30 mars 2014

L'andouillette muncipale

A chaque élection, c’est pareil ! Vers la fin, deux ou trois heures avant la publication des résultats, j’ai cette espèce de boule au ventre qui montre l’angoisse. C’est presque rigolo. Ce matin, je suis allé voté sans y penser. Je me disais que ça allait être une formalité. Tout au long de la journée, ma bonne humeur a décru. J’ai mangé avec des copains et, à la fin du repas, on y croyait plus. Je suis rentré à la maison, j’ai fait une brève sieste. J’ai fait mon tour dans la commune, je suis rentré à la maison, j’ai préparé à bouffer pour ce soir et je reviens sur internet le temps que ça cuise. Ma boule est toujours là, pire qu’avant. Je pense aux copains de la ville, des communes voisines, et je me dis que c’est loupé, que je vais sortir vers la mairie pour faire un constat d’échec, que cela n’est rien, que cela ne changera rien.

Je vous explique. Vous prenez cinq ou six pommes de terre. Vous les épluchez et les coupez en rondelles de cinq ou six millimètres. Vous les foutez dans une poêle et vous les recouvrez d’eau. Vous prenez vos andouillettes. Vous les coupez en rondelles et les foutez dans la poêle. Vous prenez un peu d’échalotes et d’ail. Vous ajoutez. Vous laissez cuire une demi-heure. Pendant ce temps, vous allez faire des conneries sur internet et vous allez touiller de temps en temps.

Vous éteignez. Vous continuez à vaquer sur internet en vous demandant quoi faire, s’il ne serait pas opportun d’appeler votre mère en Bretagne, par exemple. Vous vous rappelez que la Bretagne est en avance et que la gauche y a déjà pris une veste le week-end dernier.

Vous vous levez et allez vérifier que la bouffe est au top : il faut que les patates n’aient pas commencé à rissoler. Qu’elles soient prêtes à être recuites. Vous allez sortir mais vous ne savez pas ce que vous allez faire. Votre bon sens vous dit que vous allez faire un tour au dépouillement ou à la mairie mais vous n’arrivez pas à vous faire une raison. Vous vous dites que la dérouillée va être totale. Vous décidez d’aller dans le petit bistro, en bas de chez vous, où vous savez que le patron a voté comme vous, que vous pourrez pleurer ensemble, au cas où, ou faire la fête.

Perdu, vous allez gouter votre andouillette. Vous l’avez déjà goutée deux ou trois fois, il en reste peu.






























2 commentaires:

  1. Joli billet qui rappelle le mot d'Edouard Herriot : "la politique, c'est comme l'andouillette, ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop."

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.