05 février 2014

Taxis aphones

Voila une alerte du Figaro reçue à l’instant : « Le Conseil d'État a suspendu mercredi l'exécution d'un décret contesté par les sociétés de Voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) qui leur imposait des contraintes à la réservation qu'elles estimaient trop favorable aux taxis.

Saisi en référé, la haute juridiction administrative a décidé de suspendre le délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge du client imposé aux VTC, jugeant que le décret "porte une atteinte grave et immédiate aux intérêts économiques" des sociétés requérantes, parmi lesquelles la société Allocab, à l'origine de la demande. Le Conseil d'Etat devra se prononcer sur la validité du décret.
 »

Les taxis vont donc gueuler mais je dois avouer que je n’avais pas admis la décision de notre gouvernement. La gauche n’a pas à aider une profession qui lui est particulière hostile, qui est une des plus réglementée (il faut acheter une licence pour pouvoir travailler) mais qui se revendique du libéralisme.

Point barre.

Il faut savoir vivre avec son temps… On a un smartphone, on clique, la voiture arrive.

Rappelons que la maraude (la circulation dans les rues pour attendre d’être héler par un client) ne sera pas possible pour les VTC vu qu’elles n’ont pas de signalétique. La concurrence pour les taxis sera donc limitée : ils peuvent aussi faire des applications.

La seule chose dont doit s’occuper la puissance publique est la problématique de la régulation de la circulation dans les stations et, par conséquent, dans les forts lieux de prise en charge, comme les aéroports et les gares.

Voila mon avis et c’est probablement tout ce que vous aurez sur mes blogs, aujourd’hui, vu la quantité astronomique de travail qui m’attend en cette période.

7 commentaires:

  1. Hostiles à la gauche, les taxis? La plupart d'entre eux appartiennent à M. Rousselet (G7) grand financier de feu Mitterand et du parti socialiste.
    Sinon, cela fait plaisir de voir M. Jégou devenir libéral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mr Jegou ne devient pas libéral, il est juste logique face à une situation ubuesque. On peut être socialiste et cohérent tout de même. On peut être socialiste sans succomber au corporatisme le plus pathétique.

      Bon courage Nicolas !

      Supprimer
  2. Nicolas, par définition, une profession protégée de la concurrence (il faut acheter une licence pour pouvoir travailler, mais il y en d'autre : coiffeurs, notaires etc...) dont le syndicat est un lobby puissant auprès des parlementaires (je ne parle même pas des politiques actionnaires de G7....) n'est pas libérale. C'est du capitalisme de connivence, mal typiquement Français.

    Vous dites : "La gauche n’a pas à aider une profession qui lui est particulière hostile"

    Allez plus loin : l'Etat n'a pas à privilégier une profession face à la concurrence, surtout quand cette concurrence crée des emplois.

    Pour le reste, nous sommes parfaitement d'accord !

    Ce qui est hallucinant dans cette histoire c'est que le VTC font tout mieux que les taxis (transparence des prix, qualité de service, qualité des voitures etc...) mais que l'Etat, s'agenouillant devant le potentiel de nuisance du syndicat des taxis, a quand même privilégié le corporatisme au dépend de la liberté et de la saine concurrence.

    Bravo au conseil d'Etat.

    RépondreSupprimer
  3. Michel,

    Je ne deviens pas libéral…

    A ma connaissance, les chauffeurs des taxis G7 ne sont pas salariés de la compagnie mais louent les licences. En vérifiant rapidement (sans trouver la réponse, je ne vais pas passer des heures dans Google, non plus), je constate que Rousselet est aussi le principal investisseur des taxis bleus, ce qui fait qu’il « a » probablement plus de la moitié des taxis parisiens.

    Je continue ma réponse dans celle à Skandal, ci-dessous.

    Skandal,

    Arrête de jouer sur les mots surtout quand on globalement d’accord. Les professions réglementées ne sont pas libérales, par définition, mais il se trouve qu’elles sont qualifiées de libérales. Typiquement, la G7 utilise des travailleurs indépendants à la place de salariés, ce qui est digne du pire libéralisme.

    Ainsi, tout n’est pas rose…

    Mais on est d’accord sur le paradoxe : le système est antilibéral au possible et basé sur un système archaïque. Si la licence est nécessaire pour des raisons diverses (ne serait-ce que réguler la circulation dans les gares et aéroports), elle devrait être gratuite ou sur un système de convention avec l’Etat (ou un ou plusieurs délégataires) mais surtout pas pouvoir être vendue ou monnayée. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : la licence n’est nécessaire qu’à la marge, je ne vois pas pourquoi un type n’aurait pas le droit d’en véhiculer un autre moyennement finance et accord (contrat) préalable, respect de la loi,…

    Bref, le système est antilibéral mais les gens qui le pratiquent se revendiquent libéraux, sont attachés à leur statut et gueulent en permanence contre l’Etat.

    Merci pour le « bon courage » mais ma position est une position de gauche : l’Etat n’a pas à défendre des intérêts particuliers contre d’autres intérêts particuliers issus d’un lobby et le gouvernement avait pris une position de droite « et » conservatrice. Comme en disait chez Koltchak, il faut arrêter d’opposer socialistes et libéraux, « de gauche » et libéral,… Tant que vous resterez dans cette étroitesse d’esprit, ça va coincer.

    Je vous livre le début de la définition de « socialisme » dans Wikipedia : « Le nom de socialisme désigne un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvances politiques, dont le point commun est de prôner une organisation sociale et économique allant dans le sens d'une plus grande justice, celle-ci supposant une égalité des conditions, ou du moins une réduction des inégalités. Plus largement, le socialisme peut être défini comme une tendance politique, historiquement marquée à gauche, dont le principe de base est l'aspiration à un monde meilleur, fondé sur une organisation sociale harmonieuse et sur la lutte contre les injustices. »

    Elle me va très bien pour deux raisons.

    Tiens ! Je vais en faire un billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Bref, le système est antilibéral mais les gens qui le pratiquent se revendiquent libéraux, sont attachés à leur statut et gueulent en permanence contre l’Etat."

      Parfaitement !

      Et le "bon courage" c'était pour votre après-midi de travail astronomique...

      Supprimer
    2. La définition me va bien aussi, c'est son application dans les faits et sa réalité historique et factuelle qui m'embête.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.