05 mars 2014

L'épineux Buisson

On ne parlait que de ça, ce matin : Patrick Buisson a enregistré Nicolas Sarkozy. Pourtant, je ne suis pas spécialement offusqué : ces enregistrements – ou, du moins, leur contenu – ne concernent pas spécialement le grand public. Dans les quelques conversations qui ont été diffusées par la presse, je ne vois strictement rien d’important, à part, peut-être quelques propos de Buisson le même.

Ces enregistrements compromettent en fait essentiellement cet obscur homme de l’ombre qui a entrainé Nicolas Sarkozy vers une lourde défaite en lui dictant une mauvaise stratégie et mis l’UMP dans la tourmente, avec ces batailles internes au cours de laquelle Jean-François Copé a adopté cette ligne clivante dévastatrice, avec la victoire de la ligne Buisson incarnée par Guillaume Peltier et Geoffroy Didier.

La presse nous dit ce matin que Nicolas Sarkozy est furieux avec cette histoire ! Tu parles, Charles…

Que dit la presse du contenu des enregistrements ? Cherchez bien : rien. Les journalistes retranscrivent les conversations mais n’en tirent aucune conclusion. Ne serait-ce pas parce qu’il n’y a rien à en conclure ? Nous avons d’un côté des considérations sur quelques ministres, de l’autre une conversion entre Carla Bruni et Nicolas Sarkozy dans le registre « on est amoureux, on rigole bien » et, enfin, des critiques de Buisson sur le ministre de la justice qui ne maitrise pas les magistrats et, de l’autre, au contraire, des compliments à Claude Guéant parce qu’il gère bien son monde.

Nicolas Sarkozy sort le grand gagnant de cette opération. Il a été trahi par un conseiller qui tenter de tout régenter depuis l’Elysée, qui a donné une mauvaise stratégie,… Pour un peu, l’ex ne serait plus responsable de sa défaite et de tout ce qui s’est passé à l’Elysée. Vous allez voir que les affaires des sondages vont totalement repose sur les épaules de celui qui passera pour le traitre.

Nicolas Sarkozy a commencé à préparer son retour. La semaine dernière, il prônait un renforcement de la zone euro, pour faire plaisir, aux centristes tout en tapant sur la commission européenne et le Parlement qui prennent des décisions qui ne devraient pas être de leur ressort, pour faire plaisir aux réacs. Cette semaine, il grille Buisson et toute la stratégie, toute la stigmatisation, la division des Français,…

Ces enregistrements sont bien un scandale. La victime en est Nicolas Sarkozy. C’est tout ce que l’on retiendra de cette histoire : il a été trahi par celui qui l’a mal conseillé.

Depuis quand ce retour est-il préparé ? Qui nous dit que la fuite est fortuite ? Comment les enregistremetns sont-ils arrivés jusqu'à la presse ? Qui nous dit qu'ils datent bien des années où Nicolas Sarkozy était bien à l’Elysée ? Qui nous dit que les enregistrés n’étaient pas au courant ? Qui nous dit qu’ils ne répétaient pas des textes appris par cœur ?

A qui profite le crime ?

Quel est l’imbécile qui crie au complot ?

8 commentaires:

  1. Il y a quelques ann heu.....mois ( ah ben finalement il a encore du temps pépère....... ) tout le monde s'offusquait des méthodes de mise en scène de Sarko, il n'est plus au affaires mais il est évident qu'il a gardé ses méthodes douteuses entre enregistrements et film d'après élections fabriqués de toute pièces ! et on parle de certains pouvoirs corrompu, mais nous n'en sommes plus tellement loin finalement.

    RépondreSupprimer
  2. si on tend bien l'oreille à 2'43 on entend " ah au fait j'ai changé le code nucléaire maintenant c'est le 90.60.90 "

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi. Je pense que, fondamentalement, la constitution de la Ve République génère personnalisation du pouvoir, donc phénomène de clan donc ce genre de pratiques. C'est ce que j'explique dans mon édito sur Médiavox http://www.mediavox.fr/20140306-patrick-buisson-petit-beria-de-la-ve

    (si tu permets)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu de remise en cause de la 5e dans cet écrit. Mais peut être l'as-tu fait ailleurs.
      Au demeurant, j'ai dit "pas tout à fait".

      Supprimer
    2. Je l'ai fait ailleurs. Je n'aime pas la cinquième et je n'aime pas les propositions de 6eme que j'ai pu voir. Pour résumer, je suis partisan d'une constitution à minima, un peu comme les anglais qui n'ont qu'un vague texte qui date de 1300 et des brouettes. Notre constitution est mauvaise parce qu'on n'arrête pas de la changer. Elle est conne était le TCE : beaucoup trop fouillée et avec un contenu politique (le TCE était clairement libéral alors qu'une constitution n'a pas à l'être).

      On devrait avoir :

      Article 1 : principes généraux.

      Article 2 : définition de ce qui est un citoyen français (qui a le droit de vote).

      Article 3 : durée maximum d'un mandat.

      Article 4 : obligation d'une élection générale au suffrage universel à l'échéance de ce mandat.

      Supprimer
    3. Vincent Aurillac enregistrait bien les conversations tenues dans son bureau au moyen d'un magnétophone planqué dans un tiroir. Et parlant de la IVeme pour trouver une once de présidentialisation...
      Tout cela pour dire que ces façons ne tiennent en rien au régime en place mais à la sale personnalité de quelques individus.

      Supprimer
  4. Il fallait lire Auriol. Sacré fichu #@ de portable.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.