09 janvier 2014

Satanée presse de gauche

À la recherche de nouvelles aventures à narrer ici, j'errais sur les blogs de droite et j'ai atterri chez Corto (je ne veux pas le stigmatiser, les bonnes résolutions de début d'année tiennent toujours) qui évoque le rachat du Nouvel Obs par une paire de trois milliardaires français déjà propriétaires du Monde et d'un tas d'autres bazars. Ouh la la, c'est mal ! La presse tombe aux mains de proches du pouvoir. La gauche contrôle les médias et tout ça.

Toujours la même rengaine tenue par la droite et par la gauche : la presse est aux mains de ceux d'en face. Bon. Je vais stigmatiser mais c'est pour répondre.
  • que le Nouvel Obs soit proche des socdems n'est pas nouveau, ça ne valait pas un billet,
  • la Presse Quotidienne Régionale, largement plus lue que la presse nationale, est dans les mains de groupes de droite,
  • les grand médias audiovisuels (sauf le service public) appartiennent à des proches de Nicolas Sarkozy voir à des sénateurs de droite dont l'immunité parlementaire n'arrive pas à être levée,
  • les chaînes d'information en continue dégueulent de propagande néolibérale,
  • une partie de la presse de gauche passe des journées à massacrer le gouvernement,
  • les hebdomadaires gagnent de l'argent avec le Hollande bashing (tout comme ils gagnaient du pognon avec le Sarko bashing auparavant).

Mon dieu ! Le Monde, Libération et le Nouvel Obs sont de gauche. La belle affaire.

Dans un des commentaires, Corto dit qu'heureusement il y a internet pour s'informer. Il y a deux ans il gueulait parce que les blogs étaient dominés par la gauche, probablement. Aujourd'hui, il s'informe sur les sites web du Figaro, du Point, Atlantico, Contrepoints, Fdesouche,... Autant de sources d'information particulièrement neutres...

Ah merde ! J'ai stigmatisé franchement. Au diable les résolutions. Notons bien que ce qui me dérange n'est pas qu'il raconte n'importe quoi dans son blog, on a tous une galerie à distraire, mais qu'il croit lui-même à ce qu'il raconte. Ça limite forcément le niveau de la réflexion.

Néanmoins, tentons d'en tirer une conclusion à défaut de tirer une soubrette, ce qui se fait aussi dans ces milieux de gauche caviar.

Par exemple, que des milliardaires investissent dans des médias de gauche devrait rassurer Corto. La presse ne marche jamais aussi bien que quand elle bascule dans l'opposition. Le rachat est prémonitoire. Ou alors, s'il y a des milliardaires de gauche, ça montre que la gauche n'est pas mauvaise pour les riches.

Ben oui, quoi ! La redistribution c'est aussi refiler du pognon aux pauvres pour qu'ils puissent le dépenser pour enrichir le patronat. C'est pour ça qu'une partie de la gauche défend "la demande" par rapport à "l'offre". Pour le bien des patrons et des marchés financiers. Ce sont les mêmes qui, après avoir gueulé contre Sarko parce qu'il dépensait trop, gueulent contre Hollande parce qu'il ne dépense pas assez pour permettre aux marchés financiers de s'enrichir en prêtant des sous à l'Etat. Qu'on se rassure, à droite, ils ont les mêmes. Ceux qui faisaient l'éloge de Sarko et de ses budgets dépensiers pour relancer l'économie sont les mêmes qui disent aujourd'hui que Hollande dépense trop.

Alors que la presse soit à gauche selon la droite ou à droite selon la gauche revient à peu près au même.

Tiens ! Sarkofrance dit ce matin que Hollande fait la même politique de triangulation que Sarkozy pour baiser l'opposition. J'aurais tendance à dire qu'en termes de triangle, François Hollande semble aller tout droit.

Revenons à notre quatuor de trois milliardaires, Niel, Berger et Pigasse.

Tiens ! Le premier ! C'était pas un gars qui était proche de Sarkozy avant Hadopi qui déplaisait à ses clients geeks ? L'argent n'a pas d'odeur. La politique non plus. Je n'aime pas la politique commerciale de ce gars. Il baisse tellement les prix que les revenus des entreprises baissent, obligeant celles-ci à réduire leurs charges. Et hop ! Pression sur l'emploi, augmentation du chômage et tout ça. Heureusement qu'on ne sert pas la bière par internet, ça serait la fin des bistros.

