12 mars 2014

Le scandale bidon et les vraies affaires

Justice en marche
Ce pays est foutu, dirait l’autre. Nous avons un ancien président de la République cerné par 7 ou 8 affaires mais la une de l’actualité porte sur le chef du parti de ce président qui exige la démission de la ministre de la justice car elle a dit qu’elle n’avait pas eu vent des écoutes téléphoniques.

Notons que côté communication, ce gouvernement est totalement à la ramasse. Les versions de Manuel Valls et de Christiane Taubira sont peut-être vraies mais Jean-Marc Ayrault dit le contraire. Toujours est-il qu’il est plus facile de croire qu’ils étaient au courant que le contraire d’autant qu’avec sa circulaire du 31 janvier 2014, la Garde des Sceaux prévoyait explicitement le cas : ses services devaient être prévenus. Il était plus simple qu’ils disent : « on n’a pas à dire si on était au courant ou pas » le temps qu’ils se mettent d’accord.

Le pire est qu’on n’a strictement rien à cirer de savoir s’ils étaient prévenus ou pas. L’important est qu’ils ne soient pas intervenus dans la procédure et qu’ils n’aient pas demandé aux juges d’intervenir.

Nous voila revenu aux heures les plus sombres de notre histoires crient nos amis réactionnaires jouant la paranoïa la plus totale comme si, en deux ans, le pouvoir socialiste avait réussi à mettre une machine à ses ordres, surtout quand on connaît l’efficacité de ses cabinets dans les couacs. Mitterrand avait mis plus de temps que ça et avait du utiliser les grands moyens, comme passer la retraite à 60 ans pour pouvoirs virer discrètement des chefaillons acquis à la droite ou faire la décentralisation pour retirer du pouvoir à des fonctionnaires…

Il n’empêche que Nicolas Sarkozy est cerné par les affaires. Une recherche Google permet d’en dresser la liste, depuis qu’il est arrivé au pouvoir. Dressons la liste des plus sérieuses. L’ami Melclalex livre une infographie avec une première liste.

Le financement libyen

Des soupçons de financement par Kadhafi pour la campagne de 2007.

L’affaire Bettencourt et les agendas

Le président a été blanchi faute de preuve ou de motif solide mais ses agendas restent saisis.

Trafic d’influence

C’est le nouveau truc, celui révélé par les écoutes.

L’affaire Tapie

L’arbitrage face au Crédit Lyonnais a été très favorable à Nanard. C’est louche.

Favoritisme

Ce sont les fameux sondages de l’Elysées qui n’ont pas fait l’objet d’appel d’offre.

Karachi

Nicolas Sarkozy devrait être entendu comme témoin assisté même si l’affaire n’est pas récente.

J’en passe.

Jean-François Copé ferait mieux, d’ailleurs, de s’occuper de ses propres affaires, de faire le ménage au sein de la droite. Notons que les enregistrements de M. Buisson ne me choquent pas plus que ça si ce n’est que cela ressemble à une trahison. L’UMP devrait insister sur ce fait plutôt que d’insister sur une affaire d’Etat qui n’existe pas.

Surtout qu’on voit apparaître une affaire par jour. Hier, on apprenait que la patron de la PJ avait entrainé Brice Hortefeux en vue de son audition. Au moins, le scandale fait par l’UMP a permis d’étouffer ce truc.

Ce scandale est totalement bidon. A la limite, l’UMP devrait faire un scandale inverse : il a fallu près de 10 mois pour que la ministre de la justice soit informée du fait que l’ancien président de la République était sur écoute… « Or, en dénonçant "le scandale des écoutes", la droite entretient à dessein la confusion entre les deux procédures quand il ne s’agit de rien d’autre que d’une évolution de l’enquête judiciaire indépendante du pouvoir exécutif. »

Il est bien facile d’hurler au complot, au scandale, quand on est soi-même totalement fautif, noyé sous les affaires.

J’ai une pensée émue pour mes commentateurs de droite qui estiment qu’il y a autant d’affaires maintenant qu’auparavant. Ils me citent l’histoire de Cahuzac et des conneries dans deux fédérations du Parti Socialiste.

Qu’ils consultent la liste des affaires qui entachent le précédent quinquennat. Et qu’ils arrêtent de dire que c’est de l’acharnement. C’est de la justice.

6 commentaires:

  1. Le plus étrange (à mes yeux) dans tout cela, c'est que ç'a vraiment l'air de vous intéresser…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que ça me fascine plus que ça m'intéresse. Non pas l'affaire en elle-même et la manière avec laquelle elle est traitée par les médias.

      Les blogueurs de droite nous expliqueront que les médias (tous comme les juges) sont aux bottes de la gauche alors qu'ils mettent en avant un truc pour pouvoir le présenter comme une affaire d'Etat.

      Supprimer
  2. Relisez vous: "soupçons", "faute de preuves", "louche", donc rien "n'entache" en réalité et dans les faits le précédent quinquennat jusqu’à preuve du contraire.
    L'anti-Sarkozisme et le "sociétal" ne font plus recette, les magouilles et la vacuité de l'action l'action gouvernementale ne pouvaient qu'arriver au devant de la scène.

    RépondreSupprimer
  3. Le point commun de toutes ces affaires est l'argent : ça doit être ça la droite décomplexée.

    RépondreSupprimer
  4. Vu qu'il est question d'écoutes, j'ai juste trouvé dommage que l'infographie et votre billet oublie de mentionner la question des systèmes d'écoutes vendus par la Sarkozie, y compris à Khadafi, d'ailleurs :
    http://reflets.info/%E2%99%AB-haribo-cest-beau-la-vie-pour-gueant-et-sarkozy-%E2%99%AA/

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.