMP a cru à ce changement de cap. Notons par ailleurs que tous ces braves gens se trouvent pris par la critique de Marc…

Je le résume : après les vœux du président, contrairement à la coutume, les dirigeants de l’opposition ne se sont pas précipités dans les médias pour raconter des conneries. Ils sont coincés. Le « pacte de responsabilité » les emmerde. Jean-François Copé ne devrait s’exprimer que demain.

François Hollande s’est décidé à assumer « une politique sociale-démocrate, voire sociale-libérale ». C’est ce qui se dit dans les médias.

Note de service : entre ma première lecture de l’article du Monde et le moment où je trouve le temps d’écrire ce billet, l’article est passé en « réservé aux abonnés ». De mémoire, on y lit par la suite quelques ronchons comme Eric Woerth qui dit que le président n’a pas été clair et Jean-Pierre Raffarin qui se dit prêt à aider Hollande. Ou le contraire. On y lit même des propos de Valérie Pécresse. Tiens ! Je vais la mettre en photo pour illustrer ce billet, photo issue d’un article de Libération sur le même sujet.« Moi je dis effectivement: chiche à M. Hollande » dit-elle.

Tiens ! Bruno Le Maire dit : « Si demain François Hollande nous dit: chiche, les 36 milliards de cotisation famille, je les retire des charges qui pèsent sur les salaires et je les transfère sur une autre base et j’allège de 36 milliards d’euros les charges qui pèsent sur les salaires, là je dirais +formidable, on va dans la bonne direction ! » Vous pouvez relire les archives de ce blog, j’ai toujours dit que ce concerne la famille n’avait pas à peser sur le travail. Vous pourrez d’ailleurs m’expliquer en quoi maintenir le contraire est de gauche. D’ailleurs, la droite ne fait qu’accuser la gauche de vouloir dézinguer la politique familiale (d’autant qu’elle profite aux plus riches).

Nous allons laisser là toutes considérations sur la vraie droite, la fausse gauche, la vraie gauche et tout ça.

La vérité est simple : la droite n’a aucun projet. Ca dure depuis très longtemps. Elle n’a aucune proposition. Le problème n’est pas de savoir si la politique de Hollande est à gauche ou pas, mais de constater que la droite n’a rien à proposer. Elle a essayé le travailler plus pour gagner plus, la défiscalisation des heures supplémentaires, la croissance qu’on allait tirer avec les dents, l’allégement de l’ISF et des droits de succession avec les résultats que l’on connaît. Elle a fait une campagne sur la peur de l’immigré et a perdu.

Elle se retrouve en slip. François Hollande est le seul à faire des propositions, quelques mois avant des élections, cela tombe bien.

Du grain à moudre...

Edwy Plenel a fait un article dans Médiapart. Tiens ! Je change de sujet. C’est à propos de la circulaire Valls à propos du spectacle de Dieudonné. Le patron de Médiapart tient des propos très durs, les atteintes à la liberté d’expression et tout ça. Si vous lisez deux fois son texte, vous finissez par vous demander s’il ne veut pas expliquer que Valls (soutenu par Hollande) est un facho pire que Sarkozy. Rien que ça. Quand je l’ai lu, alerté par un copain, il m’a fait rigoler. Les propos sont à peu près les mêmes que ceux tenus dans les blogs réactionnaires.

Je n’ai pas fait de billet sur l’interdiction des spectacles, étant moi-même partagé. Toujours est-il que j’ai lu la circulaire. Manuel Valls demande aux préfets d’appliquer la loi. Ni plus ni moins... Edwy Plenel a trouvé une cible : Manuel Valls. Il préfère probablement lutter contre Valls, par principe, que contre un type qui est accusé de faire de la propagande antisémite. Edwy Plenel veut gagner de l’argent avec son spectacle et Dieudonné avec son journal. Ou vice versa.

Le liberté d’expression est un thème récurent, surtout sur le net, ou ses acteurs y sont très attachés (et je lis des tweets de copain à moi que j’imagine argumenter autour d’une bière). C’est normal. Il n’empêche. Si un type fait des spectacles où il tient des propos interdits, qu’on l’empêche de faire des spectacles. Depuis le temps que l’on parle de cette quenelle, elle va finir par ne plus être très fraiche…

Non, je n’ai pas changé de sujet, en fait. Je suis parfaitement d’accord avec une grande partie de la formulation du billet de Marc qui tient en trois points. Le premier : il est temps de tourner la page de ces sujets sociétaux. Le deuxième : la droite est nulle.

Marc n’insiste pas beaucoup sur l’état de la droite mais il le résume très bien : « Quant à la droite que dire de plus… quand on entend un Sarkozy espérant une branlée de son propre camp pour les prochaines échéances… le pauvre type par excellence qui veut se poser en sauveur de l’humanité. » Voilà l’état de la droite en France : l’UMP attend une baffe aux deux prochaines élections pour avoir un homme providentiel. Et l’homme providentiel arrivera peut-être mais la droite n’aura absolument aucun projet pour la France.

Le troisième : arrêtons de vociférer sur le faux virage de Hollande, choisi par des électeurs de gauche suite à une campagne pour une primaire.

14 commentaires:

  1. Réponses
    1. Des commentaires ?

      Il a dit : après la crise. Elle dure.

      Supprimer
    2. Astuce : toujours couiner "c'est la crise" rajouter les mots " chinois, roumains, hongrois" etc.. ensuite et faire taire toute demande.

      Supprimer
  2. Suis tellement d'accord avec toi que je dirais qu'un truc...mauvais choix de photo, elle est pas belle Pécresse. Sérieusement, moi je ne suis pas partage, Plenel me fatigue, il me fatiguait même quand il critiquait Sarko. Pour dire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien Madame Pecresse. Oui Plenel est pénible et toutes les andouilles de la vraie gauche le suivent.

      Supprimer
    2. À mon avis, elle doit être bonne sous l'homme…

      Supprimer
  3. MarcVasseur revient? Merde! (Oups, chiche!)

    RépondreSupprimer
  4. En fait Plenel a un objectif tactique: il veut bouffer l'aile droite de la sociale-démocratie: Valls, Mosco (qui s'aide lui-même à tomber d'ailleurs très souvent) etc... Si valls tombe un jour il attaquera Sapin, si Sapin tombe il attaquera un autre.

    Pour le virage on est d'accord, il n'y en pas.Par contre le "mon ennemi c'est la finance" si il est spectaculaire, n'est pas si peu respecté que cela: c'est en restituant à l'économie réelle son pouvoir par rapport à la speculation qu'on combat cette financiarisation. C'est fait même si pas assez: je pense qu'il y aurait un consensus national à mettre la pression sur des banques si frileuses qu'elles ralentissent, pour certaines, l'investissement. Régulièrement des gens très solvables (je te parlent pas des cas limites, que je comprend ne pas vouloir être pris en charge) que je vois passer se font refuser des montants pas très élevés pour des projets qui pourraient rapporter du boulot et de la richesses. On ne fait pas assez sur cela.Mais sinon pas de virage et bonne idée Marc de bloguer local.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plenel s'y prend très mal. On ne touche pas à une idole.

      Pour le reste : oui.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.