04 février 2014

Ces sujets sociétaux...

Il y avait un grand débat, dans les réseaux sociaux, hier, à gauche. La gauche doit-elle freiner sur les sujets sociétaux et se consacrer au reste : l’économique et le social ? L’ami Sarkofrance revient sur le sujet, ce matin, et il a parfaitement raison : ceux qui, à gauche de la gauche, disent que le PS en fait trop sur ces sujets pour masquer le reste, sont les premier à gueuler quand le gouvernement fait marche arrière, comme hier.

Commençons par une anecdote. Hier, au bureau, on avait une réunion d’information sur notre formation professionnelle. On nous a dit qu’on pouvait choisir une formation technique, une formation plus générale (management, gestion de projet,…) ou une formation sociétale. J’ai évidemment tiqué en entendant l’expression et on nous a rapidement expliqué de quoi il retournait. On y trouvera ainsi des formations telles que « le développement durable en entreprise ». Ceci n’a aucun intérêt mais une collègue a posé la question : ça veut dire quoi, « sociétale » ? Elle n’avait jamais entendu le mot. A vrai dire, je dois reconnaître que je me demande si on utilise pas un peu trop ce terme dans nos milieux bas du genou de blogueurs politiques…

Le Larousse définit l’adjectif sociétal ainsi : « Qui se rapporte aux divers aspects de la vie sociale des individus, en ce qu'ils constituent une société organisée. » Nous voila bien rassurés.

Je dois reconnaître que ces sujets sociétaux ne m’intéressent pas spécialement, pris un par un. Ils m’intéressent quand ils font la une de l’actualité et quand ils sont des promesses de campagne mais je considère que c’est souvent une connerie quand ils sont mis en avant. C’est une connerie pour plusieurs raisons.

La première : ils servent de prétexte à l’opposition (de droite comme de gauche) pour dire que c’est un cache misère…

La deuxième : c’est un cache misère. A force de mettre ces sujets sociétaux en avant, on en oublie des sujets qui devraient nous sembler plus importants.

Ce cache misère est aussi utilisé par l’opposition. Je vais prendre un exemple tordu. Vous vous rappelez de la catastrophe de Brétigny. Les réactionnaires ont fait un scandale parce qu’il y aurait eu des émeutes. Admettons qu’elles aient existé. On ne peut en tirer aucune conclusion. Un type de la droite de la droite en dira qu’il faut moins d’immigration mais ça n’empêche pas qu’on a un tas de cons entassés dans des cités fumeuses. Comme on ne peut pas faire grand-chose, autant traiter un sujet qui me parait important : la SNCF a-t-elle les moyens d’entretenir ses lignes pour éviter que ce genre de catastrophe, l’accident de train, ne puisse se reproduire ? J’avais dit que j’allais prendre un exemple tordu mais je n’avais pas envie de parler de PMA. La sortie de la crise, la fin du chômage,… et donc le pacte machin de pépère me semblent plus important que la possibilité pour les homosexuelles d’avoir des enfants. Ce qui ne veut pas dire que c’est important.

La troisième : cela perturbe l’électeur qui a l’impression qu’on ne s’occupe plus de lui. Par exemple, les parlementaires socialistes ont fait un pataquès, hier, à propos de la PMA. Ils ont dénoncé le fait qu’elle ne soit pas dans le projet et que le gouvernement s’oppose à l’y intégrer. L’électeur moyen (ce qui n’est pas une critique, c’est par opposition à « militant ») va penser, je cite de mémoire : « mais qu’est-ce qu’ils nous font chier avec ces conneries, ils n’ont rien de plus important à faire ? ».

Dans ce billet, j’utilise beaucoup les mots « importants » et « conneries ». C’est une question d’appréciation. Je discute beaucoup avec des blogueurs réactionnaires et on n’utilisera pas le même de ces mots pour qualifier chacun des sujets. Sauf autour d’un verre, on finira toujours par dire : « de toute manière, on n’y peut rien. » D’ailleurs, souvent, on y peut rien. Que cela soit le déficit de l’Etat, la crise économique, l’entassement des andouilles dans des cités, les problèmes existent et viennent de mauvaises politiques menées pendant des décennies, des siècles,… Les modifications ou corrections ne peuvent plus se faire que petit pas par petit pas.