Je ne sais pas qui a décidé qu'il est proche de la gauche. Peu importe.

Son compère, Bergé est de gauche. Il finançait Ségolène Royal pendant sa campagne. On a vu le résultat : cinq ans de Sarkozy bien que l'élection était imperdable. Les gars, je plaisante !

On l'aime bien, Bergé. Il est assurément de gauche : pendant les débats sur le mariage pour tous, il se disait favorable à la GPA avec des termes odieux. L'exploitation du corps de la femme, le libéralisme dans toute sa splendeur.

On l'aime bien. Un peu comme un vieil oncle aigri qui ronchonnent dans les repas de famille. Il est dans les meubles, quoi. Un peu comme Didier Goux : il n'y a pas de bon blog de gauche qui ne soit pas trollé par lui.

Quant au troisième, Matthieu Pigasse (j’ai la mémoire courte), c’est aussi un dangereux gauchiste, intervenu dans la fusion de Suez et de GDF, le rachat d’AB Production par TF1, le rapprochement entre les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne. Il a organisé la vente de l’autre presse de gauche, Libération, à Rothschild. Un trotskyste ? Tiens ! Le Pigasse, il est proche de DSK et a conseillé Ségolène Royal en 2007.

Mais qui sont les patrons de presse ?

Édouard de Rothschild : « commanditaire et ami de Nicolas Sarkozy » selon Wikipedia. Mon dieu ! Je vais faire un article pour dénoncer la vente de « la presse de gauche » à la droite. Il n’y a plus que le Monde qui appartienne à la presse des milliardaires de gauche.

Arnaud Lagardère : « Depuis les années 2000, Nicolas Sarkozy le considère publiquement comme « un frère » » selon Wikipedia. Elle, Paris Match, Europe 1, Le Journal du Dimanche, Europe 1,…

Martin Bouygues : « Il est le témoin du second mariage de Nicolas Sarkozy ainsi que le parrain de son fils Louis. » Même source. TF1, LCI, Eurosport, NT1, TMC, Métronews, …

Fondation Bertelsmann : bien moins connu que les personnes ci-dessus mais propriétaire de RTL et de M6 (via RTL). Je vous laisse utiliser Google pour étudier à quoi œuvre cette fondation… (acteur des traités européens suite au non de 2005, militant pour une monnaie unique entre le dollars et l’euros, tout ça…).

Nicolas Bellet de Tavernost : à propos de M6. C’est le patron. Vous trouverez plus de renseignements dans la page « Familles subsistantes de la noblesse française ». Encore un gauchiste.

Rémy Pflimlin : PDG de France Télévision. Nommé par Nicolas Sarkozy suite à une réforme faite par Nicolas Sarkozy pour que le président de la République puisse nommer le patron de cette chaîne.

Jean-Luc Hees : « Nommé président de Radio France en mai 2009 par Nicolas Sarkozy. »

Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste : c’est le machin a qui appartient Ouest France, le premier quotidien français (mais aussi Presse Océan et le Presse de la Manche). Son président, Jacques Duquennes, a fait ses premières armes à la « Jeunesse Etudiante Chrétienne » puis a été secrétaire général de l’Association catholique de la jeunesse française. Intéressons-nous à François Régis Hutin, le vrai patron du journal. Un ancien séminariste, fils d’un député MRC. « Le 11 novembre 2010, il est fait commandeur dans l'Ordre national du Mérite2. Le président Nicolas Sarkozy lui remet ses insignes le 9 novembre 2011 à l'Élysée. Il dit honorer « un grand journaliste et un grand patron de presse », qui incarne « la vitalité de la presse et de la vie démocratique » dans notre pays ».

Édouard Coudurier : Directeur du Télégramme, un des premiers quotidiens français. « Cependant, comme tous les organes généralistes, il a évolué vers le pluralisme des opinions, bien qu'Hubert Coudurier [vice patron frère de l’autre] ait déconseillé de voter pour Ségolène Royal lors des élections présidentielles de 2007. »

Je n’ai rien trouvé sur le groupe Amaury, propriétaire du Parisien, mais on apprend sur Internet que Nicolas Sarkozy avait fait pression pour que le groupe soit racheté par Dassault pour éviter qu’il ne tombe entre de mauvaises mains avant l’élection présidentielle. Bien, l’indépendance de la presse…

Serge Dassault, que j’ai failli oublier. Heureux propriétaire du Figaro, organe officiel de la droite. Rien à démontrer.

