05 février 2014

Les paradoxes de l'orientation politique

En janvier, nous avons eu un débat dans les blogs suite au discours de vœux de pépère à propos du social-libéralisme, de la sociale-démocratie, du socialisme et la définition des mots. Dans mon précédent billet, j’évoque les taxis qui illustrent parfaitement la bêtise du libéralisme à la Française : les chauffeurs de taxi sont majoritairement exploités par des entreprises qui leur louent le véhicule au lieu de les salarier ce qui évite bien des contraintes… Par contre, ils sont majoritairement à droite et se revendiquent comme libéraux. Du coup, avec un commentateur libéral, on reprend une discussion sur la droite vs la gauche, l’étatisme vs le libéralisme et le socialisme vs le libéralisme.

L’occasion rêvée de faire un billet, non ?

Même si j’avais promis de ne plus toucher à mon clavier.

Dans Wikipedia, la définition du socialisme commence ainsi : « Le nom de socialisme désigne un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvances politiques, dont le point commun est de prôner une organisation sociale et économique allant dans le sens d'une plus grande justice, celle-ci supposant une égalité des conditions, ou du moins une réduction des inégalités. Plus largement, le socialisme peut être défini comme une tendance politique, historiquement marquée à gauche, dont le principe de base est l'aspiration à un monde meilleur, fondé sur une organisation sociale harmonieuse et sur la lutte contre les injustices. »

Elle me va très bien notamment pour deux raisons.

La première :

Il s’agirait d’un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvances politiques. Ce n’est pas un truc figé comme essaient de nous le faire croire certains. D’ailleurs, plus loin, il est précisé : « Socialisme et socialiste sont des termes qui, en raison de leur connotation, ont été revendiqués et diffusés depuis leur création dans de nombreux contextes, donnant à ce mot une mosaïque de significations différentes, bien que des lignes directrices communes s'en dégagent. »

Dans la tartine de définitions, la propriété collective des moyens de production est bien évoquée ce qui oppose effectivement le libéralisme au socialisme. Dans l’histoire, il y a des lascars qui ont essayé de concilier les deux (pour faire simple et exprimer ma position : je suis favorable à la propriété collective des moyens de production mais je vois difficilement comment on pourrait gérer un bistro dans ces conditions).

La deuxième :

Cette définition n’évoque pas l’Etat. Le socialisme d’Etat peut exister mais ce n’est pas LE socialisme et n’est presque que présenté à la marge par Wikipedia.

Ce point est essentiel dans ma discussion avec le commentateur libéral qui confond l’étatisme et le socialisme. Ainsi, en France, c’est un des paradoxes de la droite de gouvernement, pour qui votent majoritairement les libéraux et qui tente parfois d’avoir un projet économique à caractère libéral (mais qui finit par ne ressembler à rien et qu’elle ne peut pas mettre en application).

Je vais donner deux exemples.

Le premier : vous connaissez la « Loi de financement de la sécurité sociale ». C’est un truc qui a été créé en 1996. Auparavant, les organismes de sécurité sociale se démerdaient. Le contrôle de l’Etat n’était qu’indirect. En 1996, donc, la Constitution a été modifiée pour créer cette « LFSS » qui a ramené la sécurité sociale dans le régime de l’Etat. C’est bien la droite qui était au pouvoir et qui a bouleversé la gestion d’organismes qui étaient gérés collectivement auparavant.

Le deuxième : en 2008, quand la crise a explosé, il a fallu que l’Etat prête massivement du pognon au banque pour éviter qu’elles coulent. Elles ont vraiment failli couler. Un libéral dirait « tant pis », c’est leur problème (pour ma part, je m’en fous, je suis dans une banque mutualiste…). Toujours est-il que c’est la droite qui a prêté massivement le pognon.

Je ne veux pas critiquer le bien fondé de ces décisions, ce n’est pas l’objet de mon billet. Les deux décisions sont profondément étatistes. La première ne relève pas du socialisme (mais éventuellement d’un socialisme d’Etat) et la deuxième est carrément antisocialiste.

Elle est à la fois antilibérale et antisocialiste. C’est fort. Ou alors, ça démontre qu’on ne peut pas opposer franchement le libéralisme et le socialisme.

