03 mars 2014

Copé : le "tous-pourris" comme défense ?

Allons bon ! Jean-François Copé n’a pas démissionné, me faisant mentir. Je dois reconnaître l’avoir cherché. Selon l’alerte du Figaro : « Jean-François Copé se dit victime d'une véritable "chasse à l'homme" après les révélations du Point. "Depuis quelques jours je fais l'objet d'une campagne de presse agressive", a déclaré le président de l'UMP qui accuse les médias de livrer une inquisition contre sa personne. Il annonce donc la mise à "disposition de l'intégralité de la comptabilité" de l'UMP et va déposer une proposition de loi exigeant la transparence financière de tous les partis depuis 2007. »

Tout d’abord, je me fous bien de la comptabilité de l’UMP : personne ne va aller les vérifier. Pour les comptes de campagne, il a fallu un travail minutieux du Conseil Constitutionnel pour s’apercevoir de quelques erreurs d’imputation. La comptabilité de l’UMP ne dira pas que l’impression de 60 000 tracts pour une cause quelconque a été faite par un copain de la secrétaire ou suite à un appel d’offre.

Ensuite, il est touché par une affaire : en déposant une proposition de loi, il veut mouiller les autres partis. Ca ne marchera pas.

Et que fait-il des micro-partis ?

Je ne doute pas que la comptabilité de l’UMP est parfaitement claire et juste. Elle est d’ailleurs probablement certifiée par des commissaires aux comptes. C’est d’ailleurs une obligation légale ce que dit la première entrée de Google quand on cherche « comptabilité des partis politiques. »

Il n’empêche que la comptabilité ne peut pas dire ce qu’on fait exactement de l’argent liquide touché pour la vente de tee-shirts ou de sandales, des ventes de boissons à la buvette lors des universités d’été, des dépenses assurées par des entités extérieures, comme les micro-partis.

La comptabilité des partis politiques fait probablement des centaines ou des milliers de pages, après consolidation des échelons régionaux, départementaux et locaux.

La « Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques » est là pour vérifier les comptes. Les partis politiques ont l’obligation de les lui déposer.

Son rapport annuel est disponible sur son site web (pdf de la synthèse du dernier).

Un extrait. « On constate une croissance constante [NDLR et de moi : des formations politiques obligées de déposer leurs comptes], depuis 1990 (28 formations tenues de déposer des comptes) à 2012 (381 formations tenues de déposer et même 402 au 30 juin 2013). » Je traduis : depuis les lois régissant le financement des partis politiques, ceux-ci multiplient les structures juridiques pour contourner certaines restrictions imposées.

Dans son rapport, elle préconise de faire évoluer la loi dans différents sens pour faciliter son travail mais aussi celui de la multitude des parties et résoudre les défauts des lois actuelles.

La loi proposée par Jean-François Copé ne servira strictement à rien. Il s’est encore livré à une opération de communication qui se retournera contre lui et contre l’ensemble de la classe politique, d’autant que le grand public ne connaît absolument rien au financement des partis. Moi non plus, d’ailleurs, mais Google est mon ami.

Jean-François Copé joue la carte du « tous pourris ». C’est mal. D'un autre côté, ça me permet d'utiliser la même illustration pour deux billets consécutifs.

16 commentaires:

  1. sa proposition de mise sous scellés privés (aucune valeur devant la justice) lui permet surtout de claquer la porte sur le nez de ses con-frères de l'UMP qui voudraient y regarder d'un peu plus près

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Copé est faux, sa ce voit trop! Il sait que critiquer, ce moquer des autres mais lui est le mal aimé des Français.
      Faut qu'il arrete de nous prendre pour des imbécile et à l'UMP faut le virer car il nuit à la réputation du parti.
      Pour les municipales, c'est les Maires qui ont gagner et pas lui alors qu'il ce calme car les français auraient jamais voter pour lui, Trop arrogant!

      Supprimer
    2. Copé est faux, sa ce voit trop! Il sait que critiquer, ce moquer des autres mais lui est le mal aimé des Français.
      Faut qu'il arrete de nous prendre pour des imbécile et à l'UMP faut le virer car il nuit à la réputation du parti.
      Pour les municipales, c'est les Maires qui ont gagner et pas lui alors qu'il ce calme car les français auraient jamais voter pour lui, Trop arrogant!

      Supprimer
  2. Que des promesses...

    Des fanfaronnades...

    Des moulinets de bras...

    Pauvre Copé.

    RépondreSupprimer
  3. Tu fais du Copé-bashing, c'est pas beau.

    Sinon et plus sérieusement, j'ai trouvé sa défense assez mauvaise...

    RépondreSupprimer
  4. Copé est à poil d'idée, tout ce qu'il propose en projet de loi existe déjà, il a par ailleurs été très hostile contre la transparences dans les débats ,il a même voté contre.

