22 février 2014

Les loufiats

Il y a un nouveau serveur, à la Comète. Je ne l’aime pas. Ce n’est pas la première fois que ça me fait ça, mais, au moins, j’avais de l’affection pour les autres. Je ne les aimais pas en tant que serveurs, mais j’ai passé des bons moments de rigolade avec eux. Le dernier était peut-être Seb, du temps de Bruno.

Ah non, tiens ! Il y en a eu plus récemment. Clémence et Guillaume, par exemple. On était très potes, presque intimes à force de faire les fermetures ensemble. Mais ils oubliaient toujours qu’on était clients. Christian, c’est le contraire ! Il oublie parfois qu’on est potes. Il est très soupe au lait, un peu comme moi dans les réseaux sociaux et prends la mouche pour des conneries. Il oublie qu’on plaisante.

Avant de bosser à la Comète, Guillaume bossait dans un bar de jeunes, je crois. Les clients avaient son âge, pas encore la trentaine, quoi. Comme Tonnégrande et moi étions les plus fidèles clients du comptoir en soirée, il nous considérait comme ses potes, à juste titre. Ca s’est passé très vite. En quelques jours, il avait repéré les deux vieux cons sympathiques qui n’arrêtaient pas de discuter entre eux. Il avait vu qu’on était dans les meubles. Au bout d’une dizaine de jours, je rentre du boulot. Tonnégrande était assis en terrasse. Je vais le saluer et il semblait dépité. « Tu te rends compte » me dit-il « il m’a demandé d’aller lui acheter des cigarettes. » Je lui ai dit de l’envoyer chier, qu’il me demande à moi puisque je vais aller, comme tous les soirs, à l’Amandine. Mais Tonnégrande n’avait pas osé refuser était déjà allé. Guillaume avait trouvé normal d’aller demander à un client de lui acheter des cigarettes comme si c’était un copain. Si Claude était dépité, j’étais offusqué. Il avait confondu le client et le copain.

Pour ma part, je n’ai jamais rendu service à un serveur dans le cadre de son boulot pour des raisons non professionnelles à part des petites conneries comme réparer un téléphone ou des bricoles comme ça. Je l’ai fait de nombreuses fois dans le cadre du boulot (le leur). Par exemple, s’ils sont dans le jus pour le dîner parce qu’il y a plus de monde que d’habitude, je vais acheter du pain s’il n’y en a plus. Je suis allé une fois ou deux à la cave pour régler la pression quand la bière était imbuvable. Je suis allé vérifier les disjoncteurs un samedi quand tout n’arrêtait pas de sauter et que le serveur était en panique, en l’absence des patrons. Par contre, jamais je n’ai rendu un service personnel pendant les heures de travail si ça m’obligeait à quitter le comptoir.

C’est dérisoire mais Guillaume avait franchi un pas. Je ne sais pas comment l’exprimer tant c’est dérisoire mais il avait fait une faute professionnelle. Pourtant, je l’adorais, on passait des heures à rigoler mais, un vague incident, m’avait mis sur la défensive. On a même été potes sur Facebook, ce que je m’interdis de faire avec des relations professionnelles (c’est est une : je suis client) pour éviter de mélanger la vie privée et la vie professionnelle.

Avec Clémence, c’était un peu pareil. On l’aimait bien, une sorte de mascotte comme l’avais été Jim auparavant. Tous deux étaient arrivés à la Comète comme serveur vers 23 ou 24 ans et ne connaissaient pas le boulot. On se prenait au jeu et on les aidait discrètement. Je crois que c’était avec Clémence, un client commande un Kir : elle ne savait pas ce que c’était. Pour ne pas avoir l’air d’une cruche, elle nous avait demandé mais n’était pas sûre d’avoir compris. Je lui ai dit de demander au client : cassis ou pêche, alors que je considère qu’un Kir avec autre chose que du cassis est une hérésie. Le client lui ayant dépondu : cassis, je lui ai dit quel verre prendre et quoi mettre dedans…

Elle a fini par connaître le boulot et se retrouver responsable, toute seule, un samedi midi. Il y avait plein de monde et nous n’arrivions pas à être servis. Elle courrait dans tous les sens mais ne nous servait pas. Un moment, après avoir commandé plusieurs fois, je lui dis : ne nous oublie pas. Elle s’est mise en colère et nous avait répondu quelque chose comme : « mais vous ne voyez donc pas que j’ai des clients, je ne peux pas m’occuper de vous ». Elle avait oublié qu’on était aussi des clients. Elle avait complètement zappé ce fait ! Soupe au lait, je l’avais envoyé chier assez violemment. Un peu plus tard, elle s’était sentie gênée ou je ne sais quoi. Elle s’était plainte à la patronne. Nelly était venue me voir le lundi : ben qu’est-ce que t’as fait à Clémence. Clémence lui avait raconté un truc et la patronne n’y croyait pas. J’ai donc raconté ma vérité, en rigolant. La patronne m’a cru, elle me connaissait bien. Un peu après, j’ai pris des copains qui étaient là comme témoin. Ils ont pu confirmer mes propos. Clémence a démissionné peu après, nos relations avaient changé. Pas elle et moi mais elle et les clients habitués. Elle a compris qu’elle n’avait pas réussi à se positionner. Comme elle habite toujours dans le quartier, elle vient souvent nous voir et rigoler. Elle a choisi de rester notre copine mais plus notre serveuse. C’est étrange.

J’ai eu le même problème avec Jim, à une époque, mais je lui avais remonté les bretelles et il avait très bien compris. Dans le service, nous sommes des clients comme les autres, ce qui ne nous empêche pas de déconner.