Jospin

Oui ! J’avais envie de parler de Lionel Jospin. Il a dit, quand il était premier ministre : « l’Etat ne peut pas tout » et « mon projet n’est pas socialiste ». Ce dernier truc était une belle connerie (rapportée à la définition du socialisme que je cite ici) et les deux ont bien contribué à lui faire perdre l’élection en empêchant le rapprochement de la gauche autour de lui pour le premier tour.

Par contre, dire aujourd’hui que l’Etat peut tout me semble une belle connerie. La gauche française, enfin, les socialistes, ont intérêt à prendre en compte ce fait. L’Etat ne peut pas tout mais le dire est mortifère.

Le dire est mortifère, y compris pour la droite. Un candidat à une élection nationale (donc pour gérer l’Etat) ne peut pas dire à ses ouailles : « je ne pourrais pas faire ça pour vous », sinon les électeurs iront voir ailleurs.

Font National

Il est en pleine forme ! Cette bonne santé est expliquée en grande partie par deux phénomènes : le vide actuel de la « droite de gouvernement » et la crise économique, le fait que le gouvernement socialiste n’arrive pas à faire sortir le pays du marasme. Peu importe, ce n’est pas le sujet du billet mais le projet politique de ce parti, en deux volets. Je fais un billet très numéroté, ce soir.

Le premier : une des bases du projet est la sortie de l’Europe (en tant « qu’empilement d’institutions », pas géographiquement). Il faut que le pays, la nation,… retrouvent leurs prérogatives. L’Etat reprendrait donc des prérogatives. Le FN est étatiste. Et paf !

Pas moi. Je suis partisan de l’Europe et je milite assez dans ce blog pour la décentralisation…

Le deuxième : lisez bien le projet du Front National. S’il veut sortir de l’Europe et principalement de l’Euro, c’est parce que ces machins sont d’essence libérale. J’ai dit « lisez » (ce n’est pas nécessairement le motif des militants mais ce sont les objectifs et raisons affichés). Le Front National est donc antilibéral.

Le FN est donc étatiste et antilibéral. Qui lutte le plus contre le FN ? La gauche, a priori (même si je conçois qu’un type de droite plus modéré puisse penser et dire le contraire). La gauche, donc les socialistes qui y sont majoritaires, lutte donc contre une formation antilibérale et étatiste.

Le mariage pour tous ?

Sur quoi se retrouve la droite aujourd’hui, dans les manifestations et tout ça, sur des valeurs dites de droite, la famille, le genre et tout ça, bien aidé par les religions, les catholiques au départ mais rejoints depuis peu par les musulmans…

Que nous disent-ils ? « L’Etat n’a pas à se mêler de la famille ». Ils ont parfaitement raison. L’Etat n’a pas à dire ce qu’est une famille. L’Etat n’a pas à dire qu’une famille a un papa et une maman. L’Etat n’a pas à aider les familles aisées financièrement par un système de quotient familial et d’allocations.

Qui est libéral ?

Je préviens mes honorables lecteurs réactionnaires que je vais volontairement pousser le bouchon. On parlait du genre à l’école, récemment. Je veux bien qu’on me dise que l’école publique n’a pas à s’occuper de l’éducation mais de l’instruction mais ce n’est pas moi qui ai changé le nom de ce machin et fait des lois successives pour changer les missions de l’école (dans un récent billet, je parlais d’une ordonnance de De Gaulle…). Il n’empêche que les enfants doivent avoir la liberté de choisir leur sexualité (pas l’orientation sexuelle, ça ne se choisit pas), d’être respectés quelle que soit cette orientation et que les hommes n’ont pas à dominer les femmes.

Je repose ma question : qui est libéral ?

Quand la droite française se retrouve, c’est sur des idées antilibérales…

Et l’UMP ?

Les pauvres, ils sont un peu perdus. J’ai appris par Corto (je sais, c’est mal), qu’ils avaient un projet politique (je vais donc faire un lien). Certaines sont d’inspiration franchement libérale, indéniablement, mais il faudrait un billet complet pour les analyser (la plupart sont franchement injustes et surtout inapplicables) et d’autres sont de façade.

D’autres, par contre, sont fondamentalement antilibérales. J’en cite une : « définition annuelle des capacités d'accueil du pays. » Certaines sont faussement libérales. Tiens ! « Création d'un contrat de travail unique fusionnant CDD et CDI. » Si un contrat de travail est défini par l’Etat, en quoi est-ce libéral ?

