09 janvier 2014

Pacte de responsabilité : le plébiscite

Suite à l’annonce d’un pacte de responsabilité par François Hollande à l’occasion de ses vœux, les Echos ont commandé un sondage pour savoir ce que les Français en pensaient. Près de 70% pensent que ce machin est une bonne idée solution pour lutter contre le chômage, même si son contenu n’est pas encore connu (vive les sondages ! Surtout quand ils m'arrangent).

Quand on entendait le silence de la droite suite à cette annonce, on se doutait bien qu’il y avait un loup. Ce machin est apprécié… dès deux côtés. J’imagine que parmi les 30% opposés, il y en a une partie qui vient de la droite, opposée par principe à tout ce qui peut venir de la gauche.

Son « principe est majoritairement approuvé par toutes les catégories de la population et plus particulièrement chez celles concernées au premier chef par le chômage, tels les moins de 25 ans et les ouvriers (75%) ainsi que chez les chômeurs ayant déjà travaillé (81%). »

Surtout, c’est « d’autant plus appréciable pour le duo exécutif que le pacte est majoritairement agréé chez les sympathisants de droite (65%) et quasiment plébiscité par ceux de gauche (81%). »

75% des électeurs du Front de Gauche approuvent ce bazar.

« Et ce alors même que le parti de Jean-Luc Mélenchon y voit au contraire un moyen de «continuer d’arroser les puissants et de maltraiter le peuple». «Il y a un vrai décalage entre les discours tenus par les dirigeants du Front de gauche et de l’aile gauche du PS et la base électorale» »

C’est ce que je me tue à dire. Relisez mes billets…

Bonne nouvelle pour finir une écrasante journée de travail. Je peux aller la tête haute au bistro.

10 commentaires:

  1. Photo prise dans ton burlingue ?
    Quelle chance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui hein !

      Tiens je viens de lire ton billet. Je partage ton écœurement mais je n'ai pas voulu commenter en trois mots (je suis avec l'iPhone).

      Supprimer
  2. ce que les gens approuvent c'est le pacte , donc un accord, donc le respect de l'accord et du donnant-donnant. Ils ne savent pas qu'il n'y a plus assez d'inspecteurs du travail pour vérifier toute réclamation de salariés par exemple... le diable , les détails etc. Sinon truc très drôle, dans le sondage les seuls qui sont en mode "grrr" sont les ... patrons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. Mais si j'ai fait ce billet, c'est bien parce que je sens cette déconnexion entre la vrauche et le peuple. Ils pensent aux solutions mais pas au moyen de les mettre en œuvre.

      Supprimer
    2. oui, et moi j'ai des doutes sur l'efficacité connaissant le comportement poujadiste d'une partie du patronat. Mais si le reste du patronat , c'est à dire les patrons de PME/TPE qui font le job, savent ce que vivent les salariés .. JOUENT LE JEU. Ca peut globalement fonctionner, c'est une question de capacité d'entrainement, de répartition des gentils et des cons dans ce groupe social.Tout le problème est de traiter les effets de bord, donc les #fail et et les saloperies et de ne pas en avoir en masse. Si je met ça dans un billet on va me traiter d'odieux libéral je pense.

      Supprimer
    3. Ça peut fonctionner. Je ne suis pas spécialement optimiste. Mais l'important est de donner un élan.

      Supprimer
  3. un truc en plus que je viens de repondre à une gentille twiteuse : ça correspond a une forte attente de l’opinion : faire que les gens bossent ensemble, pas dans l’affrontement. Peut etre que je me trompe, mais l'"opinion n'est pas en mode combat (genre GDC) contre les vilains patrons, elle semble plus en mode "tous ensemble" que dans l'affrontement. On a pas assez de données enquêtes pour confirmer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Et autant pour la gueule des reacs qui disent que la France est plus divisée qu'avant.

      Supprimer
    2. Youpi voilà de quoi faire un billet

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.