    En fait il a simplement fait de la diversion comme il en a l'habitude et ce pour éviter de parler de son affaire pour laquelle il a fait ce point presse, il en a profité au passage pour mouiller son parti.

    Je crois bien que le plus compliqué pour lui maintenant c'est qu'il va devoir sans doute s' expliquer sur les autres affaires de vente des joyaux de l'état dans lesquelles son nom est cité bien trop souvent. C'est bien connue il n'y a pas de fumée sans feu.


    David

    RépondreSupprimer
  5. "Allons bon ! Jean-François Copé n’a pas démissionné, me faisant mentir."

    D'un autre côté, s'il y avait encore quelque honneur au sein de la clique politicienne, ça se saurait. Ça va faire les bidons du FN, encore quelques poignées d'électeurs qui vont quitter la maison UMP et ils auront bien raison. Il n'y a rien à attendre de ce parti artificiel qui a eu l'ambition de marier la carpe et le lapin.

    RépondreSupprimer
  6. Ah ! Il y a plein de commentaires. Merci à tous. On est d'accord en gros.

    Une précision pour Koltchak : vous pouvez y voir une question d'honneur mais je suppose qu'il ne se rend pas compte de ses fautes. Donc son honneur n'est pas en jeu. Sa fierté devrait l'être par contre. Mais je parle surtout d'une logique politicienne. Il devrait se mettre en retrait s'il veut revenir.

    Mitterrand s'est fait oublier à la fin des années 70. Chirac s'est fait oublier dès le début des années 90 (de mémoire après le truc du bruit et des odeurs). Hollande s'est éclipsé en 2008 après le fiasco du référendum de 2005 et de la présidentielle. Même de Gaulle... Les deux qui ont été élus sans se faire oublier (hors Pompidou), Giscard et Sarko ont fait un piètre mandat et ont été balayé. Ce qui montre qu'ils ont été élus par erreur. C'est pourtant une évidence.

    D'ailleurs Sarko fait la même connerie. Il fait parler de lui tous les quinze jours, lui grillant toute possibilité d'apparaître comme l'homme providentiel au delà du cercle des militants. Il devait passer deux bonnes années sans faire parler de lui. Tiens Copé et Sarko devraient passer un accord. "Tu fais croire que tu es candidats à la primaire, en juin 2016, je prends ta place, on se montre copains, tu es premier ministre 3 ans, tu te mets en repos deux ans et tu reviens pour 2022".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les ai pratiqué quelques temps les margoulins de la direction. A l'époque c'était encore le RPR, mais fondamentalement rien n'a changé. Les mêmes mauvaises habitudes et petits arrangements avec la vérité et l'honnêteté constituent le commun des hommes d'appareil, quelque soit le parti.

      Concernant Copé, il m'apparaît évident que la notion même d'honneur lui est étrangère, et il n'est pas le seul dans ce cas, loin de là. A croire que c'est un truc qu'on leur apprend dans les écoles censées instruire les futures élites.

      Supprimer
    2. Pour arriver à un niveau de la politique où on prétend être président (de quoi que ce soit), il faut un degré de folie (ce qui n'est pas péjoratif). Qu'est l'honneur dans cette histoire ? Tiens ! Sarko a fait tout perdre à la droite en France (sauf les élections européennes). S'il avait de l'honneur, il arrêterait tout. Mais il risque de revenir pour sauver son honneur.

      Même Jospin, que je qualifierais facilement d'homme d'honneur, à failli revenir en se présentant à la primaire de 2006...

      Supprimer
    3. J'entends souvent dire que la morale et l'honneur n'ont pas leur place en politique.

      C'est probablement pour cela que notre classe politique est si mauvaise, si mal aimée et qu'elle est une des plus corrompus des pays de l'OCDE

      Supprimer
  7. Trop fort ce Copé, il arrive à faire l'unanimité presque contre lui
    En plus, je ne lui trouve pas bonne mine

    RépondreSupprimer
  8. Copé a à peu près autant de capacité à diriger ne serait-ce qu'un PMU que la plupart des politocards français actuels. L'éternel problème est qu'il se trouvera toujours une majorité de crétins pour fiche aux manettes des individus d'une telle médiocrité, quitte à s'en plaindre trois mois plus loin. Nos politocards sont à l'image de nos chanteurs de variétés : leur nullité n'a pas de borne, ils sont inconnus ou raillés passé nos frontières, et ils posent la question de la débilité de la vox populi qui leur permet de continuer à exister.

    RépondreSupprimer
  9. Copé l'arrogant, qui ce moque de nous. Il est faux et sa ce voit sur son visage quand il parle. Ses atouts sont, critiquer et ce moquer des autres et prendre les Français pour des imbéciles.
    Pour les municipal 2014 c'est les maires de l'UMP qui ont gagnés et pas COPE! Personnellement je suis pour l'ump mais jamais je voterai pour ce faux, manipulateur et menteur!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.