On dit qualifie souvent les réactionnaires par la locution « c’était mieux avant. » Ils ont raison, c’était mieux avant. C’était mieux quand il y avait le plein emploi, qu’on n’avait pas de problème de pollution, de ressources, … Qui n’est pas réactionnaire ?

Toujours est-il que même si les sujets ne sont pas importants, la gauche doit faire évoluer la société vers ce qu’elle appelle le progrès. Oui ! Nous sommes les progressistes, par opposition aux réactionnaires. Elle doit la faire évoluer pour tout un tas de raison dont celle qu’on n’est pas à l’abri d’un recul. Voyez ce qui se passe en Espagne !

Nous sommes là en train de gueuler après la droite espagnole, néanmoins légitimement élue, alors que l’IVG n’a pas quarante ans en France et qu’on ne pensait qu’un tel pays, un voisin, pourrait prendre une telle décision.

En 2013, la gauche a fait le mariage pour tous, une quinzaine d’années après le PACS. La PMA pourra bien attendre un peu. Elle se fera. Mais elle ne pourra se faire que si la droite réactionnaire ne revient pas au pouvoir.

Arrêtons d’effrayer les braves gens avec des sujets qui nous sont potentiellement chers mais dont on sait qu’ils font peur.


10 commentaires:

  1. En même temps c'est absurde de penser que même une enorme reforme sur le travail influerait sur le chōmage sur un mois dans un pays de 65 millions d'habitants. Donc parler de chōmage constamment ne reglera jamais le probleme par contre ce qui est sur c'est que ca fait de la prophetie autorealisatrice, cela nourrit la morosite qui influe sur les embauches et l'investissement qui augmente le chōmage...,il est certain que les 10% les plus pauvres voient vraiment leurs conditions de vie se dégrader mais entendre les autres geindre qu'ils ont perdu 10 euros de pouvoir d'achat c'est juste indecent. C'est le paradoxe francais, ce sont les plus proteges qui ont le plus peur.

    RépondreSupprimer
  2. Mais ce qui se passe en Espagne n'est pas du tout un recul, même si le projet méritait un tout petit peu plus de nuance. Ils me font bien marrer tous ces progressistes avec leurs sacro-saints "droits à". Où seraient-ils tous ces connards si le tout premier droit dont tous les autres procèdent n'avait pas été respecté : le droit à la vie, qui fait partie des droits naturels sur laquelle cette république est soi-disant fondée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le droit à la vie ? Vous etes pour la peine de mort, je suppose.

      Supprimer
    2. Justement non, même si j'avoue parfois que dans certains cas. En revanche, je suis pour la fermeté de la justice et l'exemplarité des peines, effectuées jusqu'au dernier jour.

      Supprimer
    3. Même pas un p'tit tour de garrot ?

      Supprimer
  3. « l’entassement des andouilles dans des cités, »

    Je rappelle que l'andouille est une délicieuse charcuterie à base de porc ; il n'est donc peut-être pas très judicieux de l'entreposer dans les cités…

    RépondreSupprimer
  4. Ce n'est plus pour moi mais le recul des droits des femmes me soucie énormément, pour nos filles et petites-filles. Pour préciser, je n'ai pas à être pour ou contre l'avortement, mais je suis à fond pour que chacun(e) puisse choisir en conscience, pareil pour les autres changements sociétaux puisque l'évolution de la recherche les a rendus possibles.

    RépondreSupprimer
  5. ce qui m'amuse c'est quand la droite parle que de sociétal et reproche à la gauche d'en parler au motif que ce serait une diversion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui n'est pas mon cas. Je défends une vision naturelle et par là humaine de la société. Après,les borborygmes du marigot politicien m'indiffèrent

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.