19 février 2014

S'intéresser aux municipales ?

Contrairement à 2008, j’ai beaucoup de mal à m’intéresser aux municipales. Il faut dire que c’était la première fois que je votais dans ma commune de résidence (j’ai fait mon changement sur les listes électorales au lendemain du 21 avril 2002 où j’avais eu la flemme d’aller en Bretagne) et, à la grande époque des blogs politiques, les candidats étaient intrigués par le premier blogueur militant dans un classement de blogs. Ils venaient me voir et on papotait…

Cette année, tout le monde s’en fout, ce qui est bien normal, et je suis à moitié fâché avec le candidat de l’UMP qui n’aime pas que je dise qu’il écrit des conneries dans son blog. L’enjeu est relativement faible dans ma commune : la liste de gauche conduite par le maire sortant pourrait passer dès le premier tour… Votez pour Jean-Luc Laurent au Kremlin-Bicêtre.

L’élection m’intéresse, par contre, dans ma commune natale, où je vais toutes les trois semaines chez ma mère mais je n’ai aucune information particulière qui me permettrait de faire un choix à part celui entre la droite et la gauche. L’opposition a présenté sa liste, hier. J’y trouve une vieille copine et un vieux copain plus un tas de gens que j’aime bien. Une bien belle liste, en fait ! Votez pour Jean-Paul Duault à Loudéac.

Un choix entre la droite et la gauche ? J’ai bien rigolé en lisant un billet d’un blogueur réactionnaire : « pour qui voter ? ». Il faisait un long billet pour montrer qu’il était parfaitement objectif, le tout pour faire comprendre, en plein milieu, que son seul choix serait pour éviter à la gauche de gagner. C’est bien la peine de faire un billet.

Ce n’est pourtant pas le seul choix à prendre en compte. La personnalité des candidats d’une liste en est un, le programme aussi mais, faut-il y croire ? Surtout, la compétence doit être prise en compte ou, du moins, ce que l’on peut soupçonner de la compétence.

Prenons Paris, j’ai à peu près l’assurance qu’Anne Hidalgo a toute les compétences pour gérer ce bastringue. J’ai, par contre, un sérieux doute pour Nathalie Kosciusco-Morizet pour différentes raisons. La première est qu’elle semble avoir Paris dans son plan de carrière. Elle parait avoir des visées sur l’Elysée… La deuxième est qu’elle n’a jamais eu à s’occuper d’un machin aussi vaste. Je ne sais pas si elle a réussi à occuper le même poste ministériel plus de dix-huit mois et, si elle était maire de Longjumeau, elle était ministre en même temps et devait donc déléguer la gestion courante à son premier adjoint. La troisième est qu’elle ne semble pas spécialement attachée à Paris. La quatrième est qu’elle est à la tête d’une sorte de coalition complètement divisée.

Cette question de la compétence se pose dans toutes les communes. A Loudéac, par exemple, il n’y a aucun doute sur la compétence de Jean-Paul Duault qui a été adjoint, conseiller municipal d’opposition,… Au Kremlin-Bicêtre, par contre, tout habitant de la ville peut se poser la question de la compétence du candidat de la droite qui semble habiter depuis peu dans la commune et se trouver là par hasard. La compétence de Jean-Luc Laurent n’est pas en cause : il est là depuis longtemps. Trop, allais-je dire… Avec ces machins de cumul des mandants, je suppose qu’il va laisser la place de maire à Jean-Marc Nicolle, son premier adjoint, dans relativement peu de temps. En 2017 ?

Il se trouve que dans les trois communes dont j’ai parlé, c’est le candidat de gauche qui parait le plus compétent. Encore que, je ne parle pas du maire sortant, à Loudéac.

Je m’intéresse à d’autres communes. J’ai fait un billet sur Rennes, récemment, parce que j’y ai un tas de copain et j’arrive à suivre la campagne via les réseaux sociaux. J’ai aussi beaucoup de potes blogueurs à Lyon, y compris parmi les élus. Il n’empêche que, même s’il y a toujours une incertitude et donc la mobilisation doit être totale, ces villes semblent acquises à la gauche. Lyon est un cas particulier : le maire deviendra probablement le président de la communauté d’agglomérations qui, avec la réforme territoriale, remplacera le département. On se retrouve donc avec Gérard Collomb comme un vrai baron local, peut-être l’élu qui aura le plus de pouvoir, en France, après ceux à l’échelon national.

D’ailleurs, la municipale à Paris est aussi à regarder avec la réforme territoriale. Qui sera le président de Métropole de Paris ? Peut-il ne pas être le maire de Paris ? Bertrand Delanoë est-il vraiment à la retraite dans un mois ou prend-il un congé sabbatique ?

Et le Kremlin-Bicêtre, alors ? Elle fera partie du Grand Paris, aussi ! Le rôle du maire n’est-il pas plus de représenter et défendre les intérêts de la ville dans les intercos, dont la communauté d’agglomérations du Val-de-Bièvre, qui devrait disparaître, puis de Métropole de Paris ? Un candidat qui fait sa campagne sur la propreté des trottoirs est-il apte à nous représenter ? Pourquoi ces sujets ne sont-ils pas plus mis en avant alors que, en fin de course, les intercommunalités finiront par avoir plus d’importance que la commune, et que, plus la structure est vaste, plus le rapport droite gauche est important.

