25 mars 2014

30 ans de victoires du Front National

« Le PS joue à faire monter le FN et demande ensuite à ce qu'on éteigne cet incendie qu'il a lui même déclenché » : voila le genre d’ânerie que l’on peut entendre après un vote comme celui de dimanche. Je vous laisse deviner qui a dit ça… On ne parle plus que de remaniement et de front républicain.

Le remaniement semble acquis pour les journalistes et les politiciens. La gauche a connu une large défaite électorale. Le premier ministre est le chef de la majorité. Son départ peut donc être envisagé. Il n’empêche que je n’imagine pas une seconde François Hollande changer sensiblement de politique. Michel Sapin a plus ou moins confirmé un changement de gouvernement, avec ou sans Jean-Marc Ayrault. Beaucoup disent que Manuel Valls pourrait le remplacer. J’imagine mal un tournant à gauche avec Manuel Valls comme premier ministre.

C’est d’ailleurs rigolo : tout le monde semble souhaiter un remaniement mais pour des politiques bien différentes. Le pacte de responsabilité se fera quel que soit le gouvernement… On va donc attendre sagement. Je vais faire deux recommandations à François Hollande. La première : supprimer les ministères inutiles. La deuxième : virer Pierre Moscovici. C’est symbolique. Il n’y a qu’à mettre Ségolène Royal à la place, histoire d’avoir quelqu’un d’audible.

Changer de politique n’aurait pas de sens et serait totalement incompréhensible pour les Français, d’autant que les premiers résultats semblent apparaître. On voit des signes sérieux d’une reprise économique. Vous me direz que ça ne durera pas, que ce n’est pas lié à l’action du gouvernement. Je ne suis pas là pour négocier. On verra l’état de la France en 2017.

Evidemment, ces signes n’arrivent pas jusqu’aux péquins de base, comme on dit. Les méchants, ils votent FN, du coup. C’est mal. Je dis « péquins », ce n’est pas méchant. J’en fais partie. Mais je ne vote pas FN...

Cela étant, cela fait plus de trente ans qu’on nous parle du Front National. Par exemple, on se lamente : Gilbert Collard pourrait devenir le prochain maire de Saint Gilles. Or, en 1989, c’est déjà le Front National qui avait gagné l’élection municipale. Il y a maintenant 30 ans, le Front National faisait 11% aux européennes. Harlem Désir a monté SOS Racisme pour lutter contre. Il est maintenant le patron du Parti Socialiste et le Front National fait un beau score, sur fond d’abstention record, aux municipales. Mon confrère Cyril revient sur ce score du Front National : rien n’a changé. « Non, rien n'a changé ce 23 mars au soir. Rien n'avait vraiment changé avant, rien ne changera après non plus d'ailleurs. Le 23 mars 2014, soir de premier tour des élections municipales, certains journalistes parlent de l'abstention comme grand vainqueur de l'élection (comme aux 20 dernières élections), d'autres parlent de la victoire du FN (comme aux 20 dernières élections), voire même de la victoire de Marine Le Pen dans sa quête de « dédiabolisation » du FN. » « Le scrutin de ce dimanche n'est pas un tournant dans l'histoire du FN, ce jour est à peine une nouvelle marche pour lui. Le FN est un parti faisant parti du paysage politique français, et à ce titre il est normal qu'il réalise dans certaines villes 15 ou 30 %. »

« Le pire, je le crains, est que demain, rien n'aura changé. Le FN est un parti ancré dans les mœurs électorales des Français depuis 1983 et pourtant tous ses opposants continuent à la pointer du doigt comme un jeune en pleine crise d'adolescence. »

On peut prédire que les discours des journalistes et des politiciens seront à peu près les mêmes dimanche soir et pour les élections européennes. Ouh là là, percée du FN et de l’abstention. Comme Cyril, je continuerai à me battre, à mon niveau, pour que ce parti n’arrive jamais au pouvoir mais les politiciens doivent réviser leurs discours : le Front National est un parti bien implanté en France, capable de mobiliser 20% des électeurs pour une présidentielle.