D’autres méritent réflexion. « Fin de l'emploi à vie pour les fonctionnaires. » Un bon gauchiste hurlera nécessairement. Moi aussi, mais en tant que libéral (de gauche, hein !)… Le fonctionnaire, il passe un contrat avec l’Etat puis un concours (je ne connais pas le tiercé dans l’ordre) qui lui garantit sous certaines conditions d’avoir un travail jusqu’à l’âge de départ à la retraite (et pas à vie, d’ailleurs, même s’il vaut mieux avoir une retraite de fonctionnaire). C’est un contrat et je ne vois pas pourquoi ce contrat serait antilibéral… L’Etat a aussi la possibilité d’embaucher des CDI (via des établissements publics), des CDD, des vacataires, des intérimaires,… D’ailleurs, je crois bien que l’Etat est le pire employeur de France au niveau de la précarité…

Je vais aller plus loin : je me fous du type de contrat que peut avoir un type avec son employeur, même si c’est l’Etat. Je veux par contre que ce contrat soit fait dans le cadre de la loi (est-ce libéral ?), loi qui doit favoriser les objectifs politiques que je défends : « prôner une organisation sociale et économique allant dans le sens d'une plus grande justice ». Je défends simplement le statut des fonctionnaires actuels qui sont en contrat avec l’Etat (ne me faites pas dire ce que je n’ai pas : je suis partisan du statut de fonctionnaire, ça empêche la droite de tout foutre en l’air).

Il n’empêche que l’UMP va dans le sens des libéraux : elle détruit le collectif… Elle est libérale dans le discours, étatiste dans les faits tout en arrangeant les libéraux en détruisant le collectif (la sécurité sociale) ce qui est antisocialiste. Le tout en faisant exploser le déficit de l’Etat, donc sur une base antilibérale (les dépenses publiques ne sont pas libérales…) qui arrange les milieux financiers gagnant du pognon avec la dette de l’Etat. Ce qui n’est pas libéral : le collectif n’a pas à enrichir le particulier. Ce qui n’est pas non plus socialiste, d’ailleurs : la dépense publique enrichit le particulier, aussi… Celui qui reçoit le pognon et celui qui en prête à l’Etat…

Et moi et moi et moi ?

Je m’arrange très bien de la définition du socialisme de Wikipedia que je cite ici. Je ne suis pas étatiste. Je suis « européaniste » et décentralisateur. Quand je vois mes camarades de la gauche de la gauche qui critique l’Europe, je rigole doucement. Comment le socialisme ne peut pas être internationalisme ? Quand je les vois critiquer la décentralisation, aussi… Comment redonner le pouvoir aux élus, donc à la collectivité, pourrait ne pas être de gauche ?

Ce qui montre bien, d’ailleurs, que le socialisme ne peut être qu’un entassement de courants…

Je vais presque terminer en citant une autre partie de la page Wikipedia qui me plait bien. « Bertrand Russell décrit en 1918 « l'essence du socialisme » comme étant « par définition la revendication de la propriété commune de la terre et du capital. La propriété commune peut signifier la propriété par un État démocratique, mais n'inclut pas la propriété par quelconque État qui ne serait pas démocratique. » »

Ca me plait bien car dans tout ça, il ne faut pas oublier la démocratie, qui, malheureusement, met parfois au pouvoir des antisocialistes, des antilibéraux, des affreux jojos.

Concluons cette tartine qui fera que je serai encore au boulot dans deux heures.

Les libéraux et les socialistes passent leur temps à se foutre sur la gueule. C’est con. Ils feraient mieux de se battre pour la démocratie, contre le nationalisme, contre cette droite mauvaise, qu’on appelait, il y a trente ans, la droite la plus bête du monde et qui l’est probablement restée. Cette droite mauvaise gestionnaire, incapable d’avoir un projet politique sans s’appuyer sur des idées qui lui échappent.

Cette droite qui n’a jamais digéré 1981 mais qui a cru le faire en 2007 avec le résultat que l'on connait...

22 commentaires:

  1. Excellent long long billet. Je suis ok sur tout, socialisme, Europe, décentralisation, tout sauf Jospin, à cause de cent mille voix, on a perdu dix ans et l'économie française avec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment "sauf Jospin" ?

      Il n'a pas réussi à éviter deux candidatures à gauche et il lui manquait 100000 voix.

      Le problème n'est pas de trouver un coupable... C'est un fait. Il n'avait pas besoin de dire ces deux trucs.

