08 mars 2014

La trop grosse affaire

Au lendemain de la nouvelle affaire qui éclabousse Nicolas Sarkozy, le Nouvel Obs fait le tour de la presse pour recueillir l’avis des éditorialistes. La plupart sont évidemment indignés mais Le Figaro reste fidèle. Il semble voir une manœuvre du pouvoir socialiste pour affaiblir l’ancien président de la République.

Du coup, je suis allé faire le tour des blogs de droite. Si certains en rigolent, beaucoup n’échappent pas à cette ligne : c’est la gauche qui utilise la justice pour détruire le seul concurrent valable pour 2017.

Les blogueurs de gauche, par contre, sont étrangement muets, comme si l’affaire leur échappait, comme si elle était trop grosse et qu’ils ne savaient pas par quel bout la prendre. Pour tout vous dire, dans la bonne de copains, j’ai l’impression d’être le seul à en avoir fait un billet (et encore, c’est uniquement parce qu’on m’a transmis le lien vers l’article du Monde dès sa mise en ligne, je ne vois pas trop ce que je pourrais ajouter).

Authueil, blogueur de droite mais beaucoup plus distant que la plupart, tire de cette affaire une première leçon. Il parle d’un séisme démocratique, voire d’un double séisme : l’affaire en elle-même mais aussi le trafic d’influence supposé.

Il ne peut néanmoins pas ne pas se montrer surpris que toutes ces affaires sortent en même temps, à quelques semaines des municipales. « Mais au final, ce qui pose question, c'est que ces affaires soient sorties. Il ne faut pas se leurrer, que ce soit pour Copé, Buisson ou Sarkozy, C'est arrivé dans les mains de la presse par porteur spécial, comme d'habitude. Si c'est la même source qui a réussi le triplé, je lui tire mon chapeau. Tout cela à trois semaines des élections municipales. Cela fait longtemps que l'on n’avait pas vu une barbouzerie politique aussi superbement bien menée ! J'ai quand même quelques doutes sur une coordination, mais si c'est une coïncidence, elle fait drôlement mal, à la droite, mais aussi à la classe politique dans son ensemble. » Pour tout vous dire, je ne crois pas particulièrement à une barbouzerie, prenant les cabinets ministériels et les satellites du PS pour des amateurs…

Il n’empêche qu’on en a vu de belles, en uns semaine, entre les histoires de Jean-François Copé, celles de Patrick Buisson et celles de Nicolas Sarkozy.

C’est néanmoins un autre passage du billet d’Authueil qui attire mon attention. En l’occurrence, l’ex risque de tomber pour une faute relativement mineure (le trafic d’influence) malgré tout ce qui lui est reproché. A juste titre, il le compare à Al Capone, tombé pour une vague histoire de fraude fiscale. Nicolas Sarkozy est accusé d’un tas de trucs, comme le financement occulte d’une campagne électorale, mais pourrait très bien se faire avoir parce qu’il a été voir des potes à Monaco pour essayer de recaser un magistrat qui lui a rendu service…

Le traitement de toutes ces affaires a un côté surréaliste. La presse fait plus de unes au sujet de François Hollande qui a été surpris par un média parce qu’il allait voir sa copine en mobylette après le bal qu’au sujet de tous les dossiers entourant l’ex. C’est un peu comme si je comparais une pintade rôtie aux choux avec les cinq victoires de Bernard Hinault dans le tour de France. Ca n’a strictement rien à voir. Pourtant, ces cinq victoires font de lui un grand champion mais je mange plus souvent de la pintade rôtie aux choux qu’il ne gagne cinq fois le tour.

L’histoire de François Hollande ne nous regarde pas. Elle est strictement privée. Il n'a rien fait d'illégal. S’il a profité de sa position, c’est, peut-être, dans le pouvoir de séduction qu’elle confère. Mais on a beau tourner l’anecdote dans sa tête, elle n’a aucun intérêt. Le gars, il a fini sa journée de boulot et va voir sa grosse en scooter. C’est assez rigolo de voir la manière avec laquelle il se fait prendre. Les conséquences sont graves. Son ex en prend plein dans la tronche mais ça ne nous regarde pas. On peut faire un tas de billets pour plaindre Valérie Trierweiler mais ce sont bien ses histoires à elle. Nous sommes le 8 mars, c’est la journée de la femme. Ou plutôt, c’était. C’est devenu la journée des droits des femmes. Le progrès… Toujours est-il que @Valtrier a le droit qu’on lui foute la paix.

Nicolas Sarkozy est dans l’ombre des affaires depuis 20 ans. Il était ministre du budget et directeur de campagne d’Edouard Balladur, soupçonné dans l’affaire Karachi pour une histoire de financement de campagne. Elle s’est terminée avec une grosse dizaine de morts. Nicolas Sarkozy a été impliqué dans l’affaire Bettencourt. Il est maintenant suivi par la justice pour le financement de sa campagne de 2007. En marge, on suspecte un magistrat de lui avoir donné des renseignements sur le processus judiciaire qui le concerne avec, en ligne de mire, un truc de trafic d’influence. J’en oublie.

Je vous le dis : François Hollande ferait mieux de faire des magouilles que d’aller baiser en casque.

Les éditorialistes et les blogueurs de droite sont d’accord pour accuser la justice de favoriser la gauche alors que le fond de l’affaire est que des magistrats semblent avoir favorisé un ancien président de droite. Que l’affaire éclate montre que la justice est indépendante. Elle est indépendante vis-à-vis d’elle-même, d’ailleurs, puisque les magistrats se soupçonnent entre eux.

Ils sont mesquins.


8 commentaires:

  1. Comme si les partis politiques et plus spécialement ceux de droite, avaient besoin de quelqu'un pour se tirer une balle dans le pied et accuser le revolver de magouille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, mais les blogueurs pourraient avoir de la retenue. Voir comprendre que si la droite veut renaître, elle doit flinguer elle-même Sarko.

      Supprimer
  2. Avec les précautions d'usage ("rien n'est prouvé", " la Justice n'a pas tranché", etc.), il faut rappeler que si l'affaire des frégates s'est terminée par dix morts, c'est parce que Chirac, une fois élu, se serait opposé au versement des commissions promises, et qu'il n'existe pas plus de ventes de matériels militaires sans commission à des intermédiaires officieux qu'il n'existe de ventes d'appartements sans frais de notaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Mais ça ne change rien. Je n'ai pas accusé Sarko. J'ai dit qu'il était ministre du budget.

      Supprimer
  3. Oui tu as raison, elles sont trop belles ces affaires la....et puis nous à gauche, on a le triomphe modeste et on n'aime pas achevé les morts vivants

    RépondreSupprimer
  4. Paradoxalement cela peut être une excellente de montrer que l'on peut exercer le pouvoir autrement (en acte pas en parole) en n'oubliant pas que c'est une loi que le pouvoir corrompt.

    RépondreSupprimer
  5. Tiens, Corto ne commente pas chez toi...
    ;-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.