Parmi les autres grandes villes françaises, je m’intéresse aussi à Marseille (j’y ai des copains militants) et à Bordeaux (j’y ai beaucoup de contacts professionnels). Je n’ai strictement aucune information sur les projets, réalisations et tout ce qui me permet de juger de « pour quoi voter ».

Marseille pourrait basculer à gauche. Patrick Mennucci (et mes copains du coin) auront beaucoup de mal (les gens vont voter aussi contre le gouvernement) mais si j’étais électeur Marseillais, je crois que je n’aurais qu’une idée en tête : fermer la page « Gaudin ». En outre, Marseille est également concernée par la réforme territoriale, comme Lyon et Paris.

A Bordeaux, c’est différent. Tous mes contacts de gauche disent qu’ils sont parfaitement contents de la gestion par Alain Juppé. Bordeaux, la quatrième agglomération de France, a échappé à la réforme territoriale. Il n’empêche que nous sommes dans un cas particulier : la Communauté Urbaine de Bordeaux est tenue par la gauche. Vincent Feltesse en est le président et le tête de file des socialistes à Bordeaux. En outre, je le connais personnellement. Je serais heureux s’il pouvait gagner, à titre politique et personnel, mais je n’ai rien à dire contre Alain Juppé en tant que maire. Et en tant que responsable politique national, il me parait être un des rares types à peu près sains de l’UMP…

A Marseille aussi, l’intercommunalité (Communauté urbaine Marseille Provence Métropole) est tenus par la gauche (Eugène Caselli en est le président) alors que le maire est de droite mais elle sera redécoupée, pour englober Aix, avec la réforme, Aix étant tenu par la droite, tout comme son actuelle interco (communauté d'agglomération du Pays d'Aix). N’allez pas croire que je connais tout ça par cœur, Wikipedia est mon ami.

Il me reste donc Loudéac à suivre. J’espère sincèrement la victoire de la liste conduite par Jean-Paul Duault, avec mes amis Fabienne, Philippe et Jacques, soutenue par le Parti Socialiste (et probablement toute la gauche, voire le centre, les libéraux, les non réacs,…). Je ne sais pas comment va évoluer l’intercommunalité là-bas (ni à Bordeaux, d’ailleurs, mais ce n’est pas comparable). Loudéac, un peu moins de 10000 habitants, est au centre de la CIDERAL (Communauté intercommunale pour le développement de la région et des agglomérations de Loudéac) qui vient d’être rejointe par d’autres communes, formant un ensemble d’environ 35000 âmes…

Le président est une personne classée « divers droite » mais les vice-présidents sont tous soit divers droite, soit divers gauche, soit sans-étiquette (la majorité semble à droite). Ainsi, l’étiquette politique semble n’avoir aucune espèce importance pour les habitants du coin. D’ailleurs, à Loudéac, le candidat de l’UMP à la législative a fait à peu près le même score que François Hollande à la présidentielle.

Comment voulez-vous suivre ? Comment les électeurs peuvent-ils savoir pourquoi ils votent ?


8 commentaires:

  1. « Il se trouve que dans les trois communes dont j’ai parlé, c’est le candidat de gauche qui parait le plus compétent »

    Comme c'est étrange !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben c'est l'objet de mes paragraphes précédents. Anne Hidalgo est première adjointe de puis 13 ans et a eu l'oocasion de remplacer le maire. Quant à Bicètre, ça fait 19 ans qu'il est maire et personne n'y trouve rien à redire ou presque. Il reste Loudéac et je mets le doute dans la phrase suivante.

      Supprimer
    2. Dans ce cas, si l'expérience prime sur le politique, vous devriez soutenir Gaudin à Marseille…

      Supprimer
    3. Non. Je le viré cause de l'âge. Mais sur le fond vous avez raison : je ne connais pas les compétences de Menucci.

      Supprimer
  2. Pour Marseille, rien que le slogan de campagne de Gaudin est tout un programme. Il est maire depuis 18 ans et son slogan de campagne que tout le monde peut découvrir sur ses affiches avec sa photo (qui doit avoir un certain nombre d'années) est : LA FORCE DU CHANGEMENT et en bas : EN AVANT MARSEILLE.

    Quand on voit l'état de la ville, il y a de quoi se demander ce qu'il va pouvoir proposer de nouveau.
    Il faut dire qu'il a toujours été très occupé, ce garçon. En même temps vice-président du Sénat, maire de la deuxième de ville de France, président de la Communauté urbaine (avant Caselli) et un des tous premiers numéros d'un parti de gouvernement, c'est à dire pratiquement jamais là.
    Pour finir, n'oublions pas qu'il a 74 ans. Largement l'âge de la retraite. Marseille a besoin de sang neuf.

    RépondreSupprimer
  3. Droite ou gauche, 3 mandats c'est déjà beaucoup mais 4 c'est trop. Il faut limiter le nombre de mandats ça ne peut générer que des conneries.....dans une démocratie endormie. Après plus de 18 ans, le maire ne devient qu'un fonctionnaire gestionnaire sans stratégie ou ambition politique dans le bon sens du terme evidemment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout se discute ! Pour moi le maire de Bicetre n'est pas usé, je me contente de me poser des questions.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.