Les derniers sondages montrent une droite de gouvernement (du Modem à DLR) à 35% et un FN à 21%. Le total fait donc 56. On me dira que les sondeurs n’avaient pas prévu le score du FN mais s’il avait fallu interroger 1000 personnes par commune avec un candidat, la facture aurait été prodigieuse. En 1984, le score de la droite était légèrement supérieur mais avec 10 points de moins pour le Front National. C’est bien la droite traditionnelle qui perd des points… En 2012, la droite de gouvernement a fait 38% au premier tour de la présidentielle (avec le FN à 18%), contre 49 en 1981 et 36% en 1988 (avec le FN à 14%).

Aux municipales de 2008, la droite de gouvernement avait obtenu 44%. L’élection était qualifiée de revers pour elle. En 2012, elle a obtenu 46,5%, soit deux points de plus, alors que le chef de l’UMP avait annoncé une vague bleue. Le Front National a gagné 4 points (mais le chiffre n’est pas facile à interpréter vu qu’il n’y a pas de candidats partout).

C’est bien une victoire pour le Front National, comme il y en a eu pour différentes élections : 1984,1986, 1988, 1989, 1995, 2002, 2004, 2010, 2012,… C’est une magnifique gifle pour le gouvernement et toute la gauche qui perd 7 ou 8 points qui ne pourra guerre en tirer de leçons malgré tout ce que l’on peut lire. C’est une petite baffe pour la droite de gouvernement qui ne sait pas en profiter.

A l’heure où j’écris, les tractations se poursuivent entre les listes pour le rapprochement des listes. A Béziers, le candidat du PS se maintient. Celui du Front National devrait être élu. A Toulouse, le Parti de Gauche refuse de soutenir le maire PS. La ville devrait être perdue pour la gauche.

La gauche n’a pas besoin du Front National pour faire des conneries mais ça l’aide. Toute la gauche.

« Le PS joue à faire monter le FN et demande ensuite à ce qu'on éteigne cet incendie qu'il a lui même déclenché ». C’était NKM que je citais en introduction. Toujours la même rengaine. Si la droite s’occupait de ses extrêmes sans lui courir après, nous n’en serions peut-être pas là.

10 commentaires:

  1. Vous oubliez, dans vos brillantes analyses, un simple petit "détail" : de plus en plus d'électeurs du FN, et principalement dans le Nord et l'Est, viennent de la gauche et non de la droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'oublie rien. Il me semble que je tape sur tout le monde. Mais ce sont bien les pleurnichards de droite qui sont dans mon viseur...

      Supprimer
    2. Dur à savoir puisque le discours de l'UMP ressemble de plus en plus à celui du FN.

      Supprimer
  2. Ouais, rien ne change mais les idées du FN se banalisent quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 4 points de plus entre 1988 et 2012.

      Supprimer
  3. Tu devrais faire encadrer la dernière phrase !

    RépondreSupprimer
  4. Bon sang, et l'intervention d'Ayrault après les élections... On avait l'impression qu'il énonçait son oraison funèbre ! Et les laïus complètement déconnectés de la réalité de Najat V.B !

    Bénissez le FN qui, en maintenant ses candidats, va faire gagner à la gauche des élections qu'elle perdrait sinon. Le FN, avec Briois et Ménard heureux en tête de file...

    Je pensais qu'on n'aurait pas de politiciens plus cons que les sarkopotes, mais les proches de Hollande, chapeau. C'est désespérant pour ceux qui ont bien fait leur boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est raté !

      (J'ai oublié de répondre à votre comm. sur NVB).

      Supprimer
  5. "tout le monde semble souhaiter un remaniement mais pour des politiques bien différentes" ... là-dessus je suis bien d'accord ! à une nuance près : je ne trouve pas ça rigolo.
    Bien d'accord aussi sur le fait qu'il faudrait évacuer Moscovici, mais moi j'aimerais que ce ne soit pas QUE symbolique ! Sauf qu'en fait je n'y crois guère.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.