François Pinault, ami de Jacques Chirac… auprès de qui il a favorisé la réinsertion de Sarkozy suite à « la traitrise » de 1995. Propriétaire du Point, qui ne cache pas son positionnement à droite.

D’ailleurs, il faudrait faire un point sur tous ces magazine, comme l’Express, appartenant à des financiers étrangers (si j’ai bien suivi) mais dont le taulier ne cache pas ses préférences libérales.

EBRA : groupe propriétaire des titres suivants : Le Progrès, L'Est Républicain, Le Dauphiné Libéré,… Propriété d’une banque (Le Crédit Mutuel), de la famille Lignac et de Philippe Hersant. « En 2003, Jacques Chirac a élevé Gérard Lignac [le patron] au grade d'officier dans l'Ordre de la Légion d'honneur. »

Philippe Hersant (que je viens de citer) : dernier fils de Robert Hersant. « Philippe Hersant fait partie des plus gros exilés fiscaux français en Suisse. » Patron du Groupe Hersant Média : France Antilles, en Guadeloupe et Martinique, France-Guyane, en Guyane, La Dépêche de Tahiti et Les Nouvelles de Tahiti, en Polynésie française, Journal de l'île de La Réunion, Les Nouvelles Calédoniennes… Je ne sais pas s’ils conservent quelque chose en France (voir ci-dessous Bernard Tapie). Toujours est-il que son père était bien un patron de presse de droite.

Bernard Tapie (propriétaire à 50% du groupe Hersant) : ça laisse rêveur de penser qu’il a été ministre de Mitterrand…

Jean-Michel Baylet : il fallait que je termine par lui. Un riche patron de presse de gauche… Le seul patron presse officiellement engagé en politique. A gauche. Juste un peu moins que François Hollande et Manuel Valls. C'est lui sur la photo d'illustration du billet.

Et que PERSONNE ne vienne ronchonner parce que j'ai oublié France Dimanche, ça appartient aussi à Lagardère.

15 commentaires:

  1. Le groupe Lagardère est aussi entré en 2001 dans le capital de...l'Humanité (et en fait toujours partie )

    RépondreSupprimer
  2. Je refuse avec la dernière énergie d'être assimilé à cette crapule gâteuse de Bergé ! Goering ou Himmler, déjà, ça me plaisait moyen, mais alors là c'est le pompon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est ce que vous avez contre ces deux lascars ? Trop à gauche ?

      Supprimer
  3. En plus, la simple idée que j'aurais pu enfiler Saint Laurent, même de son vivant, me fait froid dans le dos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais à lui, ça lui aurait fait chaud.

      Supprimer
    2. Et vous seriez patron du Monde, maintenant.

      Supprimer
  4. Je n'ai pas lu le billet de Corto mais s'il croit que la presse est vendue à la gauche, c'est qu'il devient de plus en plus idiot. Ah non j'ai oublié, il fait campagne pour Marine Le Pen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde oublié que les journaux - tous - sont des entreprises commerciales.

      Supprimer
  5. Je rappelle à toutes fins utiles que 70 à 75 % de mes estimés confrères se déclarent de gauche ou d'extrême gauche : ça doit quand même bien influer un peu sur le contenu des journaux où ils engraissent, non ? C'est particulièrement flagrant, d'ailleurs, sur toutes les questions dites "sociétales". Idem à la télévision et, pis encore, dans les radios d'État.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'allais répondre à El Camino. Néanmoins quand vous avez Régis Hutin comme patron de qui dépend votre carrière, vous mettez votre gauchisme dans votre poche.

      (Pareil pour un type qui aurait Demorand comme chef : il éviterait la propagande réac).

      Supprimer
    2. Elle fait parti du groupe Lagardère. Pourtant, sous la direction de Valérie Toranian, c'est devenu un manuel du parfait petit gauchiste de salon, cassant du réac à longueur de colonnes, s'engageant à fond derrière la Taubira, encensant le mariage guignol, etc. Donc, les patrons, hein…

      Supprimer
    3. Si le patron a décidé de gagner de l'oseille.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.