      Supprimer
    2. Jospin:

      "Il n'a pas réussi à éviter deux candidatures à gauche"

      Quatre: Chevènement, Mamère, Hue, Taubira.

      "il lui manquait 100 000 voix"

      Mais, par rapport à la présidentielle de 1995, il en avait perdu 2 millions: la vraie raison de la défaite, elle est là.

      Supprimer
    3. Oui Élie, mais le problème n'est pas dans le détail. À part ça votre billet du jour est très bon mais je suis à la ramasse pour les commentaires. Mais je lis.

      Supprimer
  2. Je garde :"l’UMP (..) détruit le collectif…Elle est libérale dans le discours, étatiste dans les faits tout en arrangeant les libéraux en détruisant le collectif (la sécurité sociale) ce qui est antisocialiste.".

    Vrai.

    RépondreSupprimer
  3. On est bien d'accord sur l'Etat: je suis par exemple un socialiste peu étatiste alors qu'il y a une extreme droite très étatiste.

    Ce qui m'amuse par contre, après avoir lu ton excellent billet, c'est que je viens de voir la page facebook d'une copine proche du pg: la fille veut plus de répartition tout en ayant lutté contre TOUTES les hausses de taxes...ils ne forment plus leurs militants.

    RépondreSupprimer
  4. Vous devriez faire encore plus long, tiens ! À part ce malheureux Distat, qui va lire une tartine pareille, andouille ?

    RépondreSupprimer
  5. Vous devriez faire encore plus long, tiens ! À part ce malheureux Distat, qui va lire une tartine pareille, andouille ?

    RépondreSupprimer
  6. Romain,

    Il y a surtout des tarés.

    Didier,

    Attendez que je commente votre billet (que j'ai lu dans le métro). Blogage de fainéasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Romain. Mais, au fond, ça reste un plaisir de leur mettre le nez dans leurs contradictions. C'est le troisième billet que je dis qu'une politique de relance (pas d'austérité, de rigueur,...) chère à nos amis de la gauche de la gauche ne fait qu'enrichir les prêteurs, mais je n'ai aucune réaction de leur part.

      Étrange, non ?

      Supprimer
  7. tout ça pour nous dire que le libéralisme vient de la gauche...Mais on le sait bien, mon pauvre Jegoun, il n'y a qu'à voir les Winhgs en Angleterre, ce sont des libéraux qui ont toujours été le 1er parti de gauche, puis par la suite allié aux travaillistes ; le libéralisme C EST la gauche,( voire ce que dit Zemmour sur ce sujet)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Abruti. Ce n'est pas ce que je veux dire. Je veux qui que le libéralisme n'est ni de droite ni de gauche. Et tant que les militants politiques de tout genre ne pourront pas assimiler ce fait, on ne pourra pas progresser.

      Je veux dire aussi que socialisme et étatisme ne sont pas nécessairement complémentaire.

      Je veux dire également que l'étatisme est logiquement antidémocratique. Je pourrais dire aussi que la fonction publique n'est pas nécessairement étatique et, surtout, qu'il ne faut pas confondre les deux.

      Supprimer
  8. Nicolas, je ne confond pas du tout socialisme et étatisme. Les pays du nord de l'Europe sont socialistes sans être étatistes.

    Sauf qu'il n'existe pas à ma connaissance de pays qui soient étatiste sans être socialistes. Si vous avez des exemples de pays objectivement étatistes et objectivement libéraux (en opposition à socialistes), je suis preneur.

    La classe politique française dans son ensemble est étatiste (elle ne vit que de ça et que pour ça d'ailleurs) ensuite, si l'extrême gauche est ouvertement socialo-communiste et l'extrême droite économiquement socialiste (je dis bien économiquement) la gauche française est "socialisto-démocrate".

    Quand à la droite, vous avez raison, elle navigue dans un gloubi-boulga idéologique, que ce soit en matière sociale ou économique. Elle n'est pas libéral, que ce soit socialement ou économiquement. En matière d'économie elle est amatrice de ce capitalisme de connivence que je déteste de plus en plus (par exemple le "sauvetage" des banques).

    "Je veux par contre que ce contrat soit fait dans le cadre de la loi (est-ce libéral ?)" Ca dépend si la loi est elle même libérale ou pas. Aujourd'hui, en France ce n'est absolument pas le cas (le code du travail fait 5000 pages) mais en Suisse c'est le cas par exemple car tant que le contrat respecte la loi, toute souplesse est possible. En France il n'y a aucune souplesse possible.