Parmi les serveurs que je n’aimais pas dans le service, il y a eu aussi Sébastien et Nicolas, du temps de Bruno. Sébastien avait engueulé Jim comme du poisson pourri et je n’avais pas aimé. On n’engueule pas des gens devant les autres. Jim était serveur depuis plus longtemps que lui mais lui était le copain du patron. J’avais donc engueulé violemment Seb, ce que je n’aurais d’ailleurs pas du faire, mais je voulais montrer à Jim qu’il était protégé… Du coup, c’est le patron qui m’avait engueulé. Je lui avais alors expliqué que Jim et moi serions encore dans le bistro quand lui aurait pris une autre affaire (ce qui est d’ailleurs arrivé) et comme c’était un patron, il avait vite compris qu’il fallait essayer de ne pas se fâcher avec les meilleurs clients… La pression était retombée. Le patron, Seb et Jim sont devenus les meilleurs copains du monde au bout de quelques mois. Mais je n’ai jamais pu avoir confiance en Seb, depuis…

Il y avait un autre loufiat, Nicolas. On avait sympathisé mais sans plus. Il jouait au patron et, moi aussi, peut-être. J’étais dans un état d’esprit : vous pouvez toujours changer les serveurs, avec tout ce que j’ai vu en trois ans, je fais plus partie du bistro que vous… Du coup, il ne me faisait pas spécialement confiance mais on rigolait bien ensemble. Par contre, je n’ai jamais vu un serveur aussi efficace, capable de servir des dizaines de tables rapidement sans rien oublier, sans courir dans tous les sens,… J’avais donc un très grand respect pour ses capacités professionnelles… quand le patron était là. Quand le patron s’absentait, c’est lui qui le remplaçait. Il commençait à picoler. Ils faisaient la foire au comptoir.

J’avais essayé de faire comprendre au patron que son affaire partait en sucette mais je ne pouvais pas dénoncer. Comme je discutais souvent avec lui de la tenue des bistros et que c’était le premier bistro que je connaissais bien où ce n’était pas le patron qui faisait la fermeture, j’avais réussi à lui demander comment il faisait pour faire confiance (ben oui, ni vu ni connu, le serveur peut embourber la moitié du pognon, surtout s’il est de mèche avec le cuistot). Il m’avait dit que c’était normal et tout ça.

Le jour où il m’a annoncé qu’il jetait l’éponge, on a longuement discuté. Il m’a dit que j’avais eu raison sur un tas de points. Et je lui ai reparlé du soir. Il m’a engueulé (c’était fréquent, chez lui. Un sanguin…). « Tu ne te rends pas compte de tout ce que je dois à Seb et à Nicolas, ils font un superbe boulot le soir. » Il niait complètement une évidence : il fermait parce qu’il n’avait pas réussi à développer la clientèle du soir mais ça ne pouvait pas être de la faute des serveurs, après tout ce que j’avais vu…

Je parle de quelques individus mais il y a eu un tas de gens très bien ! Je ne vais pas les citer.

Par contre, le nouveau, ça ne va pas. Il a commencé il y a quelques semaines. Déjà, il nous parlait de sa santé : c’est un sujet à éviter. Ensuite, il a pris l’habitude d’interrompre les conversations entre les clients pour évoquer des sujets qui lui passaient par la tête. Bref, il me gonfle. Il est sympathique mais le courant ne passe pas. Ce n’est pas un pote comme peuvent l’être tous les autres, comme le sont Christian ou Roger, comme l’étaient Clémence, Guillaume, Vira, Yannick… récemment. J’ai toujours eu une forme d’affection pour les serveuses et les serveurs des bistros où j’étais habitué, tolérant leurs défauts, les aimant même pour leurs défauts…

Hier, j’ai fini le boulot tard. Je me suis pointé à la Comète, il n’y avait plus personne au comptoir. Quelques personnes dinaient en salle et en terrasse mais Jean-Claude n’était surchargé.

Tiens ! Ce billet était pour le blog bistro, je vais le mettre dans le blog politique.

Hier soir, il m’a parlé politique. C’est un sujet à éviter. Un patron ou un serveur doit toujours être à peu près d’accord avec les clients. Il commence par me sortir un truc : tu te rends compte de la loi qu’ils ont fait passer, on va encore payer… Je ne sais plus trop de quoi il parlait mais c’était complètement faux. En tant que blogueur, je reçois un tas de publications : le texte de loi qu’il évoquait était une rumeur, la déformation d’un truc vrai… Pourtant, ce qu’il me présentait était bien…

Toujours est-il qu’il m’a gonflé, non pour le fait de critiquer le gouvernement mais parce qu’il me parlait de politique en montrant un engagement (à droite en l’occurrence).

Un peu plus tard, il me dit : ah ! Demain c’est l’inauguration, j’espère qu’ils vont lui jeter des tomates.


Je n’ai jamais dénoncé un loufiat mais je tacherai d’expliquer à la patronne que si je viens dans ce bistro le soir, dorénavant, quand ce n’est pas Roger ou elle de fermeture, c’est bien parce que c’est le seul ouvert.

8 commentaires:

  1. Mais qu'est-ce que ce billet fait ici, alors qu'il devrait être rangé dans les Agapes ? C'est de plus en plus le bordel, chez vous : on se croirait en France socialiste…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme Hollande avec les réformes sociétales, alors ?

      Supprimer
    2. Je ne suis pas d'accord avec Didier Goux, le bistro est un sujet très important qui mérite ce blog.

      Supprimer
    3. Oui mais ce blog mérite-t-il le bistro ?

      Supprimer
    4. Je ne sais pas mais il a le pouvoir de faire virer le serveur.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.