01 février 2014

Et le con devint mort

A lire quelques textes à propos de Cavanna, ce matin, je me rends compte qu’il ne représentait pas la même chose pour chaque individu et j'ai envie d'en remettre une couche, ce matin. Pour moi, Cavanna est l’écrivain drôle des Fosses Caroline ou de la Grande encyclopédie bête et méchante (que j’ai confondue avec son libre Bête et méchant d’hier). C'est à lui que je pensais hier.

Pour d’autres, c’était cet auteur avec un style très personnel qui racontait sa vie dans la série Le Rital, que j’avais lu en espérant retrouver « mon » Cavanna, celui des Ecritures, de Et le singe devint con, Et le con se surpasse, le saviez-vous ?, l’Aurore de l’humanité,…

Pour d’autres, c’était l’acolyte du professeur Choron, le fondateur de Charlie Hebdo, d’Harakiri,…

Enfin, c’était aussi un infatigable donneur de leçons inutiles. Je me rappelle d’un chapitre de son libre, Mignonne, allons voir si la rose, où il s’attaquait au point virgule. C’était grotesque. Je m’étais juré de ne plus le lire, j’avais commencé à le détester,… jusqu’à ce qu’un congé maladie me cloue au lit chez ma mère, en 96, l’année de mes 30 ans, je m’étais mis à relire, ses livres entassés dans ma chambre d’enfant.

Je l’ai vénéré tout en voyant en lui ses différentes personnalités, cet auteur drôle, d’un côté et les autres, de l’autre.

Quand mon blog bistro était au top, que je racontais plein d’histoire sur les copains de Bicêtre, une grosse dizaine d’années plus tard, je pensais souvent à lui, en écrivant des phrases tarabiscotées, sans queue ni tête. Je pensais en particulier à trois ou quatre ouvrages que je citais plus haut.

Les écritures,
Et le singe devint con,

Et le con se surpasse.

7 commentaires:

  1. Finir sa vie d'écrivain en faisant du coloriage ça a du le miner :(

    RépondreSupprimer
  2. Ne laissons pas les Ritaux attaquer notre point-virgule ! Organisons une manif : Le point-virgule-pour-tous ! (Mais rien dire à M'Bala ni à Soral-ne-vois-tu-rien-venir, sinon ils vont venir y planter leur zone.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu de sérieux, bordel ! Le point virgule ne sert à rien, un peu comme ... Non rien... Mais ce n'est pas la peine de l'enfoncer.

      Au fait ! Il est nous notre Rital ?

      Supprimer
    2. Le point-virgule ne sert à rien quand on ne sait pas s'en servir (un peu comme la clarinette ou le violon, en ce qui me concerne). Essayez de dire à Proust que le point-virgule ne sert à rien : vous allez voir la tête au carré qu'il va vous faire !

      Sinon, je ne sais pas où se cache notre Rital. Il est peut-être entré dans la période de mue que je lui prédis depuis lulure : de la chrysalide progressiste va prochainement émerger un magnifique réactionnaire…

      Supprimer
    3. C'est qui Proust ? Le type qui donne des noms à vos chiens ?

      Le point virgule est compliqué ; je n'en pense pas que du mal.

      Quant à Dorham, s'il finit progressiste réactionnaire, on est mal barrés. Il finira commentateur chez Gauche de Combat.

      Supprimer
  3. Le: ; , c'est comme un soupir sur une portée...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.