    "Il n’empêche que les enfants doivent avoir la liberté de choisir leur sexualité (pas l’orientation sexuelle, ça ne se choisit pas), d’être respectés quelle que soit cette orientation et que les hommes n’ont pas à dominer les femmes." ATTENTION ne pas confondre libertarisme et libéralisme. Le libertarisme est un concept philosophique alors que le libéralisme est un concept de droit. Là vous parlez de libertarisme, pas de libéralisme. Pour simplifier : le libertarisme c'est l'ultralibéralisme a tous niveaux (économique, social, philosophie etc...)

    Pour terminer, SuperScorpionite fait une erreur majeur : le libéralisme n'est ni de droite ni de gauche puisque ce n'est ni un concept politique ni un concept économique mais un concept de droit. On peut être économiquement socialiste et libéral. On peut être conservateur et libéral en revanche, on ne peut pas être étatiste et libéral. Et Zemmour n'y connait rien, mais alors absolument rien en matière économique.

    Pour le reste, vous avez globalement raison... (rassurez vous, ce sera mon seul et unique commentaire sur ce billet).

    RépondreSupprimer
  9. Skandal,

    « l'extrême droite économiquement socialiste (je dis bien économiquement) » C’est faux. Elle est antilibérale. Elle ne prône pas la réduction des inégalités et la justice sociale mais le protectionnisme et le nationalisme (pour résumer).

    « "Je veux par contre que ce contrat soit fait dans le cadre de la loi (est-ce libéral ?)" Ca dépend si la loi est elle même libérale ou pas. Aujourd'hui, en France ce n'est absolument pas le cas (le code du travail fait 5000 pages) » Ce n’est pas la question posée. On peut critiquer le droit du travail, voire le remettre en cause, mais je ne vois pas en quoi c’est antilibéral de dire qu’un contrat doit respecter la loi.

    « ATTENTION ne pas confondre libertarisme et libéralisme. Le libertarisme est un concept philosophique alors que le libéralisme est un concept de droit. Là vous parlez de libertarisme, pas de libéralisme. » Je ne confonds pas, le libéralisme n’est pas qu’un concept de droit mais bel et bien une philosophie. Mais peu importe. Sur le fond, c’est pareil, à propos de cette histoire de genre. Les « réacs » disent : on a le droit d’éduquer nos enfants comme on veut. Donc en poussant le bouchon (ce que je dis dans le billet), les enfants ont le droit d’avoir une éducation autre que celle des parents… Notamment à partir du moment où la loi précise que l’Education Nationale dépasse le stade de l’instruction. Et cette loi a bien été faite par la droite (et la gauche l’a adapté, je ne suis pas dans un billet pour comparer la droite et la gauche mais le libéralisme et le socialisme).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila que moi aussi, je reviens sur ce que j'ai dit...

      point 1) Oui, vous n’avez pas tort, je vous l'accorde.

      2) Ce n'est pas antilibéral de respecter la loi, mais c'est la loi qui peut être antilibérale. En France, elle l'est souvent (de mon point de vue).

      3)Mouai... Ok, on va pas entrer de le débat libertarisme/libéralisme. Le point principal, genre ou pas, c'est que l'Etat n'a pas à s'occuper de l’éducation mais uniquement de l'instruction (les parents éduquent leur enfants comme ils veulent tant que cela reste dans le respect de la personne humaine et de la loi). De mon point vue, s'il se met à s'occuper d'éducation on entre dans un champs idéologique très très dangereux. Les exemples historiques d'Etat se mêlant d'éducation sont légions et finissent à chaque fois très très mal...

      Dernier commentaire (promis ! )

      Supprimer
    2. 2. Par nature toute loi est antilibérale.

      3. Oui mais ce n'est pas le débat.

      Supprimer
    3. Ne vous croyez pas obligé de publier ce commentaire sans grand intérêt mais j'ai un contre exemple à votre point numéro 2 : "Par nature toute loi est antilibérale. " Une loi qui interdit le meurtre n'est pas antilibéral...

      Supprimer
    4. pardon antilibérale... Qu'on ne me reproche pas trop mon orthographe...

      Supprimer
  10. Arg ! Le messages 'de Skandal a disparu. Je vais à la pêche pour le récupérer : ce n'est pas